Le dispositif d’interpellation sous le feu des opposants… prêts à s’en saisir

Le dispositif d’interpellation sous le feu des opposants… prêts à s’en saisir

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

DÉCRYPTAGE – Sonnant tambours et trompettes, l’équipe municipale grenobloise emmenée par Pascal Clouaire, adjoint à la démocratie locale, annonçait aux Assises citoyennes (Acte 2) la création d’un dispositif d’interpellation audacieux offrant « du pouvoir d’agir » aux habitants. Trop beau pour être vrai ? Les opposants, sans rejeter complètement l’idée, voient s’amonceler difficultés, complications et risque pour la cohésion sociale… tout en dévoilant leur intention de se saisir de ce nouveau dispositif !

⇒ 2.681 mots

 

 

Pascal Clouaire, adjoint de la Démocratie locale à Grenoble, lors des Assises citoyennes Actes 2 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Pascal Clouaire, adjoint à la démo­cra­tie locale à Grenoble, lors des Assises citoyennes Acte 2. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Qu’on n’en doute pas un seul ins­tant, Pascal Clouaire, adjoint à la démo­cra­tie locale à Grenoble, ira jusqu’au bout. « Notre état d’es­prit est tou­jours le même, tou­jours déter­miné à mettre en place cet enga­ge­ment de cam­pagne. » Ainsi le nou­veau « dis­po­si­tif d’in­ter­pel­la­tion et de vota­tion d’initiatives » de la muni­ci­pa­lité d’Eric Piolle, maire EELV, sera pré­senté ce 29 février 2016 en conseil municipal.

 

« Nous hono­re­rons nos enga­ge­ments », assène Pascal Clouaire. Dès le 1er mars, le « dis­po­si­tif » pourra offi­ciel­le­ment fonctionner.

 

C’est-à-dire que tout Grenoblois ou toute asso­cia­tion basée à Grenoble pourra lan­cer une péti­tion « avec les réserves qui s’imposent et à par­tir du moment où l’objet de la péti­tion concerne les com­pé­tences de la Ville », rap­pelle l’adjoint. « Une fois les 2.000 signa­tures de Grenoblois récol­tées, deux pos­si­bi­li­tés : soit le conseil muni­ci­pal l’adopte, soit il la passe à la vota­tion. La vota­tion est déci­sion­naire, à condi­tion de recueillir 20.000 voix majo­ri­taires. »

 

Il fal­lait s’en dou­ter, ce sys­tème d’interpellation peu com­mun, en deux temps, en déroute plus d’un(e). Si tous les oppo­sants poli­tiques de la muni­ci­pa­lité d’Eric Piolle sou­haitent, comme cette der­nière, que les citoyens puissent s’exprimer, ils ques­tionnent et cri­tiquent la méthode et les inten­tions. Ces contra­dic­teurs entre­voient de nom­breuses dif­fi­cul­tés et redoutent bien des « effets per­vers » pour la démo­cra­tie locale.

 

 

 

« C’est séduisant comme ça, audacieux, aventureux… »

 

 

Par rap­port au rela­tif faible nombre de signa­tures à récol­ter pour qu’une péti­tion arrive sur la table du conseil muni­ci­pal, les “scep­tiques” sont par­ta­gés. « C’est sédui­sant comme ça, auda­cieux, aven­tu­reux, juge Paul Bron, élu de l’opposition (Go citoyen­neté) qui fut adjoint à l’éducation sous le man­dat de Michel Destot de 2008 à 2014. Ce n’est pas très com­pli­qué à atteindre 2000 signa­tures. Et pour­quoi pas ? Cela me semble cor­rect. »

 

Philippe de Longevialle, ex-adjoint Modem à l’urbanisme de Grenoble et désor­mais en retrait de la poli­tique gre­no­bloise, iro­nise : « C’est très bien ce droit de péti­tion­ner, puisque c’est nous qui l’avions mis en place à Grenoble ! Ce droit existe d’ailleurs dans bien d’autres com­munes. Cela per­met de refaire pas­ser des sujets qui seraient contes­tés dans leur appli­ca­tion, dans leurs choix ini­tiaux. »

 

LongevialleUNECreditNLouna

Philippe de Longevialle, ex adjoint (Modem) à l’ur­ba­nisme de Grenoble sous le der­nier man­dat de Michel Destot. © Nils Louna – Place Gre’net

 

L’ex-adjoint en sait quelque chose, son droit de péti­tion avait été uti­lisé, une seule fois, pour contrer le pro­jet de l’Esplanade dont il avait la charge. « Mais avant de mettre en œuvre ce nou­veau dis­po­si­tif, la mai­rie de Grenoble serait bien ins­pi­rée de répondre aux cour­riers et mails que lui adressent les habi­tants »tacle au pas­sage Philippe de Longevialle. Il assure avoir connais­sance de « nom­breux exemples de mis­sives res­tées sans réponse ».

