Métropole d’avenir se désolidarise du projet métropolitain et dégaine son contre-projet

sep article

FIL INFO – Alors que le projet métropolitain 2030 bat son plein, les vingt élus d’opposition de droite regroupés sous la bannière de Métropole d’avenir s’en désolidarisent. Et font leurs contre-propositions.

 

 

Pour les élus d'opposition Métropole d'avenir, le projet métropolitain est d'abord un projet politique piloté en sous-main par le maire de Grenoble.Une partie des vingt élus de Métropole d'avenir, réunis pour parler de leur contre-projet Métropole 2030 © Patricia Cerinsek

Une partie des vingt élus de Métropole d’avenir, réunis pour parler de leur contre-projet Métropole 2030 © Patricia Cerinsek

Après le projet métropolitain 2030, voici le contre-projet. Il y a un an, la Métro avait en effet mis sur les rails son projet de territoire. Objectif ? Identifier d’ici fin 2018 les enjeux et leviers de développement pour la métropole grenobloise à l’horizon 2030 en associant élus et habitants.

 

Un an plus tard, les portes claquent. « Bien loin d’un projet métropolitain collectif et partagé, c’est sur la base d’un contrat de majorité, dont le socle est le programme municipal de l’actuel maire de Grenoble, que se sont justifiées la plupart des orientations politiques portées par l’exécutif métropolitain », s’insurge Jean-Damien Mermillod-Blondin, le président du groupe Métropole d’avenir.

 

La Métro, projet purement politique ? « Nous sommes la seule métropole de France où la sensibilité la plus importante sur le plan numérique n’est ni dans le bureau, ni dans l’exécutif. Pour une majorité qui parle de co-construction… »

 

 

Place à un syndicat des transports en commun élargi et à une police intercommunale ?

 

Intégrés aux groupes de travail mis en place depuis 2017, les vingt élus issus des rangs de la droite républicaine, divers-droite et UDI, ont fait un pas de côté. Alors que le projet métropolitain touche au but – sa rédaction est prévue cet été avant d’être présentée au conseil métropolitain d’ici fin 2018 – Métropole d’avenir s’en désolidarise. « Nous associer au comité éditorial serait faire des élus de notre groupe des cautions d’une politique que nous ne partageons pas dans les grandes lignes », expliquent-ils.

 

Grenoble Alpes Métropole. © Léa Raymond

Grenoble Alpes Métropole entend repenser son périmètre pour développer des partenariats avec les territoires voisins pour Métropole d’avenir © Léa Raymond

Les griefs sont nombreux. Les contre-propositions tout autant. L’actuelle politique de déplacements ? Métro-centrée. La solution ? Créer sur un territoire allant de Grenoble au Voironnais et au Grésivaudan un seul syndicat de transports publics. Le câble urbain ? Il ne doit pas se cantonner à un tracé transversal, mais servir à “désaturer” les axes Voreppe-Grenoble ou Crolles-Grenoble, voire s’ouvrir à d’autres champs en desservant des espaces de loisirs en montagne.

 

Déploiement de la vidéoprotection dans les bus, acquisition de vélos et voitures électriques, mise en place d’alarmes sonores et de panneaux de signalisation adaptés aux handicaps visuels, parcours adaptés pour les personnes âgées et handicapées font partie des propositions. Tout comme le déploiement d’une police intercommunale ou la mise en place d’un dispositif de préemption des locaux commerciaux pour faciliter la reprise des commerces.

 

Métropole d’avenir propose aussi, pêle-mêle, de développer les chantiers d’insertion par le travail, d’installer des espaces de co-working dans chaque quartier populaire, de développer un service civique métropolitain, de soutenir l’installation d’écoles hors contrat avec l’État ou de créer une banque de données des stages. Liste non exhaustive.

 

 

Repenser le périmètre de la Métro

 

Pour Métropole d’avenir, il faut repenser la Métro. Et se poser aussi la question du périmètre qui englobe aujourd’hui quarante-neuf communes, pour ne pas rester dans l’ombre du Grand Lyon et de ses satellites stéphanois et clermontois. « Les métropoles ont été conçues pour être plus fortes à plusieurs […] Dépasser cet état de concurrence, pour la Métropole de Grenoble, est possible en créant dès aujourd’hui des liens de partenariat et de complémentarité avec les territoires voisins ». Avec le Grand Lyon ou, plus proche, le Voironnais et le Grésivaudan.

 

« Il faut s’interroger sur la nouvelle identité de la Métro pour travailler sur ce qui nous relie plutôt que ce qui nous différencie, soulignait Jean Lovera, le maire de Sarcenas. Aujourd’hui, ce sentiment d’appartenance à un territoire est purement virtuel. »

 

 

PC

 

 

commentez lire les commentaires
1194 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. La Métropole à la botte de Piolle et ses amis, tout est dit.

    sep article