Le Dal 38 dénonce la cou­pure d’élec­tri­cité du “squat” rue Jay de Grenoble

Le Dal 38 dénonce la cou­pure d’élec­tri­cité du “squat” rue Jay de Grenoble

FOCUS – Le “squat” du 6 rue Jay à Grenoble est privé d’élec­tri­cité depuis une dizaine de jours. En cause, des fac­tures impayées qui s’ac­cu­mulent et des accords de paie­ment qui n’au­raient pas été res­pec­tés. Les asso­cia­tions inter­pellent GEG ainsi que la Ville de Grenoble, pro­prié­taire de l’immeuble. 

L’association du Dal 38 (Droit au loge­ment Isère) tire la son­nette d’a­larme. Depuis main­te­nant plus de dix jours, les occu­pants du 6 rue Jay à Grenoble vivent sans élec­tri­cité. Face à l’ac­cu­mu­la­tion de fac­tures impayées, Gaz élec­tri­cité de Grenoble (GEG) a en effet coupé le cou­rant de ce squat ins­tallé en plein centre-ville.

Porte grise et vêtements au balcon, le 6 rue Jay à Grenoble est à proximité directe du centre-ville © Florent Mathieu - Place Gre'net

Porte grise et vête­ments au bal­con, le 6 rue Jay à Grenoble est à proxi­mité directe du centre-ville. © Florent Mathieu – Place Gre’net

C’est en avril 2016 qu’une qua­ran­taine de per­sonnes, prin­ci­pa­le­ment des familles avec enfants, se sont ins­tal­lées au 6 rue Jay, un immeuble alors à l’a­ban­don appar­te­nant à la Ville. Les asso­cia­tions et col­lec­tifs tels que le Dal 38 ou encore l’Assemblée de mal-logés ont alors fait un sym­bole de cette occu­pa­tion. « Lors de l’installation, GEG a réta­bli le cou­rant à la demande des per­sonnes et familles dans la néces­sité évi­dente d’éclairage et de chauf­fage », relate le Dal 38.

Une fac­ture impayée de 10 000 euros

Mais aujourd’­hui, la fac­ture d’élec­tri­cité s’é­lè­ve­rait à près de 10 000 euros. Un accord passé avec le direc­teur de l’en­tre­prise a per­mis le gel d’une somme de 5 000 euros, en échange d’un ver­se­ment de 1 000 euros, fait valoir l’as­so­cia­tion. Mais gel ne signi­fie pas annu­la­tion, et GEG réclame tou­jours envi­ron 3 000 euros de fac­tures non payées.

Vincent Fristot. adjoint à la Ville de Grenoble et président de GEG. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Vincent Fristot. adjoint à la Ville de Grenoble et pré­sident de GEG. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

« À un moment, il faut bien que quel­qu’un paye les fac­tures ! », juge Vincent Fristot, adjoint de Grenoble en charge de la délé­ga­tion urba­nisme, loge­ment, habi­tat et tran­si­tion éner­gé­tique, et pré­sident de GEG. « GEG a une dimen­sion sociale de tra­vail avec les per­sonnes, pour retrou­ver un rythme de paie­ment, éche­lon­ner la fac­tu­ra­tion en dif­fé­rentes pro­po­si­tions de règle­ments. L’accord trouvé n’a pas été honoré. Ce qui a obligé GEG à appli­quer les dis­po­si­tifs en pareil cas », explique encore l’élu.

Des « dis­po­si­tifs » impli­quant donc une cou­pure d’élec­tri­cité. Le Dal s’en indigne : « Nous rap­pe­lons la déli­bé­ra­tion du Conseil d’État qui rap­proche les besoins d’eau et d’électricité du droit fon­da­men­tal à la vie pri­vée et fami­liale, en confor­mité avec l’article 8 de la Convention euro­péenne des droits de l’Homme », écrit l’association.

Un poten­tiel pro­jet de loge­ment social ?

Le Dal 38 assure encore que Vincent Fristot n’a pas donné suite à ses demandes de ren­dez-vous. En retour, l’élu regrette la posi­tion de l’as­so­cia­tion. « Par prin­cipe, c’est dom­mage de faire du rap­port de force. On peut dis­cu­ter avec cer­taines asso­cia­tions, envi­sa­ger des conven­tions d’oc­cu­pa­tion pré­caire, mais pour ça il faut être dans le prin­cipe d’une dis­cus­sion sereine. Nous sommes capables de dis­cu­ter, et com­pre­nons tout à fait les situa­tions sociales dif­fi­ciles ! »

Suite à une facture de 10 000 euros non payée, GEG a coupé l'électricité du squat situé 6 rue Jay à Grenoble, où vivent environ 40 occupants.

Banderoles au bal­con : en 2016, les asso­cia­tions avaient fait du 6 rue Jay un sym­bole © Florent Mathieu – Place Gre’net

Vincent Fristot met en avant la res­pon­sa­bi­lité de la muni­ci­pa­lité. « En tant que pro­prié­taire des lieux, la Ville a des obli­ga­tions par rap­port aux contri­buables gre­no­blois et au voi­si­nage », rap­pelle-t-il. De plus, l’emplacement même de l’im­meuble actuel­le­ment occupé, à proxi­mité du cours Alsace-Lorraine, pour­rait en faire un bon can­di­dat pour un futur loge­ment social. « Le pro­jet n’est pas arrêté mais on est sur cette pos­si­bi­lité », confie l’élu.

Qui pour­suit : « Les occu­pants aujourd’­hui savent qu’ils ne sont pas dans leur droit en effec­tuant un rap­port de force. L’intérêt est plu­tôt d’a­bou­tir à un apai­se­ment. Nous tra­vaillons dans ce sens. C’est impor­tant que l’on puisse tra­vailler serei­ne­ment. Les per­sonnes ont des droits : repre­nons les choses par rap­port au droit des per­sonnes », estime-t-il encore.

Des élus aux abon­nés absents ?

Les locaux de Gaz Electricité de Grenoble, Place Schuman © Chloé Ponset - Place Gre'net

Les locaux de Gaz élec­tri­cité de Grenoble, Place Schuman © Chloé Ponset – Place Gre’net

Des agents de la Ville ont pu pro­cé­der à une visite du squat le mardi 12 octobre. Une visite tech­nique en lien avec les pro­jets futurs de la muni­ci­pa­lité qui s’est dérou­lée de manière satis­fai­sante, selon les deux camps. Le Dal espé­rait-il un réta­blis­se­ment du cou­rant suite à cette visite ? Toujours est-il que, la cou­pure res­tant d’ac­tua­lité, ses mili­tants ont “investi” le local de GEG, square Docteur-Martin.

Résultat : le direc­teur de l’a­gence a refusé de faire réta­blir le cou­rant. « Il s’est contenté de faire appel à la police pour nous faire par­tir (nous sommes par­tis avant son arri­vée). M. Fristot, mal­gré nos appels tous azi­muts est resté injoi­gnable ainsi que d’autres élus, tous en réunion ! », écrit l’association.

Des condi­tions dif­fi­ciles, décrit un occupant

Pendant ce temps, et sans sur­prise, Le Dal 38 décrit des habi­tants « dans une situa­tion très dif­fi­cile, alors que les tem­pé­ra­tures sont de plus en plus fraiches ». Bamenya, jeune Rwandais de 32 ans, se loge dans l’im­meuble depuis près d’un an, et fait état de condi­tions de vie difficiles.

Bamenya devant la porte du squat de la rue Jay. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Bamenya devant la porte du squat de la rue Jay. © Florent Mathieu – Place Gre’net

« La porte d’en bas n’a pas de ser­rure, les per­sonnes peuvent entrer faire ce qu’elles veulent. Il y a vrai­ment un pro­blème de va-et-vient. Des gens viennent pis­ser dans la cave. Nous avons ce souci de savoir qui peut nous pro­té­ger. »

« C’est très inquié­tant s’il n’y a pas d’élec­tri­cité. On peut attra­per des mala­dies… mais aussi avoir des pro­blèmes si l’on essaye de dénon­cer ça. On n’a pas de prise de parole pour par­ler avec des gens, trou­ver une solu­tion rapide… », ajoute enfin Bamenya, désabusé.

Florent Mathieu

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Tribune libre du collectif Stop Métrocâble: "Cette séquence du métrocâble n'a que trop duré. Il est urgent de la clore."
Tribune libre du col­lec­tif Stop Métrocâble : « Cette séquence du métro­câble n’a que trop duré. Il est urgent de la clore. »

TRIBUNE LIBRE - Alors que des "acteurs économiques grenoblois" ont publié une tribune dans Le Dauphiné libéré pour soutenir le projet de Métrocâble malgré l'avis Lire plus

Législatives 2024 : 6 900 à 8 500 per­sonnes ont défilé à Grenoble pour « la mani­fes­ta­tion uni­taire contre l’ex­trême droite »

REPORTAGE - Entre 6 900 et 8 500 personnes (selon la police ou les syndicats) ont défilé dans les rues de Grenoble, samedi 15 juin 2024, Lire plus

Hémicycle de l'assemblée nationale CC-BY-SA 3.0 Richard Ying et Tangui Morlier
Législatives 2024 : Front popu­laire, Renaissance, LR, RN… Les pre­mières can­di­da­tures confir­mées en Isère

FOCUS - À deux jours de la date limite de dépôt des candidatures, dimanche 16 juin 2024, les candidats investis pour les élections législatives des Lire plus

Viol en réunion d’une étu­diante à Bordeaux : le pro­cès aux assises des cinq ex-rug­by­men du FCG sera-t-il reporté ?

FOCUS - Cinq anciens joueurs du FCG doivent comparaître à partir de lundi 17 juin 2024 devant la cour d'assises de la Gironde, sept ans Lire plus

Été sur les quais, Été Oh ! Parc, la Ville de Grenoble déploie sa programmation d'animations estivales
Été sur les quais, Été Oh ! Parc, 14 juillet… Le retour des ani­ma­tions esti­vales à Grenoble

ÉVÉNEMENT - La Ville de Grenoble a préparé comme à l'accoutumé des animations estivales, qu'il s'agisse de l'Été sur les quais dès le samedi 15 Lire plus

Aux Bouffes pon­toises : le fes­ti­val gas­tro­no­mique de retour à Pont-de-Claix avec l’Allemagne en invité d’honneur

ÉVÈNEMENT - Pont-de-Claix accueille la deuxième édition du festival gastronomique international Aux Bouffes pontoises, samedi 15 juin 2024, de 16 heures à 22 h 30, sur Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !