Quel visage pour la Villeneuve dans 40 ans ?

sep article



 

 

DOSSIER – Ce samedi, la Villeneuve fêtera ses 40 ans. Quarante ans d’espoir et d’utopies, mais aussi de rêves qui se sont par­fois heur­tés aux réa­li­tés : chô­mage, échec sco­laire, dif­fi­cul­tés sociales, inci­vi­li­tés, vio­lence…  
A l’heure du bilan, que reste-t-il de cette Villeneuve avant-gar­diste, futu­riste et enga­gée, pen­sée et conçue selon les grands idéaux de mai 1968 ? Et sur­tout, quelles sont les pistes qui per­met­tront de déve­lop­per et de façon­ner ce quar­tier d’ici les qua­rante pro­chaines années ?
Pour aller plus loin que de simples constats et sai­sir toutes les nuances et toutes les poten­tia­li­tés de ce quar­tier, l’équipe de Place Gre’net est allée sur le ter­rain, à la ren­contre de ces femmes et de ces hommes qui font la Villeneuve. Sans doute la meilleure façon de com­prendre quel pour­rait être le visage du quar­tier d’ici les qua­rante pro­chaines années.

 

 

 

Sommaire des articles publiés dans ce dos­sier :
 

 

 

 

Dossier réa­lisé par Marie Lyan, Lucas Piessat et Emeline Wuilbercq

 

 

 

Aides aux commerçants
commentez lire les commentaires
4383 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Ping : Grenoble : quel visage pour le quartier de la Villeneuve ? | Rue89Lyon

  2. Salut j.francois.
    Je suis entie­re­ment d’ac­cord avec toi c’est pas la forme (archi­tec­tu­rale) qui va resoudre un pb de societe tou­jours recur­rente : la pau­vrete, la dis­cri­mi­na­tion, la reclu­sion.
    C’est donc bien un pb poli­tique, et la demo­li­tion (:tac­tique) ne chan­gera rien.
    C’est deja la conclu­sion lors de nos tra­vaux a l’e­poque sur Mistral.
    Par contre recreer la « societe » par des moments convi­viaux , qui per­mettent de re-rever, mettre cul par des­sus les aprio­ris, me semble plus repa­ra­teur que la demo­li­tion d’une par­tie de l’his­toire des gens de Ville Neuve. Mettons l’argent de la demo­li­tion sur cette recherche de la convi­via­lite. Un Urbaniste a la retraite.

    sep article