Pollution de l’air à Grenoble : c’est reparti, les mesures aussi…

sep article



FOCUS – Après une brève éclaircie dominicale, Grenoble renoue avec son dispositif anti-pollution. La qualité de l’air ne s’étant pas améliorée, le préfet de l’Isère a réactivé les mesures… à leur stade initial. Retour donc à la case départ puisque à J+2 ce mercredi 21 décembre, ce sont les limitations de vitesse qui ®ouvrent le bal. Pas d’interdictions de circuler en vue, ni de gratuité dans les transports en commun, avant le cinquième jour de pollution consécutif. C’est reparti pour un tour…

 

 

 

La pollution à Grenoble, source de problèmes de santé

© Véronique Serre / Place Gre’net

La trêve n’aura été que de courte durée. Après vingt-quatre heures de rela­tive accal­mie domi­ni­cale qui ont fait suite à douze jours de pol­lu­tion, Grenoble relance, dès ce mer­credi 21 décembre, son dis­po­si­tif pour ten­ter de jugu­ler les émis­sions de pol­luants.

 

Le seuil de 50 micro­grammes de par­ti­cules fines PM10 * par mètre cube ayant été dépassé depuis lundi, et Météo France ne pré­voyant aucune amé­lio­ra­tion dans les vingt-quatre heures qui suivent, les pre­mières mesures ont été réac­ti­vées. A J+2, c’est donc (re)parti pour une limi­ta­tion des vitesses maxi­males : pas plus de 70 km/h sur les voies rapides entre les péages de Crolles, Voreppe et du Crozet et des vitesses abais­sées de 20 km/h sur les routes et auto­routes dont la vitesse est d’ordinaire supé­rieure à 90 km/h. Pas d’interdictions de cir­cu­la­tion en vue pour l’instant, ces res­tric­tions n’intervenant qu’au bout du cin­quième jour consé­cu­tif de pol­lu­tion.

 

 

Les automobilistes, les plus contrôlés

 

 

Objectif, comme lors du pre­mier épi­sode de pol­lu­tion : limi­ter la casse et les consé­quences des émis­sions de par­ti­cules fines qui, sous l’effet de l’anticyclone, res­tent déses­pé­ré­ment sus­pen­dues dans les airs. Les auto­mo­bi­listes ne sont pas les seuls visés mais ils sont pour l’heure les plus contrô­lés. Car le reste relève à ce stade de simples recom­man­da­tions.

 

Grenoble va expérimenter d'ici la fin de l'année les modérations de circulation lors des pics de pollution. Mesures d'accompagnement en fonction du niveau de pollution : le ticket unique ou la gratuité des transports en commun. Crédit Patricia Cerinsek

© Patricia Cerinsek

Dans le désordre, en cas de pol­lu­tion, outre rou­ler moins vite, il est pré­co­nisé de limi­ter les feux de che­mi­née comme la tem­pé­ra­ture dans les loge­ments.

 

Le BTP est, lui, prié de mettre en place sur ses chan­tiers des mesures visant à réduire les émis­sions de pous­sières.

 

 

Les indus­triels doivent s’assurer du bon état et du bon fonc­tion­ne­ment des ins­tal­la­tions de com­bus­tion et des dis­po­si­tifs anti-pol­lu­tion, voire repor­ter « si pos­sible » cer­taines acti­vi­tés ou opé­ra­tions consi­dé­rées comme pol­luantes. Même consigne pour les éle­veurs et les agri­cul­teurs. Dans les entre­prises, favo­ri­ser le télé­tra­vail est un plus, tout comme la visio­con­fé­rence. A charge pour les maires de prendre toutes les dis­po­si­tions pour favo­ri­ser des modes de dépla­ce­ment moins pol­luants.

 

Voilà pour le cata­logue de bonnes inten­tions. Louable en soi au demeu­rant. D’autant qu’il est gra­dué. Les appa­reils de chauf­fage anciens d’appoint sont, par exemple, inter­dits dès le niveau d’alerte fran­chi. Mais dans la pra­tique, au vu des moyens de contrôle, cela s’avère plus com­pli­qué…

 

 

 

Des niveaux de pollution dépendant surtout des conditions météo

 

 

Pendant plus de dix jours début décembre, Grenoble a pu tes­ter l’efficacité de son tout nou­veau dis­po­si­tif, appelé à être plus ou moins géné­ra­lisé dans d’autres villes en France dès 2017. Et donc ?

 

Impossible à ce jour de savoir si les mesures tes­tées ont eu une quel­conque effi­ca­cité. D’abord parce que le dis­po­si­tif, qui ne sera obli­ga­toire qu’à comp­ter du 1er jan­vier 2017, n’était guère contrai­gnant. Pas d’interdictions for­melles de cir­cu­ler, mais une simple sen­si­bi­li­sa­tion. Pas de ver­ba­li­sa­tion, pas de contrôles mas­sifs non plus.

 

Pollution dans la cuvette grenobloise : pour la première fois, les véhicules les polluants (immatriculés avant 1997) seront interdits de circulation dès samedi 10 décembre. Lundi, avec la persistance du pic de pollution, l'interdiction devrait être élargie. Crédit Patricia Cerinsek

Pollution dans la cuvette gre­no­bloise. © Patricia Cerinsek

 

Ensuite parce que selon Atmo Auvergne Rhône Alpes, l’association char­gée de la sur­veillance de la qua­lité de l’air, les niveaux de pol­lu­tion dépendent for­te­ment des condi­tions météo. Bref, c’est l’anticyclone, en ne dis­per­sant pas les pous­sières, qui pilote en pre­mier une pol­lu­tion issue pour 60 % du chauf­fage au bois indi­vi­duel non per­for­mant, pour 20 % du tra­fic rou­tier, le reste se par­ta­geant entre l’in­dus­trie, l’a­gri­cul­ture, le ter­tiaire ou le rési­den­tiel hors chauf­fage au bois.

 

Les condi­tions anti-cyclo­niques se main­te­nant, les douze jours d’activation du dis­po­si­tif et les huit jours d’interdictions de cir­cu­ler pour les véhi­cules les plus pol­luants, n’y ont rien fait : l’air est tou­jours aussi mau­vais. Et si une fenêtre s’est briè­ve­ment des­si­née ce dimanche, à la faveur d’un léger coup de vent, elle s’est vite refer­mée en ce début de semaine. En atten­dant, le dis­po­si­tif avait été levé… alors même que les niveaux de par­ti­cules demeu­raient éle­vés.

 

Car pour que le dis­po­si­tif soit main­tenu, encore faut-il que les émis­sions de pous­sières dépassent les 50 micro­grammes / m3 pour plus de 10 % de la popu­la­tion du bas­sin gre­no­blois. Ou sur plus de 25 km2 du ter­ri­toire. Et ce le jour même ainsi que le len­de­main. Une fenêtre météo et tout tombe à l’eau ? La ques­tion de l’ef­fi­ca­cité reste plus que jamais posée.

 

 

 

Patricia Cerinsek

 

 

* Particules d’un dia­mètre infé­rieur à 10 microns.

 

 

commentez lire les commentaires
5720 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.