Wizbii et le Crédit agricole Sud Rhône Alpes lancent le dispositif Job+ dédié aux jeunes

sep article

Wizbii, réseau social pour étudiants fondé à Grenoble, et le Crédit agricole Sud Rhône Alpes ont signé un partenariat pour lancer le dispositif Job+. Un bouquet de services proposant aux jeunes du coaching professionnel et des formations, ou encore l’accès à des offres d’emploi.

 

 

Un « ser­vice inédit pour pro­pul­ser la car­rière des jeunes sur le ter­ri­toire ». C’est ainsi que la start-up gre­no­bloise Wizbii, réseau social et pro­fes­sion­nel pour les étu­diants et jeunes diplô­més, et le Crédit agri­cole Sud Rhône Alpes décrivent Job+. Un dis­po­si­tif né de la signa­ture d’un par­te­na­riat stra­té­gique entre les deux acteurs, déjà acté dans d’autres régions de France.

 

Benjamin Ducousso, président et co-fondateur de Wizbii, entouré du directeur et du président du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, Christian Rouchon (à gauche) et Jean-Pierre Gaillard (à droite) © Crédit Agricole Sud Rhône Alpes

Benjamin Ducousso, pré­sident et co-fon­da­teur de Wizbii, entouré du direc­teur et du pré­sident du Crédit agri­cole Sud Rhône Alpes, Christian Rouchon (à gauche) et Jean-Pierre Gaillard (à droite) © Crédit agri­cole Sud Rhône Alpes

 

Objectif de Job+ ? Donner aux jeunes l’oc­ca­sion de béné­fi­cier « d’un réel accom­pa­gne­ment dans la construc­tion de leur car­rière per­met­tant de mettre toutes les chances de leur côté pour décro­cher un emploi », écrivent les par­te­naires. Tout cela au sein d’un espace unique et dédié, pro­po­sant l’ac­cès à un bou­quet de ser­vices.

 

 

Des services offerts aux jeunes clients du Crédit agricole

 

L’offre Job+ sera offerte auto­ma­ti­que­ment aux clients socié­taires du Crédit agri­cole Sud Rhône Alpes âgés de 18 à 25 ans. Les parents de mineurs âgés de 16 à 17 ans et les jeunes de 18 à 30 ans non socié­taires du Crédit agri­cole pour­ront quant à eux accé­der aux ser­vices de Job+ en débour­sant 2,50 euros par mois.

 

Visuel Job+ © Crédit Agricole

Visuel Job+ © Crédit Agricole

 

Concrètement, Job+ pro­pose un ser­vice de « coa­ching car­rière » des­tiné à faire un bilan de com­pé­tences et à construire son pro­jet pro­fes­sion­nel autour d’un par­cours per­son­na­lisé en six étapes. Autre ser­vice : des cours en ligne per­met­tant aux jeunes de se for­mer à l’u­ti­li­sa­tion de Word, Photoshop ou encore au web­mar­ke­ting.

 

Également parmi les ser­vices pro­po­sés : 180 heures d’en­traî­ne­ment aux tests de langues pour mieux pré­pa­rer ses cer­ti­fi­ca­tions. Ou bien l’or­ga­ni­sa­tion de « cock­tails de recru­te­ment » per­met­tant de ren­con­trer, dans un cadre infor­mel, des entre­prises de la région. Et enfin, et sur­tout, l’ac­cès à des offres d’emploi ou de stage à tra­vers un moteur de recherche dédié.

 

 

FM

 

WIZBII LANCE FIBII, UNIVERS DÉDIÉ AU FINANCEMENT DES ÉTUDES

 

Wizbii pro­pose un nou­veau ser­vice, consa­cré au finan­ce­ment des études. Le réseau social et pro­fes­sion­nel pour étu­diants et jeunes diplô­més fondé à Grenoble a en effet fait l’ac­qui­si­tion de la start-up Filengo, qui per­met de cal­cu­ler ses aides « en quelques clics », et ouvre le site Fibii, « uni­vers dédié au finan­ce­ment des 18 – 30 ans ».

Visuel Filengo © Filengo

Visuel Filengo © Filengo

 

Créé il y a un an et lancé de manière confi­den­tielle à la ren­trée 2016, le site Filengo a déjà attiré plus de 20 000 jeunes, dési­reux de pou­voir s’in­for­mer sur les aides et les mon­tants aux­quels ils pou­vaient pré­tendre. La pla­te­forme recense 170 aides finan­cières dif­fé­rentes, natio­nales ou locales. « Près de 97 % des étu­diants le recom­mandent à leurs amis », affirme Wizbii.

 

L’achat de Filengo par Wizbii s’ins­crit réso­lu­ment dans la volonté stra­té­gique de l’en­tre­prise de « révo­lu­tion­ner le finan­ce­ment des études ». Fibii se pré­sente ainsi comme un por­tail pro­po­sant aux étu­diants d’a­voir accès à la liste et aux mon­tants des finan­ce­ments dis­po­nibles, ainsi que de connaître ses chances d’ob­te­nir un prêt étu­diant et « d’op­ti­mi­ser son pro­fil emprun­teur ».

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
3463 visites | 9 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 9
  1. Il fau­drait mettre en entête : publi­re­por­tage.

    sep article
    • PT

      20/11/2017
      23:54

      Il s’a­git d’un fil info qui informe du lan­ce­ment d’un nou­veau ser­vice et le décrit, rien de plus. A aucun moment, l’ar­ticle ne vante la qua­lité de celui-ci, contrai­re­ment à ce que ferait un publi-repor­tage…

      sep article
    • FM

      21/11/2017
      0:02

      « Publireportage » signi­fie­rait que j’ai été payé par l’une ou l’autre entre­prise pour rédi­ger cet article fac­tuel. Vous pro­fé­rez là une accu­sa­tion très grave qui relève de la calom­nie.

      sep article
      • Tout de suite les gros mots ! « calom­nie » !
        Je ne sais pas si le site (pas vous perso) a été payé ou pas et je m’en fiche. C’est bien s’il ne l’a pas été, c’est bien aussi s’il l’a été, il faut bien que le site gagne de l’argent (pas vous perso)

        sep article
        • FM

          21/11/2017
          0:27

          Le seul gros mot que j’ai lu, c’est « publi­re­por­tage ». Merci d’en prendre conscience.

          sep article
        • MB

          21/11/2017
          0:43

          Il va de soi que Place Gre’net n’a abso­lu­ment rien tou­ché de qui que ce soit, ce qui serait contraire à la déon­to­lo­gie. Il s’a­git là d’une infor­ma­tion éco­no­mique signée par un jour­na­liste (contrai­re­ment à un publi-repor­tage). Par ailleurs, pour rap­pel, Place Gre’net ne publie aucun publi-repor­tage.

          sep article
    • Bon, OK, je retire publi-repor­tage, au vu des réac­tions.

      sep article
      • PT

        21/11/2017
        11:17

        C’est tout à votre hon­neur et nous vous en remer­cions.

        sep article
  2. Franchement, se tour­ner vers une banque pour boos­ter sa car­rière, c’est pas un peu comme se tour­ner vers un den­tiste pour un chi­mio, non ?

    Quant à la caté­go­rie choi­sie, elle n’est pas inno­cente non plus. Rappelons qu’en France seuls 42% des gens ont fait des études supé­rieures et seuls 14% ont un bac + 5 en plus…

    On ne prê­tait qu’aux riches. Voilà main­te­nant qu’on aide que les riches – et quand c’est gra­tuit, c’est toi le pro­duit !

    sep article