Collège Vercors : l’équipe éducative reprend le travail après l’octroi d’un demi-poste de CPE

sep article



FOCUS – La position du rectorat ayant évolué positivement, l’équipe éducative du collège Vercors, en grève depuis la rentrée scolaire, a décidé, ce samedi 30 septembre en assemblée générale, de reprendre le travail le lundi 2 septembre. La situation s’est débloquée suite à l’octroi par les services académiques d’un demi-poste de conseiller principal d’éducation (CPE) et ce jusqu’à la fin de l’année scolaire. 

 

 

Les "pions" de la partie d'échecs grandeur nature organisée devant le rectorat.© Joël Kermabon - Place Gre'net

Les « pions » de la par­tie d’é­checs gran­deur nature orga­ni­sée devant le rec­to­rat. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Les évé­ne­ments se sont pré­ci­pi­tés ces der­niers jours dans le conflit qui a opposé les ser­vices du rec­to­rat à l’équipe édu­ca­tive du col­lège Vercors, en grève depuis la ren­trée sco­laire.

 

Quelques heures après une par­tie d’é­checs gran­deur nature qu’ils avaient orga­ni­sée devant le siège du rec­to­rat de l’a­ca­dé­mie de Grenoble, ce ven­dredi 29 sep­tembre, les per­son­nels et une délé­ga­tion de parents d’é­lèves ont été reçus en audience par les ser­vices du rec­to­rat. Qui a inflé­chi sa posi­tion en octroyant au col­lège Vercors un demi-poste de CPE pour toute l’an­née sco­laire.

 

Une évo­lu­tion dont les gré­vistes et les parents d’é­lèves ont pris bonne note. Réunis en assem­blée géné­rale ce samedi 30 sep­tembre, ils ont, en consé­quence, décidé de reprendre le tra­vail dès ce lundi 2 octobre.

 

 

« Nous en sommes plus que jamais convaincus : la lutte paie ! »

 

 

« Ce demi-poste de CPE ren­for­cera l’é­quipe », estiment les gré­vistes. Qui avaient déjà obtenu un demi-poste d’as­sis­tant d’é­du­ca­tion (AED) le 8 sep­tembre, jour de la ren­trée sco­laire. Une satis­fac­tion tou­te­fois miti­gée par le fait que les per­son­nels consi­dèrent que ce demi-poste « ne répond pas aux besoins du col­lège en terme d’ef­fec­tifs de sur­veillance ». Même si c’est une vic­toire pour l’é­quipe édu­ca­tive. « Le rec­to­rat recon­naît donc le manque causé par la sup­pres­sion des contrats aidés et la légi­ti­mité de nos demandes », se féli­citent-ils, per­sua­dés du bien-fondé de leur lutte.

 

Le siège du rectorat de l'académie de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le siège du rec­to­rat de l’a­ca­dé­mie de Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Et d’en­fon­cer le clou. « C’est par notre mobi­li­sa­tion, mas­sive et déter­mi­née, que nous avons obtenu des moyens sup­plé­men­taires accor­dés à la vie sco­laire. Sans elle, notre situa­tion aurait été plus que catas­tro­phique. Nous en sommes plus que jamais convain­cus : la lutte paie ! », se réjouissent-ils encore.

 

« Nous enta­mons donc la ren­trée sco­laire avec un équi­valent temps plein (ETP) de sur­veillance en moins et un demi-CPE en plus », expliquent les per­son­nels du col­lège Vercors. L’équipe édu­ca­tive reste cepen­dant sur une pru­dente réserve, atten­dant que la dota­tion en AED des éta­blis­se­ments sco­laires, et en par­ti­cu­lier ceux de l’é­du­ca­tion prio­ri­taire, soit revue à la hausse.

 

C’est du moins ce qu’ils ont retenu des pro­pos que leur a tenus en direct sur France Inter, Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation natio­nale ce 28 sep­tembre. Ce der­nier a reconnu l’im­por­tance des mis­sions de sur­veillance et affirmé qu’il fal­lait rem­pla­cer les contrats aidés par des AED.

 

 

« Il va bien falloir l’ouvrir et l’abonder, l’enveloppe des AED ! »

 

 

L’équipe ne baisse tou­te­fois pas les bras. « Ces moyens ne sont tou­jours pas à la hau­teur de nos besoins : mal­gré tous nos efforts, le rec­to­rat a refusé de rem­pla­cer à équi­va­lence, les contrats aidés per­dus par des AED, pré­tex­tant le risque qu’il y aurait à ouvrir la boîte de Pandore », explique l’é­quipe édu­ca­tive. Qui rétorque : « Il va bien fal­loir l’ou­vrir et l’a­bon­der, l’en­ve­loppe des AED ! » Elle reproche en effet à sa hié­rar­chie d’a­voir mis un point d’hon­neur à ne pas leur accor­der un AED sup­plé­men­taire, ce qui cor­res­pond réel­le­ment au manque de sur­veillants actuel.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

« Elle nous donne à la place un CPE à mi-temps qu’on ne deman­dait pas ! », iro­nise l’é­quipe édu­ca­tive. Si la grève s’a­chève, celle-ci est d’ailleurs fer­me­ment déci­dée à res­ter mobi­li­sée et ce dès la reprise des cours.

 

« L’audit dépê­ché par le rec­to­rat mon­trera, nous en sommes convain­cus, que la dis­pa­ri­tion d’un temps com­plet de sur­veillance n’est pas sans consé­quences sur la vie de l’é­ta­blis­se­ment. Il met­tra en évi­dence la néces­sité de rem­pla­cer les postes pré­caires sau­pou­drés depuis des années par des postes d’AED, comme l’af­firme le ministre de l’Éducation natio­nale. Comment pour­rait-il en être autre­ment ? », inter­roge-t-elle.

 

 

« Nous sommes prêts à nous remobiliser »

 

 

A l’is­sue de leur grève de trois semaines, les per­son­nels déclarent vou­loir res­ter tous soli­daires de l’é­quipe de vie sco­laire. « [Nous serons] atten­tifs à ce que ses condi­tions de tra­vail ne se dété­riorent pas encore davan­tage. Nous sommes prêts à nous remo­bi­li­ser si des moyens venaient à nous être enle­vés ou si le manque d’en­ca­dre­ment des élèves créait des situa­tions ingé­rables », déclarent-ils, ne bais­sant pas la garde.

 

Le rectorat de Grenoble a octroyé un demi-poste de CPE au collège Vercors. Une avancée suffisante estime l'équipe éducative qui met fin à sa grève. - Photo : Parents d'élèves et équipe éducative manifestant bruyamment devant le rectorat de l'académie de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Parents d’é­lèves et équipe édu­ca­tive mani­fes­tant bruyam­ment devant le rec­to­rat de l’a­ca­dé­mie de Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

« Ce que nous défen­dons, nous le défen­dons pour tous. Nous pour­sui­vrons le dia­logue avec les parents d’é­lèves et le rec­to­rat et conti­nue­rons à nous battre pour abou­tir à des solu­tions pérennes pour notre col­lège et nos élèves, qui méritent des condi­tions de tra­vail, d’en­ca­dre­ment de qua­lité », finit par conclure, avec grande convic­tion, l’é­quipe édu­ca­tive du col­lège Vercors.

 

 

Joël Kermabon

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
2134 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.