Grenoble : plus d’une centaine de lycéens dans la rue pour demander l’annulation des épreuves du bac

Grenoble : plus d’une centaine de lycéens dans la rue pour demander l’annulation des épreuves du bac

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

FOCUS – Une centaine de lycéens ont manifesté dans les rues de Grenoble, ce jeudi 6 mai, pour demander l’annulation des épreuves du baccalauréat. Après le blocage d’établissements un peu partout en France en début de semaine, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, a annoncé des aménagements pour la session 2021. Sans satisfaire les syndicats et élèves mobilisés…

 

 

« Ça fait quelques mois qu’on avance dans l’in­connu, lâche Clémence Lourdeaux, secré­taire fédé­rale de l’UNL Isère. On ne sait pas vrai­ment com­ment vont être les épreuves du bac­ca­lau­réat. » Comme elle, une cen­taine de per­sonnes ont défilé, jeudi 6 mai, dans les rues de Grenoble.

 

La colère des lycéens ne s’es­tompe pas. Lundi 3 mai, le lycée des Eaux Claires à Grenoble et le lycée Marie-Curie à Échirolles ont ainsi été blo­qués. Deux jours plus tard, les élèves ont barré l’en­trée du lycée Stendhal, à Grenoble.

 

Une centaine de lycéens ont défilé dans les rues de Grenoble. © Tim Buisson – Place Gre’net

Une cen­taine de lycéens ont défilé dans les rues de Grenoble. © Tim Buisson – Place Gre’net

 

Pour cette nou­velle jour­née de mobi­li­sa­tion, les lycéens se sont donné ren­dez-vous au niveau de l’a­ve­nue Alsace-Lorraine. Il ont ensuite tourné à droite sur le bou­le­vard Gambetta, avant de pas­ser devant le lycée Champollion et de prendre l’a­ve­nue Agutte-Sambat. Enfin, la mani­fes­ta­tion a emprunté la rue Lesdiguières, puis la rue Eugène-Faure pour ter­mi­ner devant le rec­to­rat. Le tout sous l’oeil de quelques policiers.

 

 

Des aménagements pour certaines épreuves du baccalauréat

 

À l’initiative de ces mou­ve­ments ? L’Union natio­nale des lycéens (UNL) et le Mouvement natio­nal lycéen (MNL), deux orga­ni­sa­tions syn­di­cales qui sou­haitent la vali­da­tion du bac­ca­lau­réat via le contrôle continu. Ce en rai­son de la crise sani­taire et des confi­ne­ments qui ont per­turbé la pré­pa­ra­tion de l’exa­men habituel.

 

Clémence Lourdeaux secrétaire fédérale pour l'UNL Isère. © Tim Buisson – Place Gre’net

Clémence Lourdeaux, secré­taire fédé­rale pour l’UNL Isère. © Tim Buisson – Place Gre’net

La veille, le ministre de l’Éducation natio­nale était l’invité de France 2. Jean-Michel Blanquer en a pro­fité pour annon­cer l’a­mé­na­ge­ment de cer­taines épreuves. Ainsi, pour la phi­lo­so­phie, les étu­diants pour­ront choi­sir s’ils pré­fèrent gar­der leur note du contrôle continu ou celle de l’épreuve.

 

« C’est mieux que pas­ser le contrôle nor­mal, insiste Clémence Lourdeaux, par ailleurs étu­diante en ter­mi­nale au lycée La Saulaie à Saint-Marcellin. Ça prend en consi­dé­ra­tion ceux qui n’ont pas pu se pré­pa­rer à l’é­preuve ». D’autant plus que les élèves pour­ront choi­sir entre quatre sujets au lieu de trois (un sujet d’explication de texte, et trois sujets de dissertation).

 

Grenoble: mobilisation contre les épreuves du baccalauréat. Banderole en tête de cortège. © Tim Buisson – Place Gre’net

Banderole en tête de cor­tège. © Tim Buisson – Place Gre’net

Les lycéens veulent croire que leur mobi­li­sa­tion a per­mis de faire bou­ger les lignes. « C’est bien ce qui a été fait », abonde Maya, lycéenne de pre­mière au lycée Stendhal.

 

Elle doit pas­ser les épreuves de fran­çais cette année. Là aussi, le nombre d’œuvres à étu­dier pour l’é­preuve a été dimi­nué. En jan­vier der­nier, le minis­tère de l’Éducation natio­nale a en effet fait des annonces.

 

Les lycéens n’au­ront ainsi que qua­torze textes à tra­vailler dans la voie géné­rale, au lieu de vingt œuvres. Tandis que pour la voie tech­no­lo­gique, leur nombre passe de douze à sept. « Pour moi, ça va plu­tôt dans le bon sens », explique Maya.

 

 

Pas d’aménagement pour le grand oral du bac

 

Mais Jean-Michel Blanquer reste ferme sur le grand oral du bac­ca­lau­réat. Pas ques­tion, pour lui, d’y renoncer.

 

Maya, étudiante au lycée Stendhal de Grenoble. © Tim Buisson – Place Gre’net

Maya, étu­diante au lycée Stendhal de Grenoble. © Tim Buisson – Place Gre’net

Cette épreuve doit per­mettre d’é­va­luer « la maî­trise d’une parole per­son­nelle, struc­tu­rée et argu­men­tée, la capa­cité à déployer avec clarté et convic­tion une réflexion, à dia­lo­guer et à débattre, à adop­ter une dis­tance cri­tique par rap­port aux savoirs acquis et à son pro­jet de for­ma­tion ».

 

C’est la pre­mière fois que les élèves devront se plier à cet exer­cice depuis la réforme du bac en 2019. « On est le crash test », grince Clémence Lourdeaux.

 

Et pour cause, l’an der­nier, toutes les épreuves avaient été annu­lées en rai­son de l’é­pi­dé­mie de Covid-19. « C’est une épreuve très inéga­li­taire », insiste Clémence Lourdeaux. Pour les syn­di­cats, tous les lycéens ne dis­posent pas des mêmes condi­tions d’en­sei­gne­ment. Ils redoutent donc éga­le­ment un manque de préparation.

 

Grenoble: mobilisation contre les épreuves du baccalauréat. Banderole pour demander l'annulation du grand oral. © Tim Buisson – Place Gre’net

Banderole pour deman­der l’an­nu­la­tion du grand oral. © Tim Buisson – Place Gre’net

 

Le ministre se veut tou­te­fois ras­su­rant. « Les élèves pour­ront venir avec un mes­sage de leur pro­fes­seur indi­quant les domaines qui n’ont pas pu être étu­diés à temps », indique Jean-Michel Blanquer. Le jury inter­ro­gera ainsi les élèves uni­que­ment sur les thé­ma­tiques qu’ils ont eu le temps d’aborder.

 

 

Ne pas dévaluer le baccalauréat : un vœu pieu ?

 

Les syn­di­cats redoutent éga­le­ment que le bac­ca­lau­réat ne perde de sa valeur. C’est en tout cas ce que craint Clémence Lourdeaux avec les annonces de Jean-Michel Blanquer. « C’est un peu don­ner le bac au rabais », assène-t-elle. Et ce alors que la péti­tion en faveur du contrôle continu a recueilli plus de 230 000 signatures.

 

L’Union natio­nale des lycéens a déjà lancé un appel natio­nal à la mobi­li­sa­tion pour le lundi 10 mai. Les lycéens doivent nor­ma­le­ment plan­cher sur le sujet de phi­lo­so­phie jeudi 17 juin.

 

Tim Buisson

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Tim Buisson

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Personnels de l’Éducation nationale, du supérieur, lycéens et étudiants manifesteront à Grenoble mardi 26 janvier

  FOCUS — Nouveau mouvement de grève et de manifestation des personnels de l'Éducation nationale, mardi 26 janvier à Grenoble comme partout en France. Un Lire plus

© Joël Kermabon - Place Gre'net
Manifestations à Grenoble, Voiron, Bourgoin-Jallieu et Roussillon à l’occasion du 1er mai 2021

  FLASH INFO — Comme chaque année, la Fête du Travail du 1er mai 2021 sera marquée par les revendications du monde du travail. L'intersyndicale Lire plus

Manifestation contre la loi Sécurité globale et les « lois liberticides » samedi 16 janvier à Grenoble

  FIL INFO — Nouvelle manifestation contre la loi Sécurité globale à Grenoble, samedi 16 janvier. Un mouvement lancé à l'appel de nombreux collectifs, associations Lire plus

© Paul Turenne - Place Gre'net
Le report de la réforme des retraites favorablement accueilli par les syndicats

  EN BREF — L'annonce du report de la réforme des retraites par Emmanuel Macron au cours de son allocution du 16 mars est saluée Lire plus

Flash Info

|

23/06

11h06

|

|

23/06

7h33

|

|

22/06

22h54

|

|

22/06

21h39

|

|

22/06

14h36

|

|

21/06

17h04

|

|

21/06

13h01

|

|

21/06

10h31

|

Ville de Grenoble - Anneau de vitesse

Les plus lus

Flash info| Grenoble accueille les championnats de France individuels de tennis-fauteuil, du 24 au 27 juin 2021

Émilie Gindre et Joséfa Gallardo de La Rampe - la Ponatière. © Tim Buisson – Place Gre’net

Culture| Échirolles : La Rampe – La Ponatière lance sa saison 2021 – 2022 après plusieurs mois sans spectacles

Abonnement| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

David Smétanine

Abonnement| Le Grenoblois David Smétanine candidat pour être porte-drapeau paralympique aux Jeux de Tokyo

La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d'oiseaux

Environnement| La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d’oiseaux

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin