Center Parcs : les travaux arrêtés, les recours continuent…

sep article

Malgré la suspension par la justice des travaux du Center Parcs à Roybon, les opposants continuent de monter au créneau. L’association Pour les Chambarans sans Center Parcs vient de déposer un recours en cassation devant le Conseil d’État. Celui-ci réaffirme ses arguments contre la destruction d’espèces protégées par le chantier de Pierre et Vacances.

 

 

Alors que le juge des référés de Grenoble a ordonné dans son jugement du 23 décembre dernier la suspension des travaux du Center Parcs des Chambarans au titre de la loi sur l’eau, les opposants réunis au sein de l’association Pour les Chambarans sans Center Parcs (PCSCP) entendent aller plus loin.

 

Manifestation des opposants au Center parc des Chambaran lundi lors du démarrage des travaux.

Manifestation des opposants au Center Parcs des Chambarans lors du démarrage des travaux en octobre 2014. © Patricia Cerinsek

Le juge n’avait pas retenu le recours en référé introduit par PCSCP au titre des espèces protégées* ? Qu’à cela ne tienne, l’association locale a déposé un recours en cassation devant le Conseil d’État.

 

« Malgré le fait que notre association a fait valoir un certain nombre de faits accablants quant à l’urgence de stopper l’autorisation préfectorale de destruction d’espèces protégées, le juge des référés n’a pas conclu à sa suspension », souligne le président de l’association, Stéphane Péron, dans un communiqué.

« C’est pourquoi, estimant que le juge n’a pas pris suffisamment en compte nos arguments, nous nous pourvoyons en cassation afin que cette autorisation soit, elle aussi, suspendue. »

 

 

 

Pierre et Vacances aussi…

 

 

Pour rappel, le groupe Pierre et Vacances a, de son côté, déposé un recours en cassation devant le Conseil d’État, suite à la décision du juge grenoblois de suspendre les travaux.

 

La Frapna, qui avait également déposé un recours en référé au titre des espèces protégées, s’en tient à la décision du juge, préférant « se focaliser sur le fond », a précisé son service juridique en Isère. En effet, les magistrats doivent se prononcer sur le fond du dossier avant l’été 2015.

 

 

Patricia Cerinsek

 

 

 

* Seul le recours déposé par la Fédération de pêche et de protection du milieu aquatique de la Drôme concernant l’autorisation préfectorale au titre de la loi sur l’eau a été retenu par le tribunal administratif.

 

 

 

A lire aussi sur Place Gre’net :

 

Center Parcs : l’écrevisse à pieds blancs n’a pas pesé lourd

Les travaux du Center Parcs de Roybon suspendus

 

 

 

commentez lire les commentaires
2858 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Ping : La cour d’appel de Lyon confirme l’illégalité du Center parcs de Roybon…. | Le Monde...

  2. Ping : La cour d’appel de Lyon confirme l’illégalité du Center parcs de Roybon…. – Les moutons enragés

  3. sep article