Opération spéciale à Grenoble : 70 cyclistes sensibilisés suite à des infractions

sep article

FOCUS – Une opération visant les cyclistes de l’agglomération grenobloise a été organisée, ce jeudi 19 octobre, dans le cadre du Plan départemental d’action de sécurité routière. L’objectif poursuivi ? Informer et sensibiliser les cyclistes sur les risques liés aux comportements inadaptés et au non-respect de la réglementation.

 

 

Un policier rappelle la loi à une contrevenante . © Joël Kermabon - Place Gre'net

Un policier rappelle la loi à une contrevenante. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Ils m’ont arrêtée parce que j’étais au téléphone en vélo avec mes écouteurs et parce que j’avais grillé un feu rouge », confesse, penaude, une jeune cycliste prise en flagrant délit. « J’ai préféré participer à la petite session d’information et de sensibilisation ; autrement j’aurais dû lâcher 270 euros ! », poursuit-elle, visiblement soulagée.

 

À l’instar de la contrevenante, plusieurs dizaines de cyclistes ont été contrôlés à l’occasion d’une opération de sensibilisation et d’information, organisée ce 19 octobre dans le cadre du Plan départemental d’action de sécurité routière.

 

 

« Quand vous regardez votre smartphone, qui regarde la route ? »

 

 

Cette opération s’est déroulée sur la piste cyclable longeant l’Isère parallèle à la rue du 19 mars 1962, ainsi qu’au carrefour protégé par des feux tricolores situé tout au bout du boulevard Maréchal Leclerc à Grenoble.

 

Des endroits stratégiques où s’était posté tout un petit monde : des fonctionnaires de la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP), de la préfecture de l’Isère et de la Direction départementale des territoires (DDT), des motards de la Brigade motorisée urbaine ainsi que deux officiers et deux motards de la brigade motorisée de la police municipale de Grenoble.

 

Sans oublier deux intervenants départementaux de sécurité routière (IDSR) chargés des aspects de sensibilisation et d’information, ces bénévoles n’ayant aucun rôle répressif.

 

Le Barnum sous lequel sont conduits les cycliste auteurs d'infractions afin d'y participer à une courte session de sensibilisation. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le barnum sous lequel étaient conduits les cycliste auteurs d’infractions afin d’y participer à une courte session de sensibilisation. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

« La route se partage. Cyclistes, rouler sans danger, c’est possible » ; « Quand vous regardez votre smartphone, qui regarde la route ? », pouvait-on notamment lire sur les planches informatives accrochées au barnum installé à côté de la piste cyclable.

 

Sur d’autres, figuraient les cas prévus par la règlementation, assortis du montant de l’amende correspondante. Savez-vous qu’il vous en coûtera 22 euros si l’on vous prend à circuler à deux ou plusieurs de front ? Ou encore qu’un franchissement de feu rouge est sanctionné par une amende de 90 euros ? Autant dire que ça peut très vite chiffrer en cas d’infractions cumulées.

 

Cependant, foin du tout répressif, il était également possible pour tout un chacun de venir simplement s’informer sur la réglementation et poser des questions aux fonctionnaires de police ou aux bénévoles. C’est ce qu’a fait une jeune fille qui nous explique sa démarche…

 

 

 

 

Participer à la démarche de sensibilisation… ou se faire verbaliser

 

 

« Les infractions que nous relevons tout particulièrement sont celles liées au non-respect de la signalisation dont les feux rouges, la circulation sur le trottoir et la conduite en utilisant des petits matériels tels des écouteurs ou encore des casques audio », explique le capitaine Christophe Collado. Autant de facteurs de risques sur lesquels les pouvoirs publics souhaitaient alerter les cyclistes. L’opération ne se bornait d’ailleurs pas aux seuls constats d’infractions.

 

Une cycliste écoute attentivement le décompte chiffré des infractions commises. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Une cycliste écoute attentivement le décompte chiffré des infractions commises. © Joël Kermabon – Place Gre’net

En effet, après avoir été fermement sermonnés par les fonctionnaires de police et avoir fait l’objet d’un rappel à la loi, tous ceux qui se faisaient pincer par les forces de l’ordre étaient conduits – avec leur accord – vers la tente d’information et de sensibilisation où ils étaient pris en charge par les intervenants départementaux de sécurité routière.

 

Tel était le marché qui leur était alors proposé : participer à la démarche de sensibilisation des autorités ou bien se faire verbaliser. Pour l’anecdote, il s’est quand même trouvé une personne qui a refusé l’alternative et préféré payer 211 euros d’amende…

 

 

« Le message passe plutôt bien »

 

 

« Nous insistons essentiellement sur les équipements obligatoires sur les vélos : l’éclairage, le freinage, l’avertisseur sonore », explique Mourad Brioua, l’un des deux IDSR. Mais pas seulement, puisque les bénévoles revenaient également sur la réglementation en vigueur, faisant acte de pédagogie via des panneaux d’information.

 

Une cycliste écoute attentivement le décompte chiffré des infractions commises. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Un intervenant de la sécurité routière faisant une démarche de responsabilisation auprès d’un cycliste. © Joël Kermabon – Place Gre’net

L’intervenant se félicite des réactions positives des personnes qui ont accepté le marché. « Nous notons que les gens sont assez sensibles à notre démarche. Il y a même des personnes qui se sont arrêtées délibérément et nous ont posé des questions. D’une manière générale, le message passe plutôt bien », souligne-t-il.

 

Quid du bilan de l’opération ? Soixante-dix cyclistes en infraction ont ainsi été interceptés et contrôlés. Par ailleurs, quinze personnes ont été sensibilisées, à leur demande, après s’être présentées volontairement aux intervenants.

 

 

Joël Kermabon

 

commentez lire les commentaires
4944 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. je cite le code de la route : » les cyclistes peuvent circuler à deux de front sur la chaussée. Ils doivent se mettre en file simple dès la chute du jour et dans tous les cas où les conditions de la circulation l’exigent, notamment lorsqu’un véhicule voulant les dépasser annonce son approche (R431-7, 2ème classe), »
    Si les flics mentent dans la sensibilisation on est mal foutu

    sep article
  2. Ping : Opération spéciale à Grenoble : 70 cyclistes sensibilisés suite à des infractions | Syndicat National des Policiers Municipaux

  3. A croire que les cyclistes provoquent des accidents, z’ont pas aut’chose à foutre ? Y lisent pas les stat de mortalités routière ?

    sep article
  4. action bien utile, par contre, pour la circulation de front, il est bien possible de circuler à 2 cyclistes de front sauf la nuit

    https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=93FEB5F94F2DE00AD13325DB132B0A83.tplgfr41s_2?idArticle=LEGIARTI000006842339&cidTexte=LEGITEXT000006074228&dateTexte=20120109

    Article R431-7 du code

    Les conducteurs de cycles à deux roues sans remorque ni side-car ne doivent jamais rouler à plus de deux de front sur la chaussée.

    Ils doivent se mettre en file simple dès la chute du jour et dans tous les cas où les conditions de la circulation l’exigent, notamment lorsqu’un véhicule voulant les dépasser annonce son approche.

    Le fait, pour tout conducteur, de contrevenir aux dispositions du présent article est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la deuxième classe.

    sep article
    • JK

      21/10/2017
      6:39

      Merci pour votre commentaire. Il semblerait que sur sur l’un des panneaux d’informations disposés dans l’espace destiné à la sensibilisation des cyclistes les services de la préfecture aient fait une confusion entre deux articles du Code de la route à savoir R431-6 et R431-7. Ce dernier stipule que « Les conducteurs de cycles à deux roues sans remorque ni side-car ne doivent jamais rouler à plus de deux de front sur la chaussée ». Ce serait donc à partir de trois cycles de front que la chose serait répréhensible. En tout cas, voici une portion du panneau d’information en question et sur lequel l’article s’est basé.     Panneau d'information

      sep article
      • merci pour la photo

        l’article R431-6 précise
        Les conducteurs de cyclomoteurs, de cycles à plus de deux roues, de cycles attelés d’une remorque ou d’un side-car ne doivent jamais rouler de front sur la chaussée.

        Le fait, pour tout conducteur, de contrevenir aux dispositions du présent article est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la deuxième classe.

        https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=44F74E6A42D7559CC4F7038DA57EA554.tplgfr41s_2?idArticle=LEGIARTI000006842338&cidTexte=LEGITEXT000006074228&dateTexte=20120109

        ainsi il est bien autorisé de circuler à 2 de front à vélo à 2 roues (soit la très large majorité des vélos).
        l’image utilisé par la police nationale est donc trompeuse et la conséquence est que probablement des cyclistes sont verbalisés du fait de cet mauvaise interprétation

        ce n’est malheureusement pas la première fois que des cyclistes seraient verbalisés à tort. des cyclistes avaient verbalisés il y’a quelques années car ne portant de gilet jaune place de Verdun à Grenoble alors que le gilet est obligatoire mais hors agglomération.

        sep article