Yannick Jadot : “Je suis pour relâcher la contrainte sur les collectivités créatrices d’emplois”

sep article

ENTRETIEN – Yannick Jadot, candidat d’Europe Écologie Les Verts (EELV) à la présidentielle 2017, était en déplacement à Grenoble ce samedi 18 février. Une ville qu’il connaît bien et qu’il observe avec attention. Nous l’avons suivi durant cette journée et interrogé sur sa campagne, ses enjeux, les éventuelles alliances mais aussi ses combats et ses ambitions.

 

 

 

YANNICK JADOT, DES ONG A LA POLITIQUE

 

Candidat d’Europe Écologie – Les Verts (EELV) à l’élection présidentielle de 2017 issu de la primaire des écologistes, Yannick Jadot est économiste de formation. Ancien militant des mouvements étudiants, défenseur des causes environnementales et altermondialistes, il débute sa carrière dans l’univers des ONG.

 

La visite de Yannick Jadot à Grenoble, 18 février 2017. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Yannick Jadot. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

De 2002 à 2008, il dirige les campagnes que Greenpeace mène en France et participe activement à l’élaboration des campagnes internationales. Par ailleurs cofondateur de L’Alliance pour la planète, qui rassemble des organisations écologistes, il participe au Grenelle de l’environnement en 2007 en tant que négociateur. Député européen depuis 2009, Yannick Jadot est vice-président de la commission commerce international et membre de la commission de l’énergie, de l’industrie et de la recherche.

Son combat politique ? « Favoriser les économies d’énergie et les énergies renouvelables, rejeter le nucléaire et les gaz de schiste », créer « une vraie politique industrielle européenne » et poursuivre « le combat contre les accords de libre-échange et pour une mondialisation qui se fonde sur le respect des droits humains, sociaux et environnementaux ».

 

 

Rencontre à huis-clos avec des ex-Ecopla, « grande soupe paysanne » préparée par Alternatiba Grenoble, visite de Grenoble à vélo, avec présentation des innovations grenobloises : silos à vélos dans la nouvelle gare, éco-quartier de la caserne de Bonne, nouvelle piste cyclable rue Colonel Lanoyerie, maison de projet Terra Nostra du futur quartier en transition Flaubert… Yannick Jadot n’a pas eu le temps de s’ennuyer ce samedi 18 février 2016 lors de sa visite dans la capitale des Alpes, en compagnie notamment d’Eric Piolle, maire de Grenoble.

 

Bien que le candidat EELV se rende souvent à Grenoble pour des raisons aussi bien personnelles (sa compagne en est originaire) que professionnelles, la municipalité avait concocté un programme très chargé pour asseoir son image de ville-laboratoire.

 

La visite de Yannick Jadot à Grenoble, 18 février 2017. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Yannick Jadot à la caserne de Bonne. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

Yannick Jadot a ainsi eu l’occasion de voir plusieurs facettes de la ville de Grenoble et de sa politique municipale. Au cœur de sa visite, « la grande soupe paysanne » avec des ingrédients bio « sauf les pommes de terre ». Le but de l’évènement ? Sensibiliser, à l’occasion du 2e sommet paneuropéen, au projet d’accord Ceta, traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada tout juste ratifié par le Parlement européen le 15 février dernier.

 

La visite de Yannick Jadot à Grenoble, 18 février 2017. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

© Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Ce rassemblement n’a toutefois pas manqué d’attirer d’autres militants,  quant à eux opposés à la politique d’austérité de la municipalité grenobloise. Ceux du collectif « Touchez pas à nos bibliothèques » ont ainsi saisi l’opportunité de manifester leur désaccord avec la fermeture de trois bibliothèques dans le cadre du plan de sauvegarde. Ils ont même demandé – sans succès – à Yannick Jadot de signer la pétition contre leur fermeture.

 

L’enjeu majeur de la communication politique a été bien saisi par les deux parties : des militants de « Touchez pas à nos bibliothèques » ont ainsi levé des pancartes derrière Yannick Jadot et Eric Piolle lorsque les deux hommes étaient entourés de caméras. Les Jeunes écologistes ont alors tenté de les écarter. Une altercation, quelques tensions… « Ce n’est rien, chacun fait son travail : ils veulent apparaître sur les images, nous ne le voulons pas », a expliqué un jeune écologiste.

 

© Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

© Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

 

Votre compagne est grenobloise. Venez-vous souvent à Grenoble ? Que pensez-vous de cette ville ?

 

 

Je ne parle pas de ma vie privée, mais je viens souvent à Grenoble. Pourquoi ? Il ne vous a pas échappé que le maire est écologiste et que c’est un lieu où se livrent pas mal de combats. En ce moment, on parle beaucoup de rassemblement. C’est toujours bien de voir comment les rassemblements se construisent ici ou là. Je viens du mouvement associatif et ce qui est intéressant à Grenoble c’est qu’il y a toujours eu une articulation très forte entre la société civile, le mouvement associatif et la politique. C’est ça qui a fait le succès du rassemblement à Grenoble. Il ne s’est pas construit dans les bureaux, mais sur le terrain. C’est important.

 

 

 

La visite de Yannick Jadot à Grenoble, 18 février 2017. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Visite de Yannick Jadot à Grenoble, 18 février 2017. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Avez-vous obtenu vos 500 parrainages ?

 

 

Oui, c’est réglé. La collecte des 500 signatures est faite.

 

 

 

Vous avez affirmé croire au potentiel d’un rapprochement avec Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon. Quel potentiel y voyez-vous ?

 

 

Celui de gagner. Le potentiel c’est que le prochain quinquennat soit écologique, social, européen et démocratique. Ce sont les valeurs dans lesquelles on se retrouve. Après, il y a des clarifications à faire. Nous ne sommes pas identiques, sinon on serait dans le même mouvement politique.

 

Mais est-ce qu’on est capables de regarder ce qui nous réunit, de clarifier ce qui nous différencie et de porter un projet d’espérance pour des Françaises et des Français ? C’est ça le sujet. On joue la gagne alors qu’en face c’est soit l’immobilisme, soit nauséabond, raciste et sexiste avec Marine Le Pen. C’est pour cela qu’il y a une vraie responsabilité historique à écrire une nouvelle page d’histoire au moment où cela peut basculer vers le pire.

 

 

 

Vous-avez fixé la date limite pour parvenir à un accord au 23 février. Comment avancent les discussions ? Quelles sont pour vous les conditions nécessaires pour y arriver ?

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
3366 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Bonjour
    Quand je vois la qualite des candidats aux prochaines elections j’ai peur pour la France.
    Il y en a pas un pour sauver l’autre.
    La France glisse tout doucement……De plus de grosses erreurs et le manque d’anticipation ont detruit de nombreux emplois et reduit une croissance economique necessaire pour creer des emplois.
    Le miserabilisme que nous voyons a Grenoble bientot partout en France…
    Mais bon, laissons le couple media-politique nous raconter une berceuse…..

    BENYOUB.A

    sep article
  2. Un accord avec Mélenchon aurait été intéressant, il y a bien des combats à mener ensemble.
    Malheureusement, Mélenchon a un tel ego, qu’en dehors de lui point de salut, pense-t-il.
    Dommage. Les écolos ont l’oreille de Hamon, alors, attendons de voir les propositions communes.
    Quant aux bibliothèques ce ne sont pas 3 mais, parait-il, 2 qui ont fermé, Alliance restant ouverte, ce qui fait quand même 1 bibliothèque pour 14 000 habitants, alors que dans les autres villes de même importance (Nantes, par ex) c’est plutôt 1 bibliothèque pour 30 000 habitants… à discuter.

    sep article
  3. Ce qui ne veut strictement rien dire et parfaitement absurde!
    C’est au contraire sur les collectivité qui ne créent pas d’emploi qu’il faut relâcher la pression pour qu’elles puissent le faire… Ca s’appelle la continuité et la péréquation territoriale…

    Cela dit si Y Jadot est très souvent à Grenoble, alors la situation catastrophique de la ville et la gestion parfaitement autocratique des écolos/PG ne lui aura pas échappé…

    Quant aux jeunes écolos jouant au service d’ordre, comment dire…

    sep article