Le siège de la SDH à Echirolles

La SDH dévoile ses projets d’ici 2022 : entre construction, réhabilitation et innovation

La SDH dévoile ses projets d’ici 2022 : entre construction, réhabilitation et innovation

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – La Société dauphinoise pour l’habitat vient de dévoiler sa stratégie d’entreprise pour les six prochaines années. Son objectif ? Établir son patrimoine immobilier à 20 500 logements d’ici 2022, afin de conserver son rôle majeur de bailleur social en Isère. Un projet qui nécessite d’investir plus de 400 millions d’euros dans la construction de nouveaux logements et dans la réhabilitation des anciens.

 

 

« Favoriser l’accès aux loge­ments des sala­riés, notam­ment des plus modestes d’entre eux, et garan­tir à nos clients des ser­vices abor­dables et de qua­lité, tout en pro­mou­vant le bien-vivre ensemble ». Tels sont les objec­tifs que se donne la Société dau­phi­noise pour l’habitat sur les six pro­chaines années. Issu d’une concer­ta­tion col­lec­tive conduite au prin­temps 2016, ce pro­gramme, nommé Imag’In 2022, a été dévoilé le ven­dredi 16 juin.

 

Patricia Dudonné, directrice générale de SDH, avec Bertrand Converso, Président de la SDH

Patricia Dudonné et Bertrand Converso, Président de la SDH, lors de la confé­rence de ven­dredi 16 juin. © Giovanna Crippa – Place Gre’net

« L’idée de l’imagination est for­te­ment ancrée dans la SDH, explique la direc­trice géné­rale, Patricia Dudonné. Qui dit ima­gi­ner, dit inno­ver. Pour nous, « inno­va­tion » signi­fie une petite pra­tique qu’on change au quo­ti­dien, dans une pers­pec­tive de trans­for­ma­tion sociale. »

 

Le défi majeur ? « Rester le pre­mier pro­duc­teur de loge­ments sociaux sur le ter­ri­toire de l’Isère en élar­gis­sant le parc immo­bi­lier à 20 500 loge­ments en 2022 », annonce la direc­trice géné­rale de SDH. Avec un patri­moine de 19 000 loge­ments, répan­dus sur 145 com­munes, un rythme de pro­duc­tion annuelle de 350 loge­ments neufs, et autant en réha­bi­li­ta­tion, la SDH peut en effet se van­ter d’être la pre­mière entre­prise sociale pour l’habitat en Isère. Une posi­tion à laquelle la société n’en­tend pas renoncer…

 

 

« Imag’In 2022 » : 420 millions d’euros à repartir entre innovation et réhabilitation

 

 

D’ici 2022, ce pro­jet ambi­tieux implique d’investir 420 mil­lions d’euros dans l’amélioration du patri­moine exis­tant. Concrètement, outre la réha­bi­li­ta­tion de 2 300 loge­ments, il pré­voit la pro­duc­tion de 1 800 loge­ments loca­tifs sociaux ainsi que de quelque 500 loge­ments en acces­sion sociale sécurisée.

 

Le siège de la SDH à Echirolles

La SDH construit de nou­veaux loge­ments et réha­bi­lite les plus anciens afin de les louer aux ménages aux reve­nus modestes. © Giovanna Crippa – Place Gre’net

« Avec SDH Access, nous comp­tons pro­po­ser des pro­duits non seule­ment abor­dables, mais aussi sécu­ri­sés, avec une garan­tie de rachat et d’accompagnement per­son­na­lisé pour les loca­taires », pré­cise Patricia Dudonné.

 

Tout en s’adressant aux familles qui sou­haitent deve­nir pro­prié­taires de leur habi­ta­tion, ce dis­po­si­tif a l’avantage de garan­tir des reve­nus sup­plé­men­taires à l’entreprise.

 

« Un moyen d’anticiper l’avenir », selon Bertrand Converso, pré­sident de la SDH, qui explique : « L’accession sociale sécu­ri­sée nous per­met de ren­trer des fonds propres à tra­vers la vente de loge­ments et d’as­su­rer une auto­no­mie finan­cière à notre entre­prise. »

 

 

Cibler les salariés pour promouvoir la mixité sociale

 

 

Pour se dis­tin­guer des autres bailleurs sociaux, la SDH a décidé de miser sur un public plus aisé : « Nous ciblons prio­ri­tai­re­ment les sala­riés », affirme Bertrand Converso. Entendez par là des titu­laires de CDI tou­chant un salaire égal ou supé­rieur au Smic, ceux en CDD, contrats pré­caires, ou encore en apprentissage.

 

Le Président de la SDH, Bertrand Converso.

Le Président de la SDH, Bertrand Converso. © Giovanna Crippa – pla​ce​gre​net​.fr

« Des gens à la porte du monde du tra­vail, en cours d’insertion dans l’emploi […], ayant des besoins de loge­ments très spé­ci­fiques et aux­quels on se doit de répondre », sou­ligne Patricia Dudonné. Qui met les points sur les i : « En nous adres­sant éga­le­ment aux sala­riés, on se donne une orien­ta­tion forte là où nous avons des leviers pos­sibles dans les dis­cus­sions avec les réser­va­taires, sans renon­cer en aucun cas à nos obli­ga­tions régle­men­taires qui nous imposent l’attribution des loge­ments à un pour­cen­tage de gens très dému­nis. » Chaque année, 25 % des loge­ments sont des­ti­nés à un public très défa­vo­risé, orienté par la pré­fec­ture, et 20 % réser­vés aux can­di­dats pro­po­sés par les éta­blis­se­ments publics de coopé­ra­tion intercommunale.

 

Pourquoi cette nou­velle poli­tique com­mer­ciale de la SDH ? Pour pro­mou­voir la mixité sociale. Un objec­tif qui s’inscrit dans le cadre du Nouveau pro­gramme natio­nal de renou­vel­le­ment urbain (NPNRU) porté par l’Agence natio­nale pour la réno­va­tion urbaine (Anru). Avec la néces­sité d’attirer des ménages plus aisés dans les quar­tiers prio­ri­taires de la ville… mais aussi, à l’inverse, celle de loger des publics plus fra­giles dans des sec­teurs neufs du centre-ville.

 

 

Le quartier de l’Arlequin pour tester la mixité sociale

 

 

Le pre­mier ter­rain d’essai pour tes­ter ce concept de bras­sage de la popu­la­tion sera le quar­tier de la Villeneuve, à Grenoble. Remis à neuf dans le cadre d’un pro­jet de reva­lo­ri­sa­tion de l’Arlequin, les appar­te­ments libres du 40 devraient accueillir un public très varié qui se mélan­gera avec les loca­taires déjà sur place. A la dif­fé­rence que les nou­veaux entrants connaî­tront une aug­men­ta­tion de 12 % du loyer. Un dif­fé­ren­tiel qui, selon la direc­trice géné­rale de la SDH, « cor­res­pond au mon­tant investi lors des tra­vaux de réha­bi­li­ta­tion ther­miques et éner­gé­tiques ».

 

Le chantier Anru du 50 galerie de l'Arlequin, en février 2016. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le chan­tier Anru du 50 gale­rie de l’Arlequin, en février 2016. © Joël Kermabon – Place Gre’net

D’ailleurs, le même prin­cipe vau­dra pour tous les pro­jets de réno­va­tion. « L’équation est simple, déclare Bertrand Converso. Remettre à neuf les bâti­ments nous per­met à la fois de pré­ser­ver notre « outil indus­triel » [le parc immo­bi­lier, ndlr] et de fidé­li­ser nos loca­taires en leur ren­dant un meilleur ser­vice. L’augmentation consé­cu­tive du loyer sera tou­te­fois balan­cée par la baisse des quit­tances et des charges ».

 

Toujours dans le cadre du NPNRU, la SDH entend s’engager dans nom­breux autres pro­jets concer­nant les “quar­tiers poli­tique de ville”, tels que le Village olym­pique à Grenoble, le Village 2 à Échirolles, ou encore Les Iles de Mars au Pont-de-Claix. Parmi eux, la construc­tion de 140 loge­ments sur la Villeneuve d’Échirolles et de cinq au Pont-de-Claix.

 

Quelque 1 500 loge­ments sur les trois sites pour­raient par ailleurs faire l’ob­jet de gros tra­vaux de réha­bi­li­ta­tion. Inévitables, enfin, sont pro­gram­mées les démo­li­tions de bâti­ments plus anciens sur les sec­teurs concer­nés par le pro­gramme de l’Anru : « Une action qui aura un fort impact sur les finances de la SDH, mais néces­saire en vue la réno­va­tion urbaine des quar­tiers », se résigne la direc­trice générale.

 

 

Un rayon d’action « sur tous les bassins d’emploi de la région »

 

 

Après ces esti­ma­tions approxi­ma­tives, il fau­dra attendre la signa­ture d’une conven­tion avec le NPNRU pour connaître la réelle enver­gure de ces opé­ra­tions. Entre temps, Patricia Dudonné rap­pelle le rayon d’action de la SDH : « Nous sommes pré­sents sur tous les bas­sins d’emploi de la région, avec des axes de déve­lop­pe­ment très forts aussi dans le Nord Isère et dans la Vallée du Rhône ». Et celle-ci d’a­jou­ter que la SDH mène éga­le­ment des petites opé­ra­tions dans des com­munes plus recu­lées, dans le Trièves, la Matheysine ou le Grésivaudan.

 

Eric Aufort, chargé de développement social et urbain à la SDH, anime à l'appartement pédagogique de l'Arlequin des ateliers pour sensibiliser les locataires aux éco-gestes.

Eric Aufort, chargé de déve­lop­pe­ment social et urbain à la SDH, anime à l’ap­par­te­ment péda­go­gique de l’Arlequin des ate­liers pour sen­si­bi­li­ser les loca­taires aux éco-gestes.

L’atout de l’entreprise serait d’ailleurs, selon elle, « la capa­cité d’analyser les besoins de dif­fé­rents ter­ri­toires à tra­vers la mise en place d’un plan stra­té­gique de patri­moine ».

 

Suite au diag­nos­tic dressé par ce dis­po­si­tif, la SDH peut donc déci­der dans quelles zones déployer plus de res­sources maté­rielles ou humaines.

 

D’où la pré­sence, sur plu­sieurs quar­tiers popu­laires, d’une équipe de col­la­bo­ra­teurs expres­sé­ment consa­crée au bien-vivre ensemble.

 

Leur mis­sion ? Sensibiliser les loca­taires à l’écologie et au déve­lop­pe­ment durable, à tra­vers des ani­ma­tions. Comme quoi pro­jets de renou­vel­le­ment urbain et dyna­mi­sa­tion de la vie de quar­tier peuvent par­fois aller de pair.

 

 

Giovanna Crippa, cor­res­pon­dante à Échirolles

 

 

CONSTRUIRE, RÉHABILITER ET SENSIBILISER… RETOUR SUR L’ANNÉE 2016

 

« Entre 2011 et 2016, nous avons construit plus de 2 300 loge­ments neufs et nous en avons réha­bi­li­tés autant, résume Bertrand Converso, pré­sident de la SDH. Cela repré­sente 405 mil­lions d’euros d’investissements sur le ter­ri­toire, dont 300 mil­lions d’euros pour le neuf et 105 mil­lions d’euros pour la réha­bi­li­ta­tion-amé­lio­ra­tion du parc exis­tant. Et celui-ci d’a­jou­ter que 537 loge­ments ont été acquis sur cette même période, « ce qui porte le parc immo­bi­lier de la SDH sur le dépar­te­ment à 19 000 loge­ments. »

 

