Grenoble : le quartier Mistral vu par les Mistraliens

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

REPORTAGE – Épisode 1 – Souvent sous la loupe des médias et des politiques, la cité populaire de tours et de barres est en pleine mutation, depuis les années 2000. Comment ce bouleversement est-il vécu par les habitants du quartier Mistral de Grenoble ? Comment les premiers concernés appréhendent-ils les choses de l’intérieur ? Rencontre avec des Mistraliens, premier volet de ce dossier spécial Mistral.

 

 

 

Barre Anatole France © Véronique Magnin – Place Gre’net

Barre Anatole France © Véronique Magnin – Place Gre’net

 

 

Un quar­tier chaud, ça ne se visite pas. 16 heures. Sud-ouest de Grenoble, garé ave­nue Rhin et Danube, on prend quelques minutes, le visage collé à la vitre. Dehors, l’an­cien cœur du quar­tier Mistral est très calme, en cette jour­née d’hi­ver enso­leillée. Au pied des trois tours cen­trales, quelques jeunes dis­cutent ou s’en­nuient. Difficile à dire. Quoi qu’il en soit, ils font le guet.

 

A deux pas de là, quelques habi­tants s’af­fairent ; tran­quille va-et-vient autour des trois der­niers com­merces de proxi­mité de la barre Anatole France : une phar­ma­cie, un bureau de tabac et une bou­che­rie. Voilà tout ce qu’il reste de l’an­cien centre com­mer­cial de Mistral. Plus pour très long­temps, d’ailleurs, car l’im­meuble aux bal­cons gau­diens vit là ses der­nières heures avant sa démo­li­tion, réno­va­tion urbaine oblige.

 

 

 

« On trouve de belles personnes ici »

 

 

 

Pris de curio­sité, on aime­rait bien les connaître de plus près les habi­tants du quar­tier Mistral, trop sou­vent « stig­ma­ti­sés ». Le mot vient d’être lâché par une jeune ani­ma­trice de la Maison de l’enfance Bachelard, ren­con­trée à l’i­nau­gu­ra­tion d’une fresque réa­li­sée par des petits Mistraliens.

 

 

Une fresque pour faire évo­luer les com­por­te­ments. © Véronique Magnin – Place Gre’net

 

 

Elle ajoute : « Je ne me sens pas sur­veillée dans ce quar­tier et je ne crains pas de m’ex­pri­mer. J’y tra­vaille depuis un an et demi et, pour ma part, je ne res­sens pas plus de vio­lence qu’ailleurs, au final. Pour moi, c’est un quar­tier comme un autre ».

 

Les oiseaux ont été com­man­dés par le bailleur Actis pour embel­lir, tour à tour, les locaux à pou­belles d’an­ciens immeubles du quar­tier et inci­ter, par là-même, les habi­tants à plus de civi­lité.

 

Les oiseaux de la fresque © Véronique Magnin – Place Gre’net

Jérôme Bayet, l’ar­tiste chargé de l’en­ca­dre­ment des enfants, s’est plu­sieurs fois rendu dans les trois tours – où sévit actuel­le­ment le tra­fic de drogue – pour voir les sous-sols. « Je n’ai eu aucun pro­blème pour cir­cu­ler. Il faut dire que le local à pou­belles n’est pas un ter­ri­toire stra­té­gique pour eux. Et, par ailleurs, on a déjà fait des car­na­vals, des déam­bu­la­tions dans la cité et ça s’est tou­jours très bien passé. »

 

L’artiste, qui tra­vaille beau­coup dans les quar­tiers à Mistral mais aussi Villeneuve, Teisseire et dans d’autres villes comme La Tronche ou Corenc, salue même le vivre-ensemble mis­tra­lien. « Les gens sont un peu plus soli­daires, j’ai l’im­pres­sion. Et puis, je ne pars pas avec un a priori. Du coup, peut-être que c’est plus facile… Dans ce quar­tier, il y a une espèce d’éner­gie. On trouve des belles per­sonnes ici. »

 

Rue Albert Thomas quartier Mistral à Grenoble © Véronique Magnin – Place Gre’net

Rue Albert Thomas © Véronique Magnin – Place Gre’net

Une impres­sion posi­tive par­ta­gée par Hakim Bendellaa, mes­sa­ger du tri à la Métro, par­te­naire du pro­jet de la fresque : « Il y a trois mois, la Métro a changé la tota­lité des bacs enter­rés sur le quar­tier Mistral. […] Nous avons voulu accom­pa­gner ce chan­ge­ment de bacs par une période de porte à porte. Nous, c’est ser­vice public, éga­lité de trai­te­ment pour tous. Les mes­sa­gers du tri sont allés par­tout car tous sont contri­buables. Et ça s’est super bien passé. »

 

 

 

« Ça fait mal de voir tomber les barres »

 

 

 

On tra­verse l’a­ve­nue Rhin et Danube. Juste devant nous, le Mistral his­to­rique construit au bord de l’eau. Vraiment ? Difficile en effet de s’en rendre compte, l’A480 pri­vant la cité d’un bel accès au Drac.

 

Les tours au centre de la cité © Véronique Magnin – Place Gre’net

Les tours au centre de la cité © Véronique Magnin – Place Gre’net

Barres et tours d’une quin­zaine d’é­tages se dressent jus­qu’au ciel. Un choix archi­tec­tu­ral  tout en hau­teur qui visait à la fois un mini­mum de fon­da­tions et un maxi­mum de loge­ments. Il fal­lait construire vite et beau­coup pour faire face au baby boom, tout en ména­geant le plus d’ou­ver­tures pos­sibles.

 

Pari gagné. Dans les années 70, la cité de dix hec­tares logeait jus­qu’à 7 000 Mistraliens, avec vue pano­ra­mique sur les quatre mas­sifs. Et le confort sani­taire pour tous. A l’é­poque, c’é­tait le grand luxe.

 

 

Mais depuis la mise en œuvre du nou­veau pro­jet urbain au début des années 2000, le visage du quar­tier change et, au sud, le regard tombe désor­mais sur un ter­rain vague. Les quatre barres Strauss sont démo­lies. 350 ménages, dont beau­coup d’an­ciennes familles de Mistral, ont ainsi dû être relo­gés ailleurs. Dans le quar­tier évi­dem­ment mais pour beau­coup, pas le choix, il a fallu par­tir dans d’autres sec­teurs de la ville. Voire beau­coup plus loin, par­fois même jus­qu’à Voiron.

 

Démolition de la dernière barre Strauss en 2010 © Actis

Démolition de la der­nière barre Strauss en 2010. © Actis

 

 

Un vrai tour­nant pour les habi­tants, comme nous le confie une jeune tren­te­naire de Mistral croi­sée dans la rue avec d’autres femmes, non loin de la phar­ma­cie. D’origine magh­ré­bine, brune et élé­gante, avec son jean serré, son ano­rak cin­tré et ses bot­tines à talons, elle pré­cise : « Ce fut le coup de grâce quand la der­nière barre est tom­bée en 2010. Là, le quar­tier tel qu’on le connais­sait est vrai­ment mort. Ah oui ! Franchement, ça fait mal de voir tom­ber les barres ».

 

Son amie, peau mate, che­veux blonds dorés, tout aussi apprê­tée, rebon­dit : « Tu as vu ta chambre ? Tu te sou­viens ? ». Elle se sou­vient très bien quand les pel­le­teuses l’ont éven­trée. Et, comme toute entière tour­née en elle-même, elle avoue : « J’avais mal. Et quand je passe encore devant et que je vois ce vide… ». Puis de conclure : « C’est plein de sou­ve­nirs qui s’en­volent ».

 

 

 

« Il a manqué un vrai suivi psychologique »

 

 

 

Derniers instants de la barre Strauss quartier Mistral à Grenoble © Actis

Derniers ins­tants © Actis

Karim Kadri, pré­sident du Collectif des habi­tants de Mistral (Cohamis) – asso­cia­tion qui vise notam­ment à défendre les inté­rêts maté­riels et moraux des habi­tants auprès des auto­ri­tés locales –, se sou­vient aussi de ce moment : « Les gens qui ont dû par­tir ont souf­fert d’être déra­ci­nés. Beaucoup n’ont pas été sui­vis cor­rec­te­ment. Certains sont même encore men­ta­le­ment malades » nous confie-t-il.

 

Il y a bien eu l’é­la­bo­ra­tion d’une charte de relo­ge­ment, lan­cée en 2005. L’union de quar­tier de l’é­poque s’é­tait d’ailleurs impli­quée pour aider les habi­tants à la construire, se sou­vient Ali Achour, son ancien pré­sident. Mais voilà, il a man­qué un vrai suivi psy­cho­lo­gique.

 

« On voit d’ailleurs des enfants qui reviennent régu­liè­re­ment dans le quar­tier pour retrou­ver leur racines ». Bernard aussi qui, sou­vent, passe boire un café à Mistral. « J’y retrouve mes racines. Je trouve mes contacts. J’y trouve ma base à Mistral » a‑t-il confié, un jour, à Karim Kadri.

 

 

 

« On voulait un F3, on a obtenu un F5 »

 

 

 

Et puis, ceux qui ont été relo­gés ici-même ont sou­vent été bien sur­pris : « On vou­lait un F3, on a obtenu un F5 », s’in­digne une femme d’une soixan­taine d’an­nées, la seule du groupe por­tant un fou­lard sur les che­veux. Charge pour les occu­pants de payer le sur­coût. Elle pour­suit : « Deux, trois, quatre ans… On ne nous donne pas un nou­veau loge­ment, pour­quoi ? ».

 

Le Carreau, avenue Rhin et Danube quartier Mistral à Grenoble © Actis

Le Carreau, ave­nue Rhin et Danube © Actis

 

 

La jeune femme blonde reprend la parole : « Et toi, tes parents qui ont été dans les der­niers à quit­ter les barres, tu te sou­viens ? A la fin, il n’y avait même plus le chauf­fage dans le F4 et ils devaient encore payer le loyer ! Et après, ils les ont relo­gés dans du nou­veau, avec une chambre en moins, alors qu’ils ne vou­laient pas plus petit ! ».

 

Mais à quoi res­semble-t-il le nou­veau ? Retour à l’é­chelle humaine, avec quatre à cinq étages maxi­mum pour les îlots rési­den­tiels. Et de nou­velles contraintes envi­ron­ne­men­tales impo­sant une tem­pé­ra­ture de 22°C maxi­mum dans les loge­ments. La femme au fou­lard ajoute, somme toute satis­faite : « J’y habite depuis 34 ans dans ce quar­tier. Maintenant, c’est tout neuf et c’est bien ». De beaux loge­ments, oui. Mais une réno­va­tion urbaine avec beau­coup de défauts quand même.

 

 

 

Les commerces de proximité s’en vont

 

 

 

Les rideaux de Lidl sont toujours fermés et l'écriteau "A vendre" toujours visible quartier Mistral à Grenoble © Karim Kadri

Les rideaux de Lidl sont tou­jours fer­més et l’é­cri­teau « A vendre » tou­jours visible © Karim Kadri

« Il y a très peu de quar­tiers à Grenoble où il n’y a pas de com­merces de proxi­mité, pas de bou­lan­ge­rie au cœur même de la cité, pas de biblio­thèque » observe Hassen Bouzeghoub, qui nous épargne à cet ins­tant une liste beau­coup plus longue.

 

Ce fils de Mistral, direc­teur du Plateau – nou­veau centre socio-cultu­rel construit rue Anatole France, un peu à l’ex­té­rieur du Mistral his­to­rique –, rap­pelle aussi la fer­me­ture du Lidl en 2013. Plus de supé­rette dans le quar­tier, mais pour­quoi donc ? Avec un peu moins de 3 000 habi­tants actuel­le­ment à Mistral, la jauge serait-elle insuf­fi­sante ?

 

Karim Kadri et quelques autres habi­tants impli­qués ont, à l’é­poque, ren­con­tré le direc­teur du centre com­mer­cial. « A Lidl, ils n’ont pas pu atteindre leur seuil de ren­ta­bi­lité qu’ils ont placé trop haut. En 2012 – 2013, il fai­sait quand même 60 000 euros heb­do­ma­daire ! Il faut dire aussi que des pres­sions exté­rieures étaient exer­cées sur les vigiles qui ne peuvent pas fer­mer les yeux sur les vols, même ceux com­mis par néces­sité. »

 

Un exemple ? « Une mère de famille seule et au chô­mage passe avec son cadis. 20 euros en caisse. En fait, dedans, il y en a pour 150 euros. Le vigile l’in­ter­pelle parce qu’il est payé pour ça. La mère de famille parle à son fils qui se met en colère et c’est comme ça que les agres­sions arrivent. Et puis, les jeunes quand ils volaient une bière, ils nar­guaient aussi, mon­traient qu’ils ne payaient pas. C’est com­pli­qué. Ce sont des pro­blèmes d’in­ci­vi­lité. »

 

Mais de là à par­tir s’ins­tal­ler à un kilo­mètre du quar­tier, Karim ne com­prend pas. « Dans la comp­ta­bi­lité de n’im­porte quel com­merce, il y a une colonne pertes. Elle n’é­tait pas trop impor­tante pour le Lidl » estime-t-il.

 

Manifestation du 27 novembre 2013 contre la fermeture du Lidl quartier Mistral à Grenoble © Karim Kadri

Manifestation du 27 novembre 2013 © Karim Kadri

 

Les habi­tants ont mani­festé fort pour qu’il reste leur Lidl, mais en vain. Tout leur échappe. C’était un lieu de ren­contre, for­mi­dable pour Karim. Et sur les bancs de la ville ins­tal­lés juste devant, les per­sonnes âgées s’as­seyaient par beau temps. Pour regar­der. Pour dis­cu­ter. Même des gens de l’ex­té­rieur sor­taient de l’au­to­route exprès pour venir y faire leurs achats. Pour une fois qu’on venait à Mistral !

 

 

 

Mistral d’avant, Mistral gagnant

 

 

 

Femmes discutant au pied d'une barre quartier Mistral à Grenoble © Roberto Neumillier (extrait du film Mistral Décibels années)

Femmes dis­cu­tant au pied d’une barre. © Roberto Neumiller

Nous retrou­vons nos dames. Nostalgiques aussi du Mistral d’a­vant. « Dès qu’on se croi­sait, on se par­lait. On se retrou­vait dehors, les voi­sins, les voi­sines. Il y avait des murettes où les familles se ren­con­traient. Les mères sor­taient les enfants, les pro­me­naient. Ça existe encore mais pas comme avant. Beaucoup moins. C’est la men­ta­lité aussi qui a changé. C’est quand même beau­coup plus cha­cun chez soi […] Et puis, il y avait tout au cœur du quar­tier : com­merces, biblio­thèque, gym­nase. Il y avait aussi la mai­son de l’en­fance et la Maison pour tous, au milieu des gens. Tous les mer­cre­dis, tous les same­dis, il y avait des acti­vi­tés. Les jeunes fai­saient tou­jours de la pein­ture dans les allées. J’allais au ski l’hi­ver. Il y avait un par­king, là. Le bus venait. C’était nos sor­ties, nos colo­nies, nos camps. Franchement, c’é­tait trop bien. »

 

 

© Brahim Rajab (extrait du film Mistral Décibels années)

Fête dans le quar­tier du temps de la cité jar­din – Extrait du film Mistral Décibels années.

Encore un tour de mani­velle en arrière. Retour à la fin des années 60. Dans le quar­tier, il y avait sur­tout des pieds-noirs reve­nus d’Algérie après les accords d’Évian, beau­coup d’Espagnols, des Italiens et tous les anciens de la cité jar­din qui regret­taient par­fois le temps où ils étaient moins nom­breux. Qui aimaient dan­ser. Souvent.

 

Il a fallu qu’ils se fami­lia­risent avec le nou­veau visage de la cité. Puis, les fêtes sont reve­nues au pied des tours et des barres. Hommes et femmes se sont alors remis à dan­ser. « C’était très bon enfant ».

 

 

 

Jeunes dans les années 1970 dans le quartier Mistral à Grenoble © Roberto Neumillier (extrait du film Mistral Décibels années)

Jeunes Mistraliens dans les années 1970. © Roberto Neumiller

Des fenêtres ouvertes, on enten­dait du rocka­billy. Rebelle à la Elvis Presley, Chuck Berry… Puis après 68, la jeu­nesse s’est tour­née vers un autre rock : Jimmy Hendrix, les pla­nants Pink Floyd. Le heavy metal aussi avec Deep Purple.

 

 

Tous étaient por­tés par l’en­vie col­lec­tive de chan­ger le monde et de faire des choses ensemble. Et les jeunes avaient une conscience poli­tique qui éton­nait les hommes poli­tiques eux-mêmes. Le para­dis ? Vu de l’ex­té­rieur, léger bémol.

 

 

Inscription sur un mur tag Halte à la répression policière CRS sauvages dans le quartier Mistral à Grenoble © Roberto Neumillier (extrait du film Mistral Décibels années)

© Roberto Neumiller

« Ça res­sem­blait à une grande pri­son », se sou­vient Bernard Lavilliers, venu en 1977 à Mistral pour y chan­ter les chan­sons de son album Les bar­bares. « Au début, on me regar­dait bizarre » confie-t-il ainsi dans le film Mistral déci­bels années, réa­lisé en 2006 par Brahim Rajab, direc­teur de l’as­so­cia­tion cultu­relle Le Prunier sau­vage, avec Michel Szempruch. « En fait, on par­lait le même lan­gage. Il y a des gens qui sont deve­nus écri­vains, poètes. C’était une cité très dure, très mal vue. Un quar­tier qui inquié­tait la bour­geoi­sie. Il y avait beau­coup de CRS. En 1977, c’é­tait aussi dur que les cités d’au­jourd’­hui. »

 

Dans les années 70, le thé à la menthe s’est mis à cou­ler à flot. La com­mu­nauté magré­bine est d’ailleurs tou­jours la plus impor­tante aujourd’­hui à Mistral. Même si la cité reste très cos­mo­po­lite, avec ses 35 à 40 natio­na­li­tés d’o­ri­gine.

 

 

 

« Ils ont fait une prairie, à quoi elle sert ? »

 

 

 

Où est-on déjà ? Ah oui ! Devant les trois tours, au cœur du quar­tier his­to­rique de Mistral. Plus de com­merces de proxi­mité, plus de Lidl, disait-on, plus d’é­qui­pe­ments socio-cultu­rels au cœur de la cité popu­laire. Tout va plus mal depuis les années « sans ». Sans pers­pec­tives d’a­ve­nir, sans tra­vail, les ouvriers et les employés sont les pre­miers tou­chés. C’est la dége­lée. Alors la mau­vaise humeur reprend le des­sus.

 

 

Fresque des 4 barres Strauss à côté du terrain vague quartier Mistral à Grenoble © Véronique Magnin – Place Gre’net

Fresque des 4 barres Strauss à côté du ter­rain vague © Véronique Magnin – Place Gre’net

Les barres Strauss – du nom de la loi de 1906 impo­sant des condi­tions de salu­brité aux loge­ments construits – « ce n’é­tait fran­che­ment pas l’en­droit le plus catas­tro­phique du quar­tier ! En les démo­lis­sant, ça a fait par­tir tout le cœur de la cité ! » se désole encore l’an­cien pré­sident de l’u­nion de quar­tier Mistral et actuel pré­sident du club de foot, Ali Achour.

 

« Ils nous ont cal­més en nous disant qu’à la place il allait y avoir une zone d’ac­ti­vité éco­no­mique qui allait créer de l’emploi. Bien située, à la sor­tie de l’au­to­route… Ce pro­jet est aux oubliettes pour l’ins­tant ! » affirme Karim Kadri. Le 5 février der­nier, le pré­sident Hollande annon­çait sur Europe1 qu’une des prio­ri­tés du gou­ver­ne­ment était de faire reve­nir les com­merces et de boos­ter les entre­prises des ban­lieues. La Banque publique d’in­ves­tis­se­ment ainsi que la Caisse des dépôts par­ti­ci­pe­raient au mon­tage d’une Agence natio­nale de déve­lop­pe­ment éco­no­mique sur les ter­ri­toires. Alors, les déci­sions sont-elles pour bien­tôt ?

 

 

La prairie sous la neige quartier Mistral à Grenoble bonhomme de neige © Véronique Magnin – Place Gre’net

La prai­rie sous la neige © Véronique Magnin – Place Gre’net

Une des femmes pointe main­te­nant du doigt l’es­pace der­rière les trois tours : « Ils ont fait une prai­rie, là, mais à quoi elle sert ? A rien du tout. À la place, avant, il y avait un ter­rain de foot. On avait des jeux de notre époque. Pourquoi n’ont-ils pas sim­ple­ment mis de nou­veaux jeux pour les enfants ? Il ne leur reste plus qu’un tout petit coin, main­te­nant ».

 

Et Karim Kadri d’a­jou­ter : « En plus, elle est livrée à des acti­vi­tés bruyantes le soir, la nuit, avec les moto-cross ». Une autre femme, fata­liste, recon­naît : « Je sais, c’est ter­rible à dire, mais on s’y est habi­tué. On s’ha­bi­tue à tout ».

 

Petit tour d’ho­ri­zon, disait-on ? Retournons vers le nord-est et tra­ver­sons l’a­ve­nue Rhin et Danube. « Sur la place, devant le pla­teau, il y a un jet d’eau à 230 000 euros qui ne sert à rien. Et, pour la place elle-même, c’est plus d’un mil­lion d’eu­ros d’in­ves­tis­se­ment. A quoi elle sert ? Personne n’y va et, en période d’hi­ver, il y a du ver­glas, les gens peuvent glis­ser. C’est vrai­ment du gas­pillage ! », estime Ali Achour.

 

Et celui-ci d’a­jou­ter que ces construc­tions-là ont été déci­dées sans aucune consul­ta­tion des habi­tants. Et quand il y a consul­ta­tion, ce n’est jamais en amont des pro­jets. « Ça nous gène, bien sûr, que l’on ne nous demande jamais notre avis avant. Le mon­sieur chargé de l’ur­ba­nisme vient avec son vidéo­pro­jec­teur : “Voilà ce que nous avons décidé et au revoir”. Je m’é­lève contre ! » s’ex­clame Karim Kadri.

 

Le pré­sident du club de foot ajoute : « Je ne cri­tique pas le tra­vail des pros sur le quar­tier. La mai­son des habi­tants, le Plateau lui-même, c’est très bien. Ils font un tra­vail excellent mais j’en ai après l’an­cienne muni­ci­pa­lité qui n’a pas fait son bou­lot comme il faut auprès des habi­tants. »

 

 

 

Un entre-soi géographique et culturel

 

 

 

Le tout pre­mier point com­mun des habi­tants de Mistral ? La pau­vreté, pour Hassen Bouzhegoub. Et « avoir le même par­cours migra­toire pour beau­coup, ce qui vient se rajou­ter aux condi­tions sociales et éco­no­miques dif­fi­ciles. Donc on a cette espèce de repli social qui peut aussi s’ap­puyer sur des idées un peu iden­ti­taires, com­mu­nau­taires » ajoute-t-il.

 

La place centrale et le Plateau quartier Mistral à Grenoble © Véronique Magnin – Place Gre’net

La place cen­trale et le Plateau © Véronique Magnin – Place Gre’net

 

 

Un entre-soi favo­risé géo­gra­phi­que­ment par une cité de dix hec­tares com­plè­te­ment déli­mi­tée par des fron­tières rou­tières : l’A480 à l’ouest, la bre­telle d’au­to­route au sud, l’a­ve­nue Rhin et Danube à l’est. Et la rue Anatole France qui ferme la boucle au nord. Une vraie enclave urbaine avec, à l’in­té­rieur, un micro­cosme social indé­pen­dant qui s’y déve­loppe. Hors le reste de Grenoble. Hors la République ?

 

Le renouveau quartier Mistral à Grenoble © Claude Cieutat

Le renou­veau © Claude Cieutat

Les ser­vices Urbanisme et Habitat de la Ville pro­posent une solu­tion : désen­cla­ver par le bâti et inté­grer Mistral au quar­tier les Eaux-claires. Bingo ! L’Agence natio­nale de réno­va­tion urbaine (Anru) va finan­cer.

 

 

À mi-par­cours de ce réamé­na­ge­ment, le direc­teur du Plateau, Hassen Bouzhegoub émet quelques réserves et nous fait part de ses doutes : « Le pro­jet urbain c’é­tait de dire : il faut ouvrir, que les gens entrent et sortent. Et un des sup­ports, ça a été de construire les nou­veaux équi­pe­ments en dehors de la cité même, de l’autre côté de l’a­ve­nue Rhin et Danube. Est-ce que c’é­tait le bon choix ? Aujourd’hui, a priori, on a l’im­pres­sion qu’il fal­lait peut-être en sor­tir cer­tains mais pas tous. Plutôt jouer sur les équi­libres ».

 

Et de pour­suivre : « On est tou­jours en train de dire aux habi­tants qu’il faut faire de Mistral un quar­tier comme ailleurs. Or il y a très peu de quar­tiers à Grenoble où il n’y a pas de com­merces de proxi­mité, pas de bou­lan­ge­rie dans la cité, pas de biblio­thèque. On ne peut pas dire “soyez comme tout le monde” mais, en même temps, “vous êtes dans des espaces qui ne sont pas comme tout le monde”. »

 

Pour Hassen Bouzhegoub, la prio­rité est claire : il faut arri­ver à trou­ver des solu­tions pour arrê­ter la dyna­mique de fuite vers l’ex­té­rieur. « Le mes­sage qui est envoyé aux gens c’est, ici, il faut fuir, il faut par­tir ! Si vous vou­lez vivre, agir et vous déve­lop­per, ça se passe dehors. Donc ça ren­voie aux habi­tants une espèce de frus­tra­tion […] Il ne faut pas avoir peur de se dire qu’on s’est peut-être trompé, qu’on a été peut-être un peu trop vite. »

 

La réno­va­tion devait aussi être l’oc­ca­sion de ren­for­cer la mixité sociale. Avec 99 % de loge­ments sociaux à Mistral ? « Aujourd’hui, la mixité sociale, je ne la vois pas per­son­nel­le­ment », déclare Ali Achour. Et un membre actif du club de foot d’a­jou­ter : « Quand des loge­ments se vident, plu­tôt que de rame­ner le même type de per­sonnes, de la même classe sociale, qu’ils nous ramènent des profs, des gens de classes sociales dif­fé­rentes, d’ho­ri­zons dif­fé­rents. Il faut les for­cer à venir ! ».

 

La jeune femme blonde s’in­ter­roge sur les inten­tions réelles des amé­na­geurs : « Ils ont cassé la bou­lan­ge­rie, enlevé cer­tains endroits pour avoir plus de visi­bi­lité. A croire que c’est tout amé­nagé pour la police ». Et de pour­suivre : « C’est peut-être aussi pour faire payer plus cher les loyers, pour récol­ter plus d’argent. Je ne sais pas. »

 

 

 

Les habitants assistent au projet urbain… depuis leur fenêtre

 

 

 

Cerise sur le gâteau pour les habi­tants de la cité, l’a­mé­na­ge­ment a com­mencé par l’ex­té­rieur : « Si on prend le Mistral his­to­rique, les anciens habi­tants sont tou­jours dans leur appar­te­ment de 1960. En fait, ils assistent au pro­jet urbain depuis leur fenêtre. Alors ils ne pensent pas que c’est pour eux. Dans leur quo­ti­dien, rien ne change. Ils nous disent : “J’ai tou­jours les mêmes sou­cis per­son­nels, l’ap­par­te­ment n’est pas refait, les ascen­seurs ne sont pas répa­rés”. Par contre, à côté, il y a des bâti­ments neufs occu­pés par des gens qui viennent d’ailleurs. On leur dit “bien­tôt, ça va être vous” ».

 

Au balcon de la barre Anatole France quartier Mistral à Grenoble © Véronique Magnin – Place Gre’net

Au bal­con de la barre Anatole France © Véronique Magnin – Place Gre’net

 

Mais quand ? Ça fait un moment qu’ils attendent. Pour Karim Kadri, « jus­qu’à pré­sent, on a réglé le pro­blème juste par la forme. L’aménagement c’est la forme. L’urbanisme, c’est la forme. Et le fond, alors ? »

 

Mistral et sa jeu­nesse, par exemple. Le chô­mage reste, en effet, un pro­blème cen­tral, 45 % des hommes jeunes étant actuel­le­ment sans emploi. Avec, en corol­laire dans la cité clas­sée en zone de sécu­rité prio­ri­taire (ZSP) depuis 2013, un manque de pers­pec­tives d’a­ve­nir.

 

Réfléchir avec eux à des solu­tions ? Nous les retrou­vons au bas des trois tours. « Non, Madame, on ne parle pas aux jour­na­listes. Ils écrivent n’im­porte quoi. Mais vous êtes en sécu­rité, ici. Il ne vous arri­vera rien ». Rassurés ?

 

 

Véronique Magnin

 

 

A lire aussi sur Place Gre’net :

 

Grenoble : le quar­tier Mistral vu par les Mistraliens

 

Mistral : de la cité-jar­dins aux grands ensembles

 

Rénovation urbaine à Mistral : avec ou sans les habi­tants ?

 

Habiter à Mistral : ne rien dire, ne rien voir ?

 

ZSP : Mistral un quar­tier pas (tout à fait) comme les autres

 

 

 

 

 

 

 

MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
22688 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. mia fait réfé­rence a la photo des 3 femmes qui sont devant la bou­lan­ge­rie.

    sep article
  2. A t on demandė aux per­sonnes l auto­ri­sa­tion du droit à l image pour cette publi­ca­tion ?

    sep article
    • MB

      23/02/2020
      17:50

      À quelle(s) photo(s) faites-vous réfé­rence ??

      sep article
  3. Pourquoi vous met­tez autant l accent sur la des­crip­tion des gens des­quels vous avez récolté les temoi­gnage ???? »
    « Maghrébines Jean serré.…. »
    « Matte de peau bla-bla-bla .… »
    « La seule qui est voi­lée.…… »

    Pourquoi cet enthou­siasme à tra­vers la des­crip­tion des gens !!!!

    Et sinon mettre l accent sur les vrai pro­blèmes d hygiène du quar­tier et de l entre­tien des espaces vert , parti com­mune.….… La oui votre insis­tance dans la des­crip­tion aurait étais utile !!!!

    ha ces jour­na­listes !!!!mdr

    sep article
    • VM

      23/03/2015
      15:09

      Merci pour votre com­men­taire. Concernant la des­crip­tion des per­sonnes, c’est un style un peu jour­na­lis­tique j’en conviens, mais cela per­met de mon­trer qu’à Mistral les jeunes femmes s’ha­billent comme par­tout à Grenoble. Quant aux pro­blèmes d’hy­giène et d’en­tre­tien, ce n’é­tait effec­ti­ve­ment pas le sujet de ce pre­mier article.

      sep article
  4. pour l’an­ni­ver­saire de la cité Mistral, Roberto Neumiller, ex habi­tant de Mistral, pour cause d’in­dis­po­ni­bi­lité, m’a fait par­ve­nir ses anciens néga­tifs de la cité, à charge pour moi de retrou­ver les gens pho­to­gra­phiés par lui et de les reprendre sur les mêmes lieux, j’a­vais demandé 2000€ à la mai­rie Destot, ils ont appelé ce qui est main­te­nant le Prunier Sauvage pour dire que c’é­tait trop cher, et qu’ils ne pou­vaient don­ner que 1000, au même moment, je reçois un coup de fil d’un ami me disant qu’ils viennent de don­ner 40 000 € envi­ron à la fabrique des petites uto­pies de B Thircuir, Hassan Bouzeghoub n’é­tait pas d’accord,ils se sont passé de son avis et on imposé ce pro­jet

    sep article