UMP : “Les questions d’égos secondaires”

sep article



ENTRETIEN – L’unité est-elle retrouvée au sein de l’UMP grenobloise ? Ayant obtenu la garantie qu’Alain Carignon aurait la neuvième place sur la liste de Matthieu Chamussy, la Commission nationale d’investiture (CNI) du parti a confirmé, fin novembre, la désignation de ce dernier pour conduire la liste aux prochaines municipales. Troisième acteur du feuilleton de l’UMP38, l’ancien député de l’Isère, Richard Cazenave se satisfait de cette « sortie de crise ». Il s’estime prêt à oublier les « conflits d’égos du passé » qui avaient pu autrefois l’opposer à Alain Carignon.

 

 
© Nils Louna / placegrenet.fr

© Nils Louna / placegrenet.fr

Né il y a 65 ans à Paris et issu d’une famille « de résis­tants », Richard Cazenave a grandi en Algérie. De retour à Grenoble en 1962, il s’engage chez les jeunes gaul­listes, par admi­ra­tion pour cet « homme du sur­saut ». Après une for­ma­tion en droit, il sor­tira diplômé de l’é­cole supé­rieure des affaires (ESA, deve­nue IAE). Son par­cours pro­fes­sion­nel dans le sec­teur privé s’interrompra à l’occasion de son pre­mier man­dat poli­tique élec­tif en 1986, au conseil régio­nal de Rhône-Alpes. Vice-pré­sident en charge de la coopé­ra­tion inter­na­tio­nale jusqu’en 1998, il occu­pera en paral­lèle d’autres fonc­tions élec­tives. Il a notam­ment été conseiller muni­ci­pal de Grenoble entre 1989 et 2001 et député de la 1ère cir­cons­crip­tion de l’Isère, de 1988 à 2007.
 
 
Le pro­ces­sus des pri­maires de la droite a été un échec qui s’est ter­miné par un duel d’influence entre Matthieu Chamussy et Alain Carignon. De votre point de vue de troi­sième homme de la droite gre­no­bloise, qui en est sorti gagnant ?
 
C’est avant tout l’unité. La situa­tion est aujourd’hui radi­ca­le­ment dif­fé­rente de celle du début du mois d’octobre. À l’époque, la com­mis­sion d’investiture de l’UMP avait dési­gné Matthieu Chamussy d’une inves­ti­ture d’apparence, en réa­lité écrite sous l’influence d’Alain Carignon qui appa­rais­sait en troi­sième posi­tion de la liste. C’était inac­cep­table en l’état. Il y avait deux issues à cette crise : réaf­fir­mer son inves­ti­ture, avec la liberté de consti­tuer sa liste, ou le risque d’une explo­sion en deux listes dif­fé­rentes. C’est fina­le­ment la pre­mière option – celle de l’unité – qui a été rete­nue fin novembre. 
 
Dans ces condi­tions – celles de la dési­gna­tion claire des res­pon­sa­bi­li­tés et du lea­der­ship – j’ai fait le choix de m’engager der­rière Matthieu Chamussy. Et pour­quoi se pri­ver de l’expérience d’Alain Carignon ? Il appa­raî­tra en neu­vième posi­tion de la liste pour y appor­ter sa contri­bu­tion et non plus la diri­ger.
 
 
Richard Cazenave municipales de Grenoble

© Nils Louna / placegrenet.fr

Vous n’étiez pas can­di­dat déclaré aux pri­maires. Après une période en retrait de la vie poli­tique locale, le silence était-il devenu un poids pour vous ?
 
Etant mécon­tent de la situa­tion, je ne voyais pas com­ment res­ter pas­sif alors que mon cou­rant poli­tique sou­hai­tait orga­ni­ser un débat démo­cra­tique local digne de ce nom pour confron­ter les per­son­na­li­tés et défi­nir celle en capa­cité de l’emporter. C’est du gâchis d’avoir une vision et une expé­rience de l’action publique et de ne pas la mettre à pro­fit.
 
 
Le 5 sep­tembre der­nier, nous révé­lions que vous aviez secrè­te­ment envoyé votre can­di­da­ture à la CNI, après la sus­pen­sion de l’élection pri­maire. Souhaitiez-vous faire bar­rage à Alain Carignon, très intro­duit dans les ins­tances natio­nales de l’UMP ?
 
Ce n’était pas une can­di­da­ture de blo­cage, mais je vou­lais qu’il y ait un débat. Si l’option du choix démo­cra­tique de la pri­maire était écar­tée, il fal­lait que la dési­gna­tion de la tête de liste soit effec­tuée après une enquête d’opinion. Conjointement avec Matthieu Chamussy, nous en avons com­mandé une à un ins­ti­tut de son­dage qui a révélé quelle était la per­sonne la plus à même de l’emporter. La vic­toire de l’alternance est pos­sible à Grenoble car la gauche est pro­fon­dé­ment divi­sée.
 
 
Richard Cazenave municipales de Grenoble

© Nils Louna / placegrenet.fr

Le « feuille­ton » de l’UMP gre­no­bloise a cepen­dant laissé des séquelles internes et enta­ché la cré­di­bi­lité du parti. Y a‑t-il, mal­gré tout, un avan­tage à en tirer ?
 
Aujourd’hui, Matthieu Chamussy est le patron légi­time de la liste et a gagné, avec cette crise, en légi­ti­mité, en liberté et en cré­di­bi­lité. Il a su faire ce bras de fer qui a per­mis d’affirmer clai­re­ment les res­pon­sa­bi­li­tés de cha­cun. Il a toute l’attitude et les com­pé­tences pour faire sa liste avec une équipe qui lui assu­rera son sou­tien indé­fec­tible. Cette liste garan­tit le ras­sem­ble­ment de la droite et du centre. S’il n’avait pas été réa­lisé, on aurait pu nous le repro­cher.
 
 
Après vous être déso­li­da­risé d’Alain Carignon en 2007, en pré­sen­tant une liste dis­si­dente contre lui aux élec­tions légis­la­tives dans la pre­mière cir­cons­crip­tion de l’Isère, quelles sont aujourd’hui vos rela­tions avec lui ?
 
Les ques­tions d’égos sont secon­daires. Les rela­tions d’aujourd’hui ne doivent pas être mar­quées par les batailles du passé. Je nous pense capables de dépas­ser ces his­toires. D’autant qu’aujourd’hui, c’est Alain Carignon qui vient sur notre liste. Si quelqu’un doit trou­ver cela dif­fi­cile, c’est lui ! Car il avait essayé de m’éliminer durant cette bataille légis­la­tive. Ce qui doit comp­ter aujourd’hui, c’est notre désir col­lec­tif de por­ter un pro­jet d’alternance cré­dible et solide pour Grenoble.
 
 
Richard Cazenave municipales de Grenoble

© Nils Louna / placegrenet.fr

Alain Carignon – par sa condam­na­tion pour cor­rup­tion, abus de biens sociaux et subor­na­tion de témoins en 1996 – ne sera-t-il pas un poids pour votre liste ?
 
Si on devait se fier aux son­dages d’opinion, on consi­dè­re­rait que ce n’est effec­ti­ve­ment pas une excel­lente affaire. Mais nous avons la capa­cité, non pas de faire oublier les choses, mais de les rame­ner à une plus juste pro­por­tion. Il faut tour­ner la page. On ne va pas éter­nel­le­ment repro­cher aux per­sonnes les erreurs qui ont pu être com­mises dans le passé. Il a payé.
 
 
Quand de telles fautes ont été com­mises dans l’exer­cice d’un man­dat public, le droit à l’oubli et à la pres­crip­tion sont-ils pos­sibles en poli­tique ?
 
