Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Faire fleurir les toits et jardins en ville : un enjeu alimentaire et écologique pour Cultivons nos toits

sep article

FOCUS – Cultiver les toits des immeubles et faire fleurir des jardins participatifs à travers la ville, le tout dans une ambiance conviviale et solidaire, est l’un des thèmes à l’honneur de la Biennale des villes transition. Mais c’est surtout l’un des objectifs poursuivis depuis des années par Cultivons nos toits, association grenobloise qui œuvre en faveur de l’agriculture urbaine. Jusqu’à fin mars, elle fait appel au financement participatif pour développer des “projets verts” dans l’agglomération grenobloise. 

 

 

 

Logo de l'association Cultivons nos toits © Cultivons nos toits

Logo de l’association Cultivons nos toits © Cultivons nos toits

« De plus en plus, les habitants veulent consommer des légumes sains, de bonne qualité, être reconnectés à ce qui nous fait vivre », estime Lucas Courgeon, 28 ans, ingénieur-environnement chargé de communication de Cultivons nos toits.

 

L’objectif de l’association ? Investir les espaces urbains non utilisés pour y réaliser des cultures potagères naturelles et tendre vers une autonomie alimentaire et énergétique des habitants.

 

Quand Cultivons nos toits a vu le jour en 2011, « il existait une réelle demande en ce qui concerne l’autoproduction alimentaire », se souvient Lucas. Soucieux de maîtriser leur alimentation, certains citoyens semblent en effet vouloir s’émanciper du commerce de la grande distribution.

 

Lucas rejoint l’association en 2014 : « J’avais le désir de contrôler ce que je mangeais, de savoir pourquoi je le mangeais, et à qui je l’achetais. Avec toutes les maladies et cancers liés à la nourriture, savoir ce que l’on consomme est primordial pour la santé et l’environnement », assure-t-il. Grâce aux divers projets d’agriculture urbaine, menés dans l’agglomération grenobloise, l’association propose des légumes frais, naturels et biologiques et surtout une alternative aux produits des grandes surfaces.

 

 

 

Potager géant sur le toit de la Casemate

 

 

Mis à disposition par la mairie de Grenoble, le toit plat de La Casemate est devenu un grand potager. En 2016, au début du projet, la surface cultivable était de 13 m². Petite surface mais grande victoire pour l’association, qui avait réussi à récolter près de 30 kilos de légumes au mois de juin.

 

Cultures sur le toit de la Casemate © Cultivons nos toits

Cultures sur le toit de la Casemate © Cultivons nos toits

En 2017, l’association augmente cette surface de culture à 300 m² et affiche des objectifs ambitieux : une tonne de production est attendue pour la saison prochaine.

 

 

Du 5 au 8 février, de nombreux bénévoles ont investi le toit de la Casemate. Ce chantier a été un “vif succès », assure l’association. Elle lance d’ailleurs un projet de financement participatif pour l’achat de bacs de culture. Et prévoit de renforcer le dispositif des paniers solidaires, coorganisé avec l’épicerie Episol et la Ville de Grenoble.

 

Travaux sur le toit de la Casemate pour accueillir les cultures potagères © Cultivons nos toits

Travaux sur le toit de la Casemate pour accueillir les cultures potagères. © Cultivons nos toits

 

La culture sur toit est née d’un constat : l’urbanisation et la croissance démographique éloignent, chaque année un peu plus, les cultures végétales des villes. « En ville, il est très difficile d’avoir des espaces cultivables, l’espace au sol étant occupé par les bâtiments », explique Lucas Courgeon. « À Grenoble, il y a autant de toits plats que d’espaces de maraîchages en pleine terre sur un rayon de 10 kilomètres. Le potentiel de culture sur toit à Grenoble est donc énorme. Il est nécessaire d’investir ces espaces en hauteur pour amener la nature en ville », affirme-t-il.

 

Chantier permaculture sur le toit de la Casemate

Chantier permaculture sur le toit de la Casemate. © Cultivons nos toits

Et la hauteur des bâtiments améliore la qualité des aliments cultivés. En effet, sur un toit, l’air est davantage ventilé : « On trouve beaucoup moins de particules fines qu’au sol. De plus, les métaux lourds ont tendance à rester au sol », explique Lucas, en se référant à une étude scientifique réalisée par l’AgroParisTech.

 

 

À terme, l’association souhaite développer massivement la culture sur toit et que les habitants d’une même résidence aient leur propre potager, sur le toit de leur immeuble. « L’association sera toujours présente pour apporter des conseils et guider les habitants sur la gestion du potager », assure Lucas.

 

Au-delà de sa dimension éthique et écologique, Cultivons nos toits est aussi vecteur de lien social : « La gestion d’un espace commun rassemble les habitants et favorise l’entraide. Chacun peut y apporter ses propres compétences pour améliorer la production. Ensemble, ils s’émancipent collectivement », poursuit le bénévole.

 

 

 

Des jardins participatifs dans la commune de Vif

 

 

« Aujourd’hui, il est déplorable de constater que beaucoup d’enfants pensent que les fruits et légumes poussent dans les supermarchés », raconte Lucas. Pour éveiller la conscience écologique des jeunes, Cultivons nos toits a donc créé un jardin éco-pédagogique dans la commune de Vif, partenaire de l’association.

 

Atelier jardinage au jardin éco-pédagogique de la commune de Vif © Cultivons nos toits

Atelier jardinage au jardin éco-pédagogique de la commune de Vif © Cultivons nos toits

À l’école ou au centre de loisirs, des enfants de 6 à 12 ans viennent cultiver leurs propres légumes. « Les enfants assureront le futur de notre monde. Il est primordial de les rapprocher de leur alimentation. Si ce lien est rompu, personne ne s’opposera demain à la malbouffe et aux produits industrialisés », met en garde Lucas Courgeon.

 

La culture permet aussi aux jeunes de développer leur autonomie manuelle et intellectuelle et d’ouvrir des ateliers de réflexion autour de la nature et de la croissance soutenable. Mais aussi et surtout de leur faire prendre conscience de la vie terrestre, ce “tout” indissociable nommé écosystème.

 

Jardin éco-pédagogique dans la commune de Vif © Cultivons nos toits

Jardin éco-pédagogique dans la commune de Vif © Cultivons nos toits

 

 

 Permaculture : « retrouver notre juste place par rapport à la Nature »

 

 

« La permaculture, ce n’est pas que du jardinage, c’est une philosophie holistique, une révision de notre rapport à la Terre et à l’alimentation. Il s’agit d’être plus humble et de retrouver notre juste place par rapport à la nature », affirmait Vincent Vanel, le fondateur de Greenation, le 1er février dernier à l’Institut de géographie alpine de Grenoble.

 

À Seyssinet-Pariset, l’agriculture hors-sol et la mise en place de bacs de culture inspirés des méthodes de la permaculture (cf. encadré), sont apparues en 2016, à l’initiative de l’architecte Philippe Blanchet, du lycée horticole de Saint-Ismier, et de l’association Cultivons nos toits.

 

Bac de permaculture à Seyssinet. À droite, Lucas Courgeon. Photo © Cultivons nos toits

Bac de permaculture à Seyssinet. À droite, Lucas Courgeon. © Cultivons nos toits

 

Achevés en 2016, les travaux ont donné naissance à un « espace vitrine de l’agriculture urbaine », alliant des modules de culture hors-sol, sur des dalles en béton, des modules d’aquaponie (cf. encadré) et des systèmes de compostage. En somme, des techniques agricoles en harmonie parfaite avec les écosystèmes.

 

En 2017, l’association continue de développer ce projet ainsi que des études approfondies sur les espaces verts. En fonction des résultats, elle envisage de créer un système de distribution de paniers potagers en circuit « ultra court » (cf. encadré) au sein de la résidence à Seyssinet.

 

Ces initiatives innovantes locales et citoyennes portées par des associations comme Cultivons nos toits sont bel et bien au cœur de la transition énergétique. Les circuits d’alimentation courts permettent en effet de dynamiser l’économie locale, de limiter l’empreinte carbone liée aux transports et de renforcer le lien social entre les individus, affaibli depuis l’apparition de la grande distribution. Une piste de plus à creuser quand on sait que, le 22 août 2016, l’humanité avait déjà épuisé toutes les ressources naturelles que la Terre peut produire en une année…

 

 

Anaïs Mariotti 

 

 

 

Aquaponie : forme d’aquaculture associant la culture de plantes végétales en “symbiose” avec l’élevage de certains poissons. Inspirée des méthodes de la permaculture, elle permet de reproduire l’harmonie naturelle d’un écosystème. Les déjections des poissons servent d’engrais naturel pour les plantes cultivées.

 

Permaculture : à la fois un concept philosophique et une conception respectueuse de la Terre, basée sur des méthodes de culture naturelle. La permaculture a pour but de reproduire les écosystèmes naturels. L’objectif est de développer une agriculture soutenable tout en maximisant l’efficacité de la production (minimiser le travail et les énergies et maximiser la production et la soutenabilité). En somme, cette méthode de culture systémique reproduit les schémas naturels et les écosystèmes afin de créer une agriculture en totale harmonie avec l’environnement.

 

Circuits alimentaires courts : il vise à réduire la distance d’acheminement des produits, entre le lieu de culture ou de production et le lieu de vente. Les “circuits courts” permettent de relocaliser l’agriculture locale et ainsi de dynamiser l’économie régionale. Mais aussi de limiter la production de CO2, en réduisant l’empreinte carbone liée aux transports.

 

 

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
2917 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. C’est encore des énormes bêtises car (a) l’agriculture est à l’origine de plus de 25% des PM, (b) le toits ne s,nt pas prévus;pour et (c) qu’on arrête d’appeler du jardinage de l’agriculture! Agriculteur c’est un métier!

    sep article
    • “L’agriculture (du latin agricultura, composé à partir de ager, champ et colere, cultiver1) est un processus par lequel les êtres humains aménagent leurs écosystèmes pour satisfaire les besoins alimentaires en premier et autres, de leurs sociétés. Elle désigne l’ensemble des savoir-faire et activités ayant pour objet la culture des sols, …” – Wikipedia
      “Un agriculteur ou une agricultrice est un professionnel qui procède à la mise en culture de la terre …” – Wikipedia
      “Le jardinage est la pratique, et parfois l’art, de semer, planter, maintenir des végétaux composant un jardin dans des conditions idéales pour leur développement. … Le terme “jardinage” est employé surtout pour les activités de loisir, d’ornement et d’autoconsommation alimentaire pratiquée par les particuliers et les entités l’exerçant sans but lucratif direct,” – Wikipedia
      Comme quoi, chaque mot a un sens précis et ils sont employés à bon escient dans cet article.
      C’était ma tendance “qui sème à tout vent” 😉

      sep article
    • Votre monde est désespérant…!!

      sep article
    • Réponse :
      (a) Peut-être avez-vous besoin de réduire votre commentaire à l’agriculture conventionnelle : si ce n’est le cas vous êtes hors de propos, vous voyez un tracteur sur un toit ?!? Et ne me parlez pas de produits phytosanitaires, nous n’en utilisons pas.
      (b) Les toits ne sont pas prévus pour, et pourtant on le fait quand même, rien de mieux que l’exemple ! Et j’ajouterai que les constructeurs de bâtiments intègrent maintenant la possibilité d’avoir un espace cultivé sur les toits, c’est donc en train de changer, tenez-vous au courant.
      (c) Agriculteur c’est un métier, nous sommes en train de créer un nouveau métier : agriculteur sur les toits. Nous sommes en phase d’expérimentation mais la vente des légumes devrait pouvoir financer un emploi de maraîcher sur toit d’ici l’année prochaine. Et par la suite, ouvrant les toits à l’agriculture, pouvoir former les apprenants maraîchers aux contraintes particulières de toits pour qu’ils puissent s’installer en pleine ville, et que leurs installations soient rentable.

      Mais merci pour votre commentaire, il permet d’éclaircir certains points qui trottent dans la tête de pas mal de personnes.

      sep article