Les locataires des 40 et 50 galerie de l’Arlequin menacent d’attaquer la SDH et Actis

sep article

FOCUS – Après plusieurs mois de travaux, les immeubles 40 et 50 de la Galerie Arlequin ont été inaugurés en décembre dernier. Mais les résidents qui ont vécu, in situ, cette remise en état de fond en comble demandent aux bailleurs SDH (40) et Actis (50) un dédommagement financier au titre des préjudices matériel et moral subis. Faute de réponse satisfaisante, ils pourraient porter l’affaire devant les tribunaux.

 

 

 

Inauguration le 8 décembre 2016, des 40 et 50 Galerie de l'Arlequin à Grenoble par les élus, partenaires et financeurs. DR

Inauguration le 8 décembre 2016, des 40 et 50 Galerie de l’Arlequin à Grenoble par les élus, partenaires et financeurs. DR

Menés sous la houlette des groupes Eiffage pour le 40 et Bouygues pour le 50 de la galerie de l’Arlequin à la Villeneuve, les travaux réalisés ont été colossaux : rénovation des logements, isolation des façades, installation de nouveaux escaliers, réhabilitation des halls d’entrée, etc.

 

Bailleurs et élus semblaient ravis du résultat lors de l’inauguration le 8 décembre dernier et ces derniers l’ont réaffirmé à l’occasion du conseil municipal le 19 décembre dernier. Étonnamment, les locataires font part de leur mécontentement. Pourquoi, donc ? Par exemple, les finitions ne sont pas tout à fait au rendez-vous et la sécurité des portes d’entrée laisse encore à désirer… Voilà qui devrait toutefois pouvoir s’arranger.

 

En revanche, ils ne digèrent vraiment pas « l’enfer », selon leur expression, qu’ils ont vécu durant les travaux. Leur exaspération n’a fait que croître ces dernières semaines. Car Actis (bailleur du 50) tout comme la SDH (bailleur du 40) refusent de répondre favorablement à leurs doléances.

 

 

 

« Ils nous ont pris en otages »

 

 

À les en croire, les 77 locataires restés dans les immeubles en travaux en ont bavé… Bruits, poussières, va-et-vient intempestifs des sous-traitants dans les logements, parties communes sales, ascenseurs hors service… Leur quotidien n’aurait pas été une sinécure pendant trois ans.

 

Organisation d'un point Presse mercredi 31 mai 2017, par les habitants du 40 et du 50 galerie de l'Arlequin, quartier Villeneuve à Grenoble. Ils réclament des dédommagements auprès des bailleurs la SDH et Actis, pour préjudices moral et matériel subis pendant la durée des travaux de leur immeuble. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Point presse organisé le 31 mai 2017 par les habitants du 40 et du 50 galerie de l’Arlequin, quartier Villeneuve à Grenoble. Ils réclament des dédommagements auprès des bailleurs la SDH et Actis pour préjudices moral et matériel subis pendant la durée des travaux de leur immeuble. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Les derniers temps, les ouvriers ont même travaillé les week-end, ne laissant aucun répit aux locataires.

 

Quelle drôle d’idée aussi que de rester dans un logement en pareille situation ? Apparemment, les habitants n’imaginaient pas ce qui les attendait. En revanche, ils considèrent que les bailleurs – SDH et Actis – en savaient bien plus qu’eux sur la lourdeur des travaux, et auraient dû par conséquent les reloger préventivement.

 

Mohammed, habitant du 50 ne mâche pas ses mots : « Actis nous a trahis. Ils nous ont pris en otages. Les travaux ont été un véritable fiasco. »

 

 

 

Échec des négociations et de la médiation

 

 

Plusieurs fois, les locataires ont pris leur plume et rencontré des responsables des deux bailleurs concernés… Il y a même eu une amorce de solution trouvée avec Actis. Mais la direction et son président Eric Piolle, maire de Grenoble, ont fait volte-face et sont apparemment revenus sur ces négociations.

