Crise au 115 : les salariés veulent agir sur le terrain avec les associations

sep article

REPORTAGE – Les salariés du 115 faisaient grève et manifestaient mardi 8 novembre devant les locaux de la Direction départementale de la cohésion sociale, où la préfecture lançait sa campagne hivernale 2015-2016. Un mouvement de protestation qui a fédéré les associations contre le mal-logement, dont les militants ont donné de la voix et interpelé les représentants de l’État.

 

 

« Soutien aux grévistes du 115 » Les mots rédigés au marqueur sur une pancarte de fortune annoncent la couleur : la grève et la manifestation des salariés du 115, relayés par différentes associations, ont mobilisé mardi 8 novembre bien au-delà du seul centre d’appel pour l’hébergement d’urgence.

 

Une cinquantaine de militants étaient ainsi présents devant les locaux de la Direction départementale de la cohésion sociale, au moment où les services de la préfecture se réunissaient pour le lancement de la campagne hivernale 2016-2017. Des visages familiers du Droit au logement (Dal), de la Patate chaude, de la Coordination iséroise de solidarité avec les étrangers migrants (Cisem) : tous venaient également porter le message du mal-logement.

 

Le sous-préfet Yves Dareau, est venu s'entretenir avec les manifestants . © Florent Mathieu - Place Gre'net

Visage fermé, le sous-préfet Yves Dareau vient s’entretenir avec les manifestants. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Pour leur répondre sous une pluie battante, le sous-préfet Yves Dareau demeure aussi stoïque que courtois. Il évoque la loi, le manque de moyens, la priorisation nécessaire. « L’État français ne veut entendre les citoyens que sous la pluie ! », s’agace une militante. « Je vous entends, Madame, et je vous écoute », répond le sous-préfet. Mais l’échange a tout du dialogue de sourds. Suivront un concert de casseroles, et le slogan « Un toit c’est un droit ! »

 

 

 

« On nous enferme derrière notre téléphone »

 

 

Cette mobilisation des associations, Marilyne Jacquot ne s’y attendait pas et cela lui fait chaud au cœur. Écoutante socio-éducative au 115, elle ne connaît pas ce réseau militant. « On ne sort jamais de nos bureaux : on nous enferme derrière notre téléphone alors qu’on aimerait en sortir, rencontrer les associations, faire des permanences, des choses constructives ! »

 

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
3000 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.