La Métro s’engage à « penser autrement le bâtiment et la ville de demain »

sep article



FOCUS – Grenoble-Alpes Métropole et le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) ont signé, ce mardi 16 janvier à Grenoble, une convention de partenariat recherche et développement d’une durée de trois ans. Au programme, la rénovation thermique du parc résidentiel, l’éclairage urbain, la qualité de l’air ou encore l’économie circulaire. De quoi conforter la stratégie de transformation et d’évolution énergétique de la Métropole.

 

 

De gauche à droite, Pierre Verri, directeur adjoint d'établissement CSTB Grenoble, Etienne Crépon, président du CSTB, Christophe Ferrari, président de la Métropole, Bertrand Spindler, vice-président de la Métropole et Julian Hans, directeur d'établissement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

De gauche à droite, Pierre Verri, direc­teur adjoint d’é­ta­blis­se­ment CSTB Grenoble, Étienne Crépon, pré­sident du CSTB, Christophe Ferrari, pré­sident de la Métropole, Bertrand Spindler, vice-pré­sident de la Métropole, et Julian Hans, direc­teur d’é­ta­blis­se­ment. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Signer des pro­to­coles, des conven­tions entre la Métropole et le monde aca­dé­mique en géné­ral est dans notre ADN, ici sur le ter­ri­toire métro­po­li­tain », expose Christophe Ferrari, le pré­sident de Grenoble-Alpes Métropole.

 

L’élu s’ex­prime ainsi alors qu’il s’ap­prête à signer, ce mardi 16 jan­vier, avec Étienne Crépon, le pré­sident du Centre scien­ti­fique et tech­nique du bâti­ment (CSTB), une conven­tion de par­te­na­riat en recherche et déve­lop­pe­ment d’une durée de trois ans. Une conven­tion offi­cia­li­sée par une déli­bé­ra­tion votée lors du conseil métro­po­li­tain du 29 sep­tembre der­nier.

 

« Penser autrement le bâtiment et la ville de demain »

 

Les objec­tifs visés ? Travailler avec le CSTB à la com­pré­hen­sion d’un cer­tain nombre de sujets tou­chant aux tran­si­tions éner­gé­tique, envi­ron­ne­men­tale et numé­rique des ter­ri­toires, tout autant que béné­fi­cier de la puis­sance de recherche et d’ex­per­tise du centre scien­ti­fique.

 

Signature de la convention. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Signature de la conven­tion. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Christophe Ferrari se féli­cite de ce par­te­na­riat d’im­por­tance. « [Il] per­met­tra à la Métropole de béné­fi­cier d’une exper­tise pré­cieuse et de pen­ser le bâti­ment et la ville de demain autre­ment sous le signe de la tran­si­tion éner­gé­tique, éco­lo­gique et numé­rique. Autant d’en­ga­ge­ments qui sont au cœur du pro­jet métro­po­li­tain », déclare l’élu.

 

L’occasion rêvée d’im­pli­quer le pôle scien­ti­fique uni­ver­si­taire spé­ci­fique de la Métropole gre­no­bloise en met­tant « l’in­no­va­tion au ser­vice des poli­tiques publiques ». C’est du moins ce que nous explique l’élu, convaincu de la per­ti­nence de cette syner­gie.

 

 

Pour Christophe Ferrari, cette conven­tion est « un nou­vel élan entre la Métropole et le CSTB, avec lequel elle a déjà tra­vaillé [sur le plan air – éner­gie – cli­mat, ndlr], pour explo­rer d’autres volets que nous sou­hai­tons déployer ».

 

 

« La mise en œuvre d’un schéma directeur “énergie” extrêmement ambitieux »

 

Ce déploie­ment tou­chera à la réno­va­tion ther­mique des bâti­ments du parc rési­den­tiel, à l’é­clai­rage urbain, à la qua­lité de l’air et à l’éco­no­mie cir­cu­laire. Mais aussi, com­plète Christophe Ferrari, « contri­buera à nous don­ner de l’ex­per­tise pour la mise en œuvre d’un schéma direc­teur “éner­gie”  extrê­me­ment ambi­tieux ».

 

© Grenoble-Alpes Métropole

© Grenoble-Alpes Métropole

Les enjeux ? Ils tiennent en quelques chiffres. « Nous avons à réduire notre consom­ma­tion éner­gé­tique de 22 %, à aug­men­ter de 35 % la pro­duc­tion d’éner­gies renou­ve­lables et la récu­pé­ra­tion pro­duite loca­le­ment, à réduire de 30 % la pro­duc­tion d’éner­gies fos­siles d’ici 2030… », énu­mère le pré­sident de la Métropole.

 

Des chiffres qui sont loin d’être ano­dins. Et qui néces­sitent de pas­ser par des étapes de déploie­ment à des échelles supé­rieures, où la Métropole devient démons­tra­teur au sens plein et entier du terme.

 

 

Des thèmes de recherche et développement prioritaires

 

Quid des tra­vaux défi­nis dans le cadre de ce par­te­na­riat d’une durée de trois ans ? « Ils cou­vri­ront plu­sieurs thé­ma­tiques prio­ri­taires dans la stra­té­gie de trans­for­ma­tion du ter­ri­toire », explique la Métropole. À tra­vers la réno­va­tion ther­mique des loge­ments, c’est l’ef­fi­ca­cité éner­gé­tique qui sera au centre des pré­oc­cu­pa­tions des deux enti­tés. Notamment avec l’u­ti­li­sa­tion du pro­to­cole Isabele déve­loppé par le CSTB qui sera déployé sur des loge­ments réno­vés dans le cadre de la cam­pagne MurMur2.

 

Officialisation par Thierry Repentin des cession du bâtiment du CRSSA © Florent Mathieu - Place Gre'net

Un des bâti­ments qui seront réha­bi­li­tés dans le cadre du pro­jet Cadran solaire à La Tronche. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Il s’a­gira éga­le­ment d’é­co­no­mie cir­cu­laire en rela­tion avec des opé­ra­tions d’a­mé­na­ge­ment comme le pro­jet Cadran solaire à La Tronche, où sera effec­tué un tra­vail sur une meilleure uti­li­sa­tion et valo­ri­sa­tion des déchets des bâti­ments.

 

Dans le cadre du Schéma direc­teur amé­na­ge­ment lumière, l’é­clai­rage public fera, quant à lui, l’ob­jet d’a­na­lyses cen­trées sur ses aspects sani­taires et envi­ron­ne­men­taux. Enfin, le numé­rique ne sera pas le parent pauvre du par­te­na­riat puis­qu’une modé­li­sa­tion des don­nées du bâti­ment sera appli­quée au pro­jet de construc­tion et de réno­va­tion du siège de la Métropole.

 

Au final, quatre pro­jets de recherche et autant d’en­jeux majeurs, ainsi que nous l’ex­plique Étienne Crépon, le direc­teur du CSTB.

 

 

Joël Kermabon

 

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
2515 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. sep article