Logement social Le Clos à Vif. © SDH

Logement social Le Clos à Vif. © SDH

Parmi les temps forts de 2016 ? L’inauguration, en décembre, de la gale­rie de l’Arlequin, après la réha­bi­li­ta­tion de 154 loge­ments aux 40 – 42 et l’a­mé­lio­ra­tion des per­for­mances éner­gé­tiques des bâti­ments. Mais aussi la construc­tion de deux bâti­ments dans la rési­dence inter­gé­né­ra­tion­nelle L’Eau vive, au cœur de l’écoquartier de Pré Nouvel à Seyssins. Ou encore les tra­vaux de réno­va­tion ther­mique effec­tués à Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs, ou l’aménagement de 18 loge­ments dans la rési­dence du Clos à Vif.

 

Quant au par­te­na­riat avec le Syndicat mixte de trans­ports en com­mun de l’agglomération (SMTC) signé en sep­tembre 2016 et à la col­la­bo­ra­tion avec l’association Delphis Habitat & Innovation en novembre, ils s’inscrivent dans le cadre d’une démarche visant à sen­si­bi­li­ser le public au res­pect de l’environnement. Transports en com­mun, éco­no­mies d’énergies, tri sélec­tif… Autant de sujets que la SDH envi­sage de relan­cer sur les six pro­chaines années.

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

GC

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

COUV Collège Lucie Aubrac de la Villeneuve en construction, jeudi 21 janvier 2021 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
WebTV, classe bilingue… le nouveau collège Lucie-Aubrac, plus écolo et toujours novateur, ouvrira en septembre

  FOCUS - Au 31 avenue la Bruyère, près de l’école des Buttes, la construction du nouveau collège Lucie-Aubrac, quartier Villeneuve à Grenoble, va bon Lire plus

COUV Lac du parc Verlhac de la Villeneuve 25 juillet 2020 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
A La Villeneuve, Grenoble mise sur le renouvellement urbain… sans investir dans “l’humain” selon l’opposition

  FOCUS – Gestion durable de l’eau du parc, verdissement de la crique centrale et rénovation des copropriétés… Lors du conseil municipal de ce lundi Lire plus

COUV Démolition de 46 logements collectifs au 7-9 allée du Limousin à Echirolles dans le cadre du programme de renouvellent urbain des deux Villeneuves, 3 décembre 2020 © Séverine Cattiaux – Place Gre’net
Villeneuve d’Echirolles : six opérations de démolition au programme… sans l’ombre d’une contestation

  FOCUS – Coup d’envoi du vaste programme de renouvellement urbain sur la Villeneuve d’Échirolles, avec la toute première opération de démolition dans le quartier Lire plus

Femme trans retrouvée morte : une élue de la Ville de Grenoble dénonce (un peu trop vite?) un "meurtre transphobe"
Un « malfaiteur chevronné » et armé interpellé à Grenoble quartier Villeneuve

  FLASH INFO — C'est un "malfaiteur chevronné", selon les termes du procureur de la République de Grenoble, qui a été appréhendé par les policiers Lire plus

Flash Info

|

23/06

11h06

|

|

23/06

7h33

|

|

22/06

22h54

|

|

22/06

21h39

|

|

22/06

14h36

|

|

21/06

17h04

|

|

21/06

13h01

|

|

21/06

10h31

|

Ville de Grenoble - Anneau de vitesse

Les plus lus

Flash info| Grenoble accueille les championnats de France individuels de tennis-fauteuil, du 24 au 27 juin 2021

Émilie Gindre et Joséfa Gallardo de La Rampe - la Ponatière. © Tim Buisson – Place Gre’net

Culture| Échirolles : La Rampe – La Ponatière lance sa saison 2021 – 2022 après plusieurs mois sans spectacles

Abonnement| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

David Smétanine

Abonnement| Le Grenoblois David Smétanine candidat pour être porte-drapeau paralympique aux Jeux de Tokyo

La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d'oiseaux

Environnement| La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d’oiseaux

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin