Loi de programmation de la recherche : le ton monte à Grenoble après le satisfecit d’Émilie Chalas

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

 

EN BREF – Alors que la députée de l’Isère Émilie Chalas salue le vote de la loi de programmation de la recherche, la colère monte au sein de la communauté universitaire et scientifique à Grenoble. Qui dénonce une loi au rabais sur fond de fausses promesses.

 

 

Loi de programmation de la recherche : le ton monte. Emilie CHALAS

Emilie Chalas © Corentin Bemol – Place Gre’net

La loi de pro­gram­ma­tion pluri-annuelle de la recherche (LPPR) ? La dépu­tée de l’Isère Émilie Chalas (LREM) veut y voir un « signal fort de sou­tien en faveur de la recherche scien­ti­fique et tech­no­lo­gique en France ». Mais son satis­fe­cit a fait bon­dir la Fédération syn­di­cale uni­taire (FSU) repré­sen­tée à l’Université Grenoble Alpes. Celle-ci dénonce de fausses pro­messes.

 

« Cette loi pro­met des mil­liards … pour plus tard – pas avant deux ans, pour l’essentiel… donc pro­ba­ble­ment jamais, tacle la FSU. Mais elle ins­ti­tu­tion­na­lise immé­dia­te­ment la pré­ca­ri­sa­tion du per­son­nel de l’ESR [ensei­gne­ment supé­rieur et recherche, ndlr] et remet en cause ses sta­tuts, gage d’une recherche libre et indé­pen­dante : […] chaires de pro­fes­seurs juniors, contrats de « pré-titu­la­ri­sa­tion condi­tion­nelle », contrats de pro­jet scien­ti­fique dont la fin de contrat est condi­tion­née à la durée et au finan­ce­ment du pro­jet de recherche ».

 

 

Un projet de loi examiné par le Sénat fin octobre

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
1665 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Bonjour. La ques­tion n’est pas celle du sou­tien à la recherche. Tout le monde est d’ac­cord là des­sus. La ques­tion est com­ment le faire de la manière la plus pro­duc­tive pour la France.

    sep article
  2. Bonjour
    Alors main­te­nant un député elu avec un cv et une lettre de moti­va­tion peut sta­tuer sur un monde de la recherche à qui nous devons beaucoup.…et que le monde nous envie.
    La recherche fran­çaise plus encore qu’­hier à besoin de notre sou­tien finan­cier.….
    Mais bon quand le niveau de nos deputes et celui des pseu­dos citoyens reste ce qu’il est nous recu­le­rons tous les jours un peu plus…

    BENYOUB.A

    sep article
  3. Ils me font mar­rer le FSU avec leur recherche « pérenne » pour ne pas dire fonc­tion­naire. Financer la recherche c’est effec­ti­ve­ment finan­cer des pro­jets de recherche et non pas des cher­cheurs à vie. C’est ainsi que ça fonc­tionne à l’é­tran­ger et les résul­tats ne sont pas moins bons qu’en France. Quand ils ne sont pas meilleurs !

    sep article