Le Magasin vient de rouvrir et, dans son espace principal (La Rue), a installé une oeuvre vidéo du duo Hannah Quinlan - Rosie Hastings. © Martin de Kerimel - Place Gre'net

Art contem­po­rain : le Magasin rouvre (enfin) ses portes au public à Grenoble

Art contem­po­rain : le Magasin rouvre (enfin) ses portes au public à Grenoble

FOCUS – Après des années de fer­me­ture et de tur­bu­lences internes, le Magasin – Centre natio­nal d’art contem­po­rain de Grenoble vient de rou­vrir ses portes au public, ce ven­dredi 18 novembre 2022. Il annonce déjà un riche pro­gramme, avec notam­ment deux expo­si­tions qui viennent d’y débuter.

L’emblématique porte bleue du Magasin a été remise à neuf. C’est un signe exté­rieur du chan­ge­ment : le centre natio­nal d’art contem­po­rain de Grenoble s’ouvre de nou­veau au public. L’entrée prin­ci­pale s’a­vère ainsi par­fai­te­ment visible depuis l’es­pla­nade Andry-Farcy, sur le site de l’an­cien bâti­ment industriel.

Un site dont le renou­veau s’é­crit sous la conduite d’une asso­cia­tion au conseil d’ad­mi­nis­tra­tion renou­velé. Estelle Pagès, direc­trice géné­rale de l’École natio­nale supé­rieure des beaux-arts de Lyon, en exerce la présidence.

Céline Kopp, la nouvelle directrice du Magasin, compte défendre une programmation transgénérationnelle, pluridisciplinaire et vivante. © Martin de Kerimel – Place Gre’net

Céline Kopp, la nou­velle direc­trice du Magasin, compte défendre une pro­gram­ma­tion trans­gé­né­ra­tion­nelle, plu­ri­dis­ci­pli­naire et vivante. © Martin de Kerimel – Place Gre’net

La res­pon­sa­bi­lité de l’é­ta­blis­se­ment revient à Céline Kopp, ex-direc­trice du Triangle-Astrides, un centre d’art contem­po­rain d’in­té­rêt natio­nal mar­seillais. C’est elle qui, le ven­dredi 18 novembre 2022, a accueilli la presse pour évo­quer la renais­sance du Magasin. L’occasion – entre autres – de pré­sen­ter l’en­semble des acteurs du pro­jet. Pour elle, la réou­ver­ture doit faire oublier les dif­fi­cul­tés et trau­ma­tismes d’hier.

Une immer­sion com­plète au cœur de l’art contemporain

« C’est le pre­mier jour d’un pro­jet qui débute et va prendre du temps pour se construire, indique Céline Kopp. Je suis là pour impul­ser un mou­ve­ment d’a­ve­nir. Ce lieu doit retrou­ver au plus vite ses usa­gers, publics et artistes. J’ai une vision artis­tique et cultu­relle, bien sûr, mais je me suis pro­mise de ne pas faire de pro­messes. »

La direc­trice assure, par ailleurs, qu’elle prê­tera une oreille atten­tive aux pro­jets des artistes locaux. Et admet devoir encore appro­fon­dir sa connais­sance de l’en­vi­ron­ne­ment cultu­rel grenoblois.

Pour sa réouverture, le Magasin propose notamment une exposition de Binta Diaw. La jeune artiste est sortie diplômée de l'École supérieure d'art et design de Grenoble-Valence en 2019. © Martin de Kerimel – Place Gre’net

Pour sa réou­ver­ture, le Magasin pro­pose notam­ment une expo­si­tion de Binta Diaw. La jeune artiste est sor­tie diplô­mée de l’École supé­rieure d’art et design de Grenoble-Valence en 2019. © Martin de Kerimel – Place Gre’net

Plusieurs évé­ne­ments émergent pour ima­gi­ner l’a­ve­nir. Parmi eux, deux expo­si­tions ont déjà com­mencé. La pre­mière, Paysages, per­met de décou­vrir le tra­vail de Binta Diaw jus­qu’au 12 mars 2023. L’installation immer­sive de cette jeune artiste s’ins­pire de la réa­lité des femmes esclaves d’o­ri­gine afri­caine. Binta Diaw a ainsi mani­pulé la terre et tressé des che­veux pour res­ti­tuer une image de la man­grove, qu’elle réin­vente comme lieu de refuge et de rassemblement.

Son sou­hait : que le public res­sente une émo­tion face à son œuvre, même sans for­cé­ment com­prendre ce qu’elle a sou­haité expri­mer. C’est la pre­mière fois qu’elle expose en Isère. Elle a saisi cette oppor­tu­nité grâce à un par­te­na­riat du Magasin avec l’École supé­rieure d’art et design de Grenoble-Valence, dont elle a obtenu le diplôme en 2019.

Le Magasin pour por­ter une vision col­lec­tive de l’art contemporain

L’autre expo­si­tion, éga­le­ment ins­tal­lée jus­qu’au 12 mars 2023, est col­lec­tive. Sous le com­mis­sa­riat de Céline Kopp, onze artistes se regroupent autour d’une titre pro­gram­ma­tique com­mun : La posi­tion de l’a­mour. Ils viennent d’ho­ri­zons dif­fé­rents et par­fois de l’étranger.

Gabrielle L’Hirondelle Hill est cana­dienne. Ses œuvres uti­lisent le tabac comme maté­riau : une allu­sion sub­tile à l’his­toire colo­niale autour de cette plante. Alvaro Urbano arrive de Madrid et, à par­tir de quelques objets simples, espère appor­ter un autre regard sur nos inté­rieurs urbains. Rebecca Bellantoni, née à Londres et d’o­ri­gine cari­béenne, immerge quant à elle le public dans l’es­pace cita­din, mais en exté­rieur cette fois. Elle déploie une ins­tal­la­tion fil­mique dans une grande pièce obscure.

Art contemporain : le Magasin rouvre ses portes au public. Le Magasin invite le public de ses expositions à la contemplation. Ici, un gros coussin est posé devant une installation vidéo de l'artiste marseillais Valentin Noujaïm. © Martin de Kerimel – Place Gre’net

Le Magasin invite le public de ses expo­si­tions à la contem­pla­tion. Ici, un gros cous­sin est posé devant une ins­tal­la­tion vidéo de l’ar­tiste mar­seillais Valentin Noujaïm. © Martin de Kerimel – Place Gre’net

Lui aussi inté­ressé par l’art vidéo, Valentin Noujaïm pro­pose la pre­mière par­tie d’un trip­tyque consa­cré au quar­tier de la Défense, à Paris. L’occasion pour le jeune homme, né de parents égyp­tiens et liba­nais, de réveiller le sou­ve­nir du Pacific Club, la pre­mière boîte de nuit à dif­fu­ser de la musique hip-hop, soul et R&B dans la capi­tale. Prune Phi, elle, s’ins­pire de rituels viet­na­miens pour une réflexion esthé­tique et empreinte d’é­mo­tions sur la place et la dis­pa­ri­tion des objets de notre quotidien.

Imaginer des par­te­na­riats avec d’autres acteurs du ter­ri­toire isérois

Le Magasin compte désor­mais fonc­tion­ner en continu et res­ter acces­sible à toute per­sonne inté­res­sée. Dans cette optique, Céline Kopp mise sur l’ac­cueil d’ar­tistes en rési­dence et va mul­ti­plier les points d’accès.

Elle sait dis­po­ser d’un audi­to­rium et entend, en outre, ouvrir une par­tie des locaux aux enfants, ainsi qu’à la pra­tique artis­tique. Son sou­hait : s’ins­crire dans des démarches collectives.

Art contemporain : le Magasin rouvre ses portes au public. La Ville de Grenoble est l'une des quatre tutelles publiques du Magasin. © Martin de Kerimel – Place Gre’net

La Ville de Grenoble est l’une des quatre tutelles publiques du Magasin. © Martin de Kerimel – Place Gre’net

Pour l’heure, le Magasin est déjà asso­cié à la Fabrique des Luddites, à Chatte, une ancienne fabrique de tissu que des artistes et arti­sans trans­forment pro­gres­si­ve­ment en tiers-lieu cultu­rel. Le Magasin, lui, reven­dique tou­jours quatre tutelles publiques : la Ville de Grenoble, le Département de l’Isère, la Région Auvergne Rhône-Alpes et l’État.

La Ville a d’ailleurs fait part de son enga­ge­ment renou­velé. Son ambi­tion : « Un axe par­te­na­rial fort, aux niveaux natio­nal et inter­na­tio­nal, une ouver­ture sur le quar­tier Bouchayer-Viallet et un pro­jet de dia­logue régu­lier avec les artistes et les publics ». La réou­ver­ture du Magasin a fait l’ob­jet d’un sou­tien à hau­teur de 332 000 euros.

Infos pra­tiques
Ouvert gra­tui­te­ment jus­qu’au 24 novembre 2022, le Magasin le sera ensuite du mer­credi au dimanche, de 11 heures à 19 heures.
Tarif plein : 5 euros. Gratuit pour les pro­fes­sion­nels, deman­deurs d’a­sile, béné­fi­ciaires des minima sociaux et jeunes de moins de 26 ans.

Martin de Kerimel

Auteur

1 commentaire sur « Art contem­po­rain : le Magasin rouvre (enfin) ses portes au public à Grenoble »

  1. Nul doute que ça sera encore une annexe du ser­vice com­mu­ni­ca­tion de la ville au ser­vice des absences de vision artis­tique et cultu­relle de l’é­lue à la culture de Grenoble. Lire l’itv don­née au Petit Bulletin en sep­tembre 2022. La messe est dite ! Et c’est la marche funèbre !
    Et si les gre­no­blois conti­nuent à ne pas réagir, le pro­chain bas­tion qu’il détrui­ront sera le Musée de Grenoble.

    sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Céline Kopp est la nouvelle directrice du Magasin-Cnac de Grenoble depuis le 25 janvier 2022 © Margot Montigny
Céline Kopp, nou­velle direc­trice du Magasin-Cnac : « La réou­ver­ture, ce sera cette année ! »

TROIS QUESTIONS À : Après plusieurs années de gestion houleuse et plus d'un an sans direction, le Magasin-Centre national d'art contemporain (Cnac) de Grenoble a Lire plus

COUV Le Magasin de Grenoble (fermé depuis des mois pour cause de crise manageriale) a été symboliquement "rfermé" par "Les amis du Rouvre", ce mardi 18 mai 2021. Crédit La Supérette
Occupation du Magasin des hori­zons à Grenoble : La Supérette annonce que « ça r’ferme »

EN BREF – Alors que les lieux culturels se sont fait une joie de rouvrir ce mercredi 19 mai, le Magasin des horizons de Grenoble, Lire plus

COUV La collectif La supérette devant le Magasin des horizons lundi 19 avril 2021 Crédit Audrey Dreo
Occupation du Magasin : La Supérette pro­pose une rési­dence d’artistes d’un nou­veau genre

  EN BREF - L’occupation du Magasin des horizons par le collectif La Supérette pourrait prendre la forme d'une résidence d'artistes, selon la Ville de Lire plus

Flash Info

|

01/12

19h33

|

|

01/12

18h57

|

|

01/12

17h21

|

|

30/11

12h11

|

|

30/11

9h58

|

|

30/11

0h38

|

|

29/11

17h12

|

|

29/11

12h00

|

|

28/11

10h48

|

|

26/11

9h37

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 48 : « Le chauf­fage au cœur des débats à Grenoble »

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 47 : « La mise en place de la ZFE en question »

Société| Affaire Marie-Thérèse Bonfanti : le crâne décou­vert à La Buissière, sur les lieux indi­qués par le sus­pect du meurtre, est bien celui de la mère de famille disparue

Agenda

Je partage !