Délégation de syndicats et de bibliothécaires en lutte au Salon du livre de Paris, vendredi 24 mars 2017. Credit FO

Plan d’é­co­no­mies : les gré­vistes débrayent à Grenoble, une délé­ga­tion monte à Paris

Plan d’é­co­no­mies : les gré­vistes débrayent à Grenoble, une délé­ga­tion monte à Paris

REPORTAGE – « Le plan de sau­ve­garde des ser­vices publics locaux » de la Ville de Grenoble conti­nue de faire des remous, jusqu’à Paris. Ce ven­dredi 24 mars, l’intersyndicale CGT, FO, Sud ne s’est pas conten­tée d’un appel à la grève dans les ser­vices publics gre­no­blois. Une délé­ga­tion a tenu une confé­rence de presse au Salon du livre, porte de Versailles, afin de dénon­cer la fer­me­ture de biblio­thèques à Grenoble, tan­dis qu’une autre ren­con­trait la direc­trice adjointe du cabi­net de la ministre de la Fonction publique.

Grève des services publics de la Ville de Grenoble contre le plan de sauvegarde, vendredi 27 mars. © Séverine Cattiaux - Place Gre'Net

Grève des ser­vices publics de la Ville de Grenoble contre le plan de sau­ve­garde, ven­dredi 27 mars. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Une soixan­taine d’agents gré­vistes et de syn­di­ca­listes sont venus, ce ven­dredi 24 mars au matin, au pied de l’Hôtel de Ville de Grenoble pour mani­fes­ter – une nou­velle fois – leur oppo­si­tion farouche au plan d’économies de la Ville.

Eux se sont dépla­cés, d’autres font la grève dans leur ser­vice, une heure ou davan­tage… « C’est nou­veau, constatent satis­faits les porte-parole de l’in­ter­syn­di­cale CGT, FO, Sud qui a appelé à la grève, tous les ser­vices de la Ville et du CCAS sont repré­sen­tés, ici, au point de ras­sem­ble­ment. »

Depuis que le plan de sau­ve­garde des ser­vices publics locaux a été lancé, il y a dix mois, les biblio­thé­caires sont par­ti­cu­liè­re­ment mobi­li­sés en rai­son de la fer­me­ture de deux équi­pe­ments, et de la conver­sion d’une troi­sième en “tiers lieu”. Les voilà rejoints par des agents de la res­tau­ra­tion, des agents ter­ri­to­riaux spé­cia­li­sés des écoles mater­nelles (Atsem), des ani­ma­teurs, agents d’entretien, pué­ri­cul­teurs, aides soi­gnants, agents des sports, res­pon­sables de ser­vices, mais aussi assis­tants d’é­lus… Une diver­sité des pro­fils qui en dit long, de l’avis des syn­di­cats, sur l’étendue des dégâts cau­sés par le plan d’austérité qui n’en est qu’à ses débuts, puisque prévu jus­qu’en 2018.

« Nous ne vou­lons pas de ser­vices publics low cost pour les usagers »

Les lea­ders syn­di­ca­listes prennent la parole pour rap­pe­ler le but du ras­sem­ble­ment et de cette énième grève. « La Ville déclare assu­mer la dégra­da­tion du ser­vice public. Oui, c’est ce qu’ils nous disent ! […], pour­fend Dolorès Rodriguez, secré­taire géné­rale du syn­di­cat CGT. Ce n’est pas notre vision du ser­vice public.

UNE Cherif Boutafa, syndicaliste FO, Dolores Rodriguez secrétaire générale de la CGT à la Ville de Grenoble, vendreid 27 mars. © Séverine Cattiaux - Place Gre'Net

Cherif Boutafa, syn­di­ca­liste FO, et Dolores Rodriguez, secré­taire géné­rale de la CGT à la Ville de Grenoble, ven­dredi 27 mars. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Nous ne vou­lons pas de ser­vices publics low cost pour les usa­gers […] Les direc­tions souffrent, les agents souffrent. Il faut stop­per l’hémorragie ! », harangue la secré­taire CGTiste. Et donc, que faire ? L’intersyndicale demande « un mora­toire » et que la Ville « fasse le bilan des pre­mières réper­cus­sions néga­tives de ce plan ».

« On ne parle plus que de chiffre d’affaires et pas des gens qu’on soigne ! »

Quelques syn­di­ca­listes et agents prennent à leur tour la parole. Avec un même constat qui revient : équipes moins étof­fées, sur­charge de tra­vail, stress, burn-out qui guette, pres­sion qui s’ac­croît, mau­vaise ambiance, agents démo­ti­vés, arrêts de tra­vail et, au final, « perte de sens de [leurs] mis­sions ». « On ne parle plus que de chiffre d’affaires et pas des gens qu’on soigne ! », déplore une jeune aide-soi­gnante devant ses collègues.

Grève des services publics de la Ville de Grenoble contre le plan de sauvegarde, vendredi 27 mars. © Séverine Cattiaux - Place Gre'Net

Grève des ser­vices publics de la Ville de Grenoble contre le plan de sau­ve­garde, 27 mars 2017. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Une autre agente déclare sobre­ment au micro : « J’ai perdu mon emploi à la MDH et j’en cherche un autre. » Un appel à la direc­tion des res­sources humaines ?

Au tour d’Isabelle de dres­ser un tableau très sombre de son ser­vice : « Des agents me disent qu’ils veulent se foutre en l’air contre un mur en bagnole. » Un témoi­gnage qui refroi­dit l’as­sis­tance… Puis le ton vin­di­ca­tif reprend de plus belle. « Marre qu’on nous méprise, lance à plu­sieurs reprises la res­pon­sable CGTiste. Comme cet adjoint qui nous disait encore lors d’une récente réunion : “Vous avez de la chance, vous n’êtes pas dans le privé !” »

« Maud Tavel a été sen­sible, cette fois, à nos propos »

Après cette série de prises de paroles, l’intersyndicale annonce qu’elle devrait ren­con­trer des élus ce samedi, sans se faire d’illusions tou­te­fois sur ce qu’il en sor­tira. « Ils nous écoutent beau­coup, mais il fau­drait qu’ils s’appareillent ! Parce qu’ils ne nous entendent pas », per­sifle Dolorès Rodriguez qui, dans la seconde sui­vante, se pré­pare de nou­veau à en découdre : « On va se battre ser­vice par ser­vice, et on va grat­ter les postes les uns après les autres ! »

Grève des services publics de la Ville de Grenoble contre le plan de sauvegarde, vendredi 27 mars. © Séverine Cattiaux - Place Gre'Net

Grève des ser­vices publics de la Ville de Grenoble contre le plan de sau­ve­garde, 24 mars 2017. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

De fait, l’ad­jointe en charge de l’ad­mi­nis­tra­tion géné­rale et du per­son­nel Maud Tavel et le direc­teur géné­ral des ser­vices François Langlois ne tardent pas à les rece­voir, lon­gue­ment. Une bonne heure d’entretien se déroule, à huis clos, dans l’une des salles de la mai­rie, en pré­sence d’une ving­taine d’agents.

Résultats des courses ? « Maud Tavel a été sen­sible cette fois à nos pro­pos, et s’est enga­gée à par­ler au maire de Grenoble », annonce l’intersyndicale quelque peu méfiante. « Maud Tavel, c’est celle qui com­prend le mieux ce qu’on vit. Elle est issue de la fonc­tion publique », sou­ligne une agente.

« 4,9 % de gré­vistes dont deux sur trois ont fait grève une seule heure »

Néanmoins que compte faire pré­ci­sé­ment l’ad­jointe au per­son­nel ? S’agit-il de reve­nir sur le plan de sau­ve­garde ? Si oui, com­ment ? Un peu, beau­coup ? Contactée dans l’après-midi, elle décline notre demande d’interview.

Grève des services publics de la Ville de Grenoble contre le plan de sauvegarde des services publics locaux, vendredi 24 mars. © Séverine Cattiaux - Place Gre'Net

Grève des ser­vices publics de la Ville de Grenoble contre le plan de sau­ve­garde des ser­vices publics locaux, ven­dredi 24 mars. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Mais à 16 h 09 une réponse lapi­daire du ser­vice com­mu­ni­ca­tion nous par­vient par texto : « Il n’y a pas de réac­tion de la Ville pré­vue. » Tout en pré­ci­sant, à l’at­ten­tion de Place Gre’net, que « 4,9 % de gré­vistes dont deux sur trois ont fait grève une seule heure. »

Pas de quoi démon­ter Cherif Boutafa, délé­gué FO, pour qui la grève du jour est plu­tôt une réus­site : « On est passé à un stade supé­rieur. Certains mani­festent pour la pre­mière fois, et ont pris la parole. L’information est bien pas­sée. Il y a eu une bonne mobi­li­sa­tion dans les ser­vices et ce n’est pas fini… »

Séverine Cattiaux 

DES BIBLIOTHÉCAIRES « EN LUTTE » AU SALON DU LIVRE À PARIS

Délégation de syndicats et de bibliothécaires en lutte au Salon du livre de Paris, vendredi 24 mars 2017. Credit FO

Délégation de syn­di­cats et de biblio­thé­caires en lutte de Grenoble au Salon du livre de Paris, ven­dredi 24 mars 2017. @ FO

Ce ven­dredi 24 mars, des gré­vistes oppo­sés au plan d’économies de la Ville de Grenoble étaient aussi à Paris pour dénon­cer, au niveau natio­nal, « la poli­tique d’aus­té­rité déci­dée par Eric Piolle », maire de Grenoble (EELV), et la « mise à mal de la culture », avec la fer­me­ture de deux biblio­thèques et la conver­sion d’une troi­sième en “tiers lieu”.

Une petite tren­taine d’agents, syn­di­ca­listes FO, CGT, Sud, des biblio­thé­caires de Grenoble en lutte et des membres du col­lec­tif « Touchez pas à nos biblio­thèques » ont planté un bar­num devant le salon du livre, dis­tri­bué des tracts, et dis­cuté avec les visiteurs.

Un col­lec­tif va se mettre en place

A 11 heures, le groupe se sépare en deux délé­ga­tions. Une pre­mier groupe se charge d’assurer une confé­rence de presse au salon du livre. « Nous avons eu assez peu de médias pré­sents. Mais c’était dif­fi­cile de concur­ren­cer la venue de Jean-Luc Mélenchon, [can­di­dat au pré­si­den­tielle, chef de file de La France insou­mise ndlr] au salon du livre au même moment », lance un biblio­thé­caire gre­no­blois, au sor­tir de la confé­rence de presse.

Conférence de Presse au Salon du Livre de Paris des bibliothécaires en lutte à Grenoble, vendredi 24 mars 2017. Credit FO

Conférence de presse des biblio­thé­caires en lutte à Grenoble, au Salon du livre de Paris, le 24 mars 2017. @ FO

Il est tou­te­fois satis­fait : « Nous avons pu ren­con­trer des col­lègues d’autres biblio­thèques confron­tés à des coupes bud­gé­taires, des fer­me­tures éga­le­ment, par­tout en France. Un col­lec­tif va se mettre en place. »

Également pré­sente, l’Association des biblio­thé­caires de France (ABF) qui a apporté son sou­tien aux biblio­thé­caires venus des dif­fé­rentes villes. « Un sou­tien un peu tar­dif », tance l’agent. Et de sou­li­gner la pré­sence d’Eric Piolle, invité à son 63e congrès. Le maire devrait inter­ve­nir lors la table ronde « Fermer une biblio­thèque : est-ce source d’inégalités ? »

Une heure d’entrevue au minis­tère de la Fonction publique

Pendant la confé­rence de presse, un autre groupe avait ren­dez-vous avec Myriam Bernard, direc­trice adjointe du cabi­net de la ministre de la Fonction publique, Annick Girardin. Françoise, syn­di­ca­liste CGT, résume l’en­tre­tien : « Elle vou­lait aller droit au but, et avoir des cas concrets. Elle nous a parlé sans langue de bois, et nous aussi. » En plus d’une heure d’entrevue, de nom­breux thèmes ont été abor­dés : dota­tions de l’État en baisse, plan de sau­ve­garde de la Ville de Grenoble, risques psy­cho-sociaux, exten­sion des horaires des agents le dimanche, dérou­le­ment de car­rière et pré­ca­rité des agents de la filière culture. Pour les détails, les syn­di­cats com­mu­ni­que­ront pro­chai­ne­ment sur cette rencontre.

Séverine Cattiaux

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Les professionnels du social et médico-social appelés à la mobilisation les 31 mai et 1er juin
Les pro­fes­sion­nels du social et médico-social appe­lés à la mobi­li­sa­tion les 31 mai et 1er juin 2022

EN BREF - Une intersyndicale iséroise appelle les professionnels du secteur social et médico-social à participer à la mobilisation nationale du mardi 31 mai et Lire plus

Les syndicats Sud-Solidaires, FSU, Unsa, Unef et MNL organisaient ce jeudi 17 mars 2022 un rassemblement sur la place de Verdun, dans le cadre de la journée nationale d'action pour les salaires et le pouvoir d'achat. © Manuel Pavard - Place Gre'net
Grenoble : un ras­sem­ble­ment inter­pro­fes­sion­nel et inter­syn­di­cal, place de Verdun, pour l’aug­men­ta­tion des salaires

FOCUS - Sud-Solidaires, la Fédération syndicale unitaire (FSU), l'Union nationale des syndicats autonomes (Unsa), l'Union nationale des étudiants de France (Unef) et le Mouvement national Lire plus

Plus de 300 salariés des secteurs social et médico-social ont manifesté ce mardi 1er février à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Grenoble : plus de 300 sala­riés des sec­teurs social et médico-social ont mani­festé pour de meilleurs salaires et condi­tions de travail

EN BREF - Plus de 300 professionnels en colère des secteurs social et médico-social, tant du public que du privé, ont manifesté à Grenoble ce Lire plus

Manifestation des salariés du secteur social et médico-social le mardi 7 décembre à Grenoble
Plus de 1 000 sala­riés du sec­teur social et médico-social ont mani­festé à Grenoble

EN BREF - À Grenoble, plus de 1 000 personnes ont manifesté ce mardi 7 décembre 2021 pour réclamer de meilleures conditions de travail dans Lire plus

Rassemblement ce 1er décembre 2021 au Jardin de Ville des bibliothécaires et agents de la Ville de Grenoble en lutte contre le passe sanitaire. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Bornes d’auto-contrôle dans les biblio­thèques de Grenoble : une vic­toire en demi-teinte pour les oppo­sants au passe sanitaire

FOCUS - Répondant à un appel national à la grève contre le passe sanitaire, des bibliothécaires et des agents de la Ville de Grenoble se Lire plus

Les agents de Grenoble votent un mouvement de grève contre le passage aux 1607 heures annuelles
Les agents de Grenoble votent un mou­ve­ment de grève contre le pas­sage aux 1607 heures annuelles

FOCUS - De nombreux agents de la Ville de Grenoble ont participé à une assemblée générale devant la mairie, jeudi 16 septembre 2021 au matin. Lire plus

Flash Info

|

01/10

15h25

|

|

30/09

12h10

|

|

30/09

11h36

|

|

30/09

10h33

|

|

29/09

16h09

|

|

29/09

10h21

|

|

28/09

19h43

|

|

28/09

11h54

|

|

27/09

11h19

|

|

27/09

10h35

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 40 : « La res­tau­ra­tion de la tour Perret à Grenoble »

À voir| La ville d’Eybens face à une pol­lu­tion aux micro­billes de pelouse syn­thé­tique suite à « des négligences »

Flash info| Le res­tau­ra­teur Laurent Gras attaque en jus­tice les res­tric­tions d’ac­cès en voi­ture au site de la Bastille

Agenda

Je partage !