C’est l’été : partez en randonnée !

sep article



SÉRIE ÉTÉ – Vous êtes coincé(e) tout l’été à Grenoble et vous n’irez pas vous délasser à Bora-Bora cette année ? Pas de panique ! La rédaction vous a concocté une petite sélection des plus belles randonnées à faire à proximité de l’agglomération. Suivez le guide !

 
 

 

Randonneurs montagne © chartreuse-tourisme.com

© chartreuse-tourisme.com

Envie d’é­va­sion et pas de moyen de loco­mo­tion ? Aucun pro­blème ! Nous avons sélec­tionné pour vous un cer­tain nombre de ran­don­nées à faire non loin de l’ag­glo­mé­ra­tion. Quelles que soient vos aspi­ra­tions et contraintes, vous trou­ve­rez for­cé­ment che­min à votre pied.
 
La plu­part des ran­don­nées à faire autour de Grenoble sont acces­sibles sans voi­ture. Soit à pied depuis les dif­fé­rentes com­munes de l’ag­glo­mé­ra­tion, soit grâce au réseau de bus Transisère, dont le point de départ se situe à la gare de Grenoble.
 

 

Vous avez peu de temps ?

 
 
Optez pour la mon­tée de la Bastille. Classique mais effi­cace. Cela vous pren­dra envi­ron 45 minutes. Tout Grenoblois qui se res­pecte a déjà au moins une fois grimpé jus­qu’au fort de la Bastille. « Mais ce que beau­coup de gens ignorent, c’est qu’une fois en haut, d’autres che­mins per­mettent de conti­nuer à grim­per. Certains vont même assez loin » rap­pelle Bertrand Canin, res­pon­sable du bureau d’in­for­ma­tion de la Maison de la mon­tagne à Grenoble. L’ascension du Mont Jalla, qui peut se faire par un petit sen­tier assez raide à tra­vers les prai­ries, donne un joli point de vue. Quant à la mon­tée au Rachais, elle se fait par un sen­tier ou bien en lon­geant la crête.
 
Vue depuis le Fort de la Bastille. CC Milky - Wikipédia

Vue depuis le Fort de la Bastille. CC Milky – Wikipédia

 
 

Vous recherchez un superbe point de vue ?

 
 
« Un des plus beaux points de vue de l’ag­glo­mé­ra­tion est, sans conteste, le fort du Saint-Eynard » assure Bertrand Canin.
 
L’itinéraire est assez simple et ne néces­site aucun moyen de trans­port. « De Grenoble centre, il suf­fit d’al­ler jus­qu’à la Porte de France et de mon­ter jus­qu’au som­met de la Bastille. Une fois en haut, il faut emprun­ter le GR9, qui passe juste der­rière le res­tau­rant du Pèr’Gras, et suivre le che­min à tra­vers toutes les crêtes du mont Rachais. »
 
Fort du Saint-Eynard randonneur chien belle vue beau temps rambarde agglomération grenobloise

Vue impre­nable garan­tie depuis le fort du Saint-Eynard !              © Maison de la mon­tagne

Au bout d’un moment, vous arri­ve­rez direc­te­ment  sur le col de Vence, au des­sus de Corenc. A par­tir de là, il suf­fit de remon­ter par le GR9 jus­qu’au fort du Saint-Eynard. « Le che­min conti­nue sur les crêtes, en bor­dure de falaise, ajoute Bertrand Canin. On domine la val­lée de plus de 1 000 mètres, avec en face une vue impre­nable sur la chaîne de Belledonne et au bout de 2 kilo­mètres, le che­min redes­cend sur le Sappey. »
 
Le che­min est par­fois assez ver­ti­gi­neux, mais rien d’in­sur­mon­table. Comptez envi­ron six heures de marche effec­tive pour arri­ver en haut. « Il y a quand même près de 1 100 mètres de déni­velé. La dif­fi­culté n’est pas excep­tion­nelle, il est pos­sible de faire la balade avec des enfants, mais il faut bien faire atten­tion à ce qu’ils ne courent pas comme des fous, notam­ment en bor­dure de falaise. »
 
Le pano­rama est, lui, très varié. « On passe du fond de la val­lée (à 200 mètres d’al­ti­tude) à 1 300 mètres au fort ! Ce qui fait qu’on évo­lue d’un envi­ron­ne­ment urbain à un pay­sage de cam­pagne. Puis on tra­verse une petite clai­rière et une forêt, avant d’ar­ri­ver sur les crêtes en plein soleil. » Quant au fort du Saint-Eynard, c’est l’un des plus beaux points de vue de l’ag­glo­mé­ra­tion. Et pour cause : il n’y a aucun vis-à-vis en haut de la falaise.
 
Prévoyez une carte topo­gra­phique pour vous repé­rer. Et un mini­mum de maté­riel. « Ce n’est pas de l’al­pi­nisme mais il faut quand même être conscient de la lon­gueur et du déni­velé. Il faut une bonne paire de chaus­sures, éven­tuel­le­ment des bâtons et sur­tout de l’eau en quan­tité car il n’y a pas de points d’eau en cours de che­min. » Et puis de quoi se cou­vrir éga­le­ment (coupe vent, polaire) car, une fois en haut, la tem­pé­ra­ture est envi­ron 10 à 15° C infé­rieure à celle de la ville.
 
Le soir, il vous sera pos­sible de reprendre, depuis le fort du Saint-Eynard, le bus Transisère qui rentre à Grenoble. Mais atten­tion ! Il n’y a qu’un seul pas­sage, aux alen­tours de 17 h 40.
 
Vue panoramique de la partie sud de la chaîne de Belledonne. CC Jean-René Bouvier - Wikipédia

Vue pano­ra­mique de la par­tie sud de la chaîne de Belledonne. CC Jean-René Bouvier – Wikipédia

 

 

Vous souhaitez une randonnée tranquille avec vos enfants ?

 
 
Prenez la route du Vercors ! A la gare rou­tière, pre­nez le bus Transisère 5 100 pour vous rendre jus­qu’à Villard-de-Lans. Direction le val­lon de la Fauge. « Celui-ci a la par­ti­cu­la­rité d’ac­cueillir une petite rivière (la Fauge), ce qui est plu­tôt rare dans ces mas­sifs cal­caires. » En cours de route, il y a même une cas­cade dans laquelle les enfants peuvent faire trem­pette.
 
La balade est chau­de­ment recom­man­dée par Bertrand Canin. « Les pay­sages tra­ver­sés sont très variés. Une fois pas­sée la cas­cade, on arrive direc­te­ment dans des prés et, ensuite, on se retrouve sous les falaises. C’est vrai­ment très joli ! »
 
Le Col Vert accessible depuis le vallon de la Fauge. © grenoble-montagne.com

Le Col Vert acces­sible depuis le val­lon de la Fauge. © grenoble-montagne.com

 
Pour arri­ver jusque-là, emprun­tez au départ un che­min qui se situe le long de la Fauge. « Si l’on est en voi­ture, on peut se garer un petit peu plus haut que le centre de Villard, dans les petits hameaux qui sont au-des­sus. Avec le bus Transisère, on part de plus bas car le bus vous dépose à la gare rou­tière du vil­lage. » La déten­tion d’une carte topo­gra­phique est vive­ment conseillée pour s’y retrou­ver. « C’est dans l’en­semble très bien balisé, avec des pan­neaux direc­tion­nels qui indiquent le nom du lieu-dit sui­vant. Sauf que, sans carte, les noms des lieux-dits ne per­mettent pas de se repé­rer. »
 
Le che­min per­met de faire une boucle, sans dif­fi­culté majeure. La balade prend l’al­lure d’une marche tran­quille autour d’une rivière avec un faible déni­velé. Comptez au maxi­mum entre deux et deux heures trente de marche effec­tive pour bou­cler la boucle. En comp­tant le trans­port aller-retour, la marche du val­lon de la Fauge prend envi­ron quatre heures.
 

 

 

 

Vous souhaitez partir pour une longue randonnée ?

