Action de jeunes majeurs étrangers devant l'Hôtel du département de l'Isère.© Droit au logement de l'Isère.

Grenoble : après avoir dure­ment vécu le confi­ne­ment, les jeunes majeurs étran­gers réclament tou­jours un toit

Grenoble : après avoir dure­ment vécu le confi­ne­ment, les jeunes majeurs étran­gers réclament tou­jours un toit

FIL INFO – De jeunes majeurs étran­gers ont mené une action sym­bo­lique devant le siège du Département de l’Isère, ce jeudi 28 mai 2020. Ces der­niers sou­hai­taient ainsi dénon­cer leur aban­don par les pou­voirs publics durant la période de confi­ne­ment. Posant la ques­tion « faut-il être malade pour avoir un toit ? », les jeunes sans-abri réclament tou­jours « un héber­ge­ment, une école et des papiers pour tous. »

Les jeunes majeurs étrangers ont disposé un masque géant devant l'hôtel du Département. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les jeunes majeurs étran­gers ont dis­posé un masque géant devant l’hô­tel du Département. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Ce jeudi 28 mai 2020, un masque géant frappé de la ques­tion « faut-il être malade pour avoir un toit ? » a trôné durant plu­sieurs minutes sur le par­vis de l’hô­tel du Département de l’Isère.

Sur le coup de 11 heures, une dizaine de membres du col­lec­tif des jeunes majeurs étran­gers ont en effet mené une action sym­bo­lique pour se rap­pe­ler aux bons sou­ve­nirs de la col­lec­ti­vité ter­ri­to­riale. Le tout en res­pec­tant scru­pu­leu­se­ment les gestes bar­rières et les mesures sani­taires (masque, dis­tance d’un mètre, groupe de dix personnes).

L’association Droit au loge­ment de l’Isère (Dal 38) et le col­lec­tif enten­daient ainsi dénon­cer d’une même voix une « situa­tion ter­rible ». Celle que vivent ces jeunes – de plus en plus nom­breux –, « aban­don­nés par les pou­voirs publics » durant la période de confinement.

L’occasion pour l’un d’entre-eux de lire au méga­phone, une courte décla­ra­tion expri­mant leur désar­roi de ne pas être enten­dus. Et de récla­mer le droit de dis­po­ser d’un toit, de papiers en règle et la garan­tie de pou­voir pour­suivre leur scolarité.

Sans les asso­cia­tions « nous n’au­rions pu comp­ter que sur nous même »

De fait, dénoncent le col­lec­tif et l’as­so­cia­tion, « les jeunes majeurs n’ont pas béné­fi­cié d’une mise à l’a­bri par le Département ou la pré­fec­ture de l’Isère pen­dant le confi­ne­ment et c’est tou­jours le cas mal­gré l’é­tat d’ur­gence sani­taire en vigueur ».

Des jeunes gens qui déclarent avoir très mal vécu cette période crai­gnant de sur­croît la menace du virus. « On vivait dans la rue, c’é­tait vrai­ment pénible, moi je dor­mais à Chavant », témoigne un jeune Ivoirien. Qui assure avoir tenu le coup, sur­tout grâce aux asso­cia­tions. « Sans elles, nous n’au­rions pu comp­ter que sur nous-mêmes », se souvient-il.

Arrivé en France il y a de cela trois ans et en 1ere année de CAP, le jeune homme s’in­quiète de la suite de ses études. « Pour ma deuxième année de CAPc’est l’in­cer­ti­tude. Qui va me sco­la­ri­ser ? », questionne-t-il.

Action de jeunes majeurs étrangers devant l'Hôtel du département de l'Isère.© Droit au logement de l'Isère.

Action de jeunes majeurs étran­gers devant l’Hôtel du dépar­te­ment de l’Isère. © Droit au loge­ment de l’Isère.

Un état des lieux jugé pré­oc­cu­pant par les défen­seurs de ces sans-abri, pour qui les pro­blèmes ne datent pas d’hier. « Depuis plus d’un an, ils ont pour­tant fait connaître leur situa­tion en allant jus­qu’à occu­per l’é­glise Sans-Paul-sans-fron­tières et en mani­fes­tant devant la mai­rie de Grenoble la veille du confi­ne­ment », rap­pellent-ils. Las, « les pou­voirs publics n’ont rien voulu faire pour eux1Le Département s’é­tait expli­qué dans l’un de nos articles cité en bas de page », déplorent non sans amer­tume les militants.

Joël Kermabon

1 Le dépar­te­ment de l’Isère s’é­tait exprimé sur la situa­tion de ces jeunes majeurs dans un enca­dré figu­rant dans cet article

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Domène : l’élu RN Quentin Feres s’op­pose à une lec­ture théâ­trale, qua­li­fiée de « pro­mo­tion du wokisme », à la médiathèque

EN BREF - Le conseiller municipal Rassemblement national de Domène Quentin Feres, membre de la majorité, s'oppose à l'organisation d'une lecture théâtrale du livre La Lire plus

Saint-Égrève : le Chai inau­gure l’hô­pi­tal de jour soins conjoints parents-bébé, « une struc­ture unique en Isère »

FOCUS - Le Centre hospitalier Alpes-Isère (Chai) de Saint-Égrève a inauguré, jeudi 11 avril 2024, l'hôpital de jour soins conjoints parents-bébé. Ouverte en décembre 2023, Lire plus

Chasse-sur-Rhône appelle à l’ap­pli­ca­tion du prin­cipe pol­lueur-payeur pour les PFAS, ou pol­luants éternels

FLASH INFO - La mairie de Chasse-sur-Rhône s'engage contre les PFAS, soit les substances perfluoroalkylées et polyfluoroalkylées communément désignées comme des "polluants éternels" que l'on Lire plus

Palais de justice de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Meurtre d’une jeune Lyonnaise en Italie : le sus­pect placé sous écrou extra­di­tion­nel et en déten­tion par les juges grenoblois

EN BREF - Le compagnon de la jeune Lyonnaise retrouvée morte poignardée dans le Val d'Aoste, le 5 avril 2024, a été déféré au palais Lire plus

Tirs de balles, coups de tournevis ou violences contre des policiers, un week-end agité sur l'agglomération grenobloise
Meurtre d’une jeune femme en Italie : son com­pa­gnon inter­pellé à Lyon et déféré au par­quet de Grenoble

EN BREF - Une jeune Lyonnaise de 22 ans a été retrouvée morte poignardée, dans une église, le 5 avril 2024, dans le Val d'Aoste, Lire plus

Cité scolaire internationale de Grenoble DR
« Népotisme » à la Cité sco­laire inter­na­tio­nale de Grenoble : des ensei­gnants s’in­surgent dans une lettre ouverte au rectorat

FOCUS - Le Collectif pour la défense du service public d’éducation (CDE38) a adressé, le 1er avril 2024, une lettre ouverte au rectorat de Grenoble, Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !