Après Alstom, l’État va-t-il assis­ter impuis­sant au déman­tè­le­ment d’Ecopla ?

Après Alstom, l’État va-t-il assis­ter impuis­sant au déman­tè­le­ment d’Ecopla ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

DÉCRYPTAGE - L’appel des ex-Ecopla après le choix du tribunal de commerce de Grenoble de céder leur entreprise au repreneur italien Cuki Cofresco est-il recevable ? De la réponse à cette question, le 20 octobre, dépend l’avenir du dernier fabricant français de barquettes alimentaires en aluminium. Une réponse juridique à un dossier politique, économique et social, qui soulève bien des questions. Celle notamment de l’impuissance des pouvoirs publics face la désindustrialisation d’une vallée. Celle aussi du fonctionnement des tribunaux de commerce que le gouvernement échoue à réformer.

 

 

 

Audience d'appel mercredi 5 octobre au tribunal de commerce de Grenoble : les ex-Ecopla contestent la décision du juge commissaire du choix de l'Italien Cuki comme repreneur du dernier fabricant français de barquettes alimentaires en aluminium

Les ex-Ecopla contestent la décision du juge commissaire : le choix de l'Italien Cuki comme repreneur du dernier fabricant français de barquettes alimentaires en aluminium. © Patricia Cerinsek

Dans dix jours, le sort d’Ecopla, dernier fabricant français de barquettes alimentaires en aluminium, sera scellé. Le 20 octobre, le tribunal confirmera, ou non, le choix fait par le juge commissaire en première instance du repreneur italien Cuki au détriment du projet de Scop des ex-salariés.

 

Sur quoi va se jouer l’avenir d’Ecopla ? Sur l’argument économique, le tour de table ayant permis de collecter 2,8 millions d’euros, depuis que la Région a abondé à hauteur de 400 000 euros ? Sur l’intérêt général, comme le font valoir les politiques, candidats à la Présidentielle qui, tour à tour, ont défilé pour soutenir les ex-Ecopla ?

 

Des arguments qu’a balayés mercredi 5 octobre la présidente du tribunal. « Le juge statuera en droit et non dans un réflexe citoyen ou autre ». Le sort d’Ecopla devrait donc se jouer sur la recevabilité de l’appel. Celui qu’ont formé les ex-salariés, soutenus par l’union régionale des Scop, contre l’ordonnance du juge commissaire. Le 16 juin 2016, Thierry Faure avait justifié son choix par la proposition de l’Italien de reprendre pour 1,5 million d’euros, outre le parc de machines, la dette sociale de l’entreprise. Mais sans les 77 salariés…

 

 

Impuissance des pouvoirs publics

 

 

Le tribunal ne devrait donc pas revenir sur la décision prise en première instance. Et tant pis si le fond du dossier – l’impuissance et le silence des pouvoirs publics pendant deux ans comme le choix du tribunal de privilégier le remboursement des créanciers –, pose question.

 

Pierre Laurent, secrétaire national du parti communiste et la sénatrice communiste Annie David aux côtés de Christophe Chevalier un des fers de lance de la résistance à Ecopla.

Pierre Laurent, secrétaire national du parti communiste et la sénatrice communiste Annie David aux côtés de Christophe Chevalier, un des fers de lance de la résistance à Ecopla. © Patricia Cerinsek

 

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 64 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Patricia Cerinsek

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

La librairie Chemain de Voiron placée en liquidation judiciaire, une pétition engage ses signataires à acheter local. Voire plus...
Une péti­tion pour sau­ver la librai­rie Chemain de la liqui­da­tion judiciaire

Un collectif citoyen voironnais a lancé une pétition en ligne pour tenter de sauver la librairie Chemain à Voiron, placée en liquidation judiciaire par le Lire plus

Placée en redressement judiciaire, l'auto-école PermiGo est reprise par Arcan. La holding parisienne s'engage à reprendre les élèves et les moniteurs.
La société low cost PermiGo, à Grenoble depuis 2016, reprise par la hol­ding pari­sienne Arcan

PermiGo devient Arcan. L'auto-école low cost, créée à Lyon en 2014 et installée à Grenoble depuis 2016, change de mains. La jeune entreprise lyonnaise, structure Lire plus

Il n'y aura pas de collaboration entre les ex-salariés d'Ecopla et le repreneur italien Cuki. Les discussions engagées le 10 janvier ont échoué.
Les négo­cia­tions des ex-Ecopla avec le groupe ita­lien Cuki tombent à l’eau

L'éventualité d'une collaboration entre Cuki, repreneur d'Ecopla, et les ex-salariés de l'usine de Saint-Vincent-de-Mercuze qui depuis des mois ferraillent pour défendre leur projet de Scop, Lire plus

Ecocis : bien­tôt la fin du sus­pense pour les salariés

Le 16 janvier prochain, l'entreprise Ecocis de Voreppe (ex-Vertaris) et ses 58 salariés devraient être fixés sur leur sort. Un seul repreneur, un industriel, est encore en lice Lire plus

Les voies légales ayant été épuisées, les ex-salariés d'Ecopla ont décidé d'occuper illégalement l'usine de Saint-Vincent-de-Mercuze dès le 14 janvier 2017.
Ecopla : si rien ne bouge, les ex-sala­riés comptent occu­per leur usine dès le 14 janvier

Les recours judiciaires n'y ont rien fait, les interpellations politiques non plus. Les ex-salariés d'Ecopla qui, depuis plusieurs mois, se battent pour reprendre leur usine Lire plus

Les voies légales ayant été épuisées, les ex-salariés d'Ecopla ont décidé d'occuper illégalement l'usine de Saint-Vincent-de-Mercuze dès le 14 janvier 2017.
Les Ecopla vont-ils reprendre leur ave­nir en main ? Réponse mercredi

La solution pour l'usine Ecopla qui, à Saint-Vincent-de-Mercuze, fabriquait jusqu'à sa mise en liquidation judiciaire au printemps dernier des moules alimentaires en aluminium, viendra-t-elle en Lire plus

Flash Info

|

10/08

13h33

|

|

10/08

10h05

|

|

08/08

19h10

|

|

08/08

12h16

|

|

07/08

10h59

|

|

07/08

10h36

|

|

06/08

16h39

|

|

06/08

14h57

|

|

05/08

11h49

|

|

05/08

9h50

|

Les plus lus

Environnement| Sécheresse : Éric Piolle pointe du doigt les « greens » de golf qui conti­nuent d’être arrosés

Abonnement| Sécheresse en mon­tagne : le pas­to­ra­lisme en Belledonne en pre­mière ligne face au dérè­gle­ment climatique

À voir| Fête médié­vale à Saint-Antoine-L’Abbaye : « le chan­tier des bâtis­seurs » de retour les 6 et 7 août 2022

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin