Nouvel appel à la mobilisation à Grenoble contre la réforme des retraites mardi 31 janvier

Réforme des retraites : entre 18 000 et 35 000 mani­fes­tants dans les rues de Grenoble

Réforme des retraites : entre 18 000 et 35 000 mani­fes­tants dans les rues de Grenoble

REPORTAGE VIDÉO - Entre 18 0001Chiffre des autorités. et 35 0002Chiffre fourni par les syndicats. manifestants ont défilé dans les rues de Grenoble, ce jeudi 19 janvier 2023, pour marquer leur ferme opposition au projet de réforme des retraites du gouvernement. Principalement en cause, l'âge de départ repoussé à 64 ans et l'allongement de la durée de cotisation jusqu'à 43 ans. Une mobilisation d'ampleur dont se félicite le front syndical unitaire qui n'hésite pas à la qualifier « d'historique ».

« Je n'avais pas vu ça à Grenoble depuis 2016, lors de l'une des manifestations contre la loi El Khomri », lance un manifestant à l'adresse d'un ami. Entre 18 000 personnes selon la police et 35 000 selon les syndicats ont en effet envahi les rues de Grenoble ce jeudi 19 janvier 2023. Avec un objectif : protester contre le projet de réforme des retraites porté par la Première ministre Élisabeth Borne et par Olivier Dussopt, ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion.

Les manifestants répondaient ainsi à l'appel d'une intersyndicale3CGT, CFDT, FO, FSU, FSE-CGC, CFTC, Unsa, Solidaires, CNT, UEG, Unef, MNL et IEL. iséroise qui appelait, comme partout en France, à la grève et à la manifestation. Dans leur viseur, le recul du départ de l'âge à la retraite de 62 à 64 ans et l’augmentation de la durée de cotisation jusqu’à 43 ans.

© Joël Kermabon - Place Gre'net

Manifestants sur le cours Jean-Jaurès à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

En Isère, près de 50 000 personnes ont participé à des manifestations4Notamment 35 000 à Grenoble, 5 000 à Bourgoin-Jallieu, 3 500 à Vienne et 500 à Saint-Marcellin., selon les syndicats. L'ampleur du cortège grenoblois a notamment confirmé les prévisions des syndicats, qui s'attendaient à une mobilisation très suivie dans le département, notamment grâce aux nombreux préavis de grève déposés dans les secteurs public et privé.

Retour en images sur cette imposante manifestation – historique pour les syndicats – qui s'est déroulée à partir du croisement de l'avenue Alsace-Lorraine et du cours Jean-Jaurès pour finir place de Verdun vers 13 heures, avec les traditionnelles prises de parole. Le tout dans le plus grand calme, mais néanmoins surveillé par d'importantes forces de police, présentes à tous les carrefours pour prévenir tout débordement ou départ en manifestation sauvage.

« À l'âge de 64 ans, on est rincé, on n'a plus envie de travailler »

Dans les rangs du cortège, de nombreux corps de métiers étaient représentés, chacun sous leurs bannières respectives. Des manifestants étaient quant à eux venus à titre personnel parce que tout simplement en colère. Parmi ces derniers, Georges qui travaille de nuit depuis plus de trente ans dans le privé. « J'exerce un métier très pénible. Pourquoi n'aurais-je pas droit à une retraite anticipée ? Je suis très fatigué », lance-t-il, avant de poursuivre son chemin.

Alain, lui, est à la retraite depuis trois mois. « Je viens par solidarité envers ceux qui vont devoir travailler plus longtemps, fait-il savoir. Ce qui est inadmissible c'est de prolonger de deux ans le travail de ceux qui ont occupé des boulots difficiles tout au long de leur vie professionnelle. Tout ça pour un prétexte financier improbable car il n'y a pas de déficit des fonds de retraites. Il n'y avait pas urgence à les réformer », assure-t-il.

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon - Place Gre'net

Pas mieux pour son ami qui se trouve à ses côtés. « Je ne crois pas que les gens qui sont là souhaitent travailler jusqu'à 64 ans. À cet âge-là, on n'a tout bonnement plus envie de travailler, explique-t-il. Et puis, de toute façon, les seniors ont les met dehors. Je ne comprends pas ce système où on nous demande de travailler plus longtemps alors qu'il n'y a pas de travail », s'indigne-t-il.

« Cette réforme des retraites est un hold-up ! »

« Aujourd'hui, nous sommes plus de 1 500 jeunes venus manifester contre la réforme des retraites », témoigne Élie Saget, qui représente l'Union des étudiants de Grenoble (UEG). « On pourrait penser que la retraite, c'est quelque chose de très lointain pour les jeunes. Or cela nous concerne directement, poursuit l'étudiant. Quand on force les gens à travailler jusqu'à des âges pas possibles, nous, derrière, on ne trouve pas d'emploi quand nous arrivons sur le marché du travail. »

Cotiser pendant 43 ans ? « Quand on fait le calcul, il faudrait que, nous, les jeunes, nous sortions de l'université à 21 ans, qu'on trouve un emploi directement pour, parvenus à 64 ans, prétendre à une petite pension. » Un comble pour Élie car « les jeunes sont déjà précaires. Ils subissent de plein fouet l'inflation, la hausse des prix qui ne leur permet pas de remplir le frigo. Nous sommes en colère car le gouvernement sème la misère ! », se révolte-t-il.

