Cabaret frappé : stars et révélations

sep article



ÉVÉNEMENT – La 16ème édi­tion du Cabaret Frappé s’installe du 21 au 26 juillet dans le Jardin de Ville de Grenoble. Cette année encore, artistes émer­gents et talents recon­nus de la scène musi­cale actuelle seront au ren­dez-vous. Tour d’horizon de cette édi­tion pro­met­teuse et riche en décou­verte avec Loran Stahl, direc­teur du fes­ti­val.
 
 
 
 
SérieCabaretFrappé2014-2Le Cabaret Frappé revient à Grenoble à la fin du mois de juillet. Qu’est-ce qui attend les spec­ta­teurs gre­no­blois ?
 
Nous avons tra­vaillé d’arrache-pied pen­dant plu­sieurs mois pour mon­ter une pro­gram­ma­tion qui tire vers le haut mais qui soit ouverte. Autrement dit de qua­lité artis­tique et avec de bons musi­ciens. Nous avons tou­jours des artistes gre­no­blois ou d’origine gre­no­bloise dans la pro­gram­ma­tion. Ce sont des per­sonnes recon­nues dans le métier qui ont col­la­boré à beau­coup de pro­jets. Elles ne sont pas auto­ma­ti­que­ment connues du grand public tout sim­ple­ment parce qu’elles sont humbles. Et il est temps de les mettre en avant.
 
 
 
 
Pouvez-vous nous par­ler des têtes d’affiche de cette 16ème édi­tion ?
 
Il va y en avoir tous les soirs… Le 21 juillet, nous aurons Moriarty sur la scène du cha­pi­teau avec Christine Salem. Le 22 juillet, nous rece­vons Ki-Mani Marley, l’un des fils de Bob Marley et Meta & The Cornerstones. C’est un pla­teau très attendu par les ama­teurs de reg­gae tra­di­tion­nel. Il y aura ensuite Tricky, l’inventeur du trip hop qui sera là le 23 juillet avec Saint-Lô en pre­mière par­tie. Et puis François and The Atlas Mountains dans la soi­rée gar­çon du 24 juillet, As Animals, groupe disque d’or en Italie qui fait une très belle pre­mière tour­née et, sur le der­nier jour, pas de gros noms, mais que des noms qui ont voca­tion à explo­ser comme Thomas Azier, Pulpalicous ou encore Fakear. C’était un petit nom quand on l’a pro­grammé et puis il est devenu l’une des têtes d’affiches du Cabaret Frappé.
 
 
 SérieCabaretFrappé2014-3
 
 
 
Le Festival a aussi pour objec­tif de faire décou­vrir les jeunes talents…
 
C’est d’ailleurs cela le propre du Cabaret Frappé : pou­voir pro­po­ser au public les grands noms de demain à petits prix si ce n’est gra­tui­te­ment. Depuis seize ans, chaque année, les spec­ta­teurs ont l’occasion de décou­vrir en plein été les têtes d’affiche pari­siennes du mois d’octobre. Les artistes non pas locaux mais régio­naux sont tou­jours pré­sents. Nous avons en moyenne entre cinq et sept artistes régio­naux qui sont pro­gram­més. Évidemment, la région Rhône-Alpes béné­fi­cie d’un bas­sin artis­tique très impor­tant et de grande qua­lité. Nous por­tons avec la Ville de Grenoble, la Régie2C et le Ciel, le deve­nir de jeunes pousses et d’artistes révé­la­tions. Et il est impor­tant de le sou­li­gner.
 
 
 
Comment se monte d’ailleurs la pro­gram­ma­tion ?
 
SérieCabaretFrappé2014-15
Je ne suis pas un lea­der d’opinion et ne suis pas garant du bon goût. Si je devais rete­nir un seul cri­tère de sélec­tion, je dirais la pro­fon­deur du fond et la sim­pli­cité de la forme. A par­tir de là, tout devient pos­sible. Au Cabaret Frappé, nous nous appro­prions les pro­pos des artistes pour mieux por­ter la com­mu­ni­ca­tion autour de leur spec­tacle. Il faut donc que nous soyons d’accord avec le fond et la forme.
 
 
 
 
SérieCabaretFrappé2014-9Pour cette édi­tion 2014, l’équipe du fes­ti­val a mis en place quelques nou­veau­tés. Pouvez-vous nous en dire davan­tage ?
 
L’idée est déjà de pour­suivre la démarche éco-res­pon­sable que nous avons depuis quelques années. Et puis l’arrivée d’un bar asso­cia­tif sur le Cabaret Frappé bou­le­verse de manière posi­tive l’économie du fes­ti­val. Nous sou­hai­tons nous impli­quer, nous encrer encore plus dans le ter­ri­toire et tra­vailler avec les acteurs locaux sur l’organisation de l’événement. L’autre nou­veauté, c’est aussi la gra­tuité des concerts pour le der­nier jour du fes­ti­val.
 
 
Justement, pou­vez-vous nous en dire un peu plus sur cette der­nière jour­née ?
 
Cette jour­née va s’articuler entre le kiosque et le cha­pi­teau. Elle com­men­cera à 19 heures avec As A New Revolt qui est en rési­dence au Ciel à Grenoble. Ensuite, il y aura Empire Dust que nous avons décou­verts grâce à leur reprise élec­tro de The Magnificent Seven des Clash. Mais aussi Thomas Azier un Hollandais qui vit à Berlin à la voix fan­tas­tique. Je vous invite vrai­ment à décou­vrir cet artiste. Il jouera de l’électro mais en live sur de vieux syn­thé non pro­gram­mables. Pour cette jour­née, nous accueille­rons aussi Fakear, qui est l’une des révé­la­tions de l’année. Et on ter­mi­nera avec Pulpalicious que l’on a accueilli en 2008 en finale du Cabaret dont l’al­bum est pro­duit par C2C.
 
 SérieCabaretFrappé2014-1
 
 
Eric Piolle, le maire de Grenoble devrait dans les pro­chaines semaines inter­ve­nir auprès de la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, pour rou­vrir les négo­cia­tions avec les inter­mit­tents du spec­tacle. Corinne Bernard, l’adjointe aux cultures l’a annoncé cette semaine. Qu’en pen­sez-vous ?
 
Je suis heu­reux de l’engagement de la muni­ci­pa­lité par rap­port à la situa­tion catas­tro­phique qui règne en ce moment dans le milieu du spec­tacle vivant mais aussi dans celui de l’audiovisuel. La ville de Grenoble est l’un des employeurs les plus impor­tants des inter­mit­tents sur le ter­ri­toire. Mardi, l’une des plus grosses entre­prises fran­çaises du cinéma d’animation, qui tra­vaille avec Pixar, s’est mise en grève en sou­tien avec les inter­mit­tents. Toutes les socié­tés de pro­duc­tion vont bien­tôt mon­ter en puis­sance mais il n’y a pas de spec­tacles sans inter­mit­tents. J’espère que ça ouvrira la porte à d’autres muni­ci­pa­li­tés.
 
 
 
Maïlys Medjadj
 
 
 
 
En atten­dant de pou­voir assis­ter aux concerts, voici la pro­gram­ma­tion com­plète.
 
Lundi 21 juillet :
19h : Kiosque : Sena Dagadu (Rock Soul – Ghana/Hongrie)
21h : Zicbus : Piero Quintana (Electro Rock – Scène Locale)
21h : Chapiteau : Stracho Temelkovski (World Music/World Jazz – Macédoine/France)
Moriarty & Christine Salem (Blues Swing – La Réunion/USA/France)
 
Mardi 22 juillet :
19h : Kiosque : Maya Kamaty (Folk Maloya – La Réunion)
21h : Zicbus : Beo (Urban Dub Movie – Scène Locale)
21h : Chapiteau : Meta & The Cornerstones (Reggae – USA/Sénégal)
Ky-Mani Marley (Reggae – USA/Jamaïque)
 
Mercredi 23 juillet :
19h : Kiosque : They Call Me Rico (Blues Rock’n Roll – Québec)
21h : Zicbus : Nicolas Vitas (Chanson Française – Scène Locale)
21h : Chapiteau : St-Lô (Electro Blues – USA/France)
Tricky (Trip Hop – Angleterre)
 
Jeudi 24 juillet :
19h : Kiosque : Natas Loves You (Pop Rock Electro – USA/Finlande/France)
21h : Zicbus : Léonid (Chanson Française – Scène Locale)
21h : Chapiteau : Cascadeur (Pop Electro – France)
Frànçois & The Atlas Mountains (Pop Franco Anglaise – Angleterre /France)
 
Vendredi 25 juillet :
19h : Kiosque : Joe Bel (Pop Folk – France)
21h : Zicbus : Kespar & Linkrust (Hip Hop – Scène Locale)
21h : Chapiteau : Lou Marco (Electro Rock – France)
As Animals (Pop Electro – France)
 
Samedi 26 juillet (soi­rée gra­tuite) :
As A New Revolt (Rock Indie-Electro – Scène Locale)
Empire Dust (Rock-Hip Hop – Angleterre/France)
Thomas Azier (Electro Pop – Pays-Bas/Allemagne)
Fakear (Electro / France)
Pulpalicious (DJ Electro-Funk-Pop – France)
 
 
L’édition 2014 du Cabaret Frappé aura lieu du 21 au 26 juillet au Jardin de Ville de Grenoble. La billet­te­rie est ouverte depuis ce mer­credi. Informations et réser­va­tions sur le site du Cabaret Frappé.

 

 

commentez lire les commentaires
4296 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.