 

Organisation d'un point Presse mercredi 31 mai 2017, par les habitants du 40 et du 50 galerie de l'Arlequin, quartier Villeneuve à Grenoble. Ils réclament des dédommagements auprès des bailleurs la SDH et Actis, pour préjudices moral et matériel subis pendant la durée des travaux de leur immeuble. © Séverine Cattiax - Place Gre'net

Point presse du 31 mai 2017 organisé par les habitants du 40 et du 50 galerie de l’Arlequin, quartier Villeneuve à Grenoble.  © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Le ton n’a ensuite fait que s’envenimer. Dans une lettre adressée au président d’Actis, le style est cinglant : « Actis a traité ses locataires avec un mépris et un manque de respect évidents, faisant passer les avantages qu’il escompte retirer des travaux avant les obligations les plus élémentaires qui sont les siennes en tant que bailleur. »

Les voisins du 40 ont, eux, tiré la sonnette d’alarme bien en amont.

 

En février 2016, la Confédération syndicale des familles (CSF) intervenant en soutien auprès de l’association des habitants du 30/40 a demandé une médiation auprès de la SDH, faute de réponses apportées aux problèmes. « Oui, on a eu le malheur de leur demander une médiation ! », regrette, après coup, Ariane Béranger, présidente de l’association. Car le temps que la SDH trouve le prestataire ad hoc, cette médiation est arrivée à la fin de l’année et la mission du cabinet s’est transformée en enquête de satisfaction…

 

 

 

Les bailleurs estiment avoir fait le nécessaire

 

 

« Tout ce que nous voulons, c’est que les bailleurs reconnaissent que ce que nous avons subi n’est pas acceptable », explique France, locataire du 40. Sauf que la SDH autant qu’Actis refusent de répondre aux doléances formulées par les habitants, en relativisant l’impact des travaux sur leur vie quotidienne. Et en soulignant le gain sur leur qualité de vie au final…

 

« Durant toute la période du chantier, rappelle, par ailleurs dans un courrier, la directrice de clientèle de la SDH, un renforcement de l’équipe de proximité a été mis en place, des logements meublés ont été mis à disposition et une interlocutrice au sein d’Eiffage a également fait le relais [avec les habitants, ndlr] pendant toute la durée des travaux. »

 

Christine Garnier, Stéphane Duport Rosand et Éric Piolle. © Véronique Magnin - placegrenet.fr

Éric Piolle, maire de Grenoble et président d’Actis, Christine Garnier, vice-présidente à l’Habitat, au Logement et à la Politique foncière et administratrice à Actis et Stéphane Duport Rosand directeur général d’Actis et  © Véronique Magnin – placegrenet.fr

Stéphane Duport Rosand, directeur général d’Actis, soutient pour sa part dans un autre courrier, qu’« il a été précisé que les locataires, dont le logement n’était pas lourdement impacté par les travaux, pourraient également solliciter une mutation, dans la mesure où ils avaient déposé une demande au Pôle Habitat social. Cela a été le cas pour certains habitants. »

 

Faux, selon Khaled, habitant du 50 qui affirme qu’« Actis s’est ravisé, et a laissé les locataires en plan ! »

 

 

 

La SDH et Actis refusent les 1 000 euros de dédommagement par locataire

 

 

A force de courriers, de rencontres et de pétitions, les bailleurs ont fini par proposer une remise sur les charges de nettoyage et d’ascenseurs. C’est bien la moindre des choses selon les habitants, pour qui ce « geste commercial » reste toutefois insuffisant.

 

Organisation d'un point Presse mercredi 31 mai 2017, par les habitants du 40 et du 50 galerie de l'Arlequin, quartier Villeneuve à Grenoble. Ils réclament des dédommagements auprès des bailleurs la SDH et Actis, pour préjudices moral et matériel subis pendant la durée des travaux de leur immeuble. © Séverine Cattiax - Place Gre'net

Point presse organisé le 31 mai 2017 par les habitants du 40 et du 50 galerie de l’Arlequin.  © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Ils continuent ainsi de réclamer 1 000 euros par logement en dédommagement. Demande à laquelle la SDH et Actis demeurent fermement opposés. Par crainte de créer un précédent, peut-être ?

 

Actis s’est tout de même résigné à faire un geste supplémentaire, en accordant 1000 euros… aux locataires qui décideraient d’entreprendre des travaux. Une proposition irrecevable pour les résidents qui exigent le versement de la somme sans condition.

 

A réception d’une pétition des locataires, la SDH a par ailleurs elle aussi lâché du lest, et accepté de revenir sur l’augmentation prévue des loyers du 40. Au lieu de 10 %, elle ne sera que de 7 % pour les habitants actuels. Les loyers seront en revanche rehaussés de 12 % pour les nouveaux arrivants. Car la SDH ne cache pas son intention d’attirer des ménages plus aisés dans ses appartements fraîchement refaits à neuf. « On voudrait chasser les classes populaires de l’Arlequin que l’on ne s’y prendrait pas mieux !« , commentent certains habitants… visiblement peu sensibles à l’argument de la mixité sociale.

 

Tous les moyens pour obtenir leur 1 000 euros pour préjudice morale et matériel ayant été épuisés, une démarche en justice n’est désormais pas exclue. « Si on doit aller en justice, on peut également demander davantage », menacent les intéressés.

 

 

Séverine Cattiaux

 

commentez lire les commentaires
5861 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Juste pour dire à ces responsables, si vous êtes élu maire et président d actis mr piolle, c’est grâce à nos voie dans les urnes de la villeneuve, maintenant vous avez ce que vous vouliez ,votre salaire et celui de votre DG d actis,est celui du labeur des locataires, que vous niez de reconnaître leur droit aujourd’hui, ça restera dans l histoire de votre mandat.

    sep article
  2. Mouais… on dirait que c’est la mode, en ce moment, de se plaindre des travaux.
    Oui, un chantier génère des nuisances… est-ce une raison pour chercher à gratter du fric tout le temps ? J’ai du mal à voir sur quels critères objectifs le jugement pourrait s’appuyer.
    Quant à l’augmentation des loyers qui veut «chasser les classes populaires… » laissez-moi rire. Si la Villeneuve est si décriée, c’est en partie à cause de ses 80 à 100% de logements sociaux qui font que «les pauvres restent entre pauvres» (en gros). On est pas sur une gentrification, encore moins sous Haussman en 1850…
    Si je comprends bien que les habitants soient gênés par le chantier, j’ai quand même le sentiment que cette «polémique», c’est du bon ronchonnement à la française. Y aura-t-il encore une fois un opposant politique qui le reprendra à son compte pour faire du Piolle bashing ?

    sep article
    • En voilà un qui parle avec beaucoup de légèreté et de mépris de ce qu’il ne sait pas! Habitude encore plus française que le ronchonnement. Et avec ce monsieur « je sais tout », le jugement du tribunal est déjà rendu. Si c’est la réputation et l’avenir politique de Piolle qui le préoccupe, il a du souci à se faire qu’il nous excusera de ne pas partager avec lui. Le maire de Grenoble, aucun habitant des 40 et 50 de l’Arlequin n’a pu même l’entre-apercevoir au cours des dernières années ni pu lire la moindre réponse aux lettres qui l’ont sollicité. M. le Maire ne se compromet pas avec la racaille de la Villeneuve, ce sont d’autres sociologies qui l’intéressent. Pour en revenir au Dauphinoix, j’aurais aimé le voir vivre pendant trois ans sur un chantier aussi infernal que celui vécu aux 40 et 50 Arlequin. Il aurait peut-être eu des « classes populaires » une approche un peu moins théorique et infatuée d’elle-même que celle-ci qu’il nous sert.

      sep article