Réforme des retraites : mani­fes­tants et syn­di­cats ne désarment pas et mul­ti­plient les actions dans l’ag­glo­mé­ra­tion grenobloise

Réforme des retraites : mani­fes­tants et syn­di­cats ne désarment pas et mul­ti­plient les actions dans l’ag­glo­mé­ra­tion grenobloise

FOCUS – Malgré l’a­dop­tion défi­ni­tive de la réforme des retraites, lundi 20 mars 2023, suite au rejet des deux motions de cen­sure (à neuf voix près) par l’Assemblée natio­nale, la mobi­li­sa­tion ne fai­blit pas dans l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise. Barrages fil­trants, trac­tages, blo­cages, piquets de grève, ras­sem­ble­ments… Manifestants et syn­di­cats ont de nou­veau mul­ti­plié les actions tout au long de la jour­née, ce mardi 21 mars, avant la mani­fes­ta­tion aux flam­beaux, le soir, dans les rues de Grenoble.

« Ce n’est pas ça qui va nous faire taire ! » Karen Mantovani, délé­guée syn­di­cale CGT à la CPAM de l’Isère, l’as­sure, sa « rage » est intacte et même « ren­for­cée ». Déjà mon­tée d’un cran après le recours au 49.3, la colère des mani­fes­tants n’est pas retom­bée, ce mardi 21 mars, au len­de­main du rejet par l’Assemblée natio­nale des deux motions de cen­sure (à neuf voix près) dépo­sées contre le gou­ver­ne­ment, syno­nyme d’a­dop­tion de facto de la réforme des retraites. Ceux-ci ont ainsi mul­ti­plié les actions tout au long de la jour­née dans l’ag­glo­mé­ra­tion grenobloise.

Réforme des retraites : les actions se multiplient à Grenoble

Plusieurs bar­rages fil­trants ont été orga­ni­sés simul­ta­né­ment ce mardi 21 mars 2023 dès 7 heures, occa­sion­nant des kilo­mètres de bou­chons autour de Grenoble. © Page Facebook de Grenoble en lutte (cap­ture d’écran)

Comme la veille, l’in­ter­syn­di­cale a orga­nisé plu­sieurs bar­rages fil­trants, dès 7 heures. À la Porte de France, les mani­fes­tants ont dis­posé des palettes sur la route et les voies du tram E. Idem à Gières où une ving­taine de per­sonnes ont blo­qué la sor­tie de la rocade sud, rue de la Condamine, dis­tri­buant des tracts aux auto­mo­bi­listes. Opérations de trac­tage éga­le­ment au rond-point du Rafour, à Crolles, sur le pont de Catane, côté Seyssinet-Pariset, ainsi qu’à proxi­mité du cam­pus de Saint-Martin-d’Hères.

Des kilo­mètres de bou­chons autour de Grenoble mais un accueil « plu­tôt positif »

Conséquences de ces blo­cages : d’im­por­tants ralen­tis­se­ments et embou­teillages tout autour de Grenoble et une cir­cu­la­tion tota­le­ment blo­quée, en début de mati­née, aux dif­fé­rentes entrées de la capi­tale des Alpes. Peu avant 9 heures, Bison fûté tota­li­sait ainsi près de 6 kilo­mètres de bou­chons sur l’A480, dans le sens Nord-Sud. Même constat sur la rocade sud avec plus de 9 kilo­mètres de bou­chons entre Grenoble et Gières. Quant à l’A41, on y cir­cu­lait aussi au ralenti dans le sens Chambéry-Grenoble.

Le tra­fic sur l’A41 était très dense dans le sens Chambéry-Grenoble, avec une cir­cu­la­tion par moment tota­le­ment blo­quée suite aux bar­rages fil­trants mis en place. © France 3 Alpes (cap­ture d’écran)

Si les mani­fes­tants ont bien sûr été confron­tés à quelques gestes d’hu­meur de la part des auto­mo­bi­listes, la plu­part se féli­ci­taient néan­moins d’un accueil « plu­tôt posi­tif », à l’ins­tar de Renaud, pré­sent à la Porte de France. « On a eu beau­coup de klaxons et cris d’en­cou­ra­ge­ment », raconte-t-il. « Certains par­laient même un peu avec nous par la fenêtre et nous disaient de tenir bon, de conti­nuer à nous mobi­li­ser à leur place car eux ne pou­vaient pas faire grève. »

Réforme des retraites : les actions se multiplient à Grenoble

Les mani­fes­tants se féli­citent du bon accueil glo­bal et des encou­ra­ge­ments des auto­mo­bi­listes lors des bar­rages fil­trants, cer­tains pre­nant même le temps de dis­cu­ter avec eux. © Page Facebook de Grenoble en lutte (cap­ture d’écran)

Le tren­te­naire l’af­firme, « par rap­port à d’autres blo­cages ou mou­ve­ments sociaux pré­cé­dents, là on sent que plein de gens sou­tiennent la contes­ta­tion ». Et donc, tra­duc­tion logique, que « la réforme est très impo­pu­laire. Je ne sais pas si Macron et les macro­nistes se rendent bien compte du rejet de la loi par la popu­la­tion et de la détes­ta­tion qu’ils sus­citent de plus en plus », s’é­tonne Renaud.

Piquet de grève sur le par­vis de la CPAM

Si les bar­rages fil­trants ont pris fin dans le calme, en milieu de mati­née – peu après 9 h 30 à la Porte de France et peu avant 10 h 30 à Gières -, per­met­tant à la cir­cu­la­tion de reprendre pro­gres­si­ve­ment, d’autres actions ont suivi, par­tout dans l’ag­glo­mé­ra­tion. Illustration sur le par­vis de la Caisse pri­maire d’as­su­rance mala­die (CPAM) de l’Isère, rue des Alliés, où une ving­taine d’a­gents tenaient un piquet de grève, à l’ap­pel de la CGT et FO.

Ces sala­riés luttent à fois contre la réforme des retraites et contre la dégra­da­tion de leurs condi­tions de tra­vail, ces dif­fé­rentes reven­di­ca­tions étant, selon eux, étroi­te­ment liées. « Ça fait un long moment qu’on est mobi­li­sés pour obte­nir une aug­men­ta­tion de la valeur du point », explique Karen Mantovani. « On n’a­vait pas été aug­men­tés depuis dix ans, ils nous ont filé des miettes pour qu’on se taise, 3,5 %, ce qui ne couvre même pas l’in­fla­tion. Et, par-des­sus, se rajoute la réforme des retraites. »

« Honte à ce gouvernement ! »

L’agent d’ac­cueil et syn­di­ca­liste CGT pointe en effet les spé­ci­fi­ci­tés de la CPAM de l’Isère, avec « une majo­rité de “nanas” », pre­mières vic­times, d’a­près elle, de cette réforme. « On est 86 % de femmes. Quand on passe à la retraite, on prend 40 % dans la tête », déplore-t-elle. « Pour les sala­riés des orga­nismes sociaux1(CPAM, Caf, Pôle Emploi, Urssaf, régies de quar­tier, mutuelles), aug­men­ter les salaires per­met­trait de finan­cer cor­rec­te­ment la Sécurité sociale et donc une par­tie de la retraite. Il y a un lien direct. »

Réforme des retraites : les actions se multiplient à Grenoble

Les actions se mul­ti­plient. Une ving­taine d’a­gents de la CPAM ont tenu un piquet de grève sur le par­vis du bâti­ment de la rue des Alliés, à l’ap­pel de la CGT et FO. © Manuel Pavard – Place Gre’net

Karen Mantovani dénonce en outre « les pra­tiques uti­li­sées délé­tères » et « la répres­sion poli­cière envers la popu­la­tion. C’est lamen­table. Honte à ce gou­ver­ne­ment ! », s’ex­clame-t-elle. Le piquet de grève de ce mardi s’ins­crit par ailleurs dans un mou­ve­ment glo­bal, sou­lignent les syn­di­cats. « On a lancé un réfé­ren­dum pour les sala­riés, une lettre ouverte qu’on va lire demain [mer­credi] au CSE, on va faire un point avec les sala­riés sur les avan­cées », détaille Sophie Perez, délé­guée syn­di­cale FO. « Et on conti­nuera jus­qu’au retrait défi­ni­tif de la réforme des retraites. »

Un pique-nique reven­di­ca­tif avec de nom­breux sala­riés de la Presqu’île

Après les blo­cages et bar­rages fil­trants des pre­mières heures, les oppo­sants à la réforme ont éga­le­ment orga­nisé d’autres actions en fin de mati­née et en milieu de jour­née, ce mardi 21 mars. Avec, de nou­veau, des ren­dez-vous simul­ta­nés en plu­sieurs points de l’ag­glo­mé­ra­tion. Ce qui « per­met aux gens de se mobi­li­ser près de chez eux ou sur leur lieu de tra­vail » et « montre aussi qu’on est actifs sur tous les fronts », indique Renaud.

Réforme des retraites : les actions se multiplient à Grenoble

Entre 100 et 150 mani­fes­tants ont orga­nisé un pique-nique reven­di­ca­tif sur la place de la Résistance, sur la Presqu’île scien­ti­fique, ce mardi midi. © Manuel Pavard – Place Gre’net

Après avoir dis­tri­bué des tracts dans les entre­prises du Grésivaudan et au rond-point du Rafour à Crolles, l’in­ter­syn­di­cale s’est ainsi réunie sur ce der­nier lieu – sur­nommé « rond-point des Gilets jaunes » – vers 11 heures, pour un mee­ting uni­taire. Au même moment ou presque, à par­tir de midi, une grosse cen­taine de mani­fes­tants, syn­di­qués et non syn­di­qués, se sont ras­sem­blés, place de la Résistance, sur la Presqu’île scien­ti­fique, pour un pique-nique revendicatif.

Réforme des retraites : les actions se multiplient à Grenoble

Des cro­quis d’un mili­tant se moquant des membres du gou­ver­ne­ment ont été accro­chés sur la place de la Résistance, lors du pique-nique reven­di­ca­tif. © Manuel Pavard – Place Gre’net

Parmi eux, une majo­rité de sala­riés tra­vaillant sur la Presqu’île, comme l’a attesté le mini-son­dage à main levée effec­tué sur place. Un détail peut-être mais « loin d’être ano­din », estime Marc, cher­cheur – qui ne sou­haite pas dévoi­ler le nom de son employeur. « Le gou­ver­ne­ment pré­tend sou­vent que seuls les fonc­tion­naires et les étu­diants se mettent en grève. Du coup, c’est impor­tant de mon­trer qu’il y a aussi beau­coup d’in­gé­nieurs, de cher­cheurs, de tech­ni­ciens scien­ti­fiques qui refusent cette réforme des retraites. »

Manifestations en ligne de mire, en plus des dif­fé­rentes actions

Tandis que la plu­part des mani­fes­tants finis­saient leur pique-nique, dans l’herbe, une dizaine d’entre eux ont orga­nisé un bar­rage fil­trant sur le pont d’Oxford, dans les deux sens de cir­cu­la­tion, pour dis­tri­buer des tracts – mais cette fois sans blo­quer réel­le­ment le tra­fic. Le ras­sem­ble­ment s’est ensuite achevé dans le calme, en début d’après-midi.

Une large par­tie des mani­fes­tants pré­sents ce mardi midi étaient des sala­riés tra­vaillant sur la Presqu’île scien­ti­fique, comme au CNRS. © Manuel Pavard – Place Gre’net

Sur la place de la Résistance, comme lors des dif­fé­rentes actions de la jour­née, tous se sont donné ren­dez-vous pour les deux pro­chains temps forts de la mobi­li­sa­tion. D’abord ce mardi 21 mars à 19 heures, place Hubert-Dubedout, pour la mani­fes­ta­tion aux flam­beaux. Puis jeudi 23 mars, pour la pro­chaine jour­née d’ac­tion natio­nale, avec une mani­fes­ta­tion par­tant à 14 heures de l’a­ve­nue Alsace-Lorraine.

Des cock­tails Molotov lan­cés sur la pré­fec­ture de l’Isère

Dans la nuit du samedi 18 au dimanche 19 mars 2023, plu­sieurs cock­tails Molotov ont été lan­cés sur le bâti­ment de la pré­fec­ture de l’Isère, place de Verdun, à Grenoble. L’un de ces engins incen­diaires « a occa­sionné des dégâts maté­riels sur la façade », pré­cise le pré­fet, dans un communiqué.

Ce der­nier « condamne fer­me­ment ces actes, visant un sym­bole de nos ins­ti­tu­tions répu­bli­caines et qui auraient pu avoir des consé­quences beau­coup plus impor­tantes ». Même réac­tion de la part d’Éric Piolle, qui « condamne avec la plus grande fer­meté ces actes déplo­rables ».

« La Ville de Grenoble apporte son sou­tien aux équipes de la pré­fec­ture de l’Isère », ajoute le maire. « Qu’ils soient en rap­port ou non avec l’opposition à la réforme des retraites, ces agis­se­ments nuisent au mou­ve­ment social his­to­rique en cours », déplore l’édile.

Le pré­fet de l’Isère indique par ailleurs « qu’une enquête est en cours pour iden­ti­fier le ou les auteur(s) de ces actes péna­le­ment répré­hen­sibles ».

Manuel Pavard

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Réforme des retraites : actions, blo­cages et opé­ra­tion péage gra­tuit dans l’ag­glo­mé­ra­tion grenobloise

FOCUS - Alors que l'Assemblée nationale examine, lundi 20 mars 2023, les deux motions de censure déposées contre le gouvernement, après le recours au 49.3 Lire plus

À Grenoble, les fonctionnaires des Finances publiques manifestent eux aussi leur opposition à la réforme des retraites
À Grenoble, les fonc­tion­naires des Finances publiques mani­festent eux aussi leur oppo­si­tion à la réforme des retraites

FOCUS - Les agents des Finances publiques étaient appelés à se réunir devant le centre Rhin-et-Danube de Grenoble lundi 20 mars pour une assemblée générale Lire plus

Une manifestation spontanée s'est déroulée le 16 mars 2023 à Grenoble après l'annonce de l'utilisation de l'article 49.3 par le gouvernement sur sa réforme des retraites. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Réforme des retraites : blo­cage de la place de Verdun et mani­fes­ta­tion spon­ta­née à Grenoble après l’u­ti­li­sa­tion du 49 – 3

REPORTAGE VIDÉO - Des centaines de manifestants se sont rassemblés place de Verdun à Grenoble sur le coup de 14 heures, en attendant la décision Lire plus

Manifestation contre la réforme des retraites du 15 mars 2023 à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Réforme des retraites : entre 7 500 et 19 000 mani­fes­tants à Grenoble pour la hui­tième jour­née de mobilisation

REPORTAGE - Entre 7 500 et 19 000 personnes ont participé à la manifestation du 15 mars 2023 qui marquait à Grenoble la huitième journée Lire plus

Réforme des retraites : les ensei­gnants et per­son­nels du lycée Champollion, à Grenoble, pour­suivent leur grève recon­duc­tible tournante

FOCUS - Mobilisés depuis le début du mouvement contre la réforme des retraites, les enseignants et personnels non enseignants du lycée Champollion, à Grenoble, ont Lire plus

Réforme des retraites : entre 20 500 et 53 000 mani­fes­tants à Grenoble et de nom­breux blo­cages pour la sixième jour­née d’action

REPORTAGE VIDÉO - Entre 20 500 (selon la police) et 53 000 manifestants (selon les syndicats) ont défilé ce mardi 7 mars 2023 à Grenoble, Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !