GE Hydro : Éric Piolle dénonce un « plan brutal » et interpelle Emmanuel Macron

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

EN BREF – Après la lettre adressée le 6 juillet dernier à Emmanuel Macron par Christophe Ferrari, le président de Grenoble-Alpes Métropole, c’est Éric Piolle, le maire de Grenoble, qui vient d’écrire au président de la République le 19 juillet au sujet du plan social frappant les salariés de General Electric Hydro (GE Hydro).

 

 

Les membres de la délégation de GE Hydro s'adressent aux conseiller métropolitains. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les membres de la délé­ga­tion de GE Hydro s’a­dressent aux conseiller métro­po­li­tains. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Éric Piolle avait pré­venu de son inten­tion d’in­ter­ve­nir per­son­nel­le­ment en faveur des sala­riés de GE Hydro auprès du pré­sident de la République.

 

C’est désor­mais chose faite par l’in­ter­mé­diaire d’un cour­rier de trois pages, dans lequel l’élu ne cache pas sa stu­peur. Celle de consta­ter que mal­gré la pro­messe du géant amé­ri­cain – lors du rachat d’Alstom Énergie – de créer 1 000 emplois net en France d’ici 2018, la direc­tion de sa filiale Energy a décidé de lan­cer un plan de restruc­tu­ra­tion. En jeu, la sup­pres­sion de 345 emplois sur les 800 que compte GE Hydro à Grenoble.

 

« Cette annonce est non seule­ment incom­pré­hen­sible et révol­tante mais est aussi com­plè­te­ment ana­chro­nique », pour­fend Éric Piolle. Qui en rap­pelle le côté cho­quant, « l’an­nonce ayant été faite de manière bru­tale juste avant les congés d’été, sans aucune concer­ta­tion préa­lable avec les par­te­naires publics et pri­vés », fus­tige-t-il encore. Pour l’élu, c’est clair, « cette actua­lité dra­ma­tique est révé­la­trice de la stra­té­gie court-ter­miste et filia­li­sée de cer­tains grands groupes inter­na­tio­naux ».

 

 

Préserver la filière de l’énergie hydraulique

 

 

Éric Piolle, qui a reçu les repré­sen­tants du per­son­nel de GE Hydro ce 12 juillet der­nier pour leur assu­rer son sou­tien plein et entier, estime que cette déci­sion a été prise « au détri­ment des tra­jec­toires per­son­nelles, de la vie des sala­riés ». Mais aussi des iden­ti­tés locales et des dyna­miques à l’œuvre dans les ter­ri­toires.

 

Suite au rachat en 2015 de la branche énergie d'Alstom, General Electric envisage de supprimer 345 emplois dans sa filiale GE Hydro à Grenoble.Suite au rachat en 2015 de la branche énergie d'Alstom, General Electric envisage de supprimer 345 emplois dans sa filiale GE Hydro à Grenoble.Siège de General Electric Renewable Energy à Grenoble. Éric Piolle, le maire de Grenoble a adressé un courrier à Emmanuel Macron afin qu'il s'implique sur le dossier de GE Hydro où 345 postes sont en jeu..© Google

Siège de General Electric Renewable Energy à Grenoble. © Google

« Ce plan bru­tal et pure­ment conjonc­tu­rel risque en effet de faire dis­pa­raître une entre­prise de pointe dans la filière de l’éner­gie hydrau­lique », pré­dit l’é­dile. Une filière qui, au contraire, doit être encou­ra­gée, déve­lop­pée et ren­for­cée « à l’aune de l’ur­gence et des défis éner­gé­tiques et envi­ron­ne­men­taux que nous devons rele­ver », explique le maire de Grenoble.

 

S’associant à la démarche de Christophe Ferrari, pré­sident de Grenoble-Alpes Métropole, qui a adressé un cour­rier le 6 juillet der­nier à Emmanuel Macron au sujet du plan social frap­pant les sala­riés de GE, Éric Piolle s’en remet à « l’im­pli­ca­tion per­son­nelle » du pré­sident de la République, afin de « [pou­voir] trou­ver ensemble des solu­tions en vue de pré­ser­ver les emplois de cette filière d’a­ve­nir ».

 

Comment ? En ren­con­trant dès que pos­sible « une délé­ga­tion de sala­riés de GE Hydro accom­pa­gnés, si besoin est, d’é­lus locaux pour étu­dier ensemble toutes les solu­tions rai­son­nables et de bon sens sur ce dos­sier », pro­pose Éric Piolle.

 

 

Joël Kermabon

 

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
3757 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.