L’Université Grenoble Alpes décroche (enfin) le label Idex

sep article

EN BREF – Après deux échecs en 2011 et 2012, l’Université Grenoble Alpes a officiellement décroché, vendredi 22 janvier, le label Initiative d’Excellence (Idex). Une reconnaissance du travail accompli pour l’établissement qui espère, à terme, devenir un campus d’excellence au rayonnement mondial. 

 

 

 

Campus de Saint-Martin-d'Hères © Université de Grenoble

Campus de Saint-Martin-d’Hères. © Université de Grenoble

L’Université Grenoble Alpes fait un nouveau pas vers son internationalisation. Fruit de la fusion du 1er janvier dernier, des universités Joseph-Fourier, Pierre-Mendès-France et Stendhal, l’établissement a obtenu, le vendredi 22 janvier, la labellisation Initiative d’excellence (Idex).

 

En 2011, à l’occasion de la première vague d’affectation des Idex, le jury avait retoqué le projet grenoblois au motif notamment qu’« il n’[était] toujours pas apparu de vision commune d’une université unique qui rassemblerait, positionnerait et mettrait à profit les forces principales de la région de Grenoble ». En clair, de graves problèmes de gouvernance sur fond de lutte de pouvoir entre universités. La deuxième vague ne lui avait pas été plus favorable. La troisième aura donc été la bonne.

 

 

 

Une reconnaissance qui va « stimuler le rayonnement » de l’agglomération

 

 

Le projet déposé par la Communauté d’universités et établissements (Comue) dans le cadre du programme d’Investissements d’avenir vise à créer une université unique, dotée d’un fort rayonnement international. Un enjeu qui réjouit Geneviève Fioraso.

 

La députée de l’Isère et ancienne ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche se dit, dans un communiqué, « particulièrement heureuse de cette reconnaissance officielle, qui va contribuer à stimuler le rayonnement d’une agglomération qui a toujours su développer une économie de la connaissance et du progrès, favorable à la formation des jeunes, à la formation continue, à la recherche fondamentale comme appliquée, aux emplois innovants et à l’ouverture internationale ».

 

Campus de Saint-Martin-d'Hères © Université de Grenoble

Bibliothèque universitaire Droits-Lettres. © Université de Grenoble

 

Un point de vue partagé par Éliane Giraud, sénatrice de l’Isère qui se réjouit à son tour « de voir l’excellence grenoblois ainsi reconnue », dans un communiqué en date du 23 janvier.

 

 

 

Des centaines de millions d’euros à la clé

 

 

Présélectionné en avril 2015 parmi sept autres projets, celui de l’Université Grenoble Alpes se construit autour de quatre objectifs dont l’excellence scientifique. L’établissement souhaite également dynamiser son écosystème et transférer les connaissances vers la société, proposer un rôle moteur dans l’innovation pédagogique et la réussite des étudiants et impliquer et engager davantage le monde socio-économique et culturel et les collectivités territoriales.

 

Grâce à cette reconnaissance, l’université bénéficiera ainsi d’une dotation de plusieurs centaines de millions d’euros pour financer et promouvoir ses différents projets. Des projets qui tourneront d’ailleurs autour de quatre enjeux socio-économiques inhérents à l’identité de Grenoble et au XXIe siècle : planète et société durables ; santé, bien-être et technologie ; numérique et innovation, enfin, organisations. Autant de sujets porteurs pour la toute nouvelle Université Grenoble Alpes.

 

 

Maïlys Medjadj

 

 

 

À lire également sur Place Gre’net :

 

Université Grenoble Alpes : ce que va changer la fusion
Idex : l’Université de Grenoble bientôt au sommet ?

 

 

commentez lire les commentaires
5148 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.