Pablo Picasso « au cœur des ténèbres » de l’Occupation au Musée de Grenoble

sep article

Festival oenologique et musical Le Millésime à Grenoble du 5 au 20 octobre 2019

 

FOCUS – Pour la première fois, le Musée de Grenoble consacre une exposition intégralement dédiée à Pablo Picasso. Son sujet ? Les œuvres réalisées par l’artiste durant les années de guerre et d’Occupation. Période sombre où l’inquiétude et le deuil prédominent, et au cours de laquelle Picasso peint, écrit et sculpte indirectement son trouble, tour à tour sensible, ironique ou cruel.

 

⇒ Cf. galerie photo en fin d’article

 

Dans une pièce sombre et biscornue, une musicienne se tient assise aux côtés d’un corps nu et allongé dans une posture grotesque, et tient sur ses genoux une mandoline dénuée de cordes. Cette vision de doux cauchemar, c’est L’Aubade de Pablo Picasso. Peinte à Paris en 1942, l’œuvre figure autant un drame intime qu’une représentation d’une Europe en guerre et d’un Paris sous le joug des Allemands.

 

Pour la première fois, le Musée de Grenoble consacre une exposition à Pablo Picasso (en l'occurrence son œuvre entre 1939 et 1945) jusqu'au 5 janvier 2020.Pour la première fois, le Musée de Grenoble consacre une exposition à Pablo Picasso (en l'occurrence son œuvre entre 1939 et 1945) jusqu'au 5 janvier 2020.L'Aubade, exposée au Musée de Grenoble © Florent Mathieu - Place Gre'net

L’Aubade, exposée au Musée de Grenoble © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Une tonalité sombre que les visiteurs retrouveront tout au long de la nouvelle exposition temporaire du Musée de Grenoble consacrée à l’œuvre de Picasso réalisée durant les années d’occupation : « Picasso au coeur des ténèbres (1939-1945) ». L’impressionnante collection d’œuvres prêtées par nombre de musées nationaux et internationaux est à retrouver à partir du samedi 5 octobre jusqu’au dimanche 5 janvier 2020.

 

 

Pablo Picasso : une première pour le Musée de Grenoble

 

« Il y avait presque nécessité que le Musée de Grenoble célèbre Pablo Picasso ! », souligne son conservateur Guy Tosatto. Qui rappelle en effet que le Musée fut le premier, en 1921, à recevoir en don une œuvre de l’artiste espagnol. Juste retour de l’Histoire : le don fut rendu possible grâce au conservateur du Musée de l’époque, André Farcy, dont Grenoble fête cette année le centenaire de la prise de fonction.

 

Guy Tosatto et Sophie Bernard présentent l'exposition consacrée à Pablo Picasso © Florent Mathieu - Place Gre'net

Guy Tosatto et Sophie Bernard présentent l’exposition consacrée à Pablo Picasso © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Si le projet d’exposer Picasso remontait de longue date, la question était encore de trouver un angle d’approche original. « Vu le nombre d’expositions consacrées à Picasso, il nous était très compliqué de trouver quelque chose qui n’ait pas encore été fait », se souvient Guy Tosatto. Si Picasso durant la Seconde guerre mondiale n’est pas un sujet totalement inédit – il a notamment été traité aux États-Unis –, l’exposition représente ainsi une démarche inédite pour un musée français.

 

Pour autant, Picasso parle-t-il directement de la guerre dans ses tableaux ? « Il n’y a pas de doute que la guerre existe dans les tableaux que j’ai faits alors », répond l’artiste lui-même dans une citation qui ouvre l’exposition. Mais loin d’un recueil sur les années d’occupation, c’est un parcours dans l’univers troublé d’un des esprits les plus novateurs du XXe siècle que le Musée propose à travers les différentes salles de l’exposition.

 

 

Un cheminement le long des années de guerre

 

Le choix se veut chronologique : le visiteur suit les réalisations de l’artiste depuis la Drôle de guerre jusqu’à la Libération. Des réalisations en majorité parisiennes, à quelques exceptions près puisque l’exposition évoque le “refuge” de Picasso à Royan dans les premiers mois de 1940, ou encore un passage à Antibes après la Libération. C’est cependant un Picasso parisien, soumis aux privations de l’Occupation, qui se déploie le long des murs de Musée.

 

Femme au chapeau dans un fauteuil, où le portrait de Dora Maar se charge d’éléments inquiétants © Florent Mathieu - Place Gre'net

Femme au chapeau dans un fauteuil, où le portrait de Dora Maar se charge d’éléments inquiétants © Florent Mathieu – Place Gre’net

Privations toutes relatives, précisent Guy Tosatto et la conservatrice en chef Sophie Bernard. En 1941, Pablo Picasso a 60 ans, sa réputation d’artiste n’est plus à faire, de même que ses moyens financiers. Une richesse qui ne lui permettra pourtant pas, malgré les appels à l’aide de leurs proches, d’empêcher la déportation et la mort d’amis comme le peintre Max Jacob ou le poète Robert Desnos.

 

Dès lors, l’intime se mêle à l’Histoire. Pablo Picasso réalise des portraits de sa compagne d’alors Dora Maar, parfois empreints de légèreté ou d’humour, mais souvent voilés d’une gravité sous-jacente.

 

D’autres œuvres, sombres sinon graves, parlent de deuil et de cruauté. Depuis un Chat saisissant un oiseau prophétique, en 1939, à une Casserole émaillée en 1945, témoin d’une guerre qui hante encore les esprits plusieurs mois après la Libération.

 

 

« Une peinture qui mord »

 

Pour la première fois, le Musée de Grenoble consacre une exposition à Pablo Picasso (en l'occurrence son œuvre entre 1939 et 1945) jusqu'au 5 janvier 2020.L'Homme au mouton, ode à la bienveillance en des temps cruels ? © Florent Mathieu - Place Gre'net

L’Homme au mouton, ode à la bienveillance en des temps cruels ? © Florent Mathieu – Place Gre’net

« Au cœur des ténèbres » permet encore de découvrir un artiste complet, qui délaisse un temps la peinture pour se consacrer à l’écriture et produire en 1941 une pièce de théâtre, Le Désir attrapé par la queue. Sans oublier des sculptures, parfois réalisées dans des conditions matérielles difficiles. Parmi elles, L’Homme au mouton (1943), exceptionnelle ode à la bienveillance… et réponse au virilisme du sculpteur favori d’Adolf Hitler Arno Breker.

 

Interdit d’exposition durant l’Occupation, Pablo Picasso aura l’occasion d’exposer ses créations entre 1940 et 1944 à la Libération, offrant à voir à des Parisiens éberlués la richesse et la densité de ses nouvelles œuvres.

 

Les réactions ? Mitigées. Tant et si bien que la police devra protéger certains tableaux menacés de décrochage par des mécontents. Et que l’artiste sera gratifié de lettres d’injures, dont une souillée des excréments « d’une prostituée de 60 ans »…

 

Parfois cruelles – Guy Tosatto paraphrase même Antonin Artaud pour évoquer une « peinture de la cruauté » – et souvent sombres, les œuvres ici présentées de Pablo Picasso ne sont pourtant jamais sinistres, ni désespérées. Esquisses, dessins et incartades amoureuses permettent encore de se représenter un homme qui ne renie pas sa sensibilité, ni son ironie. Prompt plus que jamais à produire, comme il le dit lui-même, « une peinture qui mord ».

 

Florent Mathieu

 

Aperçu en images de l’exposition Picasso !

 

© Muriel Beaudoing – Placegrenet.fr

Succession Picasso 2019

 

commentez lire les commentaires
1781 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Au début se 1940 c’est à Royan (et non Royans) station balnéaire de Charente Maritime que Picasso se réfugie. Il y est accompagné de Dora Maar et de Marie-Thérèse Walter, bien sûr dans deux résidences différentes….

    sep article