Le député de l’Isère Olivier Véran défend un amendement en faveur du cannabis thérapeutique

sep article



 

FIL INFO — Le député de la première circonscription de l’Isère Olivier Véran annonce défendre un amendement pour permettre une expérimentation du cannabis thérapeutique en France. Objectif ? Permettre aux patients d’avoir accès à des traitements « sûrs et de qualité », évaluer l’adhésion du corps médical et obtenir les premières données scientifiques françaises sur la question.

 

 

« Le can­na­bis thé­ra­peu­tique, en tant que député j’y suis favo­rable, en tant que méde­cin neu­ro­logue j’en suis convaincu ! » Le député de la pre­mière cir­cons­crip­tion de l’Isère Olivier Véran, qui saluait il y a un an la créa­tion d’un comité scien­ti­fique sur le can­na­bis thé­ra­peu­tiquedéfend ainsi un amen­de­ment en faveur de ce trai­te­ment, dans le cadre du pro­jet de loi de finan­ce­ment de la Sécurité sociale. Son objet : per­mettre une expé­ri­men­ta­tion de son usage régle­menté durant deux ans.

 

Olivier Véran, député LREM de l'Isère. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Olivier Véran, député LREM de l’Isère. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

« La France connaît en para­doxe qu’il convient de lever : la pres­crip­tion médi­cale de tels trai­te­ments est auto­ri­sée, mais se les pro­cu­rer est inter­dit », affirme le député. Plusieurs médi­ca­ments ont cepen­dant obtenu une auto­ri­sa­tion sur le mar­ché fran­çais, notam­ment l’Epidyolex. Mais le par­le­men­taire estime que des patients se mettent en dan­ger en se pro­cu­rant des trai­te­ments via le tra­fic ou « l’au­to­pro­duc­tion ».

 

 

Avoir accès à des médicaments « sûrs et de qualité »

 

Sa pro­po­si­tion ? « L’expérimentation per­met­tra d’évaluer en situa­tion réelle la per­ti­nence du cir­cuit de pres­crip­tion et de déli­vrance, l’adhésion des pro­fes­sion­nels de santé et des patients à ces condi­tions et aussi d’obtenir les pre­mières don­nées scien­ti­fiques fran­çaises dans les prin­ci­pales indi­ca­tions rete­nues », décrit Olivier Véran. L’expérimentation per­met­trait éga­le­ment d’a­voir accès à une médi­ca­tion « sûre et de qua­lité ».

 

Un plant de cannabis, avec sa feuille reconnaissable. DR

Un plant de can­na­bis, avec sa feuille recon­nais­sable. DR

 

À titre thé­ra­peu­tique, le can­na­bis est uti­lisé dans le trai­te­ment de patho­lo­gies et de nom­breuses dou­leurs, en pré­ven­tion des crises d’é­pi­lep­sie ou encore dans le cadre de chi­mio­thé­ra­pies. Le can­na­bis récréa­tif est, de son côté, en voie de léga­li­sa­tion dans plu­sieurs pays du monde. Il est notam­ment légal au Canada depuis fin 2018, ainsi que dans plu­sieurs États des États-Unis.

 

Florent Mathieu

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
2277 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Je suis de gauche, j’ai voté Piolle.
    Ma femme est plu­tôt centre droit.
    Mon beau frère vote FN.
    Ma mère vote LFI.
    Mon patron est de droite, ten­dance Sarko.
    Personne ne fume, ni can­na­bis, ni du tabac.
    Tout le monde pense qu’il faut auto­ri­ser le can­na­bis thé­ra­peu­tique, voir auto­ri­ser et enca­drer par l’Etat, le can­na­bis récréa­tif (notam­ment mon beau-frère FN)

    Je me demande depuis 10 ans, com­ment, face à un tel consen­sus « civil », jamais aucun gou­ver­ne­ment n’a, ne serait-ce que dis­cu­ter de la ques­tion lors d’un débat à l’Assemblée Nationale ?

    sep article