L'État condamné à verser 10 millions d'euros pour lutte insuffisante contre la pollution, notamment sur le territoire grenoblois

L’État condamné à ver­ser 10 mil­lions d’eu­ros pour lutte insuf­fi­sante contre la pol­lu­tion de l’air, notam­ment sur le ter­ri­toire grenoblois

L’État condamné à ver­ser 10 mil­lions d’eu­ros pour lutte insuf­fi­sante contre la pol­lu­tion de l’air, notam­ment sur le ter­ri­toire grenoblois

FIL INFO – Le Conseil d’État condamne l’État à une astreinte de 10 mil­lions d’eu­ros pour insuf­fi­sances dans la lutte contre la pol­lu­tion de l’air. Une amende qui concerne le ter­ri­toire gre­no­blois, figu­rant parmi les zones où le taux de dioxyde d’a­zote est tou­jours trop important.

Dix mil­lions d’eu­ros. Telle est la somme que devra débour­ser l’État, sur déci­sion du Conseil d’État annon­cée le 4 août 2021, pour cause de lutte insuf­fi­sante contre la pol­lu­tion de l’air. Le Conseil d’État met ainsi ses menaces à exé­cu­tion : en juillet 2020, il se pro­non­çait d’ores et déjà pour une astreinte de 10 mil­lions d’eu­ros par semestre en cas de man­que­ments. Un an plus tard, la sanc­tion tombe donc pour la période des six pre­miers mois de l’an­née 2021.

Un brouillard de pollution persistant sur le territoire grenoblois, même quand les conditions sont jugées bonnes par Atmo © Thomas Imbert - Place Gre'net

Un brouillard de pol­lu­tion per­sis­tant sur le ter­ri­toire gre­no­blois, même quand les condi­tions sont jugées bonnes par Atmo. © Thomas Imbert – Place Gre’net

Une déci­sion qui concerne, entre autres, le ter­ri­toire gre­no­blois : celui-ci figure (tou­jours) parmi les zones concer­nées par un taux de dioxyde d’a­zote jugé inac­cep­table par le Conseil d’État.

Si, selon les chiffres de 2020, les zones de Paris et de Lyon per­sistent dans le dépas­se­ment des seuils limites, celles de Marseille-Aix, Toulouse et Grenoble affichent « des taux [qui] ne sont que légè­re­ment infé­rieurs aux seuils limites ». Et ceci « alors même que plu­sieurs sources de pol­lu­tion, notam­ment la cir­cu­la­tion rou­tière, ont été très for­te­ment dimi­nuées avec les mesures prises pour faire face à la crise sani­taire », s’in­quiète le Conseil d’État.

350 000 euros pour Atmo Auvergne-Rhône-Alpes

Le gou­ver­ne­ment a pour­tant pré­senté des mesures de réduc­tion de la pol­lu­tion de l’air : créa­tion de zones à faible émis­sion, inci­ta­tion à la conver­sion du parc auto­mo­bile ou encore inter­dic­tion pro­gres­sive des chau­dières les plus pol­luantes. Le Conseil d’État admet d’ailleurs « que ces mesures devraient avoir des effets posi­tifs sur la qua­lité de l’air »… mais s’in­ter­roge sur la por­tée de ces effets, et le temps néces­saire avant qu’ils se fassent sentir.

Le Conseil d'État à Paris. DR

Le Conseil d’État à Paris. DR

Et sur­tout, la juri­dic­tion sou­ligne « qu’au­cun nou­veau plan de pro­tec­tion de l’air n’a été adopté pour les zones concer­nées, alors que ces plans consti­tuent aujourd’hui un outil connu et adapté pour pré­ci­ser les actions à mener et éva­luer dans quel calen­drier elles per­met­tront de repas­ser sous les valeurs limites. » De quoi la convaincre que les mesures prises sont insuf­fi­santes, et infli­ger à l’État sa pre­mière amende avant rééva­lua­tion des avan­cées, début 2022.

À qui pro­fi­tera la somme de 10 mil­lions d’eu­ros ? L’association Les Amis de la Terre, qui avait saisi le Conseil, doit per­ce­voir 100 000 euros. Mais ce sont avant tout des agences qui se par­ta­ge­ront la somme : l’Ademe, l’Anses, le Cerema ou encore l’Ineris. Les asso­cia­tions Atmo des dif­fé­rents ter­ri­toires tou­che­ront, elles aussi, leur part. Ainsi, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes se verra gra­ti­fiée d’une somme de 350 000 euros.

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Après l'annulation du premier par la justice, un projet Inspira 2 se dessine sur Sablons et Salaise-sur-Sanne
Projet indus­trialo-por­tuaire : Inspira à peine enterré, Inspira 2 se des­sine à Sablons et Salaise-sur-Sanne

FOCUS - Le projet Inspira, mort et enterré? Loin de là. Après avoir vu son annulation confirmée en appel début 2024, les porteurs du projet Lire plus

Plusieurs propositions de sorties et d'animations en Isère à l'occasion de la Fête de la nature du 22 au 26 mai
Plusieurs pro­po­si­tions de sor­ties et d’a­ni­ma­tions en Isère à l’oc­ca­sion de la Fête de la nature

ÉVÉNEMENT - Plusieurs acteurs opérant dans les domaines de l'environnement et de la biodiversité se mobilisent à l'occasion de l'édition 2024 de la Fête de Lire plus

Après les parcs Marliave et Flaubert de Grenoble, la Maison des Collines accueille un refuge LPO
Après les parcs Marliave et Flaubert de Grenoble, la Maison des Collines accueille un refuge LPO

FLASH INFO - La Ville de Grenoble a adopté lors de son conseil municipal du 13 mai 2024 une convention avec la Ligue protectrice des Lire plus

Glacier de la Girose : Mountain Wilderness et La Grave autre­ment pro­posent une alter­na­tive au téléphérique

FLASH INFO - Les associations Mountain Wilderness et La Grave autrement manifestent toujours leur opposition au projet d'implantation d'un troisième tronçon de téléphérique sur le Lire plus

Cours de vélo sur l'anneau de vitesse de Grenoble, animé par Basile Diaz de l'association ADTC - se déplacer autrement. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Ecole du vélo, asso­cia­tions… Les cours pour cir­cu­ler à deux-roues en plein boom à Grenoble

DÉCRYPTAGE - Comment faire pour se préserver des dangers en tant que cycliste à Grenoble ? Même dans la «capitale du vélo», il ne faut Lire plus

Le torchon brûle (encore) entre l'élue Anne-Sophie Olmos et la présidence de Grenoble-Alpes Métropole
Le tor­chon brûle (encore) entre l’é­lue Anne-Sophie Olmos et la pré­si­dence de Grenoble-Alpes Métropole

FOCUS - Les tensions entre Anne-Sophie Olmos et le président de la Métropole Christophe Ferrari perdurent. La vice-présidente au Cycle de l'eau et élue grenobloise Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !