Primaires ouvertes pour 2017 : la droite en ordre de marche en Isère

Primaires ouvertes pour 2017 : la droite en ordre de marche en Isère

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – Pas de trêve estivale pour les candidats déclarés à la primaire – ouverte au centre – organisée par le parti de droite Les Républicains. C’est ainsi qu’à trois mois du scrutin Alain Juppé a officiellement confirmé, le 21 juillet dernier, la désignation de Richard Cazenave dans le rôle de porte-parole de sa campagne pour le département de l’Isère.

 

 

 

Prise de parole de Richard Cazenave. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Richard Cazenave lors d’un conseil muni­ci­pal. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Petit à petit, par­tout en France, les têtes d’af­fiche des Républicains avancent leurs pions sur le damier des pri­maires qui dési­gne­ront leur can­di­dat à la can­di­da­ture dans les règles pour la course à l’Élysée.

 

Les états-majors des dif­fé­rents pré­ten­dants, en pleine effer­ves­cence avant le scru­tin annoncé pour le 20 novembre 2016, ins­tallent leurs cour­roies de trans­mis­sion au cœur des départements.

 

C’est notam­ment le cas en Isère où Alain Juppé, le maire de Bordeaux vient de dési­gner offi­ciel­le­ment – ce n’é­tait plus un secret – Richard Cazenave, député hono­raire et conseiller muni­ci­pal du groupe Les Républicains – UDI et Société civile, comme porte-parole de sa cam­pagne en Isère.

 

 

 

Le défi ? Organiser un scrutin irréprochable

 

 

Il appar­tien­dra désor­mais à Richard Cazenave d”« incar­ner la visi­bi­lité média­tique de la cam­pagne dans le dépar­te­ment, [de] favo­ri­ser le ral­lie­ment d’élus à [sa] can­di­da­ture et [de] faci­li­ter le déve­lop­pe­ment des comi­tés et de leurs acti­vité », pré­cise Alain Juppé dans un cour­rier adressé au conseiller muni­ci­pal, le 21 juillet dernier.

 

Alain Juppé (au centre) en grande conversation avec Matthieu Chamussy et Richard Cazenave. © Alain Thiriet

Alain Juppé (au centre) en grande conver­sa­tion avec Matthieu Chamussy et Richard Cazenave. © Alain Thiriet

Une res­pon­sa­bi­lité que le lieu­te­nant isé­rois du can­di­dat assu­mera en lien avec Emmanuel Fusiller, réfé­rent natio­nal, et Éric Chassery, le coor­di­na­teur dépar­te­men­tal des comi­tés de sou­tien, dont huit actuel­le­ment en Isère.

 

« Mais nous espé­rons, au final,  pou­voir en créer une dou­zaine pour cou­vrir l’en­semble du dépar­te­ment », se prend à espé­rer l’élu.

 

« Je serai son relai, son repré­sen­tant pour relayer ses pro­po­si­tions, ses idées. Nous allons orga­ni­ser des réunions et éga­le­ment la venue de dif­fé­rentes per­son­na­li­tés dont notam­ment Jean-Pierre Raffarin, l’an­cien Premier ministre de Jacques Chirac », expose Richard Cazenave.

 

La cible ? « Elle dépasse très lar­ge­ment celle des adhé­rents des par­tis poli­tiques. Nous nous adres­se­rons à tous les élec­teurs de la droite et du centre. Le défi est d’or­ga­ni­ser un scru­tin assez proche des gens, des citoyens, dans la trans­pa­rence et la régu­la­rité et ce dans 173 bureaux de vote en Isère », explique le conseiller municipal.

 

 

 

« Ceux qui s’assoient sur leur convictions me fatiguent ! »

 

 

Sur le plan local et dépar­te­men­tal, la mul­ti­pli­cité des can­di­da­tures Les Républicains se reflète dans la valse – hési­ta­tion ? – de leurs sou­tiens res­pec­tifs, à tra­vers ce qui res­semble à un jeu de chaises musicales.

 

C’est ainsi que Matthieu Chamussy, le voi­sin de Richard Cazenave sur les bancs de l’op­po­si­tion muni­ci­pale, qui s’é­tait rangé aux côtés de François Fillon lors des élec­tions à la pré­si­dence de l’UMP en 2014, s’est ral­lié à Bruno Le Maire. L’élu jus­ti­fie son choix par un besoin urgent de renou­vel­le­ment dans les rangs du parti.

 

Matthieu Chamussy et Pierre Gimel lors de l'annonce du soutien à Bruno Le Maire. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Matthieu Chamussy et Pierre Gimel lors de l’an­nonce de leur sou­tien à Bruno Le Maire. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« C’est l’oc­ca­sion pour nous de mettre du neuf dans la mai­son. Avec Pierre Gimel, nous avons fait le choix, pour cette pri­maire ouverte à droite, du can­di­dat des idées, du can­di­dat du renou­veau. »

 

Avec l’aide de Pierre Gimel, vice-pré­sident Les Républicains du Conseil dépar­te­men­tal, Matthieu Chamussy conduit depuis le début de l’an­née la cam­pagne de Bruno Le Maire en Isère, en sou­li­gnant « ses qua­li­tés humaines et sa déter­mi­na­tion ».

 

Selon Pierre Gimel, c’est le bon choix. « J’ai tra­vaillé avec Juppé, sou­tenu Fillon, mais aujour­d’hui j’ai choisi Bruno Le Maire. Bruno est celui qui incarne le mieux les valeurs aux­quelles je suis atta­ché. Il ne tran­sige pas. Ceux qui s’assoient sur leurs convic­tions me fatiguent ! », tranche-t-il, convaincu.

 

 

 

Un appel à parrainer la candidature de Nicolas Sarkozy

 

 

Quant à François Fillon, l’an­cien ministre peut comp­ter sur le sou­tien du séna­teur-maire de Domène, Michel Savin appuyé par Frédérique Puissat, pre­mière vice-pré­si­dente Les Républicains du dépar­te­ment, éga­le­ment maire de Château-Bernard, et par Vincent Chriqui, maire Les Républicains de Bourgoin-Jallieu et conseiller départemental.

 

François Fillon, en visite à Grenoble.

François Fillon, en visite à Grenoble. © Véronique Serre

Là aussi, on est per­suadé d’a­voir misé sur le bon che­val, c’est du moins l’a­vis de Vincent Chriqui. « C’est un réformateur qui porte un pro­jet pour la France. […] Autour de lui, se mon­tera une équipe resserrée qu’il diri­gera avec calme. Car c’est un hom­me de sang­ froid. Certains ont pu y voir un défaut, pour ma part, je trouve que c’est une qua­lité essen­tielle pour un président de la République », décla­rait l’élu cou­rant jan­vier 2016 sur le site des Républicains 38.

 

C’est sur Nicolas Sarkozy – qui doit annon­cer sa can­di­da­ture avant la fin du mois d’août – que mise pour sa part le comité d’ap­pel à sa can­di­da­ture en Isère. C’est ainsi que Alain Moyne-Bressand, député et maire de Crémieu, Alain Carignon, ancien maire et ministre, et Thierry Kovacs, le maire de Vienne, appellent à « par­rai­ner » l’ancien chef de l’État. Pour ces trois signa­taires, l’en­ga­ge­ment de Nicolas Sarkozy est abso­lu­ment indis­pen­sable « pour un pays sans cap ni chef, qui est à la dérive au plan éco­no­mique, absent de la scène inter­na­tio­nale, et para­lysé dans son action poli­tique ».

 

 

 

Tous les candidats n’obtiendront pas leurs parrainages

 

 

Cependant, sur les treize can­di­dats poten­tiels ou décla­rés, tous ne fran­chi­ront pas l’é­tape de la col­lecte des par­rai­nages. Certains s’en plaignent, notam­ment Nadine Morano qui dénonce, dans une inter­view accor­dée à RTL ce 8 août, des « pri­maires assez mal orga­ni­sées ». Ce que ne manque pas de déplo­rer Richard Cazenave. « Ils se pré­sentent comme des vic­times que l’on veut exclure de la pré­si­den­tielle. En réa­lité, beau­coup de ceux qui aujourd’­hui se déclarent can­di­dats n’ob­tien­dront pas leurs par­rai­nages », com­mente le porte-parole d’Alain Juppé.

 

CazenaveJuppéCreditJoelKermabon-4La mul­ti­pli­cité des can­di­da­tures au sein des Républicains ne revient-elle tou­te­fois pas, pour le parti, à se tirer une balle dans le pied avec le risque d’at­taques personnelles ?

 

« C’est ce que cer­tains redoutent et c’est ce qu’il faut essayer d’é­vi­ter […] Vous ver­rez que dans nos pro­po­si­tions, nos prises de posi­tions, il n’y a pas d’a­gres­sion contre les per­sonnes », assure l’élu. Et de pré­dire, quelque peu cir­cons­pect : « Mais ce ne sera pas le cas de tout le monde ! »

 

Si Richard Cazenave ne nie pas le dan­ger, il n’en consi­dère pas moins que l’en­jeu est de taille et que ce pré-scru­tin est incon­tour­nable. « S’il n’y avait pas les pri­maires, le risque serait de ne pas se retrou­ver au second tour », conclut-il sentencieusement.

 

 

Joël Kermabon

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

UNE Pierre Kermen ancien directeur de la SPL Sagès et de la SEM Innovia. Il a quitté ses fonctions, à la demande du nouvel actionnaire. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Retour sur le départ de Pierre Kermen, investi directeur général par Eric Piolle… et destitué par la Métropole

DÉCRYPTAGE - Placé à la tête de la direction générale de la Société publique locale (SPL) Sagès et de la Société d’économie mixte (Sem) Innovia par Lire plus

UNE Café de projet destinée aux habitants du quartier (maison du projet)
Quartier de l’Esplanade à Grenoble : un nouveau départ, sur fond de mécontentement

DÉCRYPTAGE - On sait à présent à quoi ressemblera le futur quartier de l'Esplanade. Le plan-guide vient d’être voté, non sans provoquer des cris d’orfraie dans l’opposition. Lire plus

Une fois encore, l'Isère suit la tendance nationale en votant massivement pour François Fillon... sauf à Grenoble où les scores sont plus mitigés.
Primaire de la droite : l’Isère suit le mouvement national, Grenoble se démarque

FOCUS - La fin d'un non-suspense ? La victoire de François Fillon à la primaire de la droite et du centre est à présent acquise. Lire plus

Primaire de la droite et du centre : les soutiens isérois de Fillon et Juppé à la manœuvre

FOCUS - Après la victoire surprise de François Fillon au premier tour de l'élection primaire de la droite et du centre, les états-majors s'organisent et Lire plus

Flash Info

|

14/06

16h51

|

|

14/06

16h12

|

|

14/06

14h40

|

|

14/06

11h40

|

|

12/06

16h21

|

|

11/06

15h36

|

|

11/06

10h06

|

|

11/06

9h34

|

|

09/06

19h27

|

|

08/06

18h19

|

Les plus lus

Environnement| La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d’oiseaux

À voir| Environ un millier de personnes à Grenoble pour la « Marche des libertés » et contre les idées d’extrême droite

Culture| Du vélo au Sénégal, deux expositions présentées au Musée dauphinois à l’occasion de sa réouverture

Culture| Grenoble Calling, une « histoire orale » du punk (et des punks) à Grenoble, des années 80 à nos jours

Abonnement| Régionales 2021 : la liste « Agir pour ne plus subir » souhaite faire entendre la voix des musulmans lors des élections

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin