Une fresque réalisée dans les quartiers de Grenoble pour “réimaginer la ville ensemble”

sep article



 

FIL INFO – Comment repenser la mobilité dans les quartiers ? Grâce à l’art et la culture. Le projet « Rêve-réimaginer la ville ensemble » a ainsi consisté à créer une fresque itinérante au sein des quartiers grenoblois. L’initiative s’est achevée ce mercredi 24 juin au Parc des Champs Élysées, à Bachelard, la fresque devenant alors collective… sur une roulotte et un cheval.

 

 

L'artiste Antoine Louisgrand lors de la fresque collective du projet Rêve, parc Bachelard à Grenoble © Léo Aguesse – Place Gre’net

L’artiste Antoine Louisgrand contri­buant à la fresque col­lec­tive du pro­jet Rêve, parc Bachelard à Grenoble. © Léo Aguesse – Place Gre’net

Des pro­me­neurs qui viennent par­ta­ger leur quo­ti­dien, des enfants qui jouent avec un che­val et des artistes retrans­cri­vant des témoi­gnages et leurs impres­sions sur une fresque col­lec­tive. Mercredi 24 juin au parc Bachelard s’est clô­turé le pro­jet « Rêve-réima­gi­ner la ville ensemble ».

 

Porté par les asso­cia­tions Culture et déve­lop­pe­ment* et Culture ailleurs, il vise à « ame­ner la réflexion autour des mobi­li­tés à tra­vers la créa­tion artis­tique et cultu­relle », selon Julie Hugues, char­gée de mis­sion du pro­jet. « Le but est d’al­ler à la ren­contre des habi­tants dans leurs lieux et espaces de vie du quo­ti­dien afin de faire émer­ger des récits liés au ter­ri­toire et aux mobi­li­tés », ajoute-t-elle.

 

 

Une fresque pour chaque quartier grenoblois

 

Du 19 au 23 juin, les par­ti­ci­pants ont ainsi arpenté les rues de Grenoble et de ses quar­tiers : Saint-Bruno, l’Alma, les Eaux-Claires ou encore Mistral. L’artiste Antoine Louisgrand a réa­lisé à chaque fois un par­che­min, grâce à la « col­lecte de matière et de paroles » auprès des habi­tants. En péné­trant dans leur quo­ti­dien, il a retrans­crit leurs témoi­gnages en les ren­dant « plus vivants », explique-t-il.

 

Le cheval Blanco a été support éphémère lors de la fresque participative, parc Bachelard le 24 juin 2020 Cheval projet Rêve parc Bachelard 25 juin 2020 © Léo Aguesse – Place Gre’net

Le che­val Blanco, sup­port éphé­mère de la fresque par­ti­ci­pa­tive parc Bachelard, 24 juin 2020. © Léo Aguesse – Place Gre’net

Cette fresque ambu­la­toire s’est ensuite trans­for­mée… en fresque par­ti­ci­pa­tive. Mercredi, au parc Bachelard, les col­la­bo­ra­teurs du pro­jet se sont donc retrou­vés afin de créer col­lec­ti­ve­ment la der­nière fresque.

 

Réalisée à par­tir de « col­lectes de paroles sur la vie des quar­tiers et les mobi­li­tés », cette créa­tion ima­gine « la vie rêvée de demain », explique Julie Hugues.

 

La rou­lotte, véri­table « sym­bole » du pro­jet, ainsi que le che­val Blancos ont été les sup­ports éphé­mères de cette œuvre finale. Un abou­tis­se­ment ? C’est plus une « créa­tion expé­ri­men­tale » selon l’ar­tiste Antoine Louisgrand, lais­sant pré­sa­ger une conti­nua­tion au pro­jet.

 

LA

 

* Culture et déve­lop­pe­ment avait notam­ment par­ti­cipé à Mouv’2017, un « ren­dez-vous fédé­ra­teur pour repen­ser les mobi­li­tés de demain »
Aides aux commerçants
commentez lire les commentaires
2511 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Ping : Une fresque pour “réimaginer la ville ensemble” à Grenoble - L'Agence veille pour vous

  2. Qu’appelle-t-on désor­mais les « quar­tiers » ?
    Des zones de non-droit ?
    J’ai grandi à La Capuche, des années 60 à 80.
    On était déjà de « l’autre côté » des Grands Boulevards.
    Mais la mixité sociale fonc­tion­nait à plein.
    Ah, je viens de relire : « Du 19 au 23 juin, les par­ti­ci­pants ont ainsi arpenté les rues de Grenoble et de ses quar­tiers : Saint-Bruno, l’Alma, les Eaux-Claires ou encore Mistral »
    « Les rues de Grenoble et de ses quar­tiers : Saint-Bruno, l’Alma, les Eaux-Claires ou encore Mistral ».…
    Ah bon ? Pas d’autres quar­tiers à Grenoble ?
    On marche sur la tête !

    sep article