Lycée Roger Deschaux de Sassenage : le personnel administratif mobilisé contre la suppression d’un poste

sep article



FIL INFO – Les membres du personnel du lycée Roger Deschaux de Sassenage se sont rassemblés sur le parvis du rectorat, ce mercredi 14 mars, pour protester contre la suppression d’un poste de secrétaire des élèves. Une mesure qui, si elle est approuvée, touchera également les emplois administratifs de cinq autres établissements de l’académie de Grenoble, à compter de la rentrée 2018.

 

 

Ils étaient une qua­ran­taine, per­son­nels et syn­di­ca­listes confon­dus, à s’être ras­sem­blés devant le rec­to­rat de Grenoble, ce mer­credi, en tout début d’a­près-midi. L’objectif de cette mobi­li­sa­tion ? S’opposer à la sup­pres­sion de six postes de per­son­nel admi­nis­tra­tif sur l’ensemble de l’académie de Grenoble, à par­tir de sep­tembre pro­chain.

 

Rassemblement devant le rectorat de Grenoble des membres du personnel du lycée Roger Sechaux de Sassenage le 14 mars 2018, contre la suppression de postes dans plusieurs lycées professionnels et technologiques. © Léa Raymond - placegrenet.fr

Rassemblement devant le rec­to­rat de Grenoble des membres du per­son­nel du lycée Roger Dechaux de Sassenage le 14 mars 2018, contre la sup­pres­sion de postes dans plu­sieurs lycées pro­fes­sion­nels et tech­no­lo­giques. © Léa Raymond – placegrenet.fr

 

Une déci­sion que « la com­mis­sion tech­nique aca­dé­mique doit acter cet après-midi », explique Christine Favaro, secré­taire d’intendance auprès du lycée poly­va­lent Roger Deschaux de Sassenage. Qui pré­cise : « Avec ce ras­sem­ble­ment, nous essayons de mettre la pres­sion* ».

 

 

« On ne se bat pas pour nous. […] On se bat pour nos élèves »

 

« Le 2 mars der­nier, nous avons appris offi­ciel­le­ment par le rec­to­rat que le poste de notre secré­taire des élèves serait sup­primé. Depuis, l’ensemble du per­son­nel est mobi­lisé », raconte Christine Favaro. Après avoir envoyé un cour­rier au rec­teur, « nous avons en effet déposé un pré­avis de grève, recon­duc­tible à comp­ter du 20 mars ».

 

Rassemblement devant le rectorat de Grenoble des membres du personnel du lycée Roger Sechaux de Sassenage le 14 mars 2018, contre la suppression de postes dans plusieurs lycées professionnels et technologiques. © Léa Raymond - placegrenet.fr

« C’est nous qui fai­sons le lien avec les élèves, on est le ciment », scande un membre du per­son­nel admi­nis­tra­tif. © Léa Raymond – placegrenet.fr

La lutte s’est pour­sui­vie, aujourd’­hui, sur le par­vis du rec­to­rat. « On ne se bat pas pour nous. […] On se bat pour nos élèves, qui ne vont pas faire leurs dos­siers de bourses tous seuls. On se bat pour qu’ils aient les mêmes chances que les élèves d’Europole », scan­dait avec entrain une mani­fes­tante, dont le poste de secré­taire a été sup­primé. Et un autre secré­taire de lui faire écho : « C’est nous qui fai­sons le lien avec les élèves, on est le ciment. »

 

En plus du lycée sas­se­na­geois, cette sup­pres­sion de postes vise cinq lycées pro­fes­sion­nels et tech­no­lo­giques allant de la Haute-Savoie à l’Isère. Parmi ceux-ci, le lycée poly­va­lent Louise Michel, à Grenoble et celui de Vizille. Des éta­blis­se­ments « où il y a tou­jours besoin du per­son­nel », sou­ligne Christine Favaro, car ils accueillent « une popu­la­tion de caté­go­rie pro­fes­sion­nelle faible, avec nombre d’élèves allo­phones ».

 

 

Vers une réforme de la fonction publique ?

 

Autre source d’inquiétude : les sup­pres­sions de postes dans « les centres d’informations et d’orientation de Grenoble et Saint-Martin‑d’Hères », s’alarment pour leur part cer­tains membres du per­son­nel édu­ca­tif. C’est pour­quoi ils ont décidé de s’unir au ras­sem­ble­ment, côte à côte avec les syn­di­cats FO, Sud, CGT et FSU.

 

Rassemblement devant le rectorat de Grenoble des membres du personnel du lycée Roger Sechaux de Sassenage le 14 mars 2018, contre la suppression de postes dans plusieurs lycées professionnels et technologiques. © Léa Raymond - placegrenet.fr

Plusieurs syn­di­cats étaient pré­sents au ras­semblent. © Léa Raymond – placegrenet.fr

Les mani­fes­tants du lycée Roger Deschaux annoncent d’ailleurs leur inten­tion de rejoindre le mou­ve­ment de grève natio­nale, prévu le jeudi 22 mars.

 

L’occasion, pour ces der­niers, de s’opposer au pro­gramme de réforme de l’administration lancé par le Premier ministre Édouard Philippe en octobre der­nier.

 

Un plan qui, selon les esti­ma­tions des syn­di­cats, pré­voit la sup­pres­sion de 120 000 emplois dans la fonc­tion publique, dont 200 postes admi­nis­tra­tifs au sein des éta­blis­se­ments sco­laires de toute la France.

 

GC

 

 

* Suite à la mobi­li­sa­tion, le rec­to­rat a reçu une com­mis­sion du per­son­nel et déclaré son inten­tion de « suivre les direc­tives du minis­tère », relate Christine Favaro. Entre temps, le conseil tech­nique à été annulé. Il sera reporté au ven­dredi 23 mars.

 

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
2498 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. trop fort, le gou­ver­ne­ment, il a trouvé com­ment cas­ser ce qui marche bien ! Le lycée Deschaux fonc­tionne cor­rec­te­ment, avec des élèves et des per­son­nels moti­vés, pas de vagues, pas de casse. D’après l’E.N. tout mar­chera mieux avec moins d’a­dultes ? c’est du grand n’im­porte quoi … faire des éco­no­mies sur le dos des jeunes … beurk

    sep article