Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Plus d’élèves, moins de surveillants = grève au collège Vercors

sep article

REPORTAGE VIDÉO – L’équipe éducative du collège Vercors est en grève depuis le 5 septembre, jour de la rentrée scolaire. Notamment en cause, la suppression prévue de deux postes de surveillants, alors même que l’établissement accueille cinquante élèves supplémentaires cette année. Une situation qui indigne d’autant plus parents d’élèves et enseignants que le collège fait partie du Réseau d’éducation prioritaire. Et qui a conduit le rectorat à faire machine arrière ce jeudi 8 septembre.

 

 

 

L'équipe éducative et les parents d'élève devant le collège Vercors. © Joël Kermabon - Place Gre'net

L’équipe éducative et les parents d’élève devant le collège Vercors. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Mais où ont-ils appris à compter ? Maintenant, il est plus facile de soustraire que d’additionner ! », s’indigne l’équipe éducative du collège Vercors. Ses enseignants, en grève depuis le lundi 5 septembre, se sont inquiétés de la suppression de deux postes de surveillants, alors même que les effectifs de l’établissement ont augmenté. En effet, le collège Vercors recense cette année cinquante élèves de plus que l’an dernier.

 

Massivement soutenue par les parents d’élèves, l’équipe éducative a vivement dénoncé ce curieux calcul de l’administration induisant des suppressions d’autant plus incompréhensibles qu’il s’agit d’un établissement intégré au Réseau d’éducation prioritaire (Rep). A savoir un établissement accueillant un public spécifique, confronté de manière chronique à un « manque criant de personnels en vie scolaire ». Une décision surprenante à l’heure où Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l’Éducation nationale, annonce vouloir mettre le paquet sur l’éducation prioritaire et insiste sur la sécurité des élèves…

 

 

 

« Les incidents vont se multiplier dans les couloirs »

 

 

« Nous ne comprenons pas. Nous sommes situés dans une zone urbaine sensible qui a l’indice de précarité le plus fort de Grenoble. Si nous n’avons pas suffisamment de surveillants, nous savons très bien que les incidents vont se multiplier dans les couloirs ou la cour de récréation et nous n’allons pas pouvoir fonctionner du tout », s’est inquiétée, ce mercredi 7 septembre, Christelle Blanc-Lanaute, professeur de français membre du Syndicat national des enseignements de second degré (Snes).

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Sur les quatre surveillants assurant la sécurité et la discipline dans l’établissement l’année dernière, seuls deux seraient restés. Tout comme au Collège olympique qui a perdu deux postes de surveillants.

« Nous soutenons les enseignants. C’est dommage d’en arriver là, d’être obligés de faire grève, que les enfants ne puissent pas aller en cours », regrettait quant à lui ce mercredi Cyril Zorman, un parent d’élève.

 

L’équipe éducative réclamait de surcroît la création d’un demi-poste supplémentaire de surveillant pour pallier l’accroissement des effectifs, ainsi que l’augmentation de la quotité de travail à temps plein des personnels accompagnant les élèves en situation de handicap. Mais aussi la titularisation d’un agent technique territorial et l’affectation à temps plein d’un agent technique polyvalent.g

 

 

 

Un grand rassemblement devant le rectorat

 

 

Autant de raisons qui ont renforcé la détermination des parents et des enseignants qui appelaient ce mercredi 7 septembre à un grand rassemblement devant le rectorat de l’académie de Grenoble. Avant qu’une délégation ne soit reçue, en début d’après-midi, par les services de l’inspection académique.

 

Retour en images.

 

 


Reportage Joël Kermabon

 

 

Les services sont finalement revenus, ce jeudi 8 septembre, sur la suppression des deux postes de surveillants « en grattant les fonds de tiroirs », ont-ils déclaré à la délégation. On en revient donc à la situation qui prévalait l’année dernière. Un premier motif de satisfaction qui n’a pas empêché l’équipe éducative de reconduire, à l’unanimité, son mouvement de grève ce jeudi 8 septembre. La revendication d’un demi-poste supplémentaire pour faire face à l’accroissement de l’effectif cette année reste en effet en suspens.

 

L’équipe a par ailleurs contacté les services du ministère de l’Éducation nationale afin d’obtenir une audience auprès de la ministre Najat Vallaud-Belkacem. Elle se tient prête à monter à Paris dès ce vendredi 9 septembre pour la rencontrer.

 

 

Joël Kermabon

 

 

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
2696 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Bonjour
    A partir du moment ou le triptic parents, eleves, equipes enseignantes tirent dans le meme sens rien ne peut arriver et les demandes legitimes ne peuvent qu’etre acceptees.Esperons que cette esprit perdurera toute l’annee.Je vous felicite pour votre abnegation et votre courage.
    Par contre aucune raison de monter a Paris vous allez rencontrer des elus Grenoblois qui malgres un bilan plus que catastrophique en matieres educative ont reussi a trouver un poste au ministere de l’education nationale.Aujourd’hui plus qu’hier,en France pour reussir il faut etre bien ne……
    BENYOUB A

    sep article