L’opposition a du mal à avaler la fin des sucettes Decaux

sep article



Opposant de gauche, adversaires de droite, les différents présidents des groupes de l’opposition ont tous un avis sur la nouvelle mesure du maire de Grenoble qui, le 23 novembre dernier, a officialisé la suppression de l’affichage publicitaire dans l’espace public. Des réactions contrastée mais une opposition globale.

 

 

 

© JCDecaux Bientôt la fin des sucettes Decaux à Grenoble

© JCDecaux

Dans les rangs de l’op­po­si­tion, l’an­nonce a sur­pris tout le monde… désa­gréa­ble­ment. Le jour même, Jérôme Safar, conseiller muni­ci­pal, pré­sident du groupe d’op­po­si­tion Rassemblement de Gauche et de Progrès  de la Ville de Grenoble décla­rait dans un com­mu­ni­qué : « Nous appre­nons aujourd’­hui, par le biais de divers articles de presse liés à une cam­pagne de com­mu­ni­ca­tion orches­trée par l’é­quipe muni­ci­pale, la fin d’un contrat concer­nant le mobi­lier urbain et la publi­cité sur l’es­pace public. »

 

Et de dénon­cer la méthode : « comme d’ha­bi­tude depuis main­te­nant 7 mois, cette annonce uni­la­té­rale se fait d’a­bord par voie de presse sans aucune infor­ma­tion, ni concer­ta­tion, tant avec les élus du conseil muni­ci­pal qu’a­vec les Grenoblois eux-mêmes ».

 

 

 

Une décision “prise sans concertation”

 

 

Tout comme la gauche d’op­po­si­tion, la droite déplore l’ab­sence de débat préa­lable et condamne cette déci­sion uni­la­té­rale.

© Nils Louna

© Nils Louna

« C’est une déci­sion idéo­lo­gique qui a été prise sans dia­logue, sans concer­ta­tion, ce qui est contra­dic­toire avec le dis­cours – on va réin­ven­ter la démo­cra­tie locale à Grenoble – », déclare Matthieu Chamussy, conseiller muni­ci­pal à Grenoble, pré­sident du groupe d’op­po­si­tion UMP-UDI.

 

Et d’a­jou­ter : « Bannir la publi­cité dans l’es­pace public géré par la ville, cela peut appa­raître très sym­pa­thique de prime abord mais cela va avoir un cer­tain nombre d’ef­fets néga­tifs. »

 

Pour l’élu, ce choix coupe les Grenoblois de nou­veaux ser­vices au moment où « arrive sur le mar­ché le mobi­lier urbain intel­li­gent qui per­met aux habi­tants d’être connec­tés, de suivre des fils d’in­fos, de char­ger des applis, d’ob­te­nir des infos sur le quar­tier, le tra­fic etc. […] Cette muni­ci­pa­lité a décidé, sans deman­der leur avis aux Grenoblois, qu’ils n’au­raient pas accès à ces nou­veaux ser­vices qui rendent la ville intel­li­gente et qui s’ins­crivent tout à fait dans le label French Tech que vient d’ob­te­nir l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise. »

 

 

 

« On s’assoit sur 600 000 euros de recettes »

 

 

Jérôme Safar

© Nils Louna – placegrenet.fr

Partageant ce point de vue, Jérôme Safar se posi­tionne d’emblée sur le ter­rain finan­cier : « Là où je suis très sur­pris, c’est qu’il n’y a pas un conseil muni­ci­pal, une réunion où les élus de la majo­rité actuelle ne se plaignent d’une baisse de dota­tion de la part de l’État et d’une situa­tion finan­cière, soit disant, catas­tro­phique sans aucune marge de manœuvre. Et main­te­nant, on s’as­soit sur 600 000 euros de recettes ! »

 

 

 

Une redevance jugée peu crédible

 

 

La ville déclare qu’en cas de nou­veau contrat, la rede­vance aurait été au maxi­mum de 150 000 euros par an, soit un mon­tant divisé par quatre. A quoi Jérôme Safar répond : « Comment peut-elle annon­cer ce chiffre alors que rien n’a été négo­cié ? C’est quand même la col­lec­ti­vité qui est la plus forte dans ce type de négo­cia­tion car vous avez en face de vous un pres­ta­taire com­mer­cial – JCDecaux ou un autre – dont le seul inté­rêt est de pou­voir implan­ter son mobi­lier urbain sur notre com­mune. Donc la rede­vance, soyons clairs, c’est l’élu qui la fixe. […] Et la crise n’a pas d’in­ci­dence. »

 

Matthieu Chamussy ajoute : « Ce qui est sûr, c’est que dans le bud­get qui sera construit l’an­née pro­chaine, il n’y aura pas ces 600 000 euros de recettes. Est-ce qu’il fau­dra dimi­nuer les sub­ven­tions aux asso­cia­tions, au sec­teur cultu­rel ? Cela nous pro­met un débat bud­gé­taire très inté­res­sant. »

 

 

 

Des économies contestées

 

 

Eric Piolle assis dans un canapé à la mairie de Grenoble

© Nils Louna – placegrenet.fr

D’après la muni­ci­pa­lité, ce manque annuel sera très lar­ge­ment com­pensé par les éco­no­mies déjà réa­li­sées sur le bud­get pro­to­cole de la ville de Grenoble. Elle pré­cise que rien qu’entre 2013 et 2014, il a déjà été réduit de plus de 190 000 euros. Un chiffre que Jérôme Safar conteste : « Dans le tableau du bud­get sup­plé­men­taire de la semaine der­nière, le bud­get “fêtes, céré­mo­nies et pro­to­cole” aug­mente de 111 500 euros entre les mois d’a­vril et aujourd’­hui. » Quant à Matthieu Chamussy, il dénonce « un men­songe éhonté […] Les frais de petits fours aug­mentent avec cette nou­velle équipe muni­ci­pale ! »

 

 

 

Des conséquences économiques redoutées

 

 

Et Matthieu Chamussy d’en­chaî­ner : « cette déci­sion va aussi avoir une consé­quence néga­tive sur le tissu éco­no­mique local ». Même son de cloche de la part de Jérôme Safar selon lequel « cette déci­sion va sup­pri­mer de l’emploi local car du per­son­nel tra­vaille sur place pour JCDecaux. » Sans comp­ter les consé­quences éco­no­miques plus larges qu’il y voit. « La crise s’ac­cé­lère à Grenoble, les com­merces ferment en nombre dans le centre-ville. Les com­mer­çants se plaignent d’une absence d’at­trac­ti­vité et d’a­ni­ma­tions. Ils attendent de leur ville un sou­tien et là, ce n’est pas un signal de sou­tien ! »

 

© Nils Louna

© Nils Louna – placegrenet.fr

Pour Mireille d’Ornano, euro­dé­pu­tée et conseillère muni­ci­pale Front National à Grenoble, du chô­mage sera inévi­ta­ble­ment induit chez JCDecaux et dans la chaîne de ses sous-trai­tants.

 

Et repre­nant sa rhé­to­rique fami­lière, déclare : « Éric Piolle veut repen­ser la ville à hau­teur d’en­fant. Il est temps qu’il devienne adulte. Non content de bri­der le com­merce en asphyxiant la cir­cu­la­tion dans la ville et en lais­sant libre cours à la délin­quance, le voilà qui s’at­taque aux moyens de com­mu­ni­ca­tion des entre­prises. »

 

 

 

“Qui va payer l’affichage libre ?”

 

 

Jérôme Safar émet déjà quelques réserves sur le nou­veau dis­po­si­tif d’af­fi­chage libre prévu par la ville.

 

Affichage libre sur colonne - DR

Affichage libre sur colonne – DR

« Il n’a­mé­lio­rera pas le pay­sage urbain. Rien qu’à voir les pan­neaux exis­tants aujourd’­hui à Grenoble, ils ne sont pas magni­fiques… Ils sont blin­dés d’af­fiches dans tous les sens. Et puis avec la puis­sance de frappe de cer­tains orga­ni­sa­teurs de spec­tacles, par exemple capables de cou­vrir d’af­fiches tous les pan­neaux d’af­fi­chage, com­ment vont faire les autres ? »

 

Et l’élu de poin­ter les coûts induits. « Si la ville met en place un sys­tème de contrôle sym­pa­thique et éven­tuel­le­ment aussi de net­toyage régu­lier, cela va géné­rer de la dépense de fonc­tion­ne­ment. Qui va payer tout ça ? » D’après Matthieu Chamussy, il ne faut pas être grand clerc : « les coûts d’in­ves­tis­se­ment et d’en­tre­tien, c’est la col­lec­ti­vité qui les sup­por­tera à 100 %. »

 

Mireille d’Ornano va plus loin : « Le but de la muni­ci­pa­lité n’est pas de libé­rer l’es­pace mais de rem­pla­cer ces pan­neaux par de la pro­pa­gande interne qui sera col­lée par les nom­breuses asso­cia­tions. »

 

 

 

Et s’il avaient été aux responsabilités ?

 

 

« Notre posi­tion serait res­tée ouverte, ce qui n’est pas le cas du maire qui arrête tout, affirme Jérôme Safar. Je suis cepen­dant comme les trois-quarts des Français qui demandent la réduc­tion des espaces publi­ci­taires. Nous aurions lancé un nou­vel appel d’offre sur la base d’une réduc­tion du nombre de pan­neaux et inté­grant l’im­plan­ta­tion de mobi­lier urbain intel­li­gent. »

 

Une posi­tion par­ta­gée par Matthieu Chamussy : « j’au­rais lancé un avis d’ap­pel à concur­rence sur un nou­veau mar­ché, avec moins d’emplacements et du mobi­lier intel­li­gent. » Quant à Mireille d’Ornano, elle n’au­rait tout sim­ple­ment rien changé. « Nous aurions, pour notre part, renou­velé le contrat exis­tant avec JCDecaux ».

 

 

Véronique Magnin

 

 

 

A lire aussi sur Place Gre’net :

 

SérieJCDecaux-3 © JCDecaux Bientôt la fin des sucettes Decaux à GrenoblePublicité : grand net­toyage à Grenoble

 

Jacques Séguéla : “Méfions-nous des cas­tra­teurs d’imaginaire !”

 

JCDecaux : “L’affichage sera financé par l’argent public”

 

Grenoble : les anti­pub affichent leur satis­fac­tion

 

Gilles Lipovetsky : “C’est une mesure liber­ti­cide”

 

“En limi­tant la pub, nous met­trons en valeur la vie de quar­tier”

 

 

 

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
commentez lire les commentaires
4813 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Les lea­der poli­tiques devraient faire atten­tion : arguer que cela remet en cause le mobi­lier urbain intel­li­gent, peut-être, mais a‑t-on vrai­ment besoin de cette « intel­li­gence » sou­vent com­man­dée par des aspects com­mer­ciaux et publi­ci­taires (encore!) des­ti­nés à faire davan­tage consom­mer, sou­vent inuti­le­ment. Donc cet argu­ment donne de l’eau au mou­lin des « antis » et je suis alors d’ac­cord.
    Donc objec­tion reje­tée votre hon­neur.
    En revanche, uti­li­ser le mobi­lier pour mettre en avant des actes socié­ta­le­ment utiles, des choses « bien », des ini­tia­tives altruistes, pour­quoi pas. Mais ça, peu de gens le pro­pose.

    sep article
  2. C’est vrai, quoi, com­ment pour­rait-on se pas­ser de cette magni­fique pub (cf photo) pour du par­fum ? elle brille dans la nuit, elle fait envie (beurk), il fau­drait qu’elle soit olfac­tive pour être effi­cace …
    Snif, elle va dis­pa­raitre 😉
    Et les sucettes … à l’a­nis ?
    Les cloches sont déjà de sor­tie ? MDR je croyais qu’elles ne se fai­saient entendre qu’à Pâques … « Même son de cloche de la part de Jérôme Safar… »
    Bon, trêve de plai­san­te­ries, il va fal­loir ins­tau­rer d’ur­gence des cours de dés­in­tox de la pub ! apprendre à récu­pé­rer son cer­veau au lieu de se le faire laver tou­jours par la pub !
    Campagne pour deman­der aux maires de prendre modèle sur le maire de Grenoble
    http://antipub.org/spip.php?article381

    sep article
  3. Moi, j’aime les pan­neaux publi­ci­taires que ce soit pour les pubs que les annonces des spec­tacles.
    Ce serait un manque d’in­for­ma­tion. C’est dom­mage

    sep article