 

Jérôme Safar, ex-pre­mier adjoint de Michel Destot, en charge des finances et de la sécu­rité de 2008 à 2014 puis de la poli­tique de la ville à par­tir 2011, se montre tout aussi cri­tique. « Il aura fallu quand même deux ans à cette majo­rité pour fina­li­ser ce dis­po­si­tif par­ti­ci­pa­tif ! », lance l’ac­tuel conseiller muni­ci­pal, pré­sident du groupe d’opposition Rassemblement de gauche et de progrès.

 

Un point de vue par­tagé par Matthieu Chamussy, conseiller muni­ci­pal et pré­sident du groupe d’opposition Les Républicains, UDI et société civile : « Cela com­men­çait à faire long ! ». Et celui-ci de poin­ter le court temps de vie effec­tif du dis­po­si­tif, étant donné la tenue d’é­lec­tions pré­si­den­tielles et légis­la­tives en 2017. « Ce dis­po­si­tif ne pourra plei­ne­ment fonc­tion­ner que d’oc­tobre 2017 au prin­temps 2019 – parce vous n’a­vez pas le droit de consul­ter la popu­la­tion pen­dant les six mois pré­cé­dents l’é­lec­tion muni­ci­pale… »

 

 

 

« On va voir des choses qu’on n’avait pas vu venir »

 

 

« 2000 signa­tures : c’est rien !, estime de son côté la conseillère muni­ci­pale d’op­po­si­tion du FN, Mireille d’Ornano. Beaucoup de petits sujets vont arri­ver sur la table. On va pas­ser notre temps à étu­dier les péti­tions, peut-être sur des sujets lou­foques ! » Jérôme Safar entre­voit, lui aussi, l’avalanche de sujets qui pour­raient débou­ler… « La ques­tion de la ges­tion du dis­po­si­tif  va deman­der toute une ingé­nie­rie, consi­dère-t-il. Si l’afflux des péti­tions est impor­tant, la mai­rie a‑t-elle prévu un calen­drier ? Y aura-t-il un nombre de ques­tions maxi­mum trai­tées par conseil muni­ci­pal ? »

 

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 73 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Séverine Cattiaux

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Treize représentants des unions de quartier étaient présent lors de cette AG. Au centre, Guy Waltisperger, président du Comité de liaison des unions de quartier de Grenoble (Cluq). © Joël Kermabon - Place Gre'net :
Les unions de quartier grenobloises et leur comité de liaison reprennent du poil de la bête

FOCUS - Les unions de quartier de Grenoble reprennent du poil de la bête après une longue parenthèse due à la crise sanitaire. Elles tenaient Lire plus

De gauche à droite : Michel Voilin, président de l'union de quartier Championnet, Guy Waltisperger, président du Cluq et Bruno de Lescure, président de l'union de quartier Berriat. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Piétonnisations temporaires estivales à Berriat et Championnet : le coup de gueule des unions de quartier concernées

FOCUS - Les unions de quartier Berriat et Championnet ainsi que le Comité de liaison des unions de quartier ont vivement réagi ce 8 juillet Lire plus

Les cyclistes frôlent parfois les piétons dans les rues piétonnes. © Joël Kermabon - Place Gre'nett
Trois unions de quartier s’inquiètent de la sécurité des piétons face aux deux-roues à Grenoble

  REPORTAGE VIDÉO - Trois unions de quartier de Grenoble s'inquiètent de la présence massive des deux-roues dans le centre-ville qui gêneraient les piétons. Leurs Lire plus

UNE Réunion de concertation autour du plan Chronovélo, à l'initiative du Cluq. Au micro, Yann Mongaburu, vice-président métropolitain aux déplacements, mardi 4 décembre. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Plan Chronovélo : la contre-proposition du collectif Le vélo qui marche n’a pas convaincu

REPORTAGE VIDÉO – La salle était pleine à craquer ce mardi 4 décembre pour suivre la réunion de concertation, à l’initiative du Comité de liaison des Lire plus

"L'équipe d'Eric Piolle n'a pas pas tenu tous ses engagements concernant le réaménagement du quartier de l'Esplanade". Tel est l'amer constat établi par l'association"Vivre à Grenoble" le 14 décembre 2017. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Projet du futur quartier de l’Esplanade à Grenoble : les associations distribuent des cartons rouges

DÉCRYPTAGE - A l’approche du vote décisif, ce lundi 18 décembre en conseil municipal, qui va entériner le programme d’aménagement du futur quartier de l’Esplanade, Lire plus

Décès de Jean-Philippe Motte : “une vie faite de droiture et d’exigence morale”

EN BREF - Jean-Philippe Motte s'est éteint à l'âge de 73 ans. Ancien adjoint municipal, cofondateur de Go Citoyenneté, il aura marqué la vie politique Lire plus

Flash Info

|

26/10

15h52

|

|

26/10

10h13

|

|

26/10

9h00

|

|

25/10

19h42

|

|

25/10

11h46

|

|

24/10

9h44

|

|

23/10

15h18

|

|

22/10

8h00

|

|

21/10

19h40

|

|

20/10

18h24

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin