TéléGrenoble, télévision privée sous perfusion d’argent public, reçoit la bénédiction du CSA

sep article

 

FOCUS – TéléGrenoble est autorisée à émettre jusqu’en 2025. Le Conseil supérieur de l’audiovisuel lui a renouvelé le sésame sans trop discuter. Et surtout sans s’appesantir sur son modèle économique et les garanties d’indépendance d’une chaîne de télé privée qui tire la moitié de ses recettes des collectivités locales… Soit, au bas mot, 700 000 euros d’argent public par an.

 

 

Siège de TéléGrenoble © Chloé Ponset - Place Gre'net

Le siège de TéléGrenoble est la propriété de la SAS TéléGrenoble Immo détenue par Gérard Balthazard et Thibault Leduc. © Chloé Ponset – Place Gre’net

TéléGrenoble peut continuer à émettre jusqu’en 2025. Cinq ans après sa dernière autorisation, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) lui a renouvelé sa fréquence en décembre. Ce sans trop de difficultés, la chaîne de télévision locale étant la seule candidate sur les rangs, au terme d’un appel à candidatures relativement discret. Et d’une audition publique dont l’issue n’a guère souffert de contestation.

 

Tout va donc plutôt bien pour la SAS TéléGrenoble. La petite télé locale, rachetée par Gérard Balthazard et Thibault Leduc au groupe Hersant en 20101La chaîne a, depuis, ouvert son capital à hauteur de 20 % à une dizaine de chefs d’entreprise de l’Isère. et quelque peu en difficulté il y a cinq ans, s’est refait une santé. Cette cure de jouvence, elle l’a doit essentiellement aux collectivités locales. De fait, près de 50 % de ses recettes proviennent aujourd’hui de l’argent public.

 

« On n’est pas inquiets parce qu’on fait notre travail », assurait le président de TéléGrenoble Gérard Balthazard le 4 décembre dernier, lors de l’audition publique du CSA, préalable au renouvellement de l’autorisation (cf. enregistrement ci-dessous). Son travail ? « On n’est pas là pour faire de la politique mais faire de l’actualité positive. » Le cadre ainsi posé, le partenariat noué avec les collectivités territoriales n’a guère eu de mal à prospérer.

 

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
2708 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Ah, maintenant je comprends pourquoi ils n’ont jamais rien dit de critique sur CVCM. Fallait toucher les sous et surtout pas fâcher le pouvoir en place.

    sep article