Élie Saget de l'Union des étudiants de Grenoble (UEG). © Joël Kermabon - Place Gre'net

Élie Saget de l'Union des étudiants de Grenoble (UEG). © Joël Kermabon - Place Gre'net

Nadine Boux, présidente de la CFE-CGC métallurgie de l'Isère, se sent, elle aussi, très concernée par cette réforme « injuste qui n'a pas lieu d'être ». Notamment pour les cadres, qui comme elle, ont fait de grandes études et qui, de ce fait, arrivent tardivement sur le marché du travail avant de très longues carrières. « Cette réforme des retraites est un hold-up ! Je ne sais pas pourquoi le gouvernement nous déteste autant », s'interroge la syndicaliste.

Un blocage au lycée André-Argouges avant la manifestation

À Grenoble, le lycée André-Argouges a fait l'objet d'un blocus qui s'est déroulé sans incident tôt le matin, avant que les lycéens ne rejoignent la manifestation. Ce qui n'a pas eu l'heur de plaire aux militants de l'Uni Grenoble, le mouvement étudiant de droite, qui s'est fendu d'un communiqué.

« Systématiquement, pour les différents syndicats lycéens et étudiants d’extrême gauche, tous les prétextes sont bons pour bloquer, dégrader et déstabiliser nos institutions », écrivent ainsi les militants.

De plus, ajoutent-ils, « cette prise d’otage de nos lycées conduit régulièrement à des affrontements entre les lycéens souhaitant étudier et la minorité souhaitant empêcher l’accès aux locaux. Ces blocages mettent donc en péril la sécurité des lycéens », assure l'Uni.

Blocus devant le lycée André-Argouges le 19 janvier 2023. © Isère émancipation lycéenne (IEL)

Blocus devant le lycée André-Argouges. © Isère émancipation lycéenne (IEL)

Autre son de cloche du côté de Zian, secrétaire général du syndicat Isère émancipation lycéenne (IEL) : « Ils sont venus devant le lycée mais nous sommes restés dans le dialogue. Cependant, ils n'ont aucune légitimité à venir sur nos lieux de manifestation parce qu'ils sont eux-même impliqués dans cette réforme qui est des plus inégalitaire et des plus injuste », souligne le militant lycéen.

Mobilisation mitigée dans l'académie de Grenoble selon le rectorat

Ce jeudi soir, le rectorat de Grenoble précisait que le taux de participation au mouvement de grève dans l’académie s'élevait à 39,8 %. Soit 37,7 % pour les enseignants du premier degré et à un peu plus pour le second degré, avec 41,7 % de grévistes. Des chiffres à mettre en perspective avec les 42,3 %, en moyenne pondérée nationale, d'enseignants du premier degré en grève et de 34,6 % dans le second degré.
Quant à la participation dans les collèges, le rectorat l'estime à 41,17 %, dans les lycées d’enseignement général et technologique à 30,04 % et à 20,99 % dans les lycées professionnels.

Joël Kermabon

Auteur

4 commentaires sur « Réforme des retraites : entre 18 000 et 35 000 mani­fes­tants dans les rues de Grenoble »

  1. Laisser un com­men­taire à 9h41 un jeudi, soit on est à la retraite et c’est culotté de deman­der aux autres de plus coti­ser soit on uti­lise son temps de tra­vail pour lire et com­men­ter la presse.

    sep article
  2. sep article
  3. sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Une dizaine de militants de différentes organisations syndicales ont distribué des tracts contre la réforme des retraites devant la gare de Grenoble, le 17 janvier 2023. © Joël Kermabon - Place Gre'net
L’intersyndicale isé­roise contre la réforme des retraites sur le pied de guerre en vue de la mobi­li­sa­tion du 19 janvier

FOCUS - En prévision de la journée de grève et de mobilisation du 19 janvier 2023 contre le projet de réforme des retraites, les organisations Lire plus

Journée de mobilisation du 19 janvier: de nombreuses perturbations sur le réseau de transport grenoblois
Journée de mobi­li­sa­tion du 19 jan­vier : de nom­breuses per­tur­ba­tions sur le réseau de trans­port grenoblois

FLASH INFO - De nombreuses perturbations sont à prévoir sur les transports en commun grenoblois dans le cadre de la journée de mobilisation contre la Lire plus

© Paul Turenne - Place Gre'net
Le report de la réforme des retraites favo­ra­ble­ment accueilli par les syndicats

  EN BREF — L'annonce du report de la réforme des retraites par Emmanuel Macron au cours de son allocution du 16 mars est saluée Lire plus

Rassemblement syndicats sur la place de Verdun, lundi 2 mars 2020 .© Ambre Croset
Réforme des retraites : les syn­di­cats isé­rois appellent à la mobi­li­sa­tion mas­sive contre le « pas­sage en force »

  EN BREF – « Le temps est pourri, le gouvernement aussi ! » ont crié les opposants à la réforme des retraites, ce lundi 2 mars, devant Lire plus

Flash Info

|

04/02

19h12

|

|

03/02

17h13

|

|

03/02

13h12

|

|

03/02

9h45

|

|

02/02

17h00

|

|

02/02

15h51

|

|

02/02

10h16

|

|

01/02

12h49

|

|

01/02

11h34

|

|

01/02

10h32

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 54 : « Une confé­rence reli­gieuse avec deux imams inter­dite à Echirolles »

Abonnement| Tollé à Grenoble contre la venue de deux imams confé­ren­ciers consi­dé­rés comme radicaux

Abonnement| Musées gra­tuits, can­tine moins chère… Grenoble finance son « bou­clier social et cli­ma­tique » avec la hausse de la taxe foncière

Agenda

Je partage !