Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Coup de pouce de la Métro aux véhicules de livraison moins polluants… de son territoire

sep article

Pour bouter le diesel hors du centre-ville de Grenoble, la Métro a mis en place début 2017 une zone à circulation restreinte interdisant la circulation des véhicules de livraison les plus polluants. Cette ZCR est en voie d’être élargie et, pour aller plus loin, une subvention à l’achat ou à la location de véhicules plus propres a été votée sans réserve par les élus. Mais allouée aux seules entreprises installées sur le territoire métropolitain…

 

 

Livraison d'une cantine à Grenoble. © Élodie Rummelhard - placegenet.fr

Livraison d’une cantine à Grenoble. © Élodie Rummelhard – placegenet.fr

La Métro vient en aide aux entreprises pour les aider à financer l’achat de véhicules de livraison moins polluants. Entre 1 500 et 13 000 euros seront ainsi alloués aux sociétés de moins de 250 salariés pour les aider à s’équiper de véhicules électriques, à hydrogène ou roulant au gaz naturel.

 

Depuis le 1er janvier 2017, une zone à circulation restreinte (ZCR) a été mise en place sur le périmètre du centre-ville élargi de Grenoble, au nord des grands boulevards, où se concentrent un quart des livraisons de l’agglomération. Une zone désormais interdite aux véhicules utilitaires légers mis en circulation avant le 30 septembre 1997 et aux poids lourds mis en circulation avant le 30 septembre 2001.

 

 

Le montant des aides, fonction du tonnage et de la motorisation

 

La Métro veut aller plus loin. Non seulement, elle entend bouter le diesel hors des murs de l’agglomération d’ici trois ans, mais l’objectif est aussi d’élargir le périmètre de la ZCR. Pour aider les entreprises à passer ce cap tout en soutenant le développement des énergies renouvelables alternatives au diesel, la Métro met donc la main à la poche.

 

L’aide concerne tout à la fois les véhicules en location (longue durée), ceux en location avec option d’achat et les véhicules à l’achat. Elle concerne aussi bien le gaz naturel, l’électrique que l’hydrogène.

 

Ainsi pour un véhicule de livraison de moins de 3,5 tonnes roulant au gaz, l’aide est de 1 500 euros. Pour le même tournant à l’électrique, de 3 000 euros. Pour un véhicule hydrogène, de 5 000 euros.

 

L’aide est plus importante pour les poids lourds de plus de sept tonnes ayant fait le choix du gaz naturel car elle intègre la bonification de 3 000 euros de GRDF qui a abondé à hauteur de 40 000 euros au dispositif mis en place par la Métro. Son aide est toutefois limitée au financement de treize véhicules.

 

 

Des aides accordées jusqu’en 2020

 

Quant au coup de pouce de la Métro, il est limité à un véhicule par entreprise et ce pendant quatre ans, jusqu’en 2020 donc, la collectivité se réservant la possibilité de le modifier au bout d’un an. Moyennant quoi, l’entreprise subventionnée s’engage à conserver son véhicule pendant au moins trois ans ou à restituer l’intégralité de la subvention.

 

L’aide ne concerne toutefois que les entreprises dont le siège social est installé sur le territoire de la Métro ainsi que les commerçants non sédentaires résidant ou ayant leur siège social dans l’agglomération grenobloise. Exit donc les entreprises hors des murs de la métropole qui pourront toujours livrer à Grenoble mais paieront plein pot – sauf dispositif équivalent mis en place sur leur territoire – l’achat ou la location de leurs véhicules s’ils veulent sortir du diesel…

 

 

PC

 

 

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
607 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Ce qui est parfaitement illégal!
    DG Marché intérieur a reçue il y a 6 jours la délib’…Ils en pleurent encore de rire.
    On ne peut subventionner des activités économiques comme cela.
    La ZCR ne fonctionne pas: non? C’est pas vrai!!!!
    Et quid des transporteurs qui sont basés dans le Grésivaudan et le Voironnais?
    Allez hop!
    M. Le préfet, déférez!!!!

    sep article