 
 
« La Croix de Belledonne ! » répond sans hési­ter Bertrand Canin. Attention tou­te­fois ! La balade est entiè­re­ment hors bali­sage. Une carte topo­gra­phique est donc abso­lu­ment néces­saire pour s’y retrou­ver. De plus, le che­min vous mènera à des som­mets très éle­vés. « Ce n’est pas le point culmi­nant du mas­sif mais on n’en est pas loin géo­gra­phi­que­ment. » La ran­don­née de la Croix de Belledonne finit d’ailleurs tou­jours dans la neige, même en plein été. « Il faut en être conscient car il est néces­saire de s’é­qui­per en consé­quence. Ce n’est pas un gla­cier très dan­ge­reux, mais il peut y avoir tout de même des cre­vasses. »
 
Le Lac blanc depuis la Croix de Belledonne. © chamrousse.info randonnée

Le Lac blanc depuis la Croix de Belledonne. © chamrousse.info

 
Le maté­riel néces­saire dépend des tem­pé­ra­tures de la nuit qui pré­cède l’ex­cur­sion. « Si la nuit est pro­pice à un regel, il vaut mieux s’é­qui­per d’une paire de cram­pons. En revanche, si l’on a un iso­therme 0 °C qui se main­tient haut, même en noc­turne, une paire de bâtons suf­fira. » Une corde peut néan­moins être utile dans l’hy­po­thèse où un mar­cheur chu­te­rait dans une cre­vasse.
 
L’aller-retour demande entre huit et neuf heures aux mar­cheurs moyens mais nombre d’entre eux pré­fèrent prendre deux jours pour bou­cler l’ex­cur­sion. « Il y a, en haut, le refuge de la Pra (réser­ver à l’a­vance est indis­pen­sable) qui per­met de prendre davan­tage son temps. » Le pre­mier jour, mon­tez au Grand Colon et redes­cen­dez ensuite par der­rière sur le refuge de la Pra. Le deuxième jour, vous pour­rez vous rendre à la Croix de Belledonne et rejoindre Grenoble.
 
A noter : une voi­ture est néces­saire pour accé­der au point de départ de l’ex­cur­sion, qui se situe au niveau des Granges de Freydière. Le déni­velé avoi­sine les 1 600 mètres. Mieux vaut donc avoir un peu d’en­traî­ne­ment ! « Une fois en haut, le point de vue est abso­lu­ment magni­fique. Il y a un pano­rama impre­nable sur l’Oisans. »
 

 

Vous recherchez un gros dénivelé ?

 
 
Là encore, Bertrand Canin recom­mande la ran­don­née de la Croix de Belledonne. Sinon, pour­quoi ne pas ten­ter l’as­cen­sion du Pic Turbat dans la val­lée du Valgaudemar (dans les Hautes-Alpes) ? Ou encore celle de la Tête de la Muraillette ? Ces deux excur­sions se font au mini­mum sur deux jours, le déni­velé dépas­sant pour cha­cune les 3 000 mètres.
 
Mont Aiguille randonneurs rochers montagne belle vue beau temps

Le som­met du Mont AIguille. © Maison de la mon­tagne

Ces excur­sions ne sont tou­te­fois pas à la por­tée de n’im­porte qui. « Il faut être che­vronné pour y grim­per car il y a de la neige à n’im­porte quel moment de l’an­née et l’as­cen­sion est assez ver­ti­gi­neuse » pré­vient Bertrand Canin. « La mon­tée exige sou­vent de mettre les mains sur les cailloux, voire même d’es­ca­la­der à cer­tains moments car les ter­rains ne sont pas faciles. Il y a de la caillasse sur toute la durée du tra­jet. Par endroits, il n’y a même plus de bali­sage donc mieux vaut être rompu à la lec­ture de carte ! »
 
Ce genre de ran­don­nées avec déni­velé est donc réservé aux mar­cheurs expé­ri­men­tés ayant une bonne connais­sance du ter­rain et dis­po­sant d’un mini­mum de maté­riel. « Une petite paire de cram­pons de ran­don­née et une corde, juste au cas où… » En plus de l’é­qui­pe­ment habi­tuel (gourde, coupe-vent, bâton). « On n’im­pro­vise pas une balade comme ça, le matin, pour la jour­née ! »
 

 

 

Vous souhaitez faire une randonnée sans dénivelé ?

 
 
Sentier des Dioux cascade eau rochers point d'eau

Cascade au sen­tier des Dioux. © Maison de la mon­tagne

Malheureusement, la région ne s’y prête pas tel­le­ment… Néanmoins, il existe quelques iti­né­raires pour la marche détente. « Sur les berges de l’Isère, notam­ment. Ou à Lans-en-Vercors, par exemple. « Certains che­mins per­mettent de faire du plat à tra­vers le pla­teau. A Saint-Hilaire-du-Touvet, le sen­tier des Dioux qui part der­rière l’of­fice de tou­risme per­met de se bala­der dans les prés et de faire toute une boucle. »
 
Bertrand Canin sug­gère de s’ar­rê­ter à la lisière de la forêt, si vous ne sou­hai­tez pas affron­ter de déni­velé. « Si vous faites juste le début du sen­tier, vous mar­chez dans les prés et vous béné­fi­ciez d’un super point de vue sur Belledonne ! »
 
Le che­min ne pré­sente aucune dif­fi­culté et cha­cun est libre d’al­ler jus­qu’où il le sou­haite. « C’est fai­sable sans pro­blème, même avec des enfants en bas âge. C’est une pro­me­nade acces­sible à tous. » Le lieu est, par ailleurs, des­servi par le réseau de bus Transisère.
 
Autre balade recom­man­dées par Bertrand Canin : celle du Peuil, dans le Vercors. Mais il vous faut alors une voi­ture pour vous y rendre. « En haut, il y a une tour­bière. On peut faire le tour dans les prés. En été, c’est vrai­ment très agréable. »
Ou encore la pro­me­nade de Saint-Laurent-du-Pont, au pied de la Chartreuse. « Il s’a­git d’un espace natu­rel sen­sible, comme il y en a beau­coup dans tout le dépar­te­ment. Cette zone clas­sée et pro­té­gée fait par­tie du pro­gramme de pro­tec­tion et de sur­veillance. »
 
  
 

Vous souhaitez une jolie balade en forêt ?

 
 
« La balade de l’Écoutoux ! », vous conseille sans hési­ter Bertrand Canin. Le point de départ se situe au Sappey-en-Chartreuse (près de Chamechaude, dans le mas­sif de la Chartreuse) et est acces­sible en voi­ture ou grâce au réseau de bus Transisère. « On se balade en forêt et lors­qu’on arrive au som­met, au-des­sus des arbres, il y a une vue magni­fique ! En été, c’est très agréable. » Ni dif­fi­cile, ni longue, l’as­cen­sion est assez rapide – avec seule­ment 400 mètres de déni­velé depuis le centre du Sappey – et acces­sible à tous.
 
 

 

Vous avez des notions d’alpinisme ?

 
 
« Il faut voir ce qu’on entend par des notions et ne pas sur­es­ti­mer ses com­pé­tences, son savoir et son savoir-faire » tient à pré­ci­ser Bertrand Canin. « Si l’on n’est pas auto­nome et que l’on n’ar­rive pas à se gérer soi-même et encore moins à gérer quel­qu’un d’autre, mieux vaut ne pas se frot­ter à l’al­pi­nisme ! »
 
Pour les habi­tués de la haute mon­tagne et les grim­peurs expé­ri­men­tés, le pic de l’Étendard, à 3 464 mètres d’al­ti­tude, vaut le dépla­ce­ment. « Il n’y a pas de “grimpe” à pro­pre­ment par­ler mais l’as­cen­sion est longue. C’est un ter­rain gla­cier, donc avec beau­coup de cre­vasses. Il faut faire atten­tion et, sur­tout, bien s’é­qui­per. » En clair, pré­voyez cordes et bau­driers.
 
Arête du Gerbier randonneurs forêts montagnes beau temps belle vue rochers

L’arête du Gerbier. © Maison de la mon­tagne

Pour les adeptes d’al­pi­nisme de moyenne mon­tagne, Bertrand Canin recom­mande les « ran­don­nées du ver­tige ». Comme la tra­ver­sée du Néron, à deux pas de Grenoble, le Mont Aiguille, qui com­prend un impres­sion­nant rap­pel de des­cente, ou encore l’a­rête du Gerbier, très spec­ta­cu­laire, qui néces­site de savoir atta­cher des sangles et de maî­tri­ser le rap­pel de des­cente. Le ter­rain n’est pas enneigé mais il est for­te­ment rocheux. Ici encore, mieux vaut s’é­qui­per d’une corde et d’un bau­drier.
 
 
Que vous soyez à pied, en bus ou en voi­ture, les ran­don­nées autour de Grenoble ne manquent pas. Les excur­sions men­tion­nées dans cet article ne sont qu’un infime échan­tillon de tout ce qu’il est pos­sible de faire dans l’ag­glo­mé­ra­tion. Pour plus d’in­for­ma­tions et de conseils, ren­dez-vous à la Maison de la Montagne de Grenoble.
 
Bonne balade !
 
 
 

Etienne Chaudagne

 

 

 

Cet été, Green Trek est de retour pour lut­ter contre la pro­li­fé­ra­tion des déchets en milieu natu­rel. Cette asso­cia­tion, créée il y a trois ans par quatre jeunes pas­sion­nés de ran­don­nées, dis­tri­bue gra­tui­te­ment aux volon­taires (ran­don­neurs, tou­ristes, voya­geurs), des sacs réuti­li­sables per­met­tant de ramas­ser les déchets trou­vés dans la nature.
 
GreenTrek déchets rammassage écologie volontaires

© GreenTrek

 
En 2012 et 2013, cette opé­ra­tion avait per­mis de ramas­ser plus de six tonnes de déchets. Cette année, Green Trek est pré­sente sur tout le ter­ri­toire fran­çais, non seule­ment au cœur des prin­ci­pales agglo­mé­ra­tions mais éga­le­ment sur plus de 5 000 km de che­mins de grandes ran­don­nées. Pas moins de 20 000 sacs ramas­seurs volon­taires seront dis­tri­bués d’ici la fin de l’été.
 
Ces sacs sont mis gra­tui­te­ment à la dis­po­si­tion des ran­don­neurs dans tous les offices de tou­risme de France, ainsi que chez cer­tains pro­fes­sion­nels (gites, cam­pings, res­tau­ra­teurs) situés aux abords de sen­tiers de pro­me­nade. Le réseau Nature & décou­vertes par­ti­cipe, lui aussi, à l’o­pé­ra­tion.
 
Cet année, Green Trek pro­longe son action sur les lit­to­raux. L’opération Green Sea, dont l’ob­jec­tif est de net­toyer les plages, aura lieu sur les 15 îles du Ponant au cours de l’été. Pour l’oc­ca­sion, plus de 3 000 sacs étanches et réuti­li­sables seront dis­tri­bués gra­tui­te­ment.
 
 
 
 
Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
13803 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Très bonnes idées, très claires…pourquoi n’y a‑il pas davan­tage de bali­sage ou de points mar­qués aux endroits stra­té­giques ? Merci 10000000fois !

    sep article
  2. C’est sympa de pen­ser aux Grenoblois blo­qués à Grenoble … mais LA METEO ? quelle est-elle pour le mois d’août ? pour l’ins­tant, c’est mal parti 🙁

    Je rajou­te­rai « Le Moucherotte » à par­tir de St Nizier vil­lage ou, plus bas, sur le par­king en des­sous de l’an­cien trem­plin
    http://www.grenoble-montagne.com/activites/randonnee-pedestre/moucherotte-depuis-st-nizier/
    je crois que c’est le plus beau pano­rama que je connaisse sur la val­lée, la chaine de Belledonne, la Chartreuse etc
    Et avec un peu d’al­pi­nisme, si on parle du Valgaudemar, il y a l’Obiou dans le Dévoluy, qui n’est pas dif­fi­cile mais demande de l’at­ten­tion
    http://www.altituderando.com/Grande-Tete-de-l-Obiou-2789m-par
    et puis … il doit y en avoir plein d’autres

    sep article