Les Barbarins Fourchus ont affronté les Musiciens du Louvre au cours d'une « Bataille baroque » décomplexée à la Salle noire. © Joël Kermabon - Place Gre'net

« Bataille baroque » lou­foque et décom­plexée entre les Barbarins four­chus et les Musiciens du Louvre

« Bataille baroque » lou­foque et décom­plexée entre les Barbarins four­chus et les Musiciens du Louvre

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

REPORTAGE VIDÉO - Le trio Barok des Barbarins fourchus a affronté un quatuor des Musiciens du Louvre lors d'une « Bataille baroque », ce samedi 4 décembre 2021 à la Salle noire. Une première collaboration en forme de « vendetta mélodieuse » entre deux familles de musiciens que tout semblait pourtant éloigner. Un grand écart décomplexé entre le rock et la musique baroque à l'aune des partitions des plus grands maîtres de ce genre musical.

« C'est un hommage à la musique baroque sous une forme dadaïste », résume malicieusement Sergio Zamparo, membre historique de l'extravagante compagnie grenobloise des Barbarins Fourchus. Lequel, un tantinet fébrile, s'apprêtait à la générale de la « Bataille baroque », une joute musicale en forme de « vendetta mélodieuses » opposant le Trio Barok1Sergio Zamparo (flûte traversière, épinette électrique), Pascal Billot (saxophone, guitare électrique) et Michel Teyssier (guitare électrique) des Barbarins Fourchus à un quatuor2Mario Konaka, Laurent Lagresle, Geneviève Staley-Bois aux violons et Aude Vanackère au violoncelle des Musiciens du Louvre lors d'un concert ce samedi 4 décembre 2021 à la Salle noire, « laboratoire » du groupe grenoblois.

Le Trio Barok des Barbarins Fourchus. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le Trio Barok des Barbarins fourchus. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Ce concert « décomplexé » autour de la musique baroque allait sceller une première collaboration entre deux familles de musiciens que tout pourtant semblait séparer, considérant leurs univers musicaux respectifs. « C'est très sympathique de mélanger les deux styles, confie Laurent Lagresle, premier violon du quatuor. Nous nous sommes tout de suite bien entendus. Ce n'est même plus du travail, c'est du pur plaisir !»

Au programme : des partitions de quelques-uns des plus grands maîtres de l'époque baroque, tels que Telemann, Bach, Boismortier ou encore Lully. Pour autant, pour sérieuse que soit la démarche, la loufoquerie n'était pas bien loin.

Une joute artistique baroque et loufoque déclinée en six manches

Le principe de ce tournoi musical ? Six manches animées par deux maîtres de cérémonie apportant au concert sa touche déjantée, marque de fabrique des Barbarins fourchus. L'arbitre du tournoi ? « Le comité musicologue ultra-fin (Cmuf), basé à Venise, qui prendra des décisions indépendantes et justes », ont cérémonieusement assuré Marc Zuber et Isabel Oed.

Le tout au service de la musique baroque, ne serait-ce, appâtent les protagonistes, que pour « la faire paraître vivante dans sa multiplicité et sa bigarrure ». Retour en images sur quelques séquences de la répétition générale à laquelle nous avons pu assister.

Jouer de la musique baroque transformée avec des sonorités contemporaines

Reste que ce grand écart entre musique actuelle et musique baroque pourrait interroger les aficionados des Barbarins fourchus. Comment ce groupe de rock est-il tombé sous le charme de la musique baroque au point de constituer un trio ? « Depuis nos débuts en 1992, nous avons toujours aimé naviguer entre différents univers musicaux. Là, c'est une approche de la musique baroque avec des instruments modernes », explique Sergio Zamparo.

Le quatuor à cordes des Musiciens du Louvre. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le quatuor à cordes des Musiciens du Louvre. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Ce genre musical n'était d'ailleurs pas tout à fait étranger à certains des musiciens du groupe qui l'ont étudié avant d’explorer d’autres chemins comme le jazz, le rock, la chanson, l'électro, les musiques improvisée et du monde. « Ce plaisir et cette affection ont fait naître en nous le désir de jouer à nouveau de la musique baroque, tout en la transformant avec des sonorités contemporaines », indiquent les Barbarins fourchus, espérant bien pouvoir réitérer l'expérience.

Pouvoir faire tourner d'autres créations originales des Barbarins Fourchus

Au rayon des propositions, les Barbarins fourchus espèrent aussi pouvoir faire tourner d'autres créations originales. « Nous avons mené un travail intéressant sur Peek a Boo, un spectacle burlesque d'effeuillage avec la compagnie Chéri-Chéri », cite notamment Sergio Zamparo. Autre création en 2021, Satie's faction, un projet « électro, post-rock visuel » basé, on l'aura compris, sur l'univers fantasque d'Érik Satie, le génial compositeur des célèbres Gymnopédies.

La Salle noire au cœur des anciens bâtiments Cémoi. © Joël Kermabon - Place Gre'net

La Salle noire au cœur des anciens bâtiments Cémoi. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Au titre des créations récentes, citons encore System, un projet du collectif Der Zoologe von Berlin issu des Barbarins fourchus. « C'est un projet à travers la musique électro, la poésie et le cirque auquel je suis personnellement attaché », précise Sergio Zamparo. Après, « nous avons toujours notre célèbre bal et bien d'autres choses encore », ajoute le musicien.

La Salle noire : un laboratoire dépourvu d'aides pour sa programmation

Dans l'ADN des Barbarins fourchus, la rencontre avec les gens. « C'est notre devise depuis le début et nous avions fait un gros travail  avec les habitants du quartier Berriat lorsque nous étions au Théâtre 145 », se souvient Sergio Zemparo. « Depuis 2011, nous sommes à la Salle noire, toujours à proximité du quartier, mais d'une manière un peu différente. C'est devenu un laboratoire, en fait,  », indique-t-il.

Comparée à Berriat, cette nouvelle localisation au cœur d'un quartier dortoir3Le groupe de bâtiments des anciens locaux de Cémoi, rue Ampère, beaucoup moins vivant, n'est pas évidente, constate le musicien. « Ce nouveau quartier est, il est vrai, un peu spécial mais nous maintenons toujours de bonnes relations avec nos voisins en continuant de mener des activités avec eux », se félicite Sergio Zemparo.

Pour ceux qui n'ont pas pu se rendre au concert de ce dernier samedi, il leur sera toujours possible de se rendre à la Salle noire ce dimanche 5 décembre à 17 h 30 pour assister à la « Bataille baroque ».

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Festival Pyramide à Grenoble : trois jour­nées à la décou­verte de l’âme cultu­relle du Mali, un pays déchiré par les conflits

EN BREF - Plusieurs fois reportée du fait de la crise sanitaire, la première édition du festival Pyramide se déroule ces 27, 29 et 30 Lire plus

La marque territoriale Is(h)ere lance la brique de lait Plein Lait Yeux, locale et 100 % circuit court
La marque ter­ri­to­riale Is(h)ere lance la brique de lait Plein Lait Yeux, reven­di­quée locale et 100 % cir­cuit court

FLASH INFO — "S'il est un débit beau, c'est bien le beau débit de lait", chantait Charles Trénet. Et le Département de l'Isère s'inscrit à Lire plus

Les 10 jours de la culture sont aussi l'occasion de découvrir des salles ou des formes artistiques. © Muriel Beaudoing - Place Gre'net. L'Hexagone Meylan Ingénieuses confidences ©bruno-thircuir.j
Les 10 jours de la culture : un moyen de décou­vrir le ter­ri­toire métropolitain

EN BREF - Les 10 jours de la culture, organisés par la Métropole de Grenoble, s'ouvrent le 16 octobre 2021. Ils ont, cette année, deux Lire plus

Scène du spectacle visuel et sonore Hippocampe. © Philippe Gisselbrecht
Saison cultu­relle 2021 – 22 à l’Odyssée et L’Autre Rive d’Eybens : théâtre, musique, docu­men­taires… et petits pas de côté

FOCUS - La Ville d'Eybens vient de lancer la saison 2021-2022 dans ses deux salles, l'Odyssée et L'Autre Rive. Au menu ? Théâtre, musique, documentaires, Lire plus

Saint-Martin d'Hères lance une saison culturelle 2021-2022 résolument accessible aux plus jeunes
Saint-Martin-d’Hères lance une sai­son cultu­relle 2021 – 2022 réso­lu­ment acces­sible aux plus jeunes

FOCUS - La Ville de Saint-Martin-d'Hères lance sa nouvelle saison culturelle 2021-2022 le samedi 11 septembre. Une journée festive avant le déploiement d'une programmation de Lire plus

La nouvelle saison culturelle du Département de l'Isère : Appel de la foret
La nou­velle sai­son cultu­relle du Département de l’Isère pla­cée sous le signe de « L’Appel de la forêt »

FOCUS — La nouvelle saison culturelle du Département de l'Isère se consacre à L'Appel de la forêt. Avec au programme de nombreuses expositions, à venir Lire plus

Flash Info

|

27/06

15h07

|

|

27/06

11h44

|

|

27/06

11h06

|

|

27/06

10h59

|

|

24/06

13h49

|

|

24/06

10h01

|

|

24/06

8h54

|

|

23/06

15h35

|

|

23/06

13h00

|

|

23/06

10h34

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 35 : « Le second tour des légis­la­tives en Isère »

Législatives| Carte inter­ac­tive légis­la­tives 2022 : l’en­semble des résul­tats du second tour en isère

Législatives| Résultats des légis­la­tives 2022 en Isère : 4 dépu­tés Ensemble, dont Olivier Véran, 4 élus Nupes, un LR et un RN

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin