Annulation de la fermeture de voies à la circulation par la justice : après Paris, Grenoble ?

sep article

FIL INFO – Alors que le tribunal administratif vient de conclure à l’annulation de l’arrêté entérinant la fermeture à la circulation des voies sur berge à Paris, l’opération de piétonnisation du centre-ville de Grenoble est, elle aussi, attendue à la barre. Après avoir rejeté les recours en référé des opposants au projet, le tribunal administratif de Grenoble a été saisi au fond. En cause, les inexactitudes et omissions de l’étude d’impact à Paris, son absence à Grenoble…

 

 

Quel impact a le nouveau plan de circulation sur le flux de véhicules en ville ? © Patricia Cerinsek

Nouveau plan de circulation dans le centre-ville de Grenoble © Patricia Cerinsek – placegrenet.fr

L’annulation par le tribunal administratif de l’arrêté entérinant la fermeture à la circulation des voies sur berge à Paris – décision dont a fait appel Anne Hidalgo – va-t-elle relancer le dossier Cœurs de ville, cœurs de métropole (CVCM) ?

 

L’opération contestée de piétonnisation du centre-ville de Grenoble, qui prévoit elle aussi la fermeture à la circulation de plusieurs artères, est également au centre d’une mini-saga judiciaire.

 

Si le tribunal administratif de Grenoble a, à chaque fois, rejeté les recours en référé des opposants au projet – portés par le collectif Grenoble à cœur mais aussi par l’opposition de droite métropolitaine Métropole d’avenir – , les recours ne sont pas tous épuisés…

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
1464 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Et Atmo Air Rhône vont prendre une grosse fessée, car là c’est la Commission Européenne qui regarde…

    Ce qu’ils auraient du dire c’est « (a) oui, à partir de l’imposition du nouveau plan de circulation, on constate une augmentation de la pollution directement liée au trafic automobile et (b) si cette augmentation est réelle, nous ne pouvons que tirer des conclusions sur les données existantes, qui à notre sens ne sont pas suffisante pour nous permettre d’être catégorique. »

    Oh Atmo Air Rhône Alpes, vous n’êtes pas au service des collectivités ni de l’Etat,et encore moins des élus, même si vous êtes financés par eux. Vous êtes indépendants et vous existez parce que la législation européenne oblige l’Etat et les collectivités à vous financer.

    Alors on arrête le patinage artistique et on dit ce que les données montrent, sans précaution oratoires et autres conditionnels.

    Ca serait dommage qu’on commence à croire que le réseau de mesure de la qualité de l’air n’est pas au service des citoyens (Aarhus encore, et avec ça on ne vous lâchera pas) mais des élus.

    Sérieux, si on peut pas compter sur vous pour décrire la réalité, si on ne peut plus faire confiance à la science, on fait quoi?

    sep article
  2. sep article