C’est, in fine, aux élec­teurs d’en déci­der. Le débat est engagé. Nous allons pou­voir confron­ter les pro­jets. J’espère et je pense que la cam­pagne ne por­tera pas seule­ment là-des­sus. Les ques­tions de per­sonnes qui ont suf­fi­sam­ment pol­lué notre début de cam­pagne sont désor­mais réglées. Place main­te­nant à la cam­pagne de fond.
 
 
Richard Cazenave municipales de Grenoble

© Nils Louna / placegrenet.fr

L’unité est, selon vous, retrou­vée. Quels seront les autres ingré­dients néces­saires à la vic­toire ?
 
Avoir une liste unique est un atout consi­dé­rable. Nous pour­rons addi­tion­ner les éner­gies et y asso­cier les diverses sen­si­bi­li­tés poli­tiques. Désormais, il va fal­loir com­mu­ni­quer avec les Grenoblois et réus­sir à les inté­res­ser à notre pro­jet pour la ville et à nos prio­ri­tés.
 
 
 
Comment vous impli­que­rez-vous per­son­nel­le­ment dans la cam­pagne ?
 
Je sou­haite par­ti­ci­per à la syn­thèse des pro­jets exis­tants et à la rédac­tion du pro­jet final. Il faut répondre à un défi qui tra­verse les thé­ma­tiques muni­ci­pales. Celui de l’impuissance qui marque aujourd’hui l’action publique, en par­ti­cu­lier à Grenoble qui aura une image de « petite sous-pré­fec­ture » si rien ne change. Nous ris­quons l’isolement et la remise en ques­tion du vivre ensemble.
 
Richard Cazenave municipales de Grenoble

© Nils Louna / placegrenet.fr

Serions-nous impuis­sants à lut­ter contre des réseaux mafieux étran­gers qui exploitent des mal­heu­reux qui men­dient et se sou­mettent à la pros­ti­tu­tion ? Est-il rai­son­nable, quand on est aux res­pon­sa­bi­li­tés de la ville depuis vingt ans, de poin­ter l’Etat comme seul res­pon­sable de la situa­tion ? Est-il encore rai­son­nable de dire que l’état des finances d’aujourd’hui relève de la res­pon­sa­bi­lité de la pré­cé­dente majo­rité ? Ne croyez-vous pas que le vivre ensemble à Grenoble devrait être un objec­tif par­tagé par l’ensemble des moyens édu­ca­tifs, asso­cia­tifs et publics ? La cité n’est-elle pas l’échelle où l’on par­tage une des­ti­née, une res­pon­sa­bi­lité et un lan­gage com­muns ?
 
La capi­tale des Alpes doit-elle être réduite à voir se déve­lop­per la métro­pole lyon­naise d’un côté et celle de Genève de l’autre en regar­dant pas­ser le train de la struc­tu­ra­tion des métro­poles ? Est-il accep­table d’être la seule grande ville à ne pas être des­ser­vie par une véri­table liai­son TGV ? Les res­pon­sables publics n’ont-ils pas le devoir d’apporter des solu­tions aux mil­liers de per­sonnes coin­cées matin et soir dans les bou­chons qui font aujourd’hui la renom­mée de Grenoble ?
 
 
Richard Cazenave municipales de Grenoble

© Nils Louna / placegrenet.fr

Ce sont là beau­coup de ques­tions qui tra­duisent votre diag­nos­tic de la situa­tion gre­no­bloise et qui déli­mitent les contours de la cam­pagne que vous sou­hai­tez mener. Quelles sont les idées nova­trices et inédites que vous sou­hai­tez per­son­nel­le­ment appor­ter ?
 
C’est avant tout un style nou­veau qu’il faut insuf­fler. Ne pas lais­ser les Grenoblois seuls devant les lan­ci­nants pro­blèmes aux­quels ils sont confron­tés. C’est sur le plan de la méthode qu’il faut que les choses changent. Il faut s’atteler aux pro­blèmes, appor­ter des solu­tions et y remé­dier. Contrairement à la méthode de la muni­ci­pa­lité actuelle, qui consiste à reje­ter la faute sur les autres.
 
 
Propos recueillis par Victor Guilbert
Photos de Nils Louna
 
 
L’entretien a été réa­lisé le ven­dredi 29 novembre, au café La City, 102 Cours Berriat à Grenoble. Il n’a pas été sou­mis à relec­ture. Une cor­rec­tion a été effec­tuée lundi 9 décembre dans le para­graphe bio­gra­phique concer­nant sa for­ma­tion.
 
 
 
Extrait d’ouvrage choisi par Richard Cazenave
 
14440-gf« Le bon­heur déses­pé­ré­ment » d’André Comte-Sponville :
« C’est bien beau d’espérer la jus­tice, la paix et la liberté. En tout cas, ce n’est pas condam­nable. Mais ce n’est pas non plus suf­fi­sant. Reste à agir pour elle : ce qui n’est plus une espé­rance mais une volonté. »
 
La convic­tion qu’il en tire
Cet extrait peut être pris comme un médi­ca­ment. C’est la com­pa­rai­son entre la volonté et l’espérance. Pour être heu­reux, il faut arrê­ter d’être dans la fuite en avant et l’espérance du len­de­main. Il faut apprendre à aimer ce que l’on fait, être dans le pré­sent et s’engager pour les valeurs qui sont les nôtres et que l’on sou­haite défendre.
 
 
- Consultez ici les autres entre­tiens poli­tiques du dimanche de Place Gre’net. 
 
 
 
Aides aux commerçants
commentez lire les commentaires
4853 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Mais de quelle expé­rience qu’au­rait Monsieur CARIGNON dont l’UMP 38 ne veut pas se pri­ver ? De celle qui l’a conduit à être condamné par la Justice ? A quand l’i­né­gil­bi­lité à vie des élus qui ont abusé de leur pou­voir pour com­mettre des actes illé­gaux ? Tout parti poli­tique se gran­di­rait à adop­ter cette éthique de base.

    sep article
  2. M. CAZENAVE est bien plus jeune que je ne le pen­sais, il est diplômé d’une école (IHEE) créée en … 2000 !
    En fait, il ne s’a­git pas d’une école (grande ou petite) mais d’une offi­cine patro­nale char­gée de dif­fu­ser la bonne parole libé­rale => http://www.institut-entreprise.fr/formation/ihee/presentation-de-l-ihee
    Pourquoi veut-il se don­ner un ver­nis uni­ver­si­taire qui n’existe pas ?

    sep article
    • VG

      09/12/2013
      13:54

      Bonjour Hector,

      Merci de votre vigi­lance. Après véri­fi­ca­tion, Richard Cazenave a un 3ème cycle de Gestion et Administration des Entreprises à l’Ecole Supérieure des Affaires (E.S.A deve­nue I.A.E).
      Il a depuis effec­tué une for­ma­tion à l’IHEE. La cor­rec­tion a été effec­tuée dans le para­graphe bio­gra­phique de l’ar­ticle.

      Cdt,

      VG

      sep article
  3. A ma connais­sance, la méthode Coué n’est pas un mode de gou­ver­nance !
    Les cen­tristes du MODEM sont avec Safar
    « Et pour­quoi se pri­ver de l’expérience d’Alain Carignon ? Il appa­raî­tra en neu­vième posi­tion de la liste pour y appor­ter sa contri­bu­tion et non plus la diri­ger. » dit M. Cazenave, M. Carignon ne dirige pas ? … sauf dans l’ombre … Il a réussi à ce que les ins­tances natio­nales de l’UMP, diri­gées par son grand ami Copé, le mette en bonne posi­tion éli­gible, alors que Chamussy n’en vou­lait pas. Les Grenoblois ont de la mémoire…
    Alors, ce n’est pas en 2014 que la droite repren­dra la mai­rie de Grenoble.

    sep article