La Ville de Grenoble majore-t-elle les loyers des HLM payés cash sous couvert de lutte contre l'argent sale ? Retour sur un raccourci opportuniste…

“Majoration” des loyers d’Actis payés en espèce : l’argent sale en ligne de mire à Grenoble

“Majoration” des loyers d’Actis payés en espèce : l’argent sale en ligne de mire à Grenoble

DÉCRYPTAGE - Pourquoi un logement social est-il plus cher à Grenoble quand il est payé en argent liquide ? Les frais de gestion imputés aux paiements en espèces visent-ils à lutter contre le blanchiment de l'argent sale ? Les déclarations d'Eric Piolle, maire de Grenoble et président d'Actis, lors d'une réunion publique ont en tout cas semé le trouble.

 

 

La Ville de Grenoble majore-t-elle les loyers des HLM payés cash sous couvert de lutte contre l'argent sale ? Retour sur un raccourci opportuniste…L'Épinette, immeuble d'Actis 10 ter avenue Perrot © Florent Mathieu - Place Gre'net

L'Épinette, immeuble d'Actis 10 ter avenue Perrot © Florent Mathieu - Place Gre'net

La Ville de Grenoble majore-t-elle les loyers des HLM payés en liquide sous couvert de lutte contre l'argent sale ?

 

L'affirmation, extraite d'une réunion tenue le 16 novembre dernier à la chambre de commerce et d'industrie de l'Isère et prétendument sortie de la bouche d'Eric Piolle, a en tout cas mis en ébullition Alain Carignon.

 

 

Les loyers payés en liquide majorés ?

 

Contexte aidant et municipales en vue, l'ex-maire de Grenoble n'hésite pas à agiter deux fois plutôt qu'une le chiffon rouge d'une ville à la dérive. Le candidat malheureux à la primaire de la droite en 2013 a même annoncé dans un communiqué avoir saisi le procureur de la République de Grenoble à ce sujet.

 

Sans surprise, il n'a pas manqué de rebondir sur l'article de L'Obs « Deal sur la ville », lequel affirmait un peu rapidement dans son édition du 30 novembre 2017 que « pour tenter d’endiguer cette pratique, la mairie major[ait] désormais les loyers payés en cash ». L'ex-ministre est ainsi allé jusqu'à affirmer : « Eric Piolle confirme qu'Actis perçoit l'argent sale ».

 

Eric Piolle. Conseil municipal de Grenoble. 6 mars 2017. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Eric Piolle - 6 mars 2017. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Des propos que plusieurs personnes qui assistaient à la réunion tout comme le principal concerné démentent, en tout cas dans la manière dont ils ont été relayés. Sans parler de la façon dont certains s'en sont emparés, « à la sauce Carignon », commente le maire de Grenoble.

 

Si Eric Piolle nous confirme bien avoir évoqué ces paiements en liquide, non sans se demander s'il s'agissait, derrière, d'argent sale issu notamment du trafic de stupéfiants, ladite “majoration” de loyers emprunte en fait d'autres voies.

 

Car la mesure n'est pas plus édictée par la Ville de Grenoble que par le bailleur social Actis. Et pour cause, majorer un loyer pour d'autres motifs que des retards de paiement est tout simplement illégal. Qui plus est, les pénalités de retard ne s'appliquent pas au logement social…

 

En fait, la majoration vient du mode de paiement et des frais de gestion générés puis facturés par La Banque postale chez qui Actis a ouvert un compte. Depuis 2014, au motif de lutter contre le recyclage de l'argent sale, il est en effet interdit de payer en liquide auprès des organismes publics et notamment des HLM, des montants supérieurs à 300 euros par jour. La solution ? Le mandat. Moyennant quelques frais supplémentaires.

 

 

Le mandat-cash vit ses derniers jours

 

La banque réclame ainsi un peu plus de 7 euros pour tout versement entre 200 et 500 euros, fourchette dans laquelle se situe la majorité des loyers. Que cachent ces frais de gestion ? S'agit-il d'une manière de lutter contre le blanchiment d'argent, quand bien même les sommes en jeu ne sont pas astronomiques ?

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 38 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Patricia Cerinsek

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Tribune libre : "De la “culture” du tag à la “souillure” partout dans Grenoble, jusqu’à la violence"
Tribune libre : « De la “culture” du tag à la “souillure” par­tout dans Grenoble, jusqu’à la violence »

TRIBUNE LIBRE - L'Union des habitants du centre-ville (UHCV) de Grenoble remet la question des tags sur le tapis en interpellant la Ville, tant sur Lire plus

Un second Chatipi, refuge pour chats errants, prochainement implanté rue Anatole-France à Grenoble
Un second Chatipi, refuge pour chats errants, pro­chai­ne­ment ins­tallé rue Anatole-France à Grenoble

FLASH INFO - La Ville de Grenoble annonce l'installation prochaine d'un second "Chatipi" sur son territoire, après celui mis en place en décembre 2022 quai Lire plus

Tirs de balles, coups de tournevis ou violences contre des policiers, un week-end agité sur l'agglomération grenobloise
Mehdi Boulenouane, ex-figure du nar­co­tra­fic dans le quar­tier Mistral, exé­cuté par balles en Seine-Saint-Denis

FLASH INFO - Mehdi Boulenouane, ex-caïd du trafic de stupéfiants dans le quartier Mistral, a été abattu par balles, jeudi 16 mai 2024, en fin Lire plus

Yassine Lakhnech (encore) réélu à la présidence de l'UGA, ses opposants pointent du doigt des failles démocratiques
Yassine Lakhnech (encore) réélu à la pré­si­dence de l’UGA : ses oppo­sants dénoncent des failles démocratiques

FOCUS - Alors que sa réélection en janvier 2024 avait été annulée par le tribunal administratif, Yassine Lakhnech a été ré-réélu président de l'UGA par Lire plus

"Femme et racisée", Maude Wadelec a-t-elle quitté la majorité grenobloise après s'être vue refuser la délégation Égalité des droits?
« Femme et raci­sée », Maude Wadelec a‑t-elle quitté la majo­rité gre­no­bloise après s’être vue refu­ser la délé­ga­tion Égalité des droits ?

FOCUS - Pour quelles raisons Maude Wadelec a-t-elle quitté la majorité du conseil municipal pour figurer désormais parmi les élus d'opposition, en tant que non Lire plus

Le Mois des fiertés 2024 prend son envol à Grenoble, avec sa traditionnelle Marche des fiertés samedi 1er juin
Le Mois des fier­tés 2024 prend son envol à Grenoble, avec sa tra­di­tion­nelle Marche des fier­tés samedi 1er juin

FLASH INFO - Le Mois des fiertés de Grenoble, porté par l'association Grenoble Fiertés, prend son envol jeudi 16 mai et se poursuivra jusqu'au dimanche Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !