Le budget participatif grenoblois sous le feu des critiques… lors du dernier conseil municipal

sep article

 

DÉCRYPTAGE – Espérant finir le mandat en beauté, la majorité d’Éric Piolle a mis au vote, ce lundi 10 février, une charte nationale sur les principes fondamentaux des budgets participatifs, ainsi que l’organisation d’un colloque international à Grenoble sur ce sujet. Gonflée à bloc par l’effervescence de la campagne électorale, l’opposition a exprimé, à cette occasion, de vives critiques à l’égard du budget participatif grenoblois et de la gestion de la démocratie participative durant le mandat. C’est une peu seul contre tous que Pascal Clouaire, l’adjoint à la démocratie locale, a tenté de donner le change.

 

 

Des bancs au bord de l'eau pour se réapproprier le berges de l'Isère. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Des bancs au bord de l’eau issus du budget participatif de Grenoble pour se réapproprier les berges de l’Isère. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Ce lundi 10 février, en conseil municipal, la Ville de Grenoble a voulu mettre à l’honneur le budget participatif. Un choix qui ne doit rien au hasard car, s’il est est un outil de démocratie participative dont la majorité sortante se montre très satisfaite, c’est bien celui-ci. Un enthousiasme très loin d’être partagé par les opposants.

 

Toujours est-il que, pour ce dernier conseil municipal de la majorité, Pascal Clouaire, l’adjoint à la démocratie locale, n’a pas boudé son plaisir de présenter la première charte nationale édictant les principes fondamentaux des budgets participatifs.

 

Des principes que l’adjoint a rappelés : « Donner du pouvoir d’agir au citoyen ; assurer une continuité et une régularité de la décision des citoyens ; garantir une égalité d’accès et une inclusion ; assurer une transparence et une sincérité du scrutin afin d’établir, voire de rétablir la confiance entre les élus et les citoyens dans une logique d’émancipation… »

 

 

Grenoble accueillera un évènement international en 2022

 

En sus, Grenoble peut s’enorgueillir d’avoir inspiré ce texte, cette charte étant le fruit des réflexions d’un réseau national cofondé par Grenoble avec Rennes, Paris et Montreuil.

 

Lancement de la semaine de vote pour le budget participatif 2017 du 10 au 14 octobre en présence du maire Eric Piolle, de Pascal Clouaire, de Thierry Chastagner et de Sonia Yassia © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Lancement de la semaine de vote pour le budget participatif 2017 du 10 au 14 octobre en présence du maire Eric Piolle et de Pascal Clouaire. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

« Vous le savez, nous avons été l’une des premières villes de France à mettre en place ce dispositif de démocratie participative, s’est targué Pascal Clouaire (…) Nous étions deux en 2014. Nous sommes désormais 200 collectivités. »

 

L’adjoint s’est ensuite fait la joie d’annoncer que Grenoble accueillerait la conférence annuelle de l’Observatoire international de la démocratie participative en 2022, qu’elle présidera la même année.

 

Près de 1.000 Grenoblois ont voté pour élire les 9 projets du budget participatif. © Ville de Grenoble

Vote du budget participatif. © Ville de Grenoble

 

Sans guère de surprise, l’opposition a souhaité débattre ni de la charte, ni de l’organisation du futur évènement mais du budget participatif de la Ville de Grenoble et, plus largement, de la pratique de la démocratie locale par la majorité ces six dernières années. 

 

 

Une pluie de critiques venant de gauche et de droite

 

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
3304 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Sinon où en sont les liens entre la démocratie participative de la municipalité actuelle et l’alliance citoyenne pro-burqini ? Monsieur Clouaire tient-il toujours tribune commune avec Adrien Roux, le président ?
    https://www.placegrenet.fr/2015/11/03/la-democratie-participative-a-grenoble-cest-pas-du-gateau/68396
    Monsieur Clouaire a-t-il toujours pour directeur PL Chambon, l’un des fondateurs ?
    https://www.aequitaz.org/wp-content/uploads/2018/10/source-inspiration-alinsky-community-organizing_VF.pdf
    Anne-Sophie Olmos, vice-présidente de la majorité municipale, les fréquente de très près aussi. Que donnent ses appels pour qu’ils rejoignent « Grenoble (quoi ?) en commun » ?
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/isere/grenoble/municipales-grenoble-liste-eric-piolle-devoile-premieres-lignes-son-programme-logement-1765443.html
    Céline Deslattes, fervente pro-burqini et l’un des quatre premiers noms de « Grenoble en com’ » est pour.
    https://www.placegrenet.fr/2020/01/13/grenoble-en-commun-leve-le-voile-sur-quelques-colistiers-deric-piolle-et-ses-propositions-en-faveur-du-climat/275405

    sep article