Pierre Streiff, président du Medef Isère : “Moi aussi, je suis écologiste !”

sep article

Notre indépendance c

ENTRETIEN – Center Parcs, risque de plan social chez STMicroelectronics, élargissement de l’A480… Pierre Streiff, nouveau président du Medef Isère, revient sur plusieurs dossiers qui provoquent le débat dans l’agglomération grenobloise. Son vœu pour 2016 ? Davantage de dialogue. Et que les entrepreneurs « qui créent de la richesse et de l’emploi » soient aux tables des négociations.

 

➔ 1365 mots

 

 

Pierre Streiff, ancien président de la Fédération du BTP Isère, président du Medef Isère. © Sidonie Hadoux

Pierre Streiff, pré­sident du Medef Isère depuis le 15 décembre 2015. © Sidonie Hadoux

« Défendre les entre­prises, les repré­sen­ter, faire du lob­bying, faire du réseau ». Voilà en quelques mots, la manière dont Pierre Streiff envi­sage son nou­veau rôle de pré­sident du Medef en Isère, suite à son élec­tion le 15 décembre 2015. C’est donc un entre­pre­neur du génie-cli­ma­tique qui prend la suite de Philippe Gueydon, PDG du groupe King Jouet.

Âgé de 57 ans, marié avec deux enfants, Pierre Streiff dirige le Groupe Streiff SAS (87 sala­riés), dont le siège est à Saint-Martin-le-Vinoux. « Grenoblois pure souche », il a inté­gré l’en­tre­prise fami­liale en 1978 et la dirige depuis 1988. Pierre Streiff était depuis 2009, pré­sident de la Fédération du BTP Isère.
 
Refus des éti­quettes poli­tiques
 
Homme prag­ma­tique, déter­miné, néan­moins ouvert au dia­logue, Pierre Streiff s’exprime sans chi­chis. Il ne pré­tend pas tout connaître des pro­blé­ma­tiques de l’en­semble des sec­teurs de l’économie en Isère. Surtout qu’il débute dans sa tâche. S’il a un peu hésité avant de s’engager à la tête du Medef, c’est qu’il redou­tait un éti­que­tage poli­tique. Pierre Streiff en éton­nera sans doute plus d’un, en affir­mant que les entre­pre­neurs sont de tous les par­tis et que son syn­di­cat n’a pas d’affinités par­ti­cu­lières.
Il sur­prend encore un peu plus en s’af­fi­chant « éco­lo­giste, comme tout le monde », rou­lant en voi­ture élec­trique. Sa manière à lui de lut­ter contre la pol­lu­tion. Cela ne l’empêche pas d’être favo­rable à l’élargissement de l’A480… pro­jet qu’il estime conci­liable avec la pro­tec­tion de l’environnement.

 

 

Quel est chantier qu’il vous semble important d’ouvrir ou de poursuivre en priorité ?

 

Le pre­mier dos­sier qui me vient à l’esprit est le désen­cla­ve­ment de Grenoble. Tout le monde sait que la ville est très embou­teillée le matin, le soir… Du fait de cette situa­tion, il y a une sorte de Grenoble bashing. En tant que Grenoblois pure souche né ici, je trouve cela regret­table. Il faut s’attaquer à ce pro­blème, que nos élus de la mai­rie, de la Métro, ouvrent les yeux.
 

 


Selon Eric Piolle, maire de Grenoble, élargir l’A480 est absurde car cela ne peut générer que de la pollution supplémentaire. Vous considérez-vous comme un pollueur ?

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

commentez lire les commentaires
5927 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Streiff a un vrai sens éco­lo­gique au sens pre­mier du terme. Il a tou­jours tra­vaillé avec des tech­no­lo­gies qui étaient en avance, en 90 il ins­tal­lait les pre­mières clim sans fréon, il a par­ti­cipé à déve­lop­per les pre­miers bati­ments HQE dès 94, il a porté les pro­jets comme Bonne avec les eco­los poli­tiques de Grenoble dans les années 2000 et aujourd’­hui il a rai­son Grenoble est très encla­vée, il faut élar­gir l’A480 car comme lui d’autres inves­ti­ront dans des véhi­cules propres…on ne peut pas rai­son­ner comme si les véhi­cules élec­triques ou hydro­gene n’al­laient pas arri­ver.
    Oui Streiff est un bâtis­seur éco­lo­gique en avance dans son enga­ge­ment, et oui il est proche de Ferrari Destot ou Migaud, comme de Barbier, Saugey ou Savin mais bien loin du foin média­tique de Piolle pre­fe­rant ceux qui envi­sagent un ave­nir prag­ma­tique. Rappelons que lui offre de l’emploi et veille au déve­lop­pe­ment éco­no­mique de la région. Une cause noble.

    sep article
  2. Pierre Streiff se dit « écolo » parce qu’il roule dans une voi­ture élec­trique ? je n’ai jamais entendu un écolo dire qu’il est pour l’é­lar­gis­se­ment de l’A480, qui ne règlera pas le pro­blème du trop plein de voi­tures sur cet axe, au contraire. Ecolo ? en vou­lant construire la bulle Pierre et Vacances à Roybon ? il est plu­tôt rigolo …
    Il a tout d’un béton­neur !

    sep article
  3. D’un côté le green washing côté poli­tique de la majo­rité gre­no­loise, de l’autre le job washing côté MEDEF…même si je recon­nais que Streiff n’est pas dog­ma­tique et qu’il est très reconnu dans les entre­prises au delà des diver­gences poli­tiques effec­ti­ve­ment.
    Et la Métro est au milieu, avec un Ferrari véri­table ami de Streiff, quel gage don­ner d’un côté à un Piolle de l’autre à un Streiff ?!

    sep article