Depuis décembre, trois étudiants en médecine se sont donnés la mort, à Marseille, Paris puis Grenoble. Comme en écho au malaise hospitalier...

Mea culpa du CHU Grenoble Alpes qui dit vou­loir chan­ger son mode de gouvernance

Mea culpa du CHU Grenoble Alpes qui dit vou­loir chan­ger son mode de gouvernance

Suite au rap­port du média­teur Édouard Couty, révé­lant plu­sieurs cas de souf­france au tra­vail au CHU de Grenoble, un plan d’ac­tion va être mis en place. Il se tra­duira notam­ment par une pro­fonde modi­fi­ca­tion du mode de gouvernance.

Le plan d'action mis en place au CHU Grenoble Alpes, suite à la révélation de cas de maltraitance au travail, prévoit de modifier le mode de gouvernance.Médecins, personnel soignant, hopital couple enfant, CHUGA. © Chloé Ponset - Place Gre'net

Hôpital couple enfant, CHUGA © Chloé Ponset – Place Gre’net

Le CHU de Grenoble annonce vou­loir modi­fier son mode de gou­ver­nance. Après la res­ti­tu­tion du rap­port du média­teur Édouard Couty, révé­lant plu­sieurs cas de mal­trai­tance et de souf­france au tra­vail, la direc­tion de l’hô­pi­tal gre­no­blois fait ainsi son mea culpa.

Lors d’un conseil de sur­veillance excep­tion­nel tenu ce lundi 8 jan­vier, les repré­sen­tants des per­son­nels médi­caux et non médi­caux, des usa­gers et de la gou­ver­nance ont dans un com­mu­ni­qué annoncé « leur volonté de se sai­sir de ces cir­cons­tances pour modi­fier pro­fon­dé­ment le mode de gou­ver­nance et retrou­ver une cohé­sion d’é­ta­blis­se­ment forte ».

Un pro­jet « col­lec­tif », « par­ti­ci­pa­tif » et « imaginatif »

Un plan d’ac­tion va donc être mis sur pied, comme le recom­mande le rap­port Couty. Et le CHU de Grenoble va faire appel à une assis­tance exté­rieure pour son éla­bo­ra­tion. Un pro­jet « col­lec­tif », « par­ti­ci­pa­tif » et « ima­gi­na­tif », que le conseil de sur­veillance veut « ambi­tieux, afin d’a­mé­lio­rer les condi­tions de tra­vail de tous les corps de métier ».

Ce plan d’ac­tion, adressé à la ministre de la Santé dans les pro­chaines semaines, sera « éla­boré par les acteurs de ter­rain, médi­caux et non médi­caux et sou­mis à une très large concer­ta­tion ». Jusqu’à ser­vir d’exemple à tous les éta­blis­se­ments hos­pi­ta­liers confron­tés à de sem­blables dif­fi­cul­tés alors que le défi­cit des hôpi­taux publics pour 2017 pour­rait tri­pler et atteindre 1,5 mil­liard d’euros.

Un mana­ge­ment très orienté vers les pro­blé­ma­tiques budgétaires

Après avoir pointé dans son rap­port quelques-uns des conflits, cas de mal­trai­tance ou souf­france au tra­vail – notam­ment dans les ser­vices de neu­ro­chi­rur­gie, néphro­lo­gie et réani­ma­tion médi­cale ou aux blocs opé­ra­toires – Édouard Couty avait mis en cause le fonc­tion­ne­ment ins­ti­tu­tion­nel et le mode de mana­ge­ment du CHU.

Première vertébroplastie assistée par ordinateur avec le système Surgivisio. © Chuga

Le rap­port Couty pointe des cas de souf­france au tra­vail, notam­ment aux blocs opé­ra­toires. © Chuga

L’expert avait pointé une com­mu­ni­ca­tion de mau­vaise qua­lité lais­sant place à la rumeur, un mana­ge­ment très orienté vers les pro­blé­ma­tiques bud­gé­taires mais aussi très cen­tra­lisé, avec une orga­ni­sa­tion très hiérarchique.

En mai et juin 2017, les six orga­ni­sa­tions syn­di­cales de l’hô­pi­tal avaient en outre boy­cotté toutes les ins­tances – comité tech­nique d’é­ta­blis­se­ment, com­mis­sions admi­nis­tra­tives pari­taires locales et comité d’hy­giène, de sécu­rité et des condi­tions de tra­vail – en rai­son de l’ab­sence de concer­ta­tion. Les repré­sen­tants du per­son­nel récla­maient alors un meilleur dia­logue social.

PC

Patricia Cerinsek

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Isère : un chas­seur condamné à quatre mois de pri­son avec sur­sis pour avoir tué une pygargue à queue blanche

FOCUS - Le tribunal correctionnel de Grenoble a condamné, mercredi 17 juillet 2024, un chasseur de 35 ans à quatre mois de prison avec sursis Lire plus

L’Isère en vigi­lance jaune cani­cule samedi 20 juillet 2024 : la pré­fec­ture déclenche le plan « vague de chaleur »

FLASH INFO - Météo France a placé le département de l'Isère en vigilance jaune “canicule”, samedi 20 juillet 2024 à partir de 12 heures. La Lire plus

De gauche à droite : Anaïs Rivière, responsable marketing Lumiforte, Franck Longo, maire de Fontaine, Gaël Bourgeaux, et Arnaud Bouché, ESR Cool Roofing. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Fontaine teste le cool roo­fing sur la ver­rière d’un centre nau­tique pour abais­ser sa température

EN BREF - Pour contribuer à lutter contre la chaleur dans les structures accueillant du public, la Ville de Fontaine expérimente la technique appelée "cool-roofing" Lire plus

Contrôles des établissements touristiques en Isère sur l'été 2020: beaucoup d'anomalies, peu de fermetures
Conflit de voi­si­nage en Isère : un homme gra­ve­ment blessé à coups de cou­teau, deux sus­pects en garde à vue

FLASH INFO - Un homme de 40 ans a été gravement blessé de plusieurs coups de couteau lors d'un conflit de voisinage, dans la nuit Lire plus

Trafic fami­lial déman­telé : le couple ven­dait le can­na­bis cultivé à Saint-Martin-d’Uriage par les parents de la jeune femme

EN BREF - Quatre personnes, soupçonnées d'être à la tête d'un trafic familial de stupéfiants dans l'agglomération grenobloise, ont été interpellées, lundi 15 juillet 2024. Lire plus

Usine_STMicroelectronics_Crolles. © Artechnic
STMicroelectronics : une nou­velle enquête publique en pré­vi­sion pour le pro­jet d’ex­ten­sion de l’u­sine de Crolles

FOCUS - Rebondissement pour le projet d'agrandissement de l'usine STMicroelectronics de Crolles. L'industriel a répondu aux conclusions de la Commission nationale du débat public (CNDP) Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !