Opération préfectorale de “re-sensibilisation” au port du masque dans les rues de Grenoble

sep article



 

FOCUS — Le préfet de l’Isère a parcouru les rues du centre-ville de Grenoble dans l’après-midi du mardi 18 août. But de l’opération ? S’assurer du respect du port du masque dans les transports en commun et les lieux clos. Ceci sur fond d’accélération de la reprise du Covid-19 dans le département où le taux de positivité des tests a quadruplé en l’espace de quinze jours.

 

 

Un pas­sage par les Galeries Lafayette, suivi d’un tour place Grenette puis le long de la rue Lafayette jus­qu’à rejoindre la place Notre-Dame… Malgré les appa­rences, le pré­fet de l’Isère n’é­tait ni en balade, ni en train de faire du lèche-vitrines dans les rues de Grenoble ce mardi 18 août. Accompagné de membres de forces de l’ordre, Lionel Beffre vou­lait sur­tout s’as­su­rer… du res­pect du port du masque dans les espaces clos.

 

Dans un commerce de la rue Lafayette © Florent Mathieu - Place Gre'net

Dans un com­merce de la rue Lafayette © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« Le but est de re-sen­si­bi­li­ser nos conci­toyens à la néces­sité de faire atten­tion », explique le repré­sen­tant de l’État. Un temps de péda­go­gie : aucune ver­ba­li­sa­tion n’a ainsi été effec­tuée au cours de l’o­pé­ra­tion. Mais des pro­cès-ver­baux n’en sont pas moins dres­sés tous les jours, par la police natio­nale comme la gen­dar­me­rie. Le pré­fet a d’ailleurs ren­dez-vous mer­credi 19 août avec les gen­darmes à Meylan pour une nou­velle action de “re-sen­si­bi­li­sa­tion”.

 

 

Un taux de positivité qui quadruple en deux semaines en Isère

 

Est-ce à dire que les citoyens se relâchent ? « Il y a toute une série de com­por­te­ments abso­lu­ment néces­saires, dont on a vu qu’ils ont pu être oubliés pen­dant une par­tie de la période esti­vale. Il faut remettre tout cela au goût du jour, en fai­sant prendre conscience du dan­ger », répond Lionel Beffre. Et le dan­ger, en l’oc­cur­rence, ce sont des taux de posi­ti­vité en forte hausse sur le dépar­te­ment de l’Isère.

 

Sous le masque, Lionel Beffre, préfet de l'Isère © Florent Mathieu - Place Gre'net

Sous le masque, Lionel Beffre, pré­fet de l’Isère © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Certes, les chiffres isé­rois sont en-des­sous de la moyenne natio­nale, voire régio­nale, mais la ten­dance est nette. Selon les der­nières don­nées du pré­fet, le taux de posi­ti­vité aux tests du Covid-19 est de 2 %. Il n’é­tait que de 0,5 % voilà deux semaines. « Cette ten­dance n’est pas bonne, et si elle s’ac­cé­lère cela risque d’être très grave pour la ren­trée. Aujourd’hui, il faut cas­ser l’é­vo­lu­tion », insiste Lionel Beffre.

 

Un ren­for­ce­ment des contrôles est-il à l’é­tude ? Oui, répond le pré­fet, mais en ciblant les zones qui peuvent poser pro­blème. Par exemple, favo­ri­ser une pré­sence dans les trans­ports en com­mun le soir, où le port du masque est moins res­pecté qu’en jour­née. En somme, résume-t-il : « Nous adap­te­rons les contrôles aux com­por­te­ments que l’on obser­vera. Il vaut mieux faire les contrôles là où c’est effi­cace ! ».

 

 

Frapper les contrevenants au portefeuille en cas de non port du masque

 

Une chose est cer­taine pour Lionel Beffre : aujourd’­hui, les citoyens sont infor­més, autant des gestes que des res­tric­tions sani­taires. « Quelqu’un qui vou­drait igno­rer les choses, il fau­drait qu’il fasse des efforts ! », iro­nise le pré­fet. À ses yeux, l’im­mense majo­rité de la popu­la­tion est au cou­rant des règles en vigueur : « Elles sont com­prises. Ça ne veut pas dire qu’elles sont admises, ni même qu’elles sont [res­pec­tées], mais elles sont com­prises ! ».

 

Conversation avec un restaurateur de la place Notre-Dame © Florent Mathieu - Place Gre'net

Conversation avec un res­tau­ra­teur de la place Notre-Dame. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Quant aux irré­duc­tibles oppo­sants au masque, Lionel Beffre compte bien les atta­quer… au por­te­feuille. « Une fois que quel­qu’un a été ver­ba­lisé à 135 euros, ça va res­ter dans sa tête, ça marque les esprits. C’est triste d’en arri­ver là, un mes­sage unique devrait suf­fire, mais ce n’est pas tou­jours le cas », plaide-t-il. Plus mar­quant encore pour les esprits : si l’a­mende est de 135 euros, elle atteint les 1500 euros en cas de réci­dive.

 

Et Lionel Beffre de regret­ter que la com­mune de Pont-de-Claix ait choisi la voie de l’ar­rêté muni­ci­pal pour impo­ser le port du masque sur ses mar­chés. La dif­fé­rence avec un arrêté pré­fec­to­ral ? Le coût de l’a­mende, qui ne peut pas dépas­ser les 38 euros. « Je trouve que c’est insuf­fi­sant au regard des enjeux », estime le pré­fet. Qui rap­pelle que les arrê­tés pré­fec­to­raux sur le masque ont tou­jours été pris en accord avec les maires de chaque com­mune.

 

Florent Mathieu

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
8357 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. @Zoé, 1000 morts par jour aux US, pays négligent sur le port du masque.

    sep article
  2. Bla bla, pour ne rien dire… J’aurai sou­haité pour ma part que cette démarche soit faite par les ser­vices de l’é­tat, en jour­née, en nuit, dans d’autres quar­tiers .…..
    Cela aurait été pour les ser­vices de l’é­tat l’oc­ca­sion de faire preuve d’au­to­rité, et de ras­su­rer les citoyens, à la vue de ce qui se passe à Grenoble.
    Les gale­ries lafayette c’est plus classe.… mais l’en­droit est il vrai­ment appro­prié ?
    La com, la com.…

    sep article
  3. Encore une viro­logue ou une épi­dé­mio­lo­giste de comp­toir ! « Il est pro­bable que le virus ait déjà muté « : qu’en avez-vous ? vous avez fait méde­cine ? Non ? Alors !
    « Il n’y a pas d’é­pi­dé­mie » ? Et le taux de posi­ti­vité qui qua­druple en 2 semaines, à votre avis, les mesures sani­taires sont faites pour quoi, si ce c’est pour évi­ter que cela empire ?
    Et avec le désastre qu’il y a eu au prin­temps chez les per­sonnes fra­giles, à la place des auto­ri­tés qu’au­riez-vous fait ? Mettez-vous dans la posi­tion d’une per­sonne qui est aux res­pon­sa­bi­li­tés, et dont la mis­sion est de pro­té­ger la popu­la­tion. Alors qu’au­riez-vous décidé ? Du lais­sez-faire à la Trump ou à la Bolsonaro, ou prendre vos res­pon­sa­bi­li­tés pour limi­ter la casse, en effec­tuant un bilan coûts/avantages, puis prendre la mesure « liber­ti­cide » du masque, impli­quant de sacri­fier votre petit confort d’en­fant gâtée, afin de pré­ser­ver la santé des plus fra­giles !!!
    Voilà ce qu’ont engen­dré des décen­nies d’in­di­vi­dua­lisme consu­mé­riste : le refus de toute contrainte, la non-accep­ta­tion de pro­té­ger son pro­chain. La pri­va­tion de liber­tés et le flo­cage ? Allez en par­ler aux empri­son­nés en Biélorussie ! Aux migrants ! Aux habi­tants des quar­tiers popu­laires qui subissent toutes sortes d’in­ci­vi­li­tés et qui n’ont pas les moyens d’ha­bi­ter ailleurs ! Aux anciens qui ont été confi­nés dans les Ehpad ! Aux Chinois sous l’emprise du « cré­dit social » ! Aux femmes saou­diennes ! Aux familles qui ont perdu un proche à cause du Covid et qui seront pri­vés de la liberté de le revoir !
    Alors, oui le masque c’est pénible, il fait chaud, c’est contrai­gnant, etc. mais m… à la fin !
    « A qui pro­fite le crime ? » À Bill Gates et aux mul­ti­na­tio­nales qui sont de mèche avec la CIA qui veulent nous impo­ser des puces 5G sous-cuta­nées, afin de contrô­ler la popu­la­tion mon­diale, en blo­quant leur cer­veau grâce à des com­po­sés neu­ro­toxiques que l’on met dans les chem­trails, voyons!!! Il paraît même que le covid est sau­pou­dré par avion afin de nous contrô­ler encore plus !!!

    sep article
    • Quel défer­le­ment de colère et de haine face à une expres­sion dif­fé­rente de la votre ?

      Hausse des cas ? Désormais on teste mas­si­ve­ment. Pas signi­fi­ca­ti­ve­ment de hausse d’hos­pi­ta­li­sa­tion ni de décès.
      Depuis le début et de la part de nom­breux pays, les chiffres ont été mani­pu­lés, soit mini­mi­sés, soit tout sim­ple­ment pas com­pa­rables. Et en France com­ment comp­ta­bi­li­ser des cas, alors que les malades n’é­taient pas tes­tés ?
      Il suf­fit juste de se ser­vir de son esprit cri­tique. Même en France, le monde médi­cal ne parle pas d’une seule voix, mal­gré les menaces d’ex­com­mu­ni­ca­tion bran­dit par l’ordre des méde­cins (créé en 1940 sous le régime de Vichy). Les décla­ra­tions de nos ministres se contre­disent. Des ministres de la santé se mêlent d’in­ter­dire des pres­crip­tion à des méde­cins diplô­més (du jamais vu en méde­cine).
      https://www.liberation.fr/checknews/2020/07/23/covid-19-la-delivrance-d-hydroxychloroquine-est-elle-de-nouveau-autorisee_1794757
      Ne par­lons même pas des ARS, en des­sous de tout.
      Des études finan­cées sont des fias­cos (Discovery), des publi­ca­tions dites scien­ti­fiques sont du n’im­porte quoi (The Lancet).
      Et la der­nière, notre nou­velle ministre de la culture va pro­po­ser d’a­bo­lir les règles de dis­tan­cia­tion sociale dans les salles de spec­tacle, toutes cli­ma­ti­sées… pour des rai­sons éco­no­miques.
      Alors votre argu­men­taire de salade niçoise où vous sem­blez me cata­lo­guer comme une enfant gâté et une indi­vi­dua­liste-consé­mu­riste, voire une adepte des théo­ries du com­plot… c’est juste un peu court.

      sep article
  4. Remarquable ! Et c’est encore nous qui payons pour ça ! Pour cette mani­pu­la­tion et dés­in­for­ma­tion par l’État et ses ins­tances. Faire peur aux gens est le meilleur moyen pour leurs faire accep­ter le fli­cage et la pri­va­tion des liber­tés.

    A Grenoble, les gens souffrent plus de l’in­sé­cu­rité, des agres­sions, des inci­vi­li­tés, des vols, que de la covid-19. A Grenoble ça craint de sor­tir le soir, de prendre les trans­ports en com­mun, d’être une femme, d’être un vieux, de paraitre faible… et ça ce n’est pas à cause de la covid-19.

    Actuellement nous ne sommes pas en phase d’é­pi­dé­mie. Il est pro­bable que le virus a déjà muté et que sa viru­lence ne soit pas tout à fait la même qu’en pleine épi­dé­mie.
    Il est étrange de nous faire croire que des masques en tis­sus sont pro­tec­teurs si ce virus est si dan­ge­reux que ce que l’on nous assène actuel­le­ment. Idem pour les masques chi­rur­gi­caux.

    Est ce que le pré­fet repré­sen­tant de l’État (pari­sien) dans nos régions et ses sbires vont ensuite regar­der dans les poches, dans les sacs, et pour­quoi pas dans le slip de chaque citoyen pour voir si ces der­niers ran­geaient leur masque déjà uti­lisé de façon conforme ? De façon à lut­ter contre la pro­pa­ga­tion du virus ?
    Non. Car le but est non pas le Contrat social, la pro­tec­tion de chaque citoyen, mais bien de le ponc­tion­ner, de ren­flouer les caisses de l’État sur son dos, pour payer toutes ces » tiques ».

    Ensuite si ce virus est à ce point conta­gieux, sus­pendu dans l’air, pour­quoi en France, pro­po­ser des tests on l’on va se faire gou­pillon­ner les sinus dou­lou­reu­se­ment ? Il suf­fi­rait de recueillir un échan­tillon de salive, ça serait ample­ment suf­fi­sant.
    Beaucoup de men­songes.
    Regardons à qui va pro­fi­ter le « crime »…

    sep article