Appel Forêt -
Jérôme Safar. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Débat municipal à Grenoble : le tweet qui fait déborder le vase

Débat municipal à Grenoble : le tweet qui fait déborder le vase

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase pour l’opposition de gauche à Grenoble. Le tweet d’un élu de la majorité, jugé insultant à l’endroit de la conseillère d’opposition Marie-José Salat, a été l’occasion pour Jérôme Safar, président du groupe Rassemblement de gauche et de progrès, d’exprimer son « ras-le-bol ». En cause : l’attitude de la majorité municipale, notamment lors des conseils et sa conception du débat démocratique.

 

 

 

Jérôme Safar. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Jérôme Safar. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Nous ver­rons quelles seront les suites, s’il doit y en avoir, y com­pris de l’ordre de la plainte ! Le dos­sier est d’ores et déjà entre les mains de l’a­vo­cat du groupe », pré­vient Jérôme Safar, pré­sident du groupe Rassemblement de gauche et de pro­grès, cachant mal une colère froide. En cause, le tweet publié sur Twitter par l’ad­joint au sec­teur 2, Antoine Back, lors du conseil muni­ci­pal du 21 mars.

 

Ce tweet se ter­mi­nait en posant la ques­tion d’un éven­tuel « trouble dis­so­cia­tif de la per­son­na­lité » de Marie-José Salat, conseillère muni­ci­pale de l’op­po­si­tion de gauche. C’est plus qu’il n’en fal­lait pour Jérôme Safar, qui dénonce là « un niveau de vio­lence ver­bale tout à fait regret­table » et exprime son « ras-le-bol ». Retiré depuis, il a été rem­placé par un autre.

 

 

 

« Le maire l’a cautionné »

 

 

Le der­nier conseil muni­ci­pal, qui s’est déroulé ce lundi 21 mars, a fait figure d’ex­cep­tion. A plu­sieurs titres. Notamment sa durée qui n’aura pas excédé… trois heures et demie – une pre­mière – et un ordre du jour qua­li­fié d’a­né­mique par les oppo­sants. Avec ses trois inter­rup­tions de séance, éga­le­ment. Une pre­mière dédiée à l’in­ter­ven­tion d’un membre des Conseils citoyens indé­pen­dants (CCI) qui inter­pel­lait, fait nou­veau, le maire sur le deve­nir de l’Orangerie. Une seconde où Jacqueline Hubert, la direc­trice géné­rale du Centre hos­pi­ta­lier uni­ver­si­taire de Grenoble (CHU), a pré­senté un impor­tant pro­jet de réor­ga­ni­sa­tion du com­plexe hospitalier.

 

Conseil municipal du 21 mars 2016. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Conseil muni­ci­pal du 21 mars 2016. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Ajoutez à cela l’in­ter­rup­tion deman­dée par le groupe Rassemblement de gauche et de pro­grès. En cause : la décou­verte du fameux tweet après lequel l’en­semble du groupe a quitté, « indi­gné », l’en­ceinte de l’as­sem­blée délibérative.

 

Que disait ce tweet ? Il repro­chait à Marie-Josée Salat, conseillère muni­ci­pale de l’op­po­si­tion de gauche, de deman­der des pré­ci­sions sur un pro­jet porté par la Métropole. Un pro­jet dont elle est, par ailleurs, membre du comité de pilo­tage. Pour l’é­lue, ce mes­sage était dou­ble­ment insul­tant. « Outre qu’il met­tait en cause ma per­son­na­lité, il lais­sait entendre que je ne com­pre­nais pas très bien ce qui revient à la Métropole et ce qui revient à la ville de Grenoble », s’offusque-t-elle.

 

Et de s’é­ton­ner sub­sé­quem­ment de l’ab­sence de réac­tion du maire et qu’il ne se soit pas posi­tionné au-des­sus de la mêlée. « À défaut de dénon­cer le contenu de ce tweet, par sa non-réponse, le maire l’a cau­tionné », sou­ligne amè­re­ment Marie-José Salat.

 

 

 

« Je les mets tous dans le même sac »

 

 

Quoi qu’en pense l’é­lue, Éric Piolle, le maire de Grenoble, n’est pas resté sans réagir, mais peut-être pas dans le sens attendu. « J’aurais moi-même pu faire un livre sur toutes les invec­tives qui m’ont été adres­sées durant la cam­pagne muni­ci­pale […], sans par­ler des men­songes extrê­me­ment graves qui auraient pu créer des situa­tions incon­trô­lables », a rétor­qué le maire.

 

Marie-José Salat. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Marie-José Salat. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Et de pré­ci­ser son atti­tude face aux réseaux sociaux. « Quels que soient les groupes poli­tiques aux­quels appar­tiennent les auteurs de tweets met­tant en cause des élus, je les mets tous dans le même sac. » Ce der­nier en convient, le débat poli­tique est certes sou­vent rugueux. « Ce genre de débor­de­ments arrive. Laissons-les glis­ser mais ne lais­sons pas pas­ser quand il y a des attaques per­son­nelles ou des insultes », conclut-il. Pas de quoi satis­faire Marie-José Salat…

 

 

 

« Depuis deux ans, le bilan s’alourdit ! »

 

 

Pour Jérôme Safar, cet inci­dent est la goutte d’eau qui fait débor­der le vase. Bien qu’af­fir­mant ne pas sou­hai­ter mon­ter l’é­vé­ne­ment en épingle, l’élu estime que celui-ci « inter­pelle réel­le­ment sur la concep­tion qu’a cette équipe [la majo­rité, ndlr] de l’ac­tion publique et du débat démo­cra­tique à Grenoble ». Une réac­tion à froid qui tra­duit bien le malaise de l’op­po­si­tion de gauche. Celle-ci n’a de cesse de tirer, depuis bien­tôt deux ans, la son­nette d’a­larme quant à l’im­pé­ri­tie sup­po­sée de la majo­rité et à son absence de dia­logue construc­tif avec ses oppo­sants. Maintenant c’est « ras-le-bol ! », lance-t-il.

 

De gauche à droite : Anouche Agobian, Marie-José Salat, Jérôme Safar et Sarah Boukaala. © Joël Kermabon - Place Gre'net

De gauche à droite : Anouche Agobian, Marie-José Salat, Jérôme Safar et Sarah Boukaala. © Joël Kermabon – Place Gre’net

En tête des cri­tiques, Jérôme Safar fus­tige l’ab­sence de débats construc­tifs abou­tis­sant, au fil des mois, à des ordres du jour de conseil muni­ci­pal plus que maigrelets.

 

Une manière de mettre la pous­sière sous le tapis, selon lui. « L’équipe muni­ci­pale cherche, avant tout, à mas­quer ses dif­fi­cul­tés à don­ner une pros­pec­tive claire et nette aux Grenoblois qui sont en droit de l’at­tendre de leurs élus », explique-t-il.

 

« Depuis deux ans, le bilan s’a­lour­dit », estime Jérôme Safar. Et d’é­nu­mé­rer, tapant du poing sur la table, une longue liste de sujets impor­tants et jamais débat­tus. Notamment la poli­tique des ser­vices publics, de pré­ven­tion et de sécu­rité, la licéité des mar­chés publics orga­ni­sés par la Ville, l’ab­sence de réflexion sur les orien­ta­tions de la poli­tique cultu­relle… Autant de thé­ma­tiques moult fois évo­quées par le groupe au cours de ces deux ans qui n’ont pas fait l’ob­jet de déli­bé­ra­tions cadres, à son grand regret.

 

 

 

« De l’exemplarité démocratique à la discrétion démocratique »

 

 

Manque de trans­pa­rence, annonces pri­vi­lé­giant la presse, absence de réelle concer­ta­tion sur les dos­siers… « En deux ans, nous sommes pas­sés de “l’exem­pla­rité démo­cra­tique” à la dis­cré­tion démo­cra­tique », per­sifle Jérôme Safar. Mais pas seule­ment. L’élu relève le pas­sage « du souffle nou­veau à l’ab­sence de pros­pec­tive et de ligne claire ». Signe, selon lui, d’un manque cruel de vision à moyen terme. Bref, l’élu en est convaincu, il l’aura d’ailleurs répété à l’envi, « le dis­cours muni­ci­pal se heurte à la réa­lité face à laquelle la panne est avé­rée ».

 

Éric Piolle lors du conseil municipal du 21 mars 2016. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Éric Piolle lors du conseil muni­ci­pal du 21 mars 2016. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Et d’as­sé­ner : « Lorsqu’il n’y a plus rien à dire, c’est l’ar­ro­gance, le mépris, les moque­ries, l’in­sulte le cynisme qui prennent le relais. »

 

Une atti­tude qui prend un sens tout par­ti­cu­lier au cours des com­mis­sions muni­ci­pales, qua­li­fiées par le groupe de chambres d’en­re­gis­tre­ment. Tout au moins celles où les oppo­si­tions sont repré­sen­tées, ce qui n’est pas tou­jours le cas.

 

« Nous sommes tout de même dans une ville où la droite ne siège plus en com­mis­sion d’ap­pels d’offres, ne siège pas au comité d’a­vis culture… C’est du jamais vu que des élus démis­sionnent d’une com­mis­sion parce qu’ils ont le sen­ti­ment de ne ser­vir à rien, même du temps où Alain Carignon menait sa ville et son conseil muni­ci­pal à la “schlague”. » Le signe révé­la­teur d’un dys­fonc­tion­ne­ment majeur selon Jérôme Safar.

 

 

 

« On les connaît par cœur ! »

 

 

« Les Grenoblois, entre eux, pour rire, lors­qu’ils veulent expli­quer à quel­qu’un qu’ils ne feront pas quelque chose disent qu’ils vont le cocons­truire », relate Jérôme Safar. « Ça nous fait tous rire, mais c’est dévas­ta­teur parce que ça veut dire qu’un terme qui avait du sens devient un élé­ment de lan­gage signi­fiant que l’on remet des déci­sions aux calendes grecques. »

 

Jérôme Safar lors d'une intervention au conseil municipal © Joel Kermabon - Place Gre'net

Jérôme Safar lors d’une inter­ven­tion au conseil muni­ci­pal. © Joel Kermabon – Place Gre’net

Tout un sym­bole, selon l’élu : « Quand on dévoie une notion posi­tive à ce point-là en deux ans, ça veut vrai­ment dire qu’il y a des choses graves, der­rière ! »

 

« Quand nous disons “ras-le-bol, trop c’est trop !”, c’est parce que nous savons très bien ce qui est engagé, ici. Nous ne sommes pas à Grenoble dans un labo­ra­toire démo­cra­tique mais dans un labo­ra­toire poli­tique ! », martèle-t-il.

 

Jérôme Safar croit bien recon­naître, dans le fameux tweet, l’ADN de l’ex­trême gauche qui se carac­té­rise, selon lui, « par la vio­lence ver­bale qui s’a­dresse à la per­sonne, uni­que­ment à la per­sonne ». Pour le pré­sident de groupe, ce n’est pour­tant pas faute d’a­voir dénoncé cet ADN avant les muni­ci­pales. « On les connaît par cœur ! Je dois recon­naître qu’a­vec talent ils ont su le mas­quer de façon remar­quable. En par­ti­cu­lier, en plan­quant Élisa Martin autant qu’ils pou­vaient le faire. »

 

 

Joël Kermabon

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Alain Carignon porte plainte suite à l’appel au boycott des commerces de ses soutiens sur Twitter

  FOCUS - Alain Carignon annonce porter plainte contre un compte Twitter farouchement hostile à sa personne et ironiquement baptisé « Alain C., ex-maire de Gre ». Lire plus

FIL INFO Le collectif Le Vélo qui marche © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Serveurs internet communs : Le Vélo qui marche conteste tout lien avec Alain Carignon

FIL INFO — Pas question pour Le Vélo qui marche de laisser dire qu'il a des liens avec Alain Carignon. Réagissant aux accusations d'un internaute Lire plus

La proposition d'Olivier Véran (LRM) d'une prime pour les hôpitaux réorientant les patients des urgences a suscité un tollé sur les bancs de l'opposition.
Le député de l’Isère Olivier Véran fustige sur Twitter la marque Zara et son mannequin « très maigre »

FIL INFO – Le député En marche de l'Isère Olivier Véran fustige la marque Zara sur Twitter. En cause : la maigreur excessive d'un mannequin Lire plus

Une workshop meet in Grenoble Alpes. © Laurent Genin
Grenoble-Alpes métropole mise sur le sport pour doper son attractivité touristique

FOCUS - Mardi 5 juin, le stade des Alpes accueillait l'atelier de travail meet in Grenoble Alpes. Une rencontre, autour de la thématique du sport, entre organisateurs Lire plus

La 20e édition du Festival international du film de comédie à l'Alpe d'Huez se tient du 17 au 22 janvier en présence d'Omar Sy, Jamel Debbouze et Dany Boon.
Saint-Égrève 24e au palmarès des villes les plus actives sur Twitter

La ville de Saint-Égrève se classe 24e au palmarès des villes françaises les plus actives sur Twitter sur le mois de septembre 2016, d'après le Lire plus

Piolle bashing : quand les opposants se déchaînent sur Facebook et Twitter

ENQUÊTE - Facebook, Twitter… Sur les réseaux sociaux, les opposants à Éric Piolle et sa majorité municipale de Grenoble ne passent pas inaperçus. Une activité Lire plus

Flash Info

|

29/07

19h56

|

|

28/07

16h27

|

|

28/07

12h09

|

|

28/07

9h40

|

|

27/07

20h21

|

|

27/07

12h00

|

|

27/07

10h43

|

|

26/07

10h46

|

|

25/07

12h06

|

|

22/07

19h24

|

Les plus lus

Tourisme de l'Isère : VAE en montagne

Société| Tourisme : le Département de l’Isère place l’été 2021 sous le signe de la santé et du bien-être

Flash info| Grenoble accueille les championnats de France individuels de tennis-fauteuil, du 24 au 27 juin 2021

Émilie Gindre et Joséfa Gallardo de La Rampe - la Ponatière. © Tim Buisson – Place Gre’net

Culture| Échirolles : La Rampe – La Ponatière lance sa saison 2021 – 2022 après plusieurs mois sans spectacles

Abonnement| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

David Smétanine

Abonnement| Le Grenoblois David Smétanine candidat pour être porte-drapeau paralympique aux Jeux de Tokyo

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin