Regroupements de SDF en centre-ville de Grenoble : face aux riverains, la Ville dément être inactive

sep article

 

FOCUS – Dans le centre-ville de Grenoble, des habitants du grand l’immeuble Le République crient leur ras-le-bol face aux regroupements quotidiens de SDF sous leurs fenêtres. Et dénoncent des nuisances sonores et des dégradations en tout genre. Tout en fustigeant l’inaction de la municipalité, alors que le problème se pose depuis plusieurs années. L’adjointe à la Tranquillité publique Élisa Martin se défend de tout laxisme et met en avant les actions entreprises. Qu’il s’agisse de mesures coercitives, comme d’un travail social de longue haleine.

 

 

Elle, accoudée contre la balustrade, lui, derrière la tenant par les hanches… La vidéo montre un jeune couple en train de faire l’amour sur la terrasse de l’Office du Tourisme de Grenoble, en plein jour et en plein centre-ville. Le film ne provient pas d’une production pornographique amateur, mais des documents que les riverains excédés ont compilés avec le temps. Ce pour attester des rassemblements en masse de SDF dans leur quartier et des nuisances qu’ils disent subir.

 

Les ébats d'un couple en plein jour et en plein centre-ville. DR

Les ébats d’un couple en plein jour et en plein centre-ville. DR

C’est un membre du syndic du grand immeuble Le République qui tire (de nouveau) la sonnette d’alarme. Certes, la “sex-tape” improvisée entre les deux jeunes gens présente un cas extrême mais, à l’entendre, les désagréments au quotidien sont nombreux. Et la situation n’est pas nouvelle. « Au moment du changement de municipalité en 2014, nous avions lancé une pétition dans tout l’immeuble vis-à-vis du préfet et du maire », nous explique-t-il.

 

La suite ? Le maire nouvellement élu a adressé aux signataires « une réponse courtoise et attentive », poursuit le résident. Pour qui l’engagement de l’édile n’a, au final, pas été suivi d’effet. Quant à la préfecture de l’Isère, elle n’a de son côté pas même accusé réception de la pétition. Deux nouveaux préfets plus tard, les habitants ne jugent plus nécessaire d’interpeller encore les services de l’État.

 

 

Des nuisances en tout genre liées à la présence de SDF

 

Les nuisances décriées ? « Le bruit et la saleté », explique le riverain. Et de décrire des aboiements de chiens au quotidien, quitte à mettre les nerfs des habitants à rude épreuve. « Certains me disent qu’ils vont sortir les fusils de chasse ! », confie le membre du syndic. Côté saleté, la « souillure sous toutes ses formes » envahirait le secteur. Déjections canines (ou non), déchets… « C’est dégueulasse ce qui se passe autour de l’immeuble ! », s’écrit le riverain.

 

Les SDF accompagnés de leurs chiens ont pris l'habitude de se regrouper à proximité de l'Office du tourisme de Grenoble. DR

Les SDF accompagnés de leurs chiens ont pris l’habitude de se regrouper à proximité de l’Office du tourisme de Grenoble. DR

 

Autre problème posé par la forte concentration de SDF : les personnes dorment à même le sol devant les portes, y compris dans la galerie Sainte-Claire, quitte à bloquer parfois l’accès réservé aux personnes en situation de handicap. « Un résident handicapé de l’immeuble ne peut plus sortir quand un SDF dort sur le palier », résume l’habitant.

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
6538 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. @Dubois: On ne peut pas vraiment dire que l’immeuble La République soit un immeuble de « riches ». Attention Dubois, on est toujours le « riche  » de quelqu’un, et il se pourrait que les SDF dont vous parlez vous crachent aussi à la figure car vous avez assez d’argent pour vous payer ces horrible symboles capitalistes que constituent votre ordinateur et votre abonnement internet, lesquels vous ont permis d’écrire ce commentaire! Riche ou pauvre, je vous mets 10 punks à chiens sous vos fenêtres jour et nuit, et vous constaterez que la notion de tranquillité publique est finalement universellement partagée !

    sep article
  2. Pointer du doigt les « riches » (parce qu’ils ont travaillé pour acquérir leur logement ?), accuser le capitalisme et le système, parler de personnes qui dorment dans la rue, pourquoi pas, la chanson est connue.
    Mais avant, il faudrait aussi savoir la réalité. Beaucoup de ces personnes ont un hébergement qu’elles désertent le jour parce que l’alcool y est interdit. Et les cas sont nombreux où il s’agit d’un mode de vie marginal assumé qu’on ne devrait pas amalgamer aux vrais SDF, personnes en réelles difficultés auxquelles ça porte tort.

    sep article
  3. Je voyage beaucoup et c’est vrai qu’il n’y a qu’à Grenoble qu’on voit ça. La ville dément être inactive, bon, admettons. Il faut donc conclure qu’elle est incompétente. Et pas qu’un peu.

    sep article
  4. Pauvre riche qui en ont marre de voir le pire du capitalisme dormir devant chez eux. Vous avez voulu ce système et j’espère qui vous cracheront aux visages. Car ces gens que vous rejetés c’est vous qui les avaient créés. Ils ont pas demandés pour la plupart a dormir dans la rue. Comme quoi il y a une justice dans ce monde

    sep article
  5. Je comprends que Monsieur Piolle , soit parti du 13,cours Jean Jaurès.
    Il en avait raz le bol des nuisances multiples …

    sep article
  6. Question nombre de zonards et autres roms (pour ne citer qu’eux) nous avons vu la difference entre avant et après 2014 et pas en bien, vouloir accueillir tout le monde et n’importe qui à Grenoble est une ineptie.

    sep article
  7. Nuisances à l’office du tourisme ou Nuisances nocturnes des terrasses de bars délivrées à qui le veut depuis 2014, même combat, la municipalité s’en lave les mains, quoi que pour le 2ème cas elle est donc directement responsable du problème.

    sep article