téléphérique enjeux écologiques cabine 3S débat Place Gre'net

Téléphérique rime-t-il avec écologique ?

Téléphérique rime-t-il avec écologique ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

DÉCRYPTAGE – Le débat organisé le 10 décembre dernier au Verre à Soi a été l’occasion d’échanger plus largement sur les enjeux de ce vaste projet, en présence de différents invités. En particulier, sur les aspects écologiques. Pression foncière, impacts des infrastructures, bruit… Les intervenants ont pu évoquer bon nombre de problématiques liées à la construction d’un tel ouvrage.

 
 

 

Nuage de pollution sur Grenoble

Nuage de pol­lu­tion sur Grenoble – © Véronique Serre

Pas moins de 9 000 voi­tures empruntent quo­ti­dien­ne­ment la por­tion de route entre l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise et le Vercors.
 
La mise en place du câble, mode de trans­port émet­tant le moins de gaz à effet de serre, per­met­trait donc d’améliorer la qua­lité de l’air, du fait de la dimi­nu­tion du nombre de voi­tures. Celle-ci serait de l’ordre de 20 %, selon Michel Gilbert, chargé de mis­sion sur le trans­port par câble à la direc­tion de la mobi­lité et des trans­ports de l’agglomération grenobloise.
 
Un chiffre vrai­sem­bla­ble­ment sous-estimé, d’a­près Pierre Jaussaud, direc­teur du bureau d’études EFCâbles : « Le cabi­net sué­dois WSP a mis en évi­dence que les fré­quen­ta­tions réelles des télé­phé­riques étaient net­te­ment meilleures que celles que l’on pou­vait esti­mer au départ. »
 
Et de citer l’exemple criant de Brides-les-Bains, où le maire a opté pour une télé­ca­bine “a minima”, du fait de l’op­po­si­tion de sa popu­la­tion au départ. « Aujourd’hui, le suc­cès de cette ins­tal­la­tion est tel que la com­mune est obli­gée d’af­fré­ter des bus sup­plé­men­taires, faute de pou­voir la redi­men­sion­ner. »
 
Emission de gaz à effet de serre selon le mode de transport, dont le câble Document présenté lors du débat de Place Gre'net sur le téléphérique reliant le Vercors à Grenoble

© Métro

 
Pression fon­cière
 
Interrogé sur les risques d’une urba­ni­sa­tion incon­trô­lée, Yannick Boulard, maire de Fontaine a jugé le pro­blème non fondé : « On n’a pas attendu le pro­jet du télé­phé­rique pour avoir une pres­sion énorme sur le fon­cier sur le pla­teau du Vercors, a‑t-il affirmé. Aujourd’hui, le Parc limite de façon rela­ti­ve­ment dras­tique les construc­tions sur le pla­teau du Vercors. Le télé­phé­rique ne va rien chan­ger. »
 
Pour Michel Gilbert, l’ar­ri­vée du pro­jet a même incité les élus du pla­teau à actua­li­ser leurs règles d’ur­ba­nisme pour se pré­mu­nir contre le risque de construc­tions non maî­tri­sées : « Le CCMV est actuel­le­ment en train de mettre en place un PLU (ndlr : plan local d’ur­ba­nisme) inter­com­mu­nal qui aura valeur de Scot (ndlr : schéma de cohé­rence ter­ri­to­riale) en 2017. » Avec à la clé des règles plus contrai­gnantes et plus dif­fi­ciles à contourner.
 
 
Plaine de Lans en vercors soumise à la pression foncière débat du téléphérique Place Gre'net enjeux écologiques

Plaine de Lans-en-Vercors.
© Vercors 2008

 
 
Quid de l’im­pact des infra­struc­tures ? Le télé­phé­rique par­ti­rait de Fontaine, dont la gare serait acces­sible à pied, en vélo ou par le tram. Pas besoin d’un gros par­king donc. A Saint-Nizier, où la popu­la­tion est plus dis­per­sée, un par­king de 50 places envi­ron serait créé. En revanche, à Lans-en-Vercors, cœur du pla­teau, la Métro envi­sage un par­king de 250 places.
 
Pour François Nougier, repré­sen­tant d’Europe Écologie-les Verts rési­dant à Lans-en-Vercors, le pro­blème est tou­te­fois mal posé. « Avant de par­ler du nombre de places de par­kings et de leur confi­gu­ra­tion, il faut se poser la ques­tion de la connexion de la cir­cu­la­tion interne au pla­teau et pen­ser l’aménagement du ter­ri­toire », insiste-t-il.
 
 
Nuisances visuelles et sonores
 
 
Vue d'artiste d'un téléphérique débrayable 3S depuis la Maison du Parc Câble reliant l'agglomération de Grenoble au plateau du Vercors.

Vue d’ar­tiste d’un télé­phé­rique débrayable 3S depuis la Maison du Parc.
© Métro

Une des prin­ci­pales inquié­tudes quant à la mise en place du trans­port par câble concerne les nui­sances en termes de bruit, les vis-à-vis et l’es­thé­tique. Des craintes liées à l’i­mage des télé­phé­rique de sta­tions pour Pierre Jaussaud.
 
« Il est vrai que le 3S de Val d’Isère est, par exemple, très bruyant à l’in­té­rieur et ce pour une rai­son très simple : il n’y a pas eu le moindre effort d’in­so­no­ri­sa­tion des parois qui sont une vraie caisse de réso­nance. En ville, la machi­ne­rie serait enter­rée en sous-sol et on pour­rait éga­le­ment inso­no­ri­ser les lan­ceurs. » De quoi obte­nir un niveau sonore de 45 déci­bels, soit l’é­qui­valent d’une conversation.
 
Yannick Boulard milite par ailleurs pour le câble 3S, en par­ti­cu­lier pour des rai­sons esthé­tiques : celui-ci, certes plus cher, serait plus fiable et néces­si­te­rait moins de pylônes. Michel Gilbert est quant à lui revenu sur l’exemple du télé­phé­rique de Bolzano qui compte un hôtel quatre étoiles avec une ter­rasse à quelques mètres de la gare d’ar­ri­vée : « On n’en­tend stric­te­ment rien ! » Enfin, concer­nant le vis-à-vis, Yannick Boulard s’est voulu ras­su­rant : « A Fontaine, le câble sur­vo­le­rait une seule mai­son se situant à envi­ron 80 ou 100 mètres », a‑t-il pré­cisé. De quoi peut-être ras­su­rer les habitants.
 
 
Muriel Beaudoing et Paul Turenne
 
 

 

Lans, Saint-Nizier… Et les autres com­munes du plateau ?
 
Le ter­mi­nus du télé­phé­rique étant prévu à Lans-en-Vercors, les tou­ristes devront donc des­cendre et prendre un bus pour atteindre les autres com­munes. Une situa­tion déplo­rée par Pierre Jaussaud qui aurait sou­haité que les com­munes de Corrençon, Autrans, Méaudre et Villard-de-Lans soient éga­le­ment des­ser­vies pour un pro­jet encore plus écologique.
 
Navette électrique des VFD expérimentée à Villard-de-Lans débat Place Gre'net sur les enjeux écologiques du téléphérique

Navette élec­trique des VFD expé­ri­men­tée à Villard-de-Lans. DR

 
« Cela semble sédui­sant mais quand on y regarde de près c’est beau­coup plus com­pli­qué, estime, pour sa part, Michel Gilbert. En ligne droite, sur du plat, le câble est moins rapide que la voi­ture, comme sur le tron­çon reliant Lans à Villard-de-Lans.
Par ailleurs, les élus du pla­teau et cer­tains habi­tants ne sou­haitent pas que la plaine de Lans, espace natu­rel sen­sible auquel ils sont très atta­chés, soit tra­versé par le trans­port par câble », rap­pelle le chargé de pro­jet câble à la Métro, qui pri­vi­lé­gie la mise en place de navettes avec une fré­quence de 20 minutes aux heures de pointe. Une solu­tion peu convain­cante aux yeux de Pierre Jaussaud qui juge l’at­tente entre chaque navette poten­tiel­le­ment dissuasive.
 
 
Découvrez l’in­té­gra­lité du dos­sier spé­cial téléphérique :
 
Vue panoramique du Vercors débat Place Gre'net sur le téléphérique reliant l'agglomération grenobloise au plateau du Vercors

Vue pano­ra­mique du Vercors. © Metro

 
→ Rétrospective – Téléphérique du Vercors : où en est-on ?
 
→ Reportage vidéo – Le câble du Vercors en débat
 
→ Focus – Transport par câble : le retard français
 
→ Décryptage – Les enjeux éco­no­miques du câble du Vercors
 
→ Décryptage – Téléphérique rime-t-il avec écologique ?
 

 

 
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Place Gre'net

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Le Service technique des remontées mécaniques et des transports guidés (STRMTG) a inauguré, le 16 septembre 2021, les nouveaux locaux du siège et du bureau sud-est, à Saint-Martin-d'Hères.
Sécurité des téléphériques, trams ou métros : le STRMTG fête ses 40 ans dans de nouveaux locaux à Saint-Martin-d’Hères

FOCUS - Le Service technique des remontées mécaniques et transports guidés (STRMTG) a fêté ses 40 ans et inauguré ses nouveaux locaux, ce jeudi 16 Lire plus

Bulles Téléphérique Grenoble
Le téléphérique de Grenoble-Bastille reprend du service à partir du vendredi 11 décembre

  Dans un message diffusé le 11 décembre sur les réseaux sociaux, la Régie du téléphérique a finalement annonce que les bulles resteront fermées jusqu'à Lire plus

A Grenoble, sans surprise, le Métrocâble sera conçu, réalisé et exploité par le groupement isérois Poma. Un lourd investissement au regard des capacités.
Métrocâble grenoblois : Poma prend les commandes, une décision précipitée pour les associations d’usagers

  EN BREF - À Grenoble, le Métrocâble sera sans surprise conçu, réalisé et exploité par le groupement isérois Poma. La télécabine qui reliera Saint-Martin-le-Vinoux Lire plus

Les bulles de Grenoble à l’arrêt jusqu’au 2 février pour cause de travaux de maintenance

FIL INFO - Le téléphérique de Grenoble reliant les quais de l'Isère à la Bastille sera à l'arrêt durant quatre semaines, du 7 janvier au Lire plus

Fidélisation à points : La Tag lance la plateforme Avantag pour « récompenser » ses usagers les plus fidèles

FOCUS - La Tag repense son programme de fidélisation à travers la plateforme Avantag. Depuis le 20 août 2018, après inscription au programme d'avantages, les Lire plus

Appel à volontaires pour un exercice d’évacuation des bulles de la Bastille

FIL INFO - Le Téléphérique de Grenoble-Bastille lance un appel aux volontaires pour son exercice annuel d'évacuation des bulles de Grenoble, en lien avec les Lire plus

Flash Info

|

19/10

19h14

|

|

19/10

18h03

|

|

19/10

15h11

|

|

19/10

10h35

|

|

19/10

9h26

|

|

18/10

18h56

|

|

18/10

11h04

|

|

17/10

22h06

|

|

16/10

22h21

|

|

16/10

14h42

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

SDH - Le futur compte sur nous

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin