Un embryon de lézard fossilisé découvert au synchrotron de Grenoble

sep article

EN BREF – Des œufs fossiles trouvés lors de fouilles en Thaïlande en 2003 ont récemment été identifiés. Le mystère était entier depuis une douzaine d’années, mais une équipe scientifique internationale du synchrotron européen de Grenoble a finalement découvert à l’intérieur un embryon de lézard vieux de 125 millions d’années.

 

 

 

Rendu artistique de l’embryon de lézard anguimorphe dans son oeuf. © Vladimir Rimbala

Rendu artistique de l’embryon de lézard anguimorphe dans son œuf. © Vladimir Rimbala

La découverte n’est pas passée inaperçue dans le milieu de la paléontologie. Une équipe scientifique internationale du synchrotron européen de Grenoble (ESRF) a récemment découvert la nature de petits œufs fossiles vieux de 125 millions d’années.

 

Ces derniers avaient été trouvés en 2003, lors de fouilles dirigées par le paléontologue thaïlandais Varavudh Suteethorn, dans la localité de Sao Khua, au nord-est de la Thaïlande. Les analyses des coquilles réalisées à l’époque avaient conclu qu’il pouvait s’agir de petits dinosaures carnivores ou d’oiseaux primitifs.

 

L’imagerie par rayons X du squelette embryonnaire fossilisé vient finalement de révéler qu’il s’agit d’un lézard anguimorphe. Un groupe comprenant plusieurs espèces, comme les dragons de komodos, les mosasaures (aujourd’hui disparus) ou encore les orvets. Il s’agit du plus vieil embryon de lézard jamais retrouvé dans un œuf fossile.

 

« La découverte d’un anguimorphe dans un œuf à coquille dure est une véritable surprise » explique l’ESRF. « Jusqu’à présent, seuls les geckos étaient connus pour pondre des œufs à coquille dure, la plupart des lézards pondant des œufs à coquille molle », commente l’établissement.

 

 

 

L’imagerie par rayonnement synchrotron : une technique peu invasive

 

 

L’imagerie par rayonnement synchrotron est de plus en plus utilisée en paléontologie pour l’étude des fossiles, explique le synchrotron européen de Grenoble. Cette méthode offre des solutions non destructives et non invasives : elle permet de visualiser l’intérieur d’une structure et d’extraire un os de la roche dans laquelle il est fossilisé.

 

Un oeuf fossile renfermant un embryon de lézard anguimorphe. La coquille craquelée est en noir. © E. Buffetaut

Un œuf fossile renfermant un embryon de lézard anguimorphe. La coquille craquelée est en noir. © E. Buffetaut

Pour étudier ces embryons, l’équipe scientifique internationale a utilisé plusieurs techniques de rayonnement synchrotron comme la tomographie par rayons. Chaque œuf a ainsi été scanné à très haute résolution (5 microns, soit l’épaisseur d’un fil de toile d’araignée) pour permettre aux scientifiques d’observer les moindres détails des os fossilisés. Chaque os ou fragment d’os a ensuite été analysé, au sein de chaque embryon, pour permettre une reconstitution 3D.

 

Cette identification ouvre aujourd’hui de nouveaux champs scientifiques sur l’évolution de la reproduction chez les lézards et sur la diversité des œufs produits par différentes lignées de ces reptiles.

 

 

Maïlys Medjadj

 

 

commentez lire les commentaires